Les Banques à la traîne en référencement naturel (SEO)

La logique de référencement naturel, alias SEO, est décidément bien difficile à comprendre pour les entreprises traditionnelles. Celles-ci ont tendance en effet à se focaliser sur elles mêmes, et à maximiser les recherches sur le nom de marque qui en fait sont essentiellement centrées sur les clients existants ; … quand elles n’y dépensent pas une part non négligeable de leur référencement payant. Mais en fait, c’est sur les requêtes génériques, que l’on a appelé ici « non brandées », et qui ne représentent que 4 % de l’ensemble, sont l’endroit où le principal potentiel commercial peut se réaliser. Il faut donc, cela paraît logique mais encore faut-il le comprendre, se focaliser sur les recherches génériques, avec les noms et les mots-clés des clients, et non ceux des noms des banques (ou assurances), afin de maximiser le référencement et la génération de prospects. Voyons ici plus en détail le classement réalisé par Keley consulting avec cette interview du patron de la société de conseil Pierre Guimard qui décrit les résultats de son étude.

Mesurer la part de voix sur Internet (SEO) des banques et de l’assurance

Keley Consulting est un cabinet de conseil spécialisé dans la stratégie digital et a lancé en mars 2014 sur la part de voix des banques et des assurances en France. L’étude essaie de représenter la recherche des internautes sur le secteur de la banque et de l’assurance. Keley a analysé 943 requêtes de Google afin de modéliser les parts de voix pour chacun des acteurs au prisme de la recherche d’information. On ne mesure ici que le référencement gratuit, en recherche de marque et hors marque.

Plus de 63 millions de requêtes sont réalisés sur ce segment au total chaque année. Une grande partie de ces requêtes sont des requêtes de marque (ex le mot-clef “société générale” ou “crédit agricole”) qui sont moins intéressantes car il s’agit surtout de clients qui dans l’utilisation quotidienne de l’Internet vont taper directement le nom de leur banque dans Google.

Banques & Assurance sur Internet

Les banques et assurances traditionnelles ont bien du mal à comprendre la logique du SEO (référencement naturel) – photo antimuseum.com 

Ce qui est plus intéressant du point de vue du potentiel commercial, c’est ce qu’on appelle les requêtes non brandées comme “prêt immobilier” par exemple, qui ont un véritable potentiel commercial pour les acteurs de ce monde financier. Ces recherches sont cependant moins importantes en volume. Les clients réguliers ne vont pas hésiter à taper le nom de leur banque dans Google une fois par jour et cela vient introduire un biais

[NDLR : en fait il ne s’agit pas de véritables requêtes de moteur de recherche mais simplement d’utilisateurs qui préfèrent taper le nom de leur banque dans la barre de recherche que l’url de cette banque. Ceci se comprend. Prenons le cas de la banque LCL comme exemple. Le client lambda préfèrera taper “LCL particulier” que https://particuliers.secure.lcl.fr on se demande vraiment pourquoi !? En quelque sorte ce résultat est intéressant car il pourrait aussi faire comprendre aux acteurs de la finance qu’un travail important de simplification de leurs noms de domaine est indispensable, ceci d’autant plus que, à chaque fois qu’un utilisateur va passer par un moteur de recherche pour accéder à un site au lieu de taper son URL, il contribue au réchauffement climatique car il génère une requête supplémentaire et inutile ! A bon entendeur …]

Les requêtes non brandées représentent un peu moins de 4% des requêtes mais leur poids commercial est beaucoup plus important et elles reflètent bien la véritable efficacité commerciale des différents acteurs financiers.

Sur les requêtes brandées, les banques traditionnelles, sur les requêtes non brandées les pure players

Ce n’est pas une surprise sur les requêtes brandées et les résultats montrent une forte corrélation avec les véritables poids des différents réseaux bancaires. en revanche sur le non brandé, où le potentiel commercial est plus important, on voit que les pure players sont beaucoup mieux positionnées et même qu’il y a très peu d’acteurs traditionnels qui se trouvent dans le top. Il n’y a que la banque postale et les autres mots-clés sont squattés soit par des comparateurs qui sont très bien positionnés en termes de SEO ou des acteurs comme Boursorama.

