Marianne2 et la curation de contenus : « Pearltrees a réorganisé complètement notre site » – #curationB2B

J’ai répondu à l’invitation de Marc Rougier de Scoop’it au Dupont Café du Châtelet. La première présentation était réalisée par Patrice Lamothe, fondateur de Pearltrees et Mathieu Maire du Poset pourMarianne. Elle répondait à une question simple : “Qu’est-ce que la curation ?” Et la question n’est pas idiote, 3 ans après, de se demander ce que c’est vraiment, même (et surtout) si nous l’utilisons tous les jours.

A quoi ressemblait le Web en 2010?

En 2010, a dit Patrice Lamothe, le Web était quasiment l’aboutissement du projet de Tim Berners Lee : “une grande bibliothèque”. Au départ on a eu le Web passif, puis le Web participatif (où on a démocratisé la création de contenu : Wikipedia, les blogs, les wikis, les forums …). Le Web en 2010 ressemblait à une boîte à outils. Le problème majeur dès 2007-2009, c’était “comment accéder au contenu qui les intéresse vraiment”. La réponse à l’époque était le moteur de recherche est ce qui a fait les beaux jours de Google.

image

La curation, c’est l’inverse d’un moteur de recherche !

L’idée de curation est une idée simple qui renverse complètement cette logique : “ce n’est pas le Web qui va organiser les contenus pour vous, mais vous qui allez organiser les contenus pour le Web et les autres utilisateurs”. En quelque sorte, c’est la preuve que “le moteur de recherche le plus puissant est l’être humain … et ils aiment ça !” a dit le fondateur de Pearltrees. Pearltrees a peut-être été un des premiers services de ce genre. La conclusion est que, “deux ans après, tout le monde aime organiser les choses” a affirmé Patrice Lamothe.

La curation en 3 mots

Mais comment définir la “curation” : organiser, c’est à dire permettre aux gens de découvrir, et créer du plaisir en partageant. Quelques exemples :

  • Facebook : n’est pas un service de curation, mais le “like” est proche ;
  • Tumblr : est une plateforme de blogs qui a été détournée par les utilisateurs pour le partage ;
  • Pinterest : partager les objets qu’on aime .

Le futur au travers de Pearltrees?

“Maintenant que le mouvement est lancé et que les gens aiment cela et que même Google a incorporé les recommandations sociales (+1) dans son propre service”, qu’est-ce que les différents services existants vont créer à partir de ça ?

En décembre 2009-2010 a été un des premiers à se nommer “curation service”. Aujourd’hui, c’est l’endroit où on bâtit “la plus grande organisation humaine pour l’organisation de la connaissance”. Le service a séduit des particulier et des professionnels. Les usages sont mixtes. Le but est de construire “la base de connaissance non seulement de votre entreprise mais aussi de l’ensemble des personnes qui constituent votre entreprises”.

Pearltrees aujourd’hui, c’est 50 millions de “pearls” qui ont été organisées. “C’est une des plus grandes bases de la connaissance, plus que la bibliothèque du congrés (30 millions de livres)” a précisé le fondateur de Pearltrees.

Exemple de Marianne

Tout part de la volonté d’utiliser le Web comme terrain de jeu. Marianne a été un des premiers médias à travailler avec des blogueurs et un des premiers à les faire participer à la création d’un journal en ligne (avant le Huffington Post et les autres médias qui s’y sont mis depuis). “Pearltrees est venu dans un premier temps aider les journalistes dans leur travail de tous les jours et l’usage de Pearltrees s’est rapidement imposé comme un usage important” a précisé Mathieu Maire du Poset. Google n’est as pertinent pour les journalistes car le “classement n’est pas intelligent, il est juste soit historique ou statistique” a-t-il dit. Le besoin s’est donc fait sentir dans la rédaction d’organiser la recherche des informations. Le but pour les journalistes était de se constituer des dossiers et ensuite de les réutiliser au moment opportun soit pour nourrir des papiers soit comme base de référence personnelle.

image

Les journalistes se sont donc mis rapidement  utiliser Pearltrees et très rapidement “cela est venu croiser un autre usage qui est de documenter nos articles sur Marianne2 et croiser avec d’autres informations. Même s’il y a 20 liens dans les articles, tous les utilisateurs ne vont pas cliquer sur tous ces liens. Sur Marianne on a donc très rapidement fait des dossiers sur des sujets d’information afin de leur fournir une sorte de ‘best-of’ avec des mélanges de contenus de Marianne et externes qui fournissaient des clés de lecture aux lecteurs. C’est là que Pearltrees a permis de répondre à ce besoin.

