Le running digital ou la course au numérique ?

La montée en puissance du mobile entraîne celle des applications mobiles. En effet, un utilisateur de smartphone utilise 10 applications mobiles par jour. Aujourd’hui, on a accès à une large palette d’applications mobiles : on trouve des applications de cuisine, de fitness, de jeux, de finance, de rencontre… et même de rencontre sportive ! Ce type d’applications s’est développé avec le concept de « communauté » qui est devenu assez tendance ces dernières années. J’ai eu l’opportunité de discuter avec Augustin Bernard, co-fondateur de OuiRun, le Tinder de la course. Dans cette interview, il nous présente le marché du running en France, l’importance du concept de communauté et bien évidemment… son application OuiRun. 

1/ Qu’est-ce que Ouirun et comment l’idée est-elle née ?

OuiRun est une application de mise en relation pour trouver des partenaires de running ou de trail à son niveau et près de chez soi. L’application propose deux fonctionnalités principales : trouver des partenaires de courses qui correspondent à ses critères (sexe, niveau, vitesse, proximité) et organiser ou rejoindre des sessions géolocalisées pour ceux qui souhaitent courir en groupe.

L’idée est venue durant notre dernière année d’étude. Dans le cadre de nos cours, Olivier et moi-même devions imaginer un concept présentant un potentiel de développement. Initialement, le projet devait concerner le tennis. Après réflexion, ce sport représentait un marché trop restreint et contraignant. A donc suivi l’idée du running, beaucoup plus prometteuse en terme de potentiel. Après une très bonne appréciation du jury d’évaluation du projet, nous avons pris la décision de réaliser concrètement ce projet. 

running

2/ Pouvez-vous décrire le marché du « fitness connecté » en quelques chiffres ?

Nous ne sommes pas vraiment positionnés sur ce marché, mais plutôt sur celui du running. Aujourd’hui plus de 13 millions de personnes courent en France, près de 100 millions en Europe. Au-delà d’être un simple sport, le running est devenu un mode de vie. La pratique se féminise (35% de femmes en 2012 vs. 46% en 2017), émergent donc des problématiques de sécurisation de la pratique (l’un des piliers du concept).

La pratique a aussi tendance à se digitaliser puisque désormais 75% des coureurs utilisent un objet connecté pendant leur course (application, montre GPS, …).

3/ Comment l’application Ouirun se positionne-t-elle sur ce marché ? Qui est la cible principale ? Et quelle est la mission de cette application mobile ?

Nous nous positionnons sur le segment communautaire de ce marché. Pour nous, il n’y a pas meilleur levier de motivation que l’humain. Notre cible principale sont les coureurs désireux de pratiquer ensemble (à deux ou en groupe). Nous les mettons en relation et leur permettons de rencontrer d’autres passionnés pour des runs plus funs et plus ludiques. Nous avons fait le choix de délivrer notre application gratuitement pour permettre à l’ensemble des coureurs de tester le produit et se faire sa propre idée. On ne monétise pas l’utilisateur qu’on veut proactif sur l’application. En revanche nous planifions de lancer un espace bons plans pour permettre à notre communauté d’avoir accès à des offres privilégiées en avant-première (au format vente privée). Quand on sait qu’un runner-compétiteur est prêt à dépenser 524€ par an dans son équipement, ça fait sens.

Aujourd’hui, la mission OuiRun est d’être le lieu de rencontre de tous les coureurs.

4/ Il existe sur le marché de nombreuses applications de sport (Nike Training, Freeletics, Runkeeper, etc.). Que proposez-vous de plus que ces applications pour attirer et fidéliser l’utilisateur ?

