La maladie de Powerpoint ou la désinformation ludique

Un PowerPoint quelques images et hop !
Un PowerPoint, quelques images et hop!

Cet article sur la « maladie de PowerPoint » est une résurgence de mon disque dur, intervenue à l’occasion d’une discussion avec une amie italienne qui dirige le MS sur le luxe à Grenoble Ecole de Management. Nous en sommes venus à parler de Giancarlo Livraghi, philosophe et auteur de livres sur l’Internet. Hélas, je me suis aperçu que Giancarlo est décédé en 2014, il est vrai que cela faisait longtemps que je n’avais plus de nouvelles. Auteur de nombreux ouvrages dont le fameux « La Coltivazione Dell’Internet » son site Web est encore disponible à la lecture. Il est toujours triste de voir un bel esprit disparaître, tant la Terre en manque. Chaque perte comme celle-ci est immense. J’ai donc décidé de republier aujourd’hui ce vieil article du début des années 2000, qui doit se lire, non seulement à l’aune des âneries dont on est abreuvé chaque jour dans le monde de l’entreprise, mais aussi et surtout de la fameuse « guerre contre la terreur » de cette époque post 2001. On se souviendra notamment comment une image (la petite éprouvette) et quelques slides illisibles ont permis à Colin Powell et George Bush, à l’issue d’un célèbre discours à l’ONU de lancer la guerre contre l’Iraq. Mais doit-on faire porter la responsabilité à l’outil ou à celui qui l’utilise ? Je vous invite à lire – ou relire – ce texte fondamental que Giancarlo m’avait communiqué il y a une dizaine d’années.

PowerPoint est-il un virus ?

Par Giancarlo Livraghi

PowerPoint est-il un virus ?

image : virus (Pixabay image libre de droits)

Le  » syndrome de Powerpoint  » est une maladie bien connue, clairement diagnostiquée, non seulement par de brillants caricaturistes comme Scott Adams, mais aussi dans diverses analyses de l’efficacité et de la communication des entreprises. Cette maladie est appelée Outre-atlantique  » disinfotainment « , que l’on peut traduire par ‘désinformation ludique’. Beaucoup des maladies actuelles remontent à l’origine de notre espèce. Il est aisé d’imaginer un peintre préhistorique, qui aurait trouvé un moyen rapide et facile de dessiner un bison, couvrant les murs d’une grotte de scènes coloriées de chasse, sans s’interroger sur sa capacité à nourrir sa famille ou sa tribu.

Il a été prouvé qu’elle peut sérieusement perturber la communication d’entreprise. Certaines firmes, dont Sun, l’ont même bannie de leur organisation.

Le magazine Wire de septembre 2003 contenait un article de Edward R.Tufte, professeur émérite de Yale intitulé Le pouvoir corrompt, Powerpoint corrompt absolument. (Sa monographie,  » The cognitive Style of Powerpoint  » est disponible chez Graphics Press).

Voici quelques extraits de cette intéressante réflexion :

Imaginez une publicité largement diffusée recommandant l’usage d’un médicament onéreux qui rendrait beau, mais qui serait inefficace. Au lieu de cela, le médicament aurait de fréquents et sérieux effets secondaires : abrutissement, neurasthénie, aboulie, difficultés d’expression. Ces effets secondaires conduiraient à juste titre à un retrait mondial du produit.

Pourtant, les logiciels de présentation sont partout présents : dans les entreprises américaines, les administrations et même dans les écoles. Plusieurs centaines de millions de copies du logiciel de Microsoft Powerpoint projettent des milliards de ‘transparents’ chaque année. Ces logiciels peuvent aider les conférenciers à étayer leurs messages. Mais cette commodité peut entraîner un affaiblissement du propos ainsi que de l’attention des auditeurs. La présentation type faisant appel à ces logiciels privilégie la forme au détriment du contenu, trahissant une attitude de vendeur de soupe qui transforme tout en  » baratin  » commercial. Lire la suite

La maladie de Powerpoint ou la désinformation ludique was last modified: avril 5th, 2016 by Yann Gourvennec