Ce PC qui n’en finit pas de mourir …

La lecture du jour …

PC vs TabletteEst cet article de Ed Bott (photo) de ZDNet de juillet 2014, un de mes journalistes IT préférés, toujours incisif et aux remarques toujours intéressantes. Le sujet de la mort du PC est à l’honneur en permanence et il faut remarquer que la confusion totale règne dans le monde de l’informatique (rebaptisée IT car ça doit faire plus classe). Il faut dire que dans la littérature informatique, on aime bien faire mourir les choses. Mais qu’en est-il des ordinateurs de bureaux. Seront-ils vraiment remplacés par les tablettes et les mobiles ? Rien n’est moins sûr. Voici mon analyse et quelques liens pour alimenter la réflexion.

Les tablettes tueuses de PC ?

La question de savoir si les tablettes et même probablement les “phablettes » (car celles-ci empiètent de plus en plus sur le segment de la tablette), pourront remplacer les ordinateurs est au centre des débats depuis quelques années. Ce débat s’est accru il y a environ 1 an et demi à 2 ans, avec la chute vertigineuse des ventes ordinateurs. Alors que certains, comme ces commentateurs de Networkworld, y voient le signe indéniable de la disparition de l’ordinateur individuel, PC ou Mac (qu’il soit ordinateur de bureau ou portable) y compris dans le monde du travail, d’autres, comme Forbes ou Tabtimes, ne sont pas du tout d’accord.

antimuseum.com-inhouse-4480
le bon vieux du clavier du bon vieux PC sera-t-il suffisant pour le faire survivre ? image antimuseum.com

Difficile de voir clair sur la disparition ou non du PC

Je dois avouer que ma propre vue a énormément fluctué sur le sujet et qu’il est très difficile de savoir où tout cela va aller. Je ne suis pas certain que la logique l’emporte, ni que le fait que tel ou tel ordinateur fasse beaucoup plus de chose qu’une tablette qui finalement se réduit à consommer de l’information soit suffisant pour nous prévenir d’une régression technologique potentielle.

Car il est courant de croire que nous vivons dans un monde informatique est toujours plus puissante et finalement, force est de constater que les ordinateurs n’évoluent plus beaucoup, voire régressent dans certains cas (comptez le nombre de ports disponibles sur votre ordinateur par exemple, les ordinateurs portables en sont de moins en moins pourvus, regardez la taille de votre disque dur qui gagne peut-être en puissance mais diminue en taille comme neige au soleil etc. etc.).

Les 3 phases de mon expérience terrain de l’utilisation des PC et des tablettes

Ce qui est certain, c’est ce que je tire de mon expérience du terrain à utiliser ces outils depuis maintenant plusieurs années (le Smartphone depuis 2007, la tablette depuis 2010). Je suis passé par plusieurs phases d’utilisation :

Phase 1 : la consultation (tablette) et la création (PC)

Tout d’abord, 1 phase où la tablette n’avait qu’une fonction de consultation. Regarder le Web surtout, répondre au mail, regarder un peu de vidéos mais je n’en suis pas un gros consommateur. Il était, surtout au départ, absolument impossible de créer quoi que ce soit sur ces outils qui n’étaient pas faits pour mettre à jour du texte et encore moins les fichiers multimédias.

Phase 2 : le couteau suisse où la tablette remplace (presque) le PC

Cette phase, qui a duré environ un an a été suivie d’une autre, ou la tablette, quand je suis passé à l’iPad, s’est transformée au fil de l’utilisation et du téléchargement d’applications de plus en plus sophistiquées, en véritable couteau suisse : création de documents d’abord avec leurs notes puis de plus en plus sophistiquées avec Office 365 pour iPad (qui s’est récemment doté d’un lien particulièrement puissant avec Dropbox) puis, plus récemment avec l’installation de Yosemite sur mon MacBook pro, et de Pages désormais lié à la la version Cloud d’Apple (iCloud). Ceci permet le passage entièrement transparent d’un appareil à un autre, de commencer un document ici et de le finir là … à condition comme moi de posséder un abonnement pro chez votre opérateur et sans limite ou d’équiper votre tablette d’une carte SIM prépayée.

PC vs Tablette
Phase 2 : l’émerveillement avec Evernote, toujours mon application fétiche et préférée, couteau suisse de ma tablette

Puis l’iPad et l’iPhone se sont même transformés en caméra et ont remplacé avantageusement d’ailleurs mes anciens appareils et également en enregistreurs car force est de constater que ces outils réalisent les meilleurs enregistrements avec le moins de matériel à transporter. Il reste encore quelque faiblesses autour de la mise à jour des articles de blog, avec 1 application WordPress très largement déficiente. En soi, c’est le seul point qui me pousse encore à utiliser mon ordinateur lorsque je veux faire du live blogging. Mais l’application que j’ai trouvé la plus utile la plus bluffante ces dernières années, c’est indéniablement l’application Penultimate d’Evernote qui permet de prendre des notes manuscrites, les synchroniser avec Evernote et de réaliser des recherches à l’intérieur de ces notes directement depuis Evernote format plein texte.

