Réalité augmentée : Ubleam veut la peau du QR code

Ubleam est un nouveau mode de code 2D, qui permet de personnaliser son code à l’image de l’entreprise, et dont nous avions parlé il y a deux ans (dans le cadre d’un voyage de blogueurs que je dirigeais au MWC de Barcelone, dans une autre vie et sur un autre blog). La société toulousaine est partie d’un constat : le QR code ne fonctionne pas et son adoption par le public est encore trop timide. Ils ont réussi à séduire les marques en proposant un code plus centré sur l’image, les logos et les visuels des marques, en offrant une expérience plus esthétique et plus facile à personnaliser.

Réalité augmentée : Ubleam

Photo Presse Citron : Ubleam Startup de la semaine Nov 2013

Et ça marche, si l’on en croit Samuel Boury, co-fondateur de la startup de Midi Pyrénées. Certes, le QR code est peu connu encore, juste 20 ans après son invention par Denso-Wave pour Toyota et l’intégration d’un code universel à l’intérieur d’une appli de marque permet de passer outre cette difficulté. Cependant, les enjeux de notoriété pour le « bleam » sont énormes car, Samuel Boury le reconnaît, pour passer à l’étape suivante, il va falloir gagner en notoriété auprès du grand public … et il faudra donc faire au-moins aussi mal que le QR code qui, paraît-il, peine à s’imposer (voir les chiffres ci-dessous). Un défi de taille, mais qui n’effraie pas la jeune startup toulousaine, prête désormais à conquérir le monde.

Réalité Augmentée : Ubleam
Photo Frenchweb : “ubleam la startup qui fait parler le logo d’une marque”  (réalité augmentée)

Ubleam : la réalité augmentée à partir du logo des marques

Ubleam développe une technologie de réalité augmentée à partir du logo des marques ; nous nous positionnons ainsi parce que les gens maintenant ont testé les usages à partir du QR code, et le taux d’adoption est relativement décevant. Ce qui fait que le bilan qu’on avait tiré il y a trois ans avec mon associé se réalise. Les marques s’engagent avec Ubleam car elles ont appris qu’on pouvait permettre aux consommateurs de se connecter au travers d’une brochure, d’un packaging, et avoir des interactions mobiles très riches comme la réservation d’hôtel, accéder à un bon de réduction en magasin … Mais la marque s’engage d’autant plus que le public adopte largement le « bleam » (NDLR le nom du code produit par Ubleam). Nous avons désormais des chiffres (ils datent de janvier 2014) tirés des expériences passées faites sur des brochures produites pour un des plus grands parcs de loisirs parisiens, qui montre un taux d’engagement deux fois supérieur au QR code, avec une expérience client agréable, puisqu’on accède à des images et des vidéos du parc au format mobile.

Pour l’instant, sur les clients que nous avons, les principaux usages ont été collés sur l’usage du QR code. Les les gens consommateurs ont commencé par tester les usages sur les brochures et les guides, car on voit les codes 2D un peu partout, mais maintenant, nos clients nous annoncent qu’ils veulent mettre le « bleam » non plus sur le packaging, mais sur le produit lui-même, sur le parc, dans l’hôtel, et c’est la prochaine phase qui va se dérouler dans les semaines qui viennent.

Une nouvelle étape avec la réalité augmentée

Nous avons en effet introduit une nouvelle fonctionnalité dans ce produit, qui est la réalité augmentée. La réalité augmentée permettra et permet déjà d’afficher de l’information en temps réel sur le « bleam ». Vous arriverez dans un lieu, dans un magasin par exemple, et vous pourrez scanner un « bleam » avec votre Smartphone devant la vitrine ; au travers de votre Smartphone on vous affichera ainsi de l’information personnalisée sur des coupons, sur des bons plans, sur des conseils qui vous concernent.

Le QR code est-il vraiment mort ?

tombstoneLes chiffres bougent beaucoup, mais il y a une étude de IAB Belgique qui montrait qu’une personne sur quatre seulement savait ce qu’était un QR Code. Ces chiffres sont publiés, et ça c’est un signe déjà ; peut-être que le marché se cache un peu derrière ces chiffres, que les marques et les annonceurs tentent des expériences, mais il y a très peu de chiffres fiables. McDonald’s a publié des chiffres qui sont relativement bons sur l’Europe, mais sur toutes les opérations que l’on voit, nous observons a des taux de scan qui sont de l’ordre de 0.6 % de scan par élément taggé.