Les requêtes de produits en tête

[Keley] a analysé plusieurs nuages sémantiques qui n’ont pas le même impact et ils ont identifié un certain nombre de niches comme la bourse en ligne, la fiscalité, la banque pour les professionnels et la retraite. D’abord on voit les produits et services : C’est ce qui représente le plus gros poids avec des choses comme “banque en ligne”, “livret A” qui sont extrêmement intéressantes d’un point de vue marketing.

Lire la suite

Les Banques à la traîne en référencement naturel (SEO) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Fiches produits : intuition et induction, un jeu risqué qui peut être payant

Même si cela peut paraître contre-intuitif, un chef de produit habile peut déduire l’insight consommateur de son concept après avoir travaillé sur les bénéfices qu’il veut proposer. Une démarche de reverse engineering qui rappelle le jeu télévisé Américain Jeopardy, où à partir de réponses, les joueurs doivent trouver la question correspondante. Une démarche à haut risque mais qui peut se transformer en opportunité si elle est bien maîtrisée.

fiches produits  : démarche déductive

la méthode classique : la déduction

Si une démarche traditionnelle d’innovation implique que la compréhension des besoins consommateurs précède la conception des offres, la réalité voit en revanche s’exercer une pratique plus nuancée de cette orthodoxie. Et ce pour au moins deux raisons :

  • Dans un monde qui va vite, la prise de recul et la capacité à adopter un regard prospectif demande un temps que les chefs de produits ont ou prennent de moins en moins. La réponse marketing précède alors souvent la question consommateur et la volonté de créer et lancer devient plus pressante que celle d’entendre et d’anticiper,
  • Dans de grandes organisations, le chef de produit peut parfois être le relai tardif d’une innovation décidée par des instances supérieures ou amont. Il est alors contraint de partir de la réponse qu’on lui demande de lancer sur son marché et de trouver donc la question consommateur, c’est-à-dire l’insight le plus pertinent.

Lire la suite

Fiches produits : intuition et induction, un jeu risqué qui peut être payant was last modified: septembre 20th, 2014 by Marc Papanicola

3 exemples de crowdsourcing et leurs résultats concrets

Suite de mon précédent article sur le marketing collaboratif, voici 3 exemples concrets de crowdsourcing auprès de la foule : génération d’idées ou de solutions grâce à l’intelligence collective. Le crowdsourcing n’est pas du collaboratif client, stricto sensu, mais il appartient à la « grande famille » de l’open-innovation et du participatif.

crowdsourcing

Aller vers les autres : voilà la philosophie du crowdsourcing (photo antimuseum.com de la Tour Paris 13)

Exemple de Crowdsourcing n°1 : Enterprise Works

Permettre à une communauté d’experts, de chercheurs ou de créateurs d’inventer, d’innover : Enterprise Works, une ONG, luttant contre la pauvreté en Afrique, a lancé auprès de la foule d’experts, chercheurs, inventeurs, un appel à projet pour développer une solution pour les populations d’Afrique.image

Etude de Cas Enterprise Works télécharger le cas enterprise Works

Objectif : Mettre à disposition des populations pauvres d’Afrique un système de récupération d’eau « low cost » leur permettant de lutter contre les maladies liées à une eau impropre à la consommation.

Méthode utilisée : Place de marché (propriétaire) InnoCentive

Résultats : 1 188 créateurs engagés, pour 164 solutions proposées en 60 jours, avec une prime de $15 000, fourniture d’une source d’eau potable issue de la pluie et abordable pour des foyers de pays en voie de développement, cela a changé l’économie du village en permettant aux personnes chargées de la corvée d’eau d’aller travailler ou d’étudier et a permis de développer un business local basé sur la fourniture et les installations.

Exemple de Crowdsourcing n°2 : Challenge Microsoft StudyKa

Exemple de Crowdsourcing : challenge_Microsoft_StudyKa
Exemple de Crowdsourcing : challenge_Microsoft_StudyKa

Lancer un concours d’idées auprès étudiants : Microsoft a lancé auprès d’une foule d’étudiants de plusieurs écoles un concours concernant un plan de communication pour l’un de leur produit. Cela permet aux étudiants de valoriser leurs compétences.

Objectif : trouver des idées fraîches et créatives de communication pour le lancement d’un produit.

Méthode utilisée : site de crowdsourcing (Studyka) d’une communauté d’étudiants de plusieurs écoles.

