Who’s Who in France : réseau social du monde réel

Who’s Who in France : le réseau des personnes remarquables

Il y a quelques mois, alors que je triais mes dizaines d’alertes email sur LinkedIn, je reçus un email insolite de la part de Who’s Who in France. Ma première réaction fut de croire au phishing. J’ai donc stocké le mail verticalement. Puis j’ai reçu une relance, et je me suis mis à y regarder d’un peu plus près. Le mail avait l’air réel, les liens étaient corrects, mais le contenu était toujours pour moi, surréaliste : le célèbre annuaire des non moins célèbres individus qui le composent me proposait d’y faire figurer ma biographie. Un peu flatté, avouons-le sans fausse modestie, je me renseigne autour de moi et les critiques fusent : « c’est un attrape-nigauds, tu vas recevoir une facture de 1000€, d’ailleurs un ami en a reçu une ». Manuela d'Halloy Who's Who in FranceJ’ai donc temporisé mais les messages de relance étaient sincères, insistants, et me garantissaient au contraire que « l’ami qui avait reçu une facture » était probablement le résultat d’une rumeur (le propre d’une rumeur c’est que c’est toujours « un ami qui… » Voire un ami « qui connaît un ami qui… » Et jamais un témoignage direct. C’est le propre des organisations qui s’entourent de secret, elles focalisent sur elles les fantasmes les plus fous. Le Who’s Who ne fait pas exception à la règle.

Le Who’s Who fonctionne à l’envers des réseaux sociaux : lent et sérieux

J’ai donc rempli les documents, les biographies ont fait des allers retours, et nous avons suivi le processus, à l’inverse d’ailleurs des médias sociaux : là où il ne faut que quelques secondes pour être admis dans LinkedIn, mais des années à se développer (mon réseau approche des 9000 après 12 ans de sélection et de choix appliqué des personnes avec qui je veux réseauter), ici le processus est inversé : l’admission est fermée, le processus long et précis (tellement long que ma biographie, à l’heure où ces lignes sont écrites, n’y est pas encore disponible mais ça viendra peut-être, j’espère qu’ils n’ont pas changé d’avis), mais vous entrez directement dans le saint des saints.

Who's Who in France
Le Who’s Who in France est aussi sur Internet (un petit relooking serait sans doute nécessaire) [MAJ du 26/08 à 17:30 Who’s Who in France me signale que c’est en cours]
Encore à ce jour je me demande bien ce qui m’a valu cet honneur. Ma famille est d’origine modeste, obscure et discrète, même si j’ai et ai eu des homonymes célèbres (un footballeur, un chef d’entreprise, un syndicaliste entrepreneur et fondateur de Brittany ferries, mais qui n’ont strictement rien à voir avec nous car « Gourvennec » c’est un peu comme « Dupont » dans le Léon), j’ai bien été le coauteur de quelques ouvrages professionnels à succès (http://amonboss.com) mais pas seul et surtout pas avec le même succès de librairie que Valerie Trierweiler.

Alors j’ai voulu en savoir plus. Un jour en effet je reçois une lettre de félicitations de la part de la patronne du Who’s Who, Manuela d’Halloy, qui me confirme mon inscription définitive et ni une ni deux je vais vérifier si elle a compte LinkedIn. Et là … Surprise ! Elle en a bien un. Je la contacte donc pour en savoir plus et lui faire part de mes interrogations et une interview fut promptement organisée cet été, dans la chaleur torride du mois de juillet. Manuela a donc fort gentiment répondu à mes questions et je pense que cela fait une excellente introduction à la reprise de l’automne : pourquoi les gens vraiment connus ne sont-ils pas sur Les réseaux sociaux, sauf quelques exceptions près, qu’est-ce que le Who’s Who ? Qui l’a créé ? Comment en faire partie et enfin, qui va vérifier votre pedigree et vous offrir la porte du précieux sésame ?

A l’heure des médias sociaux où tout va (trop) vite, le Who’s Who montre que le réseautage est aussi et surtout une affaire humaine

A l’heure des médias sociaux, et après des tentatives malheureuses de réseaux sociaux élitistes (a small world) il y a quelques années, cet annuaire ancien et respectable montre toute son utilité en cassant les codes, tout en utilisant le Web pour moderniser ses accès. Une leçons de choses intéressante, qui vient prouver encore une fois, que l’Internet peut être aussi un pont vers le monde réel, loin des clichés du virtuel et de l’underground.

Voyons avec Manuela d’Halloy, dans cette interview réalisée cet été dans les locaux de la société à Levallois, comment fonctionne le Who’s Who, ce qu’il est – et n’est pas – comment il a trouvé sa place au milieu des médias sociaux.

Manuela D’Halloy : le Who’s Who in France, c’est le réseau social des réseaux sociaux

Le Who’s Who, c’est une base de 22 000 plus grands talents et savoir-faire français, ce sont les 22 000 personnes qui font la France comme l’indique notre baseline : Ils font la France, ils sont le Who’s Who. Le Who’s Who est présent dans tous les secteurs : artisanat, sport, business, politique, recherche, journalisme. Le Who’s Who selectionne les plus grands talents français et édite un livre et un abonnement Internet qui recense ces 22 000 personnes avec leurs biographies associées, certifiées, et riches en informations.

Le Who’s Who, à l’origine, est un livre anglais

Le fondateur était Anglais. Il a déposé le nom Who’s Who et l’a revendu en 1953 à Mr Lafitte, en France, qui a racheté la marque sur le territoire français et qui l’a fait perdurer depuis plus de 60 ans. Il est présent dans quasiment tous les pays. Tous ces Who’s Who sont indépendants, mais quand on les regardants tous, on observe une unicité d’identité dont le rouge et le logo qui garantissent une certaine cohérence.

J’ai pris connaissance du Who’s Who il y a quelques mois, quand vous m’avez proposé d’en faire partie. J’étais complètement interloqué car je pensais que c’était réservé à l’Aga Khan et autres personnes célèbres

Il y a beaucoup d’idées reçues. Au démarrage, il était orienté business et politique donc beaucoup de gens sont restés sur ce statut de reflet du business et de la politique or le Who’s Who regroupe tous les domaines d’expertise, du souffleur de verre à Jo Wilfried Tsonga en passant par Marion Cotillard, la brodeuse d’or, Jean Tirole et les présidents du CAC40. C’est donc la seule plateforme permettant de recenser les talents dans toutes leurs diversités et d’être le reflet de cette belle France car nous avons des talents dans tous les secteurs.

15-denfert-0515-9828.jpg

Le Who’s Who ne laisse pas rentrer tout le monde, et c’est la rareté de son réseau (22 000 personnes seulement) qui en fait sa valeur

Lire la suite

Who’s Who in France : réseau social du monde réel was last modified: août 26th, 2015 by Yann Gourvennec