NDLR : Sur ce sujet du QR code, nous vous invitons à lire notre avis dans La Communication expliquée à mon boss

Lire la suite

Réalité augmentée : Ubleam veut la peau du QR code was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

CRM : « 25% des visiteurs assistés en ligne sont transformés en clients » (iAdvize)

€-largeEn attendant le bilan Ubleam, voici venir celui de iAdvize, encore une startup française qui réussit, dans le domaine du CRM cette fois, et toujours en province, depuis Nantes. J’ai donc interviewé Maxime Baumard, directeur marketing de la startup, afin de mieux comprendre où  ils en étaient de leur développement, mais aussi et surtout, de capter les nouvelles tendances du CRM et de l’interaction directe avec le consommateur dans les sites de commerce électronique.

Quelle évolution chez iAdvize depuis 2011

Notre effectif a été multiplié par 10, nous sommes passés de 5 à 50 salariés. Depuis notre création nous doublons les effectifs d’année en année, avec 100% de croissance chaque année. Nous sommes toujours basés à Nantes et nous souhaitons y rester ! Depuis 2011, nous avons amorcé notre développement européen, car aujourd’hui nous sommes commercialement actifs sur la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Indirectement nous sommes présents dans près de 40 pays car certains de nos clients européens ont une activité mondiale et utilisent iAdvize un peu partout dans le monde.

Qui sont les clients CRM de iAdvize ?

Aujourd’hui nous équipons plus de 1000 sociétés en Europe. D’un point de vue sectoriel, nous équipons aussi bien des e-commerçants, que des assureurs, des banques en ligne, des acteurs du tourisme, du BtoB… D’un point de vue taille des structures nous faisons le grand écart entre la TPE-PME et les groupes multinationaux. iAdvize est utilisé par des sociétés comme Sony, VoyagesSNCF, Fnac, AirFrance, Numéricable, Monoprix… Des dizaines de témoignages clients sont disponibles sur notre site internet.

Quels sont les principaux objectifs de vos clients ?

Nos clients ont 3 grands objectifs en tête :

  • Tout d’abord, augmenter les ventes grâce aux conseils apportés en temps réel, par la réduction des taux d’abandons ainsi que par l’augmentation des paniers moyens. En moyenne, sur nos 1000 clients, 25% des visiteurs assistés sont transformés en clients et les paniers sont supérieurs de 30% pour les visiteurs assistés par Chat par rapport aux visiteurs non assités. D’un point de vue incrémental, par exemple chez fnac.com l’apport incrémental d’iAdvize est de 49%, ce qui signifie que près de la moitié des ventes réalisées suite à un échange par Chat n’auraient pas eu lieu si jamais le visiteur n’avait pas été assisté.
  • Ensuite, nos clients vont utiliser iAdvize afin d’améliorer la satisfaction de leurs visiteurs. A la suite d’un échange par Chat, les visiteurs ont la possibilité d’évaluer la qualité de la réponse, la qualité du conseillé et le délai de réponse. On constate ainsi une satisfaction moyenne de 85% chez les visiteurs assistés par Chat, avec un fort impact sur la fidélisation.
  • Enfin, le Click to Chat permet à nos clients de réduire leurs coûts de relation client. En moyenne, un conseiller Chat assiste 3 visiteurs en simultané avec une durée moyenne de traitement de 8 min, alors que par téléphone ce même conseiller ne pourrait assister qu’une seul personne à la fois. De plus, la résolution au premier contact est extrêmement élevé par Chat, grâce à l’instantanéité du contact. Par exemple, chez Numéricable le taux de résolution au 1er contact est de 87%, alors que par le canal e-mail on constate souvent que plusieurs échanges sont nécessaires avant d’obtenir une réponse complète et une résolution du problème.