Lire la suite

3 exemples de crowdsourcing et leurs résultats concrets was last modified: avril 10th, 2016 by Lidia Boutaghane

10 start-ups pour transformer le e-commerce ( #ec1to1)

La dernière plénière du matin de Ecommerce1to1 le 20 mars 2014 à Monaco était dédiée à 10 start-ups. C’est que “l’innovation est l’élément de différenciation de demain” pour reprendre le pitch d’introduction de Comexposium … Chaque startup a eu 3 minutes pour convaincre, le minutage et les présentations étant faites par Patrick Robin.

Satrt-ups Patrick Robin

Patrick Robin, on ne le présente plus. Il a fondé ImagiNet et je lui dois mon premier kit Internet, en 1995, qui m’a permis de briller en société et de me lancer dans ce qui est devenu mon métier. Il a fondé 30 sociétés avec un simple Bac B. Respect ! Avec ImagiNet il a lancé le premier abonnement forfaitaire à Internet (j’en ai été un des premiers clients), ce qui me fait penser que Xavier Niel n’est qu’un pâle copieur. Il est aussi fondateur de l’agence de stratégie digitale 24h00.fr (qui a intégré en 2011 Boosket.com) mais il est aussi connu comme étant le Vice Président de France Digitale (alliance des entrepreneurs du numérique que j’ai présentée sur ce blog au moment de son lancement en juillet 2012). France Digitale “c’est un  peu la version sage des pigeons” selon Patrick. L’association œuvre auprès du gouvernement pour promouvoir l’entreprenariat digital. Il est enfin cofondateur de Avolta Partners, conseil en levées de fonds pour les startups.

Moi qui pensais travailler trop … je peux aller me rhabiller.

antimuseum.com-monaco-3788

Selon Patrick, en France “il y a un écosystème vertueux, moins qu’en Angleterre, mais un système efficace avec la BPI, des fonds d’investissement puissants, …”. « il n’est pas vrai qu’on ne peut pas lever 14 millions d’euros en France » poursuit-il, avant d’ajouter que “grâce à Fleur Pellerin, nous avons un cadre favorable pour le crowdfunding”. Pour les start-ups ce n’est cependant pas toujours le bonheur, elles arrivent à se financer mais ça se gâte souvent après et Patrick d’en appeler aux grands groupes à qui « [il] demande de leur faire plus confiance ; leurs premières références souvent c’est vous et vous avez une responsabilité dans cet écosystème ». a-t-il conclu.

Voici les 10 idées présentées jeudi dernier, dans l’ordre, avec mes notes en format brut de décoffrage, comme à mon habitude.

1. PAYMIUM  /    Gonzague GRANVAL

Leader européen des solutions de paiement fondées sur la technologie Bitcoin

“On parle beaucoup de Bitcoins et on entend beaucoup de bêtises sur ces sujets”  a prévenu Gonzague Granval. Ce n’est pas seulement une monnaie, c’est un protocole qui va permettre beaucoup d’innovations. Le bitcoin permet de réaliser es transactions de pair à pair sans tiers de confiance et c’est la première fois qu’on peut faire ça ; c’est une  grande innovation. Paymium est la première place de marché régulée en Europe. C’est tout à fait naissant et 2014 est 2015 vont être des années de bascule pour que les marchands acceptent le bitcoins. C’est une technologie libre qui se répand comme un virus (on dit même que c’est plus viral que Facebook). Il faut juste du temps pour que ça se développe. “Il faut juste que les utilisateurs comprennent ce que ce moyen de paiement permet” a ajouté Gonzague.

Evernote Snapshot 20140320 092259

2. TEXMASTER    /   Thibault LOUGNON

C’est une agence de traduction et de rédaction de contenus web à la demande. Ils travaillent pour des sites de contenu et des emarchands, des PME et des grands comptes. On a le choix entre des solutions de traduction automatiques (pas chères mais mauvaises) ou de passer par des agences qui sont moins souples et chères. Ce que textmaster (NDLR : fondé par le créateur de Fotolia) propose c’est du service en ligne avec un chargement des textes en ligne via l’api, et de recourir à du Crowdsourcing et cela permet de la souplesse et des tarifs abordables. L’intermédiation avec les traducteurs se fait via Internet et le Crowdsourcing (60000 auteurs et traducteurs dans 40 domaines d’expertise). Textmaster revendique 5000 clients et 98% de satisfaction. Ils ont l’ambition de devenir la première agence de traduction au monde. Evernote Snapshot 20140320 093106