“On s’est rendus compte au bout d’un moment de l’importance de Pearltrees et de la profondeur de l’outil : avec le moteur de recherche du site on a du mal à trouver les informations et Pearltrees permet de réorganiser complètement notre site afin de relire Marianne 2 de façon différente. Sur 1 an 1/2 2 ans, c’est 1 million de vues sur Pearltrees, ce qui prouve que c’est un véritable usage par nos lecteurs”.

Un autre type d’usage cité par Mathieu Maire du Poset, “c’est la capacité en tant que responsable du site est de se faire des dossiers de Presse sur différents sujets et Pearltrees m’a permis de garder une trace de tout ce qui a été dit sur nous et de garder en archive tous ces articles avec une utilisation plus simple”.

>> accéder au Pearltrees de Marianne

Marianne2 et la curation de contenus : « Pearltrees a réorganisé complètement notre site » – #curationB2B was last modified: octobre 3rd, 2013 by Yann Gourvennec

Médias sociaux : « ni global, ni local : il faut être glocal » @olivcim

Dans le cadre de l’émission « blogonautes » sur BFM radio, notre ami et confrère Olivier Cimelière, directeur de la communication d’Ipsos et blogueur dans le cadre du blog du Communicant 2.0 a relayé ses conclusions de la conférence media aces du 25 octobre 2012.

Voici les points principaux de l’intervention d’Olivier :

  • global/local : c’est en fait plus complexe que cela, ce n’est même pas une question selon Olivier Cimelière. Toutes les raisons d’être s’imbriquent (c’est le local) ;
  • premier exemple (local) celui des agriculteurs de la FNSEA : la FNSEA a utilisé les médias sociaux pour amplifier leur notoriété et se rapprocher de leurs opposants afin de les fédérer localement ;
  • deuxième exemple (global) celui d’Air France : Air France s’est aperçu que son discours global n’était pas appliqué à tous les publics ; tous les voyageurs ne sont pas des voyageurs fréquents, les publics sont variés, et ils ont donc utilisé plusieurs types de réseaux sociaux, plus locaux et plus ciblés.

En conclusion ne faut pas choisi entre global et local, il faut choisir les deux !

… et le mot de la semaine, « il ne faut pas partir avec une ‘bouillie Corporate’ sans s’adapter » nous dit avec beaucoup d’à-propos Olivier que nous remercions de ce relais de notre conférence media aces, dont le titre finalement n’était pas si mal choisi.

Médias sociaux : « ni global, ni local : il faut être glocal » @olivcim was last modified: décembre 11th, 2012 by Yann Gourvennec

la guerre des API entre médias sociaux fait rage (via Gigaom)

eye-large_thumb.gifVoici une illustration concrète et en quasi temps réel de la guerre que se livrent les différentes plateformes sociales au travers de leurs API. Cet exemple me servira lors de ma présentation de ce midi aux JNM 2012 de l’Adetem à Paris.

Pourquoi l’attaque lancée par Instagram montre  que Twitter veut devenir un Média — Tech News and Analysis

Instagram déclare vouloir retirer à Twitter la possibilité d’inclure les photos de son service afin de diriger ses utilisateurs vers son propre site Web afin de consulter ce contenu. Les autres réseaux sociaux devraient également se poser la question de leur relation avec Twitter.

[la suite en Anglais par Gigaom] … Remember when Twitter was just a free and open conduit for whatever content its users wanted to distribute? Those days are long gone now, replaced by Twitter’s desire to control and monetize as much of its platform as possible, and as much of the content that flows through it. The latest skirmish in this ongoing battle came on Wednesday, when Instagram CEO Kevin Systrom confirmed that the service has removed support for Twitter’s “expanded tweets” feature, and therefore photos won’t be showing up in Twitter any more. While Instagram’s relationship with Twitter is complicated, its reasons for doing this should make other media companies stop and think about how they use (or are being used by) Twitter as well.