Phase 3 : régression technologique et instabilité

Et c’est là qu’on arrive dans la 3e phase, celle où on se rend compte que finalement la tablette pourrait bien ne jamais remplacer l’ordinateur pour une bonne et simple raison : les applications mobiles sont extrêmement instables, passent leur temps à changer et parfois de façon dramatiquement mauvaise. Tel a été le cas avec cette excellente application Penultimate qui a subi un relooking complet et s’est vue accablée de reproches de la part de la communauté des utilisateurs de l’application. J’ai même interpellé le chef produit ce matin même sur Twitter pour lui demander quand il avait l’intention de sortir une nouvelle version de cette application devenue complètement inutilisable en une minute, vendredi dernier, le temps de la mettre à jour … avec impossibilité totale de revenir en arrière.

PC vs Tablette
phase 3 : la déception et le doute dont on espère qu’il sera vite dissipé par les responsables produits d’Evernote

Tout mon travail de prise de notes dans l’iPad, se voit ainsi remis en cause immédiatement, à tel point que je vais devoir changer de méthode de travail et revenir au crayon papier ce qui pour moi est une énorme régression. J’avais déjà subi une régression de ce genre avec la disparition de l’IPAQ de Compaq, un appareil du début des années 2000 qui était capable de réaliser de la reconnaissance intelligente de caractères (ICR), ce qui n’est malheureusement plus possible depuis au moins 10 ans. Certes nous avons gagné en connectivité avec les Smartphones, mais nous avons perdu en stabilité logicielle et en fonctionnalités.

Quelle conclusion : le PC finira-t-il par crever et pourquoi ?

Cela veut-il dire que le bon vieil ordinateur ne sera jamais remplacé par des appareils moins puissants et moins performants ?
Je n’en suis pas sûr non plus. Ce qui dicte le fait qu’une technologie apparaisse ou disparaisse, est rarement le fait de sa capacité intrinsèque. Le fait que cet ordinateur que j’utilise en ce moment-même pour faire cet article, au travers de la reconnaissance vocale soit capable de faire quelque chose qu’une tablette ne fait pas (elle le fait mais mal, car elle n’est pas assez puissante) ne veut pas dire que demain, la reconnaissance vocale ne disparaîtra pas par manque du fait de la disparition des ordinateurs… Ce qui fait que la technologie sera disponible ou non est plus une affaire de marché qu’une affaire de performances.

En fin de compte, ce qui dictera la disparition du bon vieux PC (ou MAC) sera plus une question de facteur économique (si tant est qu’on trouve une tablette moins chère qu’un ordinateur, ce qui n’est pas forcément le cas. Le MacBook pro sur lequel j’écris en ce moment même m’a coûté 500 € en achetant d’occasion et c’est 1 machine extrêmement performante et qui le restera pendant encore 2 ou 3 ans).

Alors l’ordinateur est-il mort ? qui vivra verra !

Desktop PCs and the Windows desktop: Endangered species? | ZDNet

At the Build Developer Conference earlier this year, Microsoft officially announced plans to return the Start menu to “the next iteration of Windows,” along with a new option to run Metro/Modern-style apps in their own windows on the Windows desktop.

Microsoft Executive Vice President Terry Myerson made the announcement at the Build Day 1 keynote on April 2, 2014. You can watch the clip on YouTube, with Myerson’s remarks coming a little more than two hours in to the morning’s proceedings.

This screenshot is taken from the demo (prerecorded, not live) that played on the screen behind him:

That 136 million figure is how many desktop PCs businesses and consumers bought in 2013, according to the latest Gartner numbers. That’s not a bad showing for a technology segment that is supposedly on life support. And the number of desktop PCs sold is likely to go up slightly in 2014, thanks to an improved economy and a business PC refresh cycle driven by April’s end-of-support milestone for Windows XP.
And you could probably add another 160 million reasons to that total, one for each of the traditional notebooks sold worldwide in 2013. That total is separate from the 21 million devices sold last year that Gartner classifies as Premium Ultramobiles, a group that includes lightweight Windows hybrids like the Surface Pro line as well as lightweight conventional notebooks like Apple’s MacBook Air.
Although touchscreens are becoming more common, most of those traditional notebooks are still driven primarily by keyboards and trackpads or mice. And that will also be true for the 250 million (combined) desktop PCs and traditional notebooks that will probably be sold in 2015.
Back in late summer 2011, before the public reveal of Windows 8, then-Windows boss Steven Sinofsky wrote a meticulous explanation of the process that led to the design of the Windows 8 desktop.

via Desktop PCs and the Windows desktop: Endangered species? | ZDNet.

Ce PC qui n’en finit pas de mourir … was last modified: novembre 19th, 2014 by Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
Yann Gourvennec
suivez moi !

4 réflexions sur “ Ce PC qui n’en finit pas de mourir … ”

Votre avis nous intéresse :