Lire la suite

CRM : « 25% des visiteurs assistés en ligne sont transformés en clients » (iAdvize) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

RSE : Kayoo, coup d’essai, coup de maître pour B&D

RSE - Réseau social d'entrepriseAujourd’hui, c’est à une visite exceptionnelle que je vous convie, dans l’intimité de la naissance d’un nouveau, et prometteur, acteur du RSE (réseau social d’entreprise). Voici les notes de mon entrevue avec Patrick Bensabat (photo ci-dessous), fondateur de Business & Decision (B&D), également responsable de la naissance de Kayoo, qui a été immédiatement remarqué par les équipes de Lecko dans son rapport 2014.

Réinventer le RSE

logo_kayooRSE - Patrick BensabatKayoo n’est pas un produit de Business & Decision, mais une start-up incubée par la SSII, pilotée directement par son PDG. « C’est mon bébé » nous a-t-il confié. J’étais assis à sa table de réunion, lorsque le fondateur de Business & Decision, Patrick Bensabat, SSII leader dans les domaines du business intelligence et du big data, m’a fait la démonstration de Kayoo, nouveau logiciel de RSE qu’il a lancé il y a peu.

On pourrait croire à l’arrivée d’un logiciel de plus dans un paysage déjà bien encombré, mais Patrick Bensabat, qui s’est impliqué personnellement dans l’écriture des spécifications, a su mettre le doigt directement là où le marché est lacunaire, en réinventant le RSE : « Je me suis interdit d’aller voir les autres », nous a-t-il déclaré, ce qui a permis à la start-up française de partir d’une feuille blanche, sans copier les acteurs établis de ce marché, et en prenant la problématique métier comme point de départ ; une démarche résolument pragmatique et efficace.

Capture Kayoo

l’interface de Kayoo

Lire la suite

RSE : Kayoo, coup d’essai, coup de maître pour B&D was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

CRM : pas impossible mais pas français ( événement @adetem )

imageVisionary Marketing, membre et partenaire de l’Adetem vous convie à une conférence exceptionnelle sur le sujet du service client (CRM), dont on ne répétera jamais assez le retard pris sur le sujet en France : ce retard s’entend non en termes de logiciels (car finalement, nous avons plutôt de bons éditeurs innovants, comme Sellsy.com par exemple) mais surtout en termes de compréhension du service et de qualité de service. C’est une quasi caricature, le client en France, est souvent “le type qui vous empêche de faire votre boulot et qui en plus est toujours en train de râler …” Non mais ! C’est qui le patron ici ?!” Si cela vous rappelle quelque chose, et que vous voudriez savoir pourquoi des entreprises comme Audi, Ford ou VW arrivent bien à mettre en place la qualité de service, même au pays de Voltaire, rendez-vous le 19 mars à 09:00 cette matinée à l’Echangeur PME, 2 rue de Viarmes, 75001 PARIS.

 

CRM n’est pas français !

adetem logo.gifLes Français ne sont pas satisfaits de leur SAV, ils ne réussissent pas à joindre la hot line, les « chats » ne répondent pas, et quand les centres d’appels ne sont pas à Pondichéry ce sont des robots qui filtrent : désormais ils se plaignent sur Twitter ou Facebook, et attendent impatiemment que les Community Managers se plient à leurs quatre volontés. Juste retour des choses ? Probablement.

Et les chiffres sont là pour convaincre les dernières entreprises qui ne le seraient pas : 70% des Français insatisfaits n’hésitent pas à déconseiller une entreprise suite à une mauvaise expérience (observatoire des services clients BVA – Viséo 2013). Une tendance qui rappelle l’impérieuse nécessité de cultiver une relation de confiance avec ses clients dans la continuité et en tous lieux. Un sujet chaud que viendront illustrer nos intervenants en se basant sur des cas clients réels et des solutions concrètes.

Pour faire le point sur la question, le Club Marketing 2.0 de l’Adetem invite le Mercredi 19 mars 2014, à 8 heures 45, 4 experts pour débattre du sujet :

Emmanuel MIGNOT, Président Directeur Général de Teletech International.

Parler de SAV 2.0, c’est adopter une approche collaborative au service du client. C’est à la fois une ouverture des consommateurs vis-à-vis de leurs marques préférées, dont ils souhaitent être co-auteurs, mais une démarche vertueuse qui allie efficience et rentabilité : quand le client devient prescripteur et ambassadeur, la marque est la gagnante.