Lire la suite

10 start-ups pour transformer le e-commerce ( #ec1to1) was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

les 3 tendances du e-commerce selon François Bieber (Kwanko)

Quelques semaines après mon entretien avec François Bieber sur le drive to store, je l’ai rencontré à nouveau sur le stand qu’il tenait à e-commerce 1 to 1 hier soir, afin de faire le point sur les trois tendances du e-commerce que le patron de Kwanko estimait être les plus importantes.

tendance - tendances e-commerce

Première tendance : une demande pour faire de l’affiliation différemment

« Mon bilan de ce salon, c’est qu’il y a une demande pour faire de l’affiliation différemment » a déclaré François Bieber lors de notre entrevue ; ceci est un écho à la plénière de Google du 19 mars en ouverture de la session du deuxième jour d’e-commerce one to one, dans lequel Philippe Plichon déclarait l’importance de mesurer l’ensemble des acteurs amenant la vente, et d’éviter la technique dite « de l’attribution au dernier clic ». On a donc développé une offre de tracking multidiffusion (K. Sales), qui permet une mesure de l’ensemble de la chaîne de valeur, du premier au dernier clic, et l’attribution à chaque acteur de sa vraie valeur ajoutée. « Cette offre a demandé plusieurs années de développement » a précisé François Bieber et elle disponible depuis juillet 2013. Cette nouvelle version de la plate-forme Kwanko est disponible tous les pays. Le problème du dernier clic se pose partout où les e-commerçants ont des problèmes de développement du ROI de leur investissement publicitaire. Cette logique-là est retrouvée notamment en France, Royaume-Uni et en Allemagne.

Deuxième tendance : le mobile, le mobile, le mobile (et surtout la tablette !)

Deuxième tendance principale du e-commerce selon le patron de Kwanko, une vraie préoccupation des e-commerçants sur ce qui se passe sur le mobile et la tablette. La vraie priorité est la tablette d’ailleurs, déclare François Bieber. Les taux de conversion y sont très attractifs (de 10 à 20 % supérieurs aux sites Web). Pour autant, François Bieber « ne pense pas que le site Web va disparaître » mais qu’il va rester et qu’il va se développer en version mobile, à côté des applications, que les consommateurs lambda utiliseront un nombre limité ; « ils iront sur le Web mobile de leur navigateur pour le reste » poursuit François Bieber. L’application restera un élément de l’univers mobile, mais le Web mobile va se développer, pour des raisons de coût notamment, mais aussi de manque de réactivité lors de la soumission aux application stores).

Troisième tendance : le drive to store

Troisième et dernière tendance selon François Bieber, le drive to store dont nous avons déjà largement parlé sur Visionary marketing. « Les ‘Brick & Mortar’, il y a 3 ou 6 ans se posaient encore la question du Web marchand ; aujourd’hui ils se posent la question du digital et du cross canal » a ajouté François Bieber. Une enseigne qui n’a pas de site Internet marchand, et cela existe encore, hélas, cherche quand même à mettre en place des logiques drive to store pour amener des clients sur ses magasins. Le multi canal/multi devices est également incontournable. Il va falloir trouver un moyen de communiquer avec son client et lui envoyer la bonne information sur le support le plus pratique à consulter.

Au final, le digital est intégré comme un levier de développement des magasins physiques. Il y a cinq ans, il y avait encore des peurs liées aux digitales, vu comme un épouvantail et une menace de disparition du commerce physique. Aujourd’hui, le paysage est tout différent, il y a une forte appétence de tous les clients. Les brick and mortar réagissent quand on leur parle de drive to store, on n’est plus dans un vague intérêt mais dans la réaction immédiate pour fixer un rendez-vous, ce qui montre que cela correspond à un véritable besoin du marché.

Les magasins physiques sont dans une situation, du fait de la crise, de pénurie de vente, et cherchent à trouver les leviers par tous les moyens pour générer des ventes.

les 3 tendances du e-commerce selon François Bieber (Kwanko) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec