Relations presse : un secteur qui se réinvente avec le digital

Dans notre monde hyperconnecté, de nombreux secteurs d’activités sont impactés par la transformation digitale (comme vous pouvez le voir ici sur ce blog). Cela n’échappe pas au domaine des relations presse où de nouveaux acteurs interviennent : les influenceurs. Afin de mieux comprendre cette mutation j’ai rencontré il y a quelques semaines Marie-Laure Laville, auteure de l’ouvrage “Les Relations Presse à l’heure du digital – des influenceurs aux ambassadeurs” publié aux éditions Kawa. Marie-Laure est Directrice de l’agence Lewis France, une agence anglaise de communication internationale experte en NTIC, B2C en RP ou encore social media et digital. Après plus de 20 ans d’expérience dans les relations presse, elle est la personne idéale pour nous montrer comment ce secteur d’activité s’est réinventé avec le digital. 

Relations presse

L’impact du digital sur les relations presse

Relations presseLe rôle du consultant RP est de gérer un portefeuille de clients avec de multiples compétences et expertises. Pour que les médias parlent de ces entreprises clients, il faut que les consultants RP utilisent efficacement leurs outils d’informations. Mais dans ces moyens une mutation a eue lieu avec la digitalisation. Pour que ce métier perdure, il a dû se réinventer, et la couverture de cet ouvrage montre ce changement. Comme vous pouvez le voir, la couverture est composée d’une femme avec 9 têtes et des ailes. Vous vous demandez pourquoi ? “Tout est une histoire de symbolique, car le chiffre 9 est synonyme du renouveau” nous explique Marie-Laure. Cela fait référence à la réinvention du métier des relations de presse, un métier qui prend un nouvel envol. Les RP ne peuvent plus se limiter à utiliser les médias traditionnels en envoyant leur communiqué de presse aux journalistes. Désormais, ils doivent établir une stratégie RP digitales reposant sur des interactions avec les influenceurs devenus des médias à part entière. “Les médias sociaux ne peuvent plus être négligés, la communication a évolué et se fait à 360 degrés” précise la Directrice de Lewis France.

Le numérique démultiplie les cibles et les supports et crée de nouveaux leviers

Sur l’évolution des lectures et des supports, les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • 53% des français lisent la presse sur mobile ou tablette en 2015.
  • Les sites et applis de presse ont totalisé plus de 15 milliards de visites, soit une progression de 8,4% en un an.
  • La fréquentation mobile des marques de presse enregistre une croissance de 32,3% de ses visites entre 2014 et 2015.
  • L’apport d’audience du digital aux marques de presse est désormais de 73% en évolution de 17 points sur 1 an.

Il faut être à l’écoute de son marché afin de comprendre comment le public et la communauté évolue pour anticiper les crises notamment. Plus que jamais, et plus particulièrement dans ce nouveau contexte, les clients attendent toujours un retour sur investissement. Pour répondre à cette attente, les agences RP doivent approcher une stratégie des médias sociaux et posséder des outils de veille médias, car ils doivent quantifier l’évolution de la notoriété des clients. Le digital révolutionne donc les pratiques traditionnelles des RP.

Lire la suite

Relations presse : un secteur qui se réinvente avec le digital was last modified: avril 26th, 2017 by Claire Sorel

Transformation Digitale des Assurances : Le Cas Aviva

La transformation digitale des assurances n’avait pas encore été traitée sur ce blog. Voici cette erreur réparée, grâce à l’intervention de Maxime Truchard, CTO (Chief Technical Officer) d’Aviva, lors du superbe événement Assur & Bank 2017 organisé les 23 & 24 mars par nos confrères et partenaires de CCM Benchmark group. J’ai eu la chance d’animer une superbe table ronde avec 3 CDOs et juste après, le temps de poser mon laptop et de l’ouvrir, la présentation de M. Truchard est arrivée comme un point d’orgue sur cette matinée. Aviva est le nouveau nom de Norwich Union pour les plus anciens qui connaissait la fameuse firme anglaise qui s’était rendue célèbre par un contrat décès qui faisait sa spécialité. Les temps ont bien changé, et la transformation digitale est passée par là, très orientée métier, et c’est pour cela que j’ai choisi de relater la présentation d’Aviva, car elle est véritablement représentative et inspirante.