Mais le contrat proposé au consommateur est la clé du projet. Et dans ce contrat, la marque accepte d’abandonner une partie de sa maîtrise.

Elle doit donc se mettre en situation de transparence, de sincérité et d’humilité.

Hervé CEBULA, Président Directeur Général de MediaTech Solutions

Zappeurs, impatients et exigeants, voici comment sont devenus vos clients. Capturer et analyser leur feedback en temps réel, après interaction, est devenu incontournable pour réagir vite en cas d’insatisfaction. Leur perception vous permet d’évaluer le niveau de qualité de votre SAV, tel que vos clients le voient. Hervé Cébula, PDG de MediaTech,  apportera un éclairage au travers de cas clients sur les bénéfices de la mise en place d’un tel process.

Jean-Christophe HUC, Directeur Marketing d’Outiror, vendeur historique d’outils par catalogue ou par vente physique, nous expliquera comment la société a passé le virage du digital, en humanisant sa relation client en ligne grâce à la solution de Click to Chat iAdvize.

Maxime BAUMARD, Responsable Communication d’iAdvize, introduira le sujet en présentant les bénéfices du canal Chat au travers des résultats d’une CCM benchmark sur l’impact économique du Click to Chat.

La matinée se déroule à l’Echangeur PME, 2 rue de Viarmes, 75001 PARIS. Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Attention : une invitation gratuite est offerte aux deux premiers lecteurs de ce blog qui la réclameront par mail auprès de marie.gayrard@adetem.net.

CRM : pas impossible mais pas français ( événement @adetem ) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Contenu digital, évolution du Web et pourquoi j’ai créé mon agence

 La sélection du jour …

C’est un retour sur cette interview réalisée avec Benoît Duchatelet pour le compte de Widoobiz, la radio collaborative de notre ami Thomas Benzazon, que nous ne saurions trop recommander aux professionnels et non professionnels du Web français. Dans cette interview (podcastable depuis ma chaîne iTunes) je reviens sur mes débuts dans le Web dans le milieu des années 90, avec quelques anecdotes croustillantes, sur l’évolution du contenu digital et … sur notre dernier ouvrage La communication digitale expliquée à mon boss. J’y explique aussi mon évolution du rôle d’intrapreneur vers celui ‘entrepreneur, avec la création de mon agence marketing digitale éponyme de ce blog.

Contenu digital : Visionary Marketing voit toujours plus loin au Web2business

L’évolution du contenu digital est fondamentale et fantastique ». Il faut donc en profiter et agir ! Lors de l’édition 2014 de l’événement Web2business, Benoît Duchatelet a rencontré Yann Gourvennec, « l’homme digital » qui partage avec nous l’important tournant qu’il vit actuellement dans sa carrière professionnelle. Après 14 ans chez Orange, Yann Gourvennec quitte le groupe pour lancer sa propre agence, Visionary Marketing. En réalité, le site Visionary Marketing a été créé il y a 18 ans avec un partenaire afin de conseiller les clients en termes de marketing et d’innovation stratégiques. Pour Yann Gourvennec, « le marketing ce n’est pas seulement faire, c’est faire autrement ».

C’est pour cela qu’il passe de l’influence à la performance en s’associant à une autre agence dans le but de travailler avec des gens complémentaires. Le principal objectif de Visionary Marketing étant de « transformer la business classique en business digital ». Il nous présente d’ailleurs son dernier ouvrage « La communication digitale expliquée à mon boss », qui apporte des choses sérieuses et stratégiques, mais avec un côté humoristique. Aujourd’hui, le web est encore considéré à tort comme un élément technologique, « un truc de geek ». Mais le web est présent dans l’ensemble du parcours client, c’est-à-dire la vie entière de l’entreprise (dans l’expérience d’achat, l’expérience de renseignements, au moment de l’achat, etc.). « Donc le web, c’est le business » en conclut Yann Gourvennec.

viaVisionary Marketing voit toujours plus loin au Web2business.

Contenu digital, évolution du Web et pourquoi j’ai créé mon agence was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec