Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis

C’est sous les auspices de la sécurité des SI que s’est réalisée l’ouverture de la conférence Big Data Paris de 2017 (dont Visionary Marketing est partenaire médias) s’est réalisée. Le premier invité était en effet Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information. Car la sécurité informatique n’est pas un gadget, et elle est parfois abordée avec légèreté par certains professionnels du Web, selon M. Poupard, alors que les menaces sont réelles. Un discours mesuré et incitatif dont je n’ai rien raté. 

La sécurité des SI ne devrait pas être le sujet de tensions entre vieux et nouveaux informaticiens

Il existe des menaces certaines et sérieuses sur la sécurité des SI car le monde est devenu entièrement digital (le sujet de notre prochain ouvrage qui sera lancé le 16/03/2017 “le digital expliqué à mon boss”). “Mais ce qui est surtout ce qui est intéressant est comment on fait pour éviter ces problèmes de sécurité et de confidentialité de l’information” nous a dit Guillaume Poupard dans son introduction. “La transformation numérique ne se fera pas sans la sécurité” a-t-il poursuivi. Et de faire remarquer, à juste titre qu’on a trop souvent opposé les deux. La frontière se décale et “on rencontre trop d’informaticiens classiques en opposition aux acteurs de la transformation numérique” nous explique le directeur de l’ANSSI. Cela ne devrait pas être.

Sécurité des SI à l'heure de la transformation digitale
Une assistance concentrée et nombreuse pour cette nouvelle édition de ce superbe salon dont – cette année – nous sommes partenaires

Le paradoxe sécuritaire de la transformation digitale

C’est que selon lui, nous vivons dans un paradoxe de la sécurité des SI: “les menaces sont fortes mais jamais les parades n’ont été aussi simples” a expliqué Guillaume Poupard. Les menaces sont différentes et les responsables sont plus proches de la mafia que des Geeks fabricants de virus des anciens temps de l’IT. “Les criminels, la mafia et les trafiquants en tout genre vont vers le digital” nous a-t-il dit car “comme pour vous, c’est un nouvel eldorado des criminels”. On parle de milliards d’euros pour de simples groupes de malfaiteurs et il faudrait même imaginer que “ce sont de petites startups”. De quoi être inquiet assurément mais les parades existent, rien ne sert de paniquer, il faut rester rationnel.

Lire la suite

Sécurité des SI : 4 points pour sécuriser votre transformation digitale #bigdataparis was last modified: mars 6th, 2017 by Yann Gourvennec

Ransomware : la nouvelle arme des hackers

Le ransomware, ou rançongiciel, est un logiciel malveillant qui, une fois installé sur un device, crypte les données et exige une rançon en contrepartie d’une clé permettant de déverrouiller le système. Ce mode opératoire n’est pas récent, puisqu’il date de 1989, mais depuis 2011, ce mode d’extorsion informatique a pris de l’ampleur. On parle même de RaaS (Ransomware as a Service) pour désigner des kits de ransomware fournis par des développeurs pirates à des apprentis hackers, qui leur reversent une partie de leur gains obtenus grâce au logiciel malveillant. Cela faisait un moment que nous voulions traiter ce sujet, et nous avons finalement pu le faire pour notre client Egedian, sur son blog Secure IT. Dans cet article, nous expliquons en détail le modèle financier du rançongiciel, et les conseils à mettre en place pour prévenir le risque d’avoir un ordinateur bloqué, chez soi ou au sein de son entreprise. Zoom sur ce sujet avec un nouvel article que nous avons publié sur SECURE-IT le portail de l’informatique sécurisée de notre client Egedian.

Le ransomware en chiffres

infogr-egedian-ransomware (3)Voici ci-dessous une infographie présentant les chiffres du ransomware. Premier constat, le nombre de français victimes de ransomware est très élevé : 2,2 millions, soit 3,3% de la population. Ce chiffre est dans la lignée des pays européens où le pourcentage de population ayant déjà été infectée oscille entre 2 et 4%.

Concernant les sommes versées aux malfaiteurs, les français payent en moyenne 179€ pour retrouver accès à leurs données. Ce chiffre monte à 500€ en Angleterre et 308€ aux États-Unis. Multipliez ce montant par le nombre de victimes, et vous serez abasourdi par le résultat : le ransomware est un business qui rapporte très gros. Cette économie fera d’ailleurs l’objet d’un second article sur le blog d’Egedian. Lire la suite

Ransomware : la nouvelle arme des hackers was last modified: juin 23rd, 2016 by Cédric Jeanblanc