As noted by Nick Bilton in a New York Times piece and by my colleague Erica Ogg — and confirmed by a post at the official Twitter blog — what Instagram has done is to remove support for the expanded view of tweets that shows up on the Twitter website and in its official apps. These tweets have a special pane that displays excerpts from blog posts and news stories published by certain partners, or photos and videos from certain external services. Twitter originally launched this as something called “expanded tweets” but it has since become a much more ambitious platform called “Twitter Cards.”

via What the Instagram fight says about Twitter as a media platform — Tech News and Analysis.

la guerre des API entre médias sociaux fait rage (via Gigaom) was last modified: décembre 6th, 2012 by Yann Gourvennec

scénarios pour le futur des médias sociaux – JNM 2012

eye-largeC’est le grand jour ! Celui de la JNM 2012 (journée nationale du Marketing), à laquelle j’ai l’honneur de participer. J’y présenterai à 12.00 aujourd’hui, dans le grand Amphi de l’université Paris Dauphine. Mon sujet sera celui du futur des médias sociaux … rien de moins !

Comme ce n’est pas un sujet facile, j’ai révisé un peu mes classiques. Voici ce que je vous propose : une présentation pour soutenir le discours que je vais tnis (15 minutes, sans slides, les participants pourront scanner le QR code qui les amènera ici afin de récupérer les notes qui sous-tendent mon discours) et une vidéo explicative, qui décrit la situation avec plus de détails, pour ceux qui n’auraient pas été présents à la JNP et qui désireraient savoir ce que j’y ai dit.

J’en profiterai aussi pour annoncer le lancement de notre nouvel ouvrage – toujours co-écrit avec mon compère Hervé Kabla, toujours aux éditions Kawa, et sous la direction d’Henri Kaufman – La communication digitale expliquée à mon boss. Ce livre sera double. D’une part une version française en version papier et e-book, d’autre part une version anglaise (écrite en collaboration avec Anthony Plewes et Stewart Baines de Futurity Media). Le titre Anglais en sera un pu différent : Digital Marketing Beyond Social Media (helping bosses enhance their business online presence).

Ce livre fait suite à notre précédent ouvrage : les médias sociaux expliqués à mon boss, qui a reçu le Hub Award 2012 comme livre digital influent de l’année.

scénarios pour le futur des médias sociaux – JNM 2012 was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

conseils d’expert pour prospecter via LinkedIn

Ceci est un article invité d’Hervé Gonay de Webleads Tracker, qui nous propose ses conseils experts pour tirer le meilleur parti – dans le respect de l’éthique et des règles d’utilisation du service – de LinkedIn, le leader des réseaux sociaux en B2B

Alors que LinkedIn vient de proposer une nouvelle fonctionnalité, l’ « endorsement », qui permet de valoriser ses compétences, beaucoup se demandent :

  • Comment se présenter, en tant que personne et en tant qu’entreprise ?
  • Comment identifier des contacts à potentiel de business ?
  • Comment insérer LinkedIn dans son dispositif webmarketing ?

Je vous notre deuxième infographie qui synthétise les meilleures pratiques pour générer des affaires grâce au premier réseau professionnel mondial LinkedIn. La première infographie, Start, est destinée à tous ceux qui se lancent dans le Social Marketing. La seconde, Expert, trace les contours d’un processus optimisé pour les marketers et business developers qui veulent industrialiser la démarche.

En effet, LinkedIn figure parmi les 50 sites web les plus visités au monde. 2 nouveaux profils y sont créés chaque seconde… Si le succès de LinkedIn n’est plus à démontrer, son usage évolue rapidement. S’il était davantage perçu, à l’origine, comme un annuaire de CV online, le site tend désormais vers la valorisation de pratiques business, particulièrement en B2B. Ces derniers mois, LinkedIn a multiplié les nouvelles fonctionnalités dédiées aux entreprises qui souhaitent utiliser le réseau social comme tremplin pour développer leur business et ces Infographies vous aideront à les  mettre concrètement en oeuvre.

Enjoy !

LinkedIn Meilleures Pratiques Marketing B2B  WEBLEADS TRACKER pour les Experts

conseils d’expert pour prospecter via LinkedIn was last modified: novembre 22nd, 2012 by hgonay