transformation digitale des assurances

Aviva, candidat à la transformation digitale des assurances

transformation digitale des assurances

Aviva est une société d’assurances, non présente dans la banque, qui commercialise à la fois des assurances vie et des contrast d assurance” nous a expliqué Maxime Truchard. D’origine anglaise, elle s’est construite par acquisitions successives avec une intégration assez douce, même si le groupe cherche de façon plus en plus importante à imposer mondialement son image via le digital. Le groupe est puissant, mais en France, Aviva n’est “que le 13ème assureur local” et donc, selon Maxime Truchard, on pourrait la comparer à une grosse PME. Le groupe d’assurance multi produits, distribue principalement des Assurances Vie en France mais cela n’empêche pas Aviva de devoir “gérer toute la gamme dans sa complexité” a précisé le CTO de l’assureur. C’est une obligation nous a-t-il expliqué : “Que ce soit dans la banque ou l’assurance il faut gérer tout le stock sans oublier la traçabilité”. C’est aussi affaire de réglementation sur ces secteurs.

assurances tranformation digitale
Maxime Truchard lors de sa démonstration : accompagner clients et employés dans ce nouveau monde, voilà un joli programme

 

C’est un groupe complexe qui fonctionne en réseau, via des agents généraux et des courtiers (dans ce cas ce n’est pas Aviva qui gère le client, mais le partenaire). Ils sont aussi assureur de l’Afer et actionnaire de l’UFF (association de CGPI, les conseillers de gestion en patrimoine).

Lire la suite

Transformation Digitale des Assurances : Le Cas Aviva was last modified: avril 4th, 2017 by Yann Gourvennec

Gendarmerie nationale : le digital s’invite sur la route

Au détour d’une route de campagne, vous apercevez une patrouille de gendarmerie. Cette fois, vous n’y coupez pas. « Vos papiers s’il vous plaît » : un contrôle de routine. Vous tendez vos documents au gendarme pour vérification. Soudain, à votre grande surprise, ce dernier dégaine… son smartphone. Non, l’officier de gendarmerie n’est pas en train d’envoyer un texto à son épouse : il scanne votre carte grise et votre passeport sur son téléphone mobile, qui va comparer vos documents officiels avec une base de donnée sécurisée. Vous avez tous vos points, vos papiers sont en règle… « Merci, circulez ».

« 2017 sera l’année de la digitalisation de la Gendarmerie », selon le colonel Yves Mazin. Quelque 60 000 smartphones et tablettes tactiles seront en effet distribués en cours d’année aux gendarmes français, afin de moderniser leurs process et, notamment, les contrôles routiers. Fichiers des immatriculations, base des véhicules volés, base des permis de conduire, messagerie sécurisée, dépôt de plainte.. Un grand nombre de procédures seront désormais dématérialisées. Une (r)évolution pour la gendarmerie, qui reflète celle que vit l’ensemble du secteur de la conduite et de la route.

gendarmerie
« 2017 sera l’année de la digitalisation de la gendarmerie », selon le colonel Yves Mazin.

La transformation numérique de tout un secteur

Si les promesses de voitures autonomes font rêver plus d’un conducteur, la transformation numérique de nos habitudes de conduite passe, dès à présent, par une série d’innovations plus immédiatement applicables. Lors d’un contrôle, les automobilistes britanniques, par exemple, pourront bientôt présenter leur permis de conduire en version digitale.

Au Royaume-Uni, la Driver and Vehicle Licensing Agency (DVLA), qui avait déjà opéré la transition du traditionnel permis papier vers un format « carte de crédit », travaille d’arrache pied à la création d’un nouveau permis digitalisé. Une fois que la sécurité et l’aspect infalsifiable de celui-ci seront assurés, il sera stocké dans un portefeuille électronique, tel que l’Apple Wallet des iPhones, à côté des cartes bancaires ou de fidélité des conducteurs.

Lire la suite

Gendarmerie nationale : le digital s’invite sur la route was last modified: mars 28th, 2017 by Bastien Desplanques

Distribution : Amazon Prime fossoyeur du commerce alimentaire ?

distribution-pierre-debus-retail-explorer
Pierre Denis, DG de retail explorer

La transformation digitale est en cours dans tous les domaines, et celui de la distribution n’y échappe pas. Nous avons voulu en savoir plus sur ce sujet, c’est pourquoi nous avons rencontré Pierre Denis, DG et fondateur de Retail Explorer, une filiale du groupe Sococal. Grâce à son expérience de plusieurs années dans ce domaine, Pierre est un spécialiste de la grande distribution. Il va donc nous faire partager ces connaissances sur le sujet par le biais d’Amazon Prime Now. Selon lui, et il a raison, Amazon et le digital en particulier ne sont pas les géants qu’on croit. Enfin pas tout à fait car Amazon représente déjà plus de 8% (UK) et 9 %(Allemagne) de la distribution non alimentaire et revendique la place de premier. La France pourrait bien subir le même sort rapidement. À un moment où des géants et pionniers hexagonaux comme Auchan éprouvent des difficultés, ceci est inquiétant pour nos champions nationaux. Les défis des distributeurs face à Amazon sont donc nombreux, ils ont même été recensés par Nielsen. En attendant, tout va bien, mais la situation pourrait bien évoluer et l’excellence d’Amazon n’est pas que digitale, elle est surtout celle d’un vrai distributeur.