Les applications que vous citez sont toutes concurrentes entre elles : ce sont des outils qui permettent aux coureurs d’avoir accès à leurs statistiques de course (temps, distance, VMA) et d’en faire l’analyse détaillée. L’usage de ces outils est donc principalement individuel. Derrière ces plateformes se cachent les mastodontes équipementiers du marché : Nike, ASICS, Adidas, Under Armour… Leur objectif est de connaître leurs consommateurs grâce à l’analyse des data massives qu’ils collectent et ainsi apporter une réponse rapide et efficace à leurs besoins.

Comme évoqué précédemment, OuiRun se place en réseau multilatéral (en opposition à la relation bilatérale marque-consommateur décrite ci-dessus). Nous nous différencions en ce sens que nous mettons l’accent sur l’aspect communautaire de la pratique. Notre objectif est d’optimiser la mise en relation des coureurs : nous n’embarquons pas de podomètre dans l’application mais optimisons la rencontre. Nous intervenons en amont de la session pour générer la rencontre. Libre ensuite aux utilisateurs de démarrer leur application de tracking GPS.

running

5/ L’utilisateur cherche plutôt la motivation, l’esprit de communauté ou l’accompagnement sportif selon vous ? Et comment expliquez-vous cela en termes de comportement utilisateur ?

Esprit de communauté et accompagnement sportif ne sont pas indissociables. Il n’y a pas d’utilisateur type : le marché est segmenté. La course à pied est un sport formidable par son degré d’accessibilité, très élevé. On y retrouve toutes les catégories : de l’athlète de 27 ans qui enchaîne une vingtaine de marathons par an au quinquagénaire qui se met au sport pour se remettre en forme. Les profils sont donc très différents. L’esprit de communauté est au cœur de nos valeurs. C’est le fameux : « seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ». Nous croyons donc fermement qu’être à plusieurs est le meilleur moyen de se motiver et de se dépasser. Toutefois, il est vrai que l’accompagnement sportif au sens « coaching » est aussi très recherché pour certains profils aux problématiques spécifiques (programme de remise en forme, perte de poids, préparation d’une course). C’est pourquoi notre communauté est animée par les OuiRangers. Les OuiRangers sont des ambassadeurs locaux. Nous en recrutons partout en France et leur mission est d’organiser des sessions et d’y fédérer un maximum de monde. Ces coureurs sont des coureurs confirmés, ils sont très ouverts et partagent leurs conseils et leurs expériences avec le reste des coureurs ce qui est souvent très apprécié.

Difficile donc de généraliser le comportement utilisateur. Tout ce que je peux vous dire, c’est que les OuiRunners sont très fidèles. Le fait de se dépasser avec quelqu’un est un moment de partage très fort. Vous devriez essayer !

6/ Vous avez intégré le système de « swipe » (ou « like ») que l’on revoit dans plusieurs applications de rencontre (Tinder, Shapr, etc.). Pouvez-vous nous expliquer cette tendance ?

Nous avons décidé d’intégrer ce système de swipe dès le départ. Les sessions sont arrivées bien après sur l’application.
Je pense que la tendance au hasard est dans l’ère du temps. Quoique nous guidons la rencontre à l’aide de notre algorithme de recherche intelligent. Ça aide les utilisateurs à briser la glace.

Le tout-digital a fait émerger de nouvelles tendances. Le système de swipe est un formidable outil pour rencontrer des gens que l’on n’aurait pas pu croiser par un autre biais. Sur OuiRun, le premier point d’intérêt commun à tous les utilisateurs est l’attrait pour la course à pied. Ensuite, nous qualifions en fonction des critères de chaque profil pour suggérer les meilleurs profils !

Le running digital ou la course au numérique ? was last modified: mars 30th, 2018 by Mia Tawile
Mia Tawile
Follow me

Mia Tawile

Mia est Consultante en Marketing Digital. Elle travaille sur la stratégie digitale, la stratégie sur les réseaux sociaux et la création de contenu (rédaction web, infographies, visuels et vidéos). Elle a travaillé pour Visionary Marketing de 2015 à 2018
Mia Tawile
Follow me

Votre avis nous intéresse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.