La distribution alimentaire est-elle menacée par Amazon ?

“A court terme la réponse est non, car il faut savoir dissocier les services traditionnels d’Amazon où l’on réalise des commandes plutôt non-alimentaires d’Amazon Prime Now mis en avant sur la livraison à domicile de produits alimentaires. Il ne faut également pas oublier que dans le centre-ville des grandes agglomérations, les commerces de proximité sont de grands retailers tel que Carrefour City, Monoprix ou Franprix. Amazon ne cherche pas à se positionner sur ce marché et ne souhaite pas faire concurrence à ces enseignes. Le but premier d’Amazon Prime Now est d’attirer de nouveaux clients dans son système d’abonnement. Il est important de savoir que pour utiliser cette application disponible sur iOS et Android (référençant des produits frais ou encore des produits technologiques), il faut auparavant avoir un compte Amazon Premium. Le lancement d’Amazon Prime Now traduit donc une stratégie pour augmenter la fréquence du traffic des clients sur Amazon.”

Distribution et transformation digitale
La logistique est une des difficultés principales des distributeurs dans un monde digitalisé.

Le digital a t-il un rôle important dans le domaine de la distribution ?

“Il est très difficile d’identifier la part du digital dans le secteur de la distribution. En dehors du drive, c’est très peu significatif. Pendant longtemps, les propriétaires de magasins pensaient que le digital était un concurrent qui allait baisser la valeur patrimoniale de leur magasin. Or, cela s’avère faux. Le digital n’est pas un concurrent de la distribution, c’est un moyen d’améliorer les services clients. Leroy Merlin est un parfait exemple. Ce magasin est remarquable dans sa continuité du service à partir du digital. Dès que vous faites une commande et que vous appelez Leroy Merlin, un numéro vous est attribué. A partir de ce moment, vous avez le choix de retirer votre commande en magasin ou de vous faire livrer. Outre cet exemple, il s’avère parfois difficile de faire passer ce message auprès des acteurs classiques (retaillers, dirigeants de magasins, etc.).

Lire la suite

Distribution : Amazon Prime fossoyeur du commerce alimentaire ? was last modified: mars 14th, 2017 by Claire Sorel

Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis

C’est sous les auspices de la sécurité des SI que s’est réalisée l’ouverture de la conférence Big Data Paris de 2017 (dont Visionary Marketing est partenaire médias) s’est réalisée. Le premier invité était en effet Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information. Car la sécurité informatique n’est pas un gadget, et elle est parfois abordée avec légèreté par certains professionnels du Web, selon M. Poupard, alors que les menaces sont réelles. Un discours mesuré et incitatif dont je n’ai rien raté. 

La sécurité des SI ne devrait pas être le sujet de tensions entre vieux et nouveaux informaticiens

Il existe des menaces certaines et sérieuses sur la sécurité des SI car le monde est devenu entièrement digital (le sujet de notre prochain ouvrage qui sera lancé le 16/03/2017 “le digital expliqué à mon boss”). “Mais ce qui est surtout ce qui est intéressant est comment on fait pour éviter ces problèmes de sécurité et de confidentialité de l’information” nous a dit Guillaume Poupard dans son introduction. “La transformation numérique ne se fera pas sans la sécurité” a-t-il poursuivi. Et de faire remarquer, à juste titre qu’on a trop souvent opposé les deux. La frontière se décale et “on rencontre trop d’informaticiens classiques en opposition aux acteurs de la transformation numérique” nous explique le directeur de l’ANSSI. Cela ne devrait pas être.

Sécurité des SI à l'heure de la transformation digitale
Une assistance concentrée et nombreuse pour cette nouvelle édition de ce superbe salon dont – cette année – nous sommes partenaires

Le paradoxe sécuritaire de la transformation digitale

C’est que selon lui, nous vivons dans un paradoxe de la sécurité des SI: “les menaces sont fortes mais jamais les parades n’ont été aussi simples” a expliqué Guillaume Poupard. Les menaces sont différentes et les responsables sont plus proches de la mafia que des Geeks fabricants de virus des anciens temps de l’IT. “Les criminels, la mafia et les trafiquants en tout genre vont vers le digital” nous a-t-il dit car “comme pour vous, c’est un nouvel eldorado des criminels”. On parle de milliards d’euros pour de simples groupes de malfaiteurs et il faudrait même imaginer que “ce sont de petites startups”. De quoi être inquiet assurément mais les parades existent, rien ne sert de paniquer, il faut rester rationnel.

Lire la suite

Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis was last modified: mars 6th, 2017 by Yann Gourvennec