Livre « Internet Marketing 2010 » – La Critique

livre internet marketing 2010

La toute dernière édition du livre “Internet Marketing 2010” a encore gagné en qualité… En effet comme le bon vin, le Millésime 2010 s’est bonifié avec le temps…

Et le fait que cette année encore ConseilsMarketing et Visionary Marketing soit un des contributeurs à cet ouvrage n’influence pas du tout notre jugement, car ce sont véritablement que des experts qui livrent leurs conseils dans ce guide (Frederic CANEVET, Yann Gourvennec, Cedric Giorgi, Grégory Pouy, Emmanuel Mignot…).

Comme toujours le guide commence par un rappel des différents métiers du Web (Community Manager, Responsable Web…) avec les fourchettes de rémunérations (intéressantes pour négocier votre prochaine augmentation de salaire !).

Après cette entrée en matière, le guide se divise en 2 grandes parties :

– La partie Théorique (220 pages), qui vous apporte les dernières informations et pratiques en eMarketing et Marketing Mobile.

– La partie Pratique (130 pages), avec 62 cas pratiques illustrés.

Soit au total 350 pages à dévorer ! Il vous faudra bien 2 jours de lecture si vous faites une lecture attentive, mais vous pouvez aller directement à l’essentiel grâce à un chapitrage simple et clair. Pour les personnes pressées, nous vous recommandons d’attaquer directement par les cas pratiques, puis de réviser vos classiques par thèmes.

Dans cette première critique nous allons vous présenter la 1er partie consacrée à l’état de l’Art de l’eMarketing en France en 2010.

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to Yahoo BuzzAdd to Newsvine

Lire la suite

Livre « Internet Marketing 2010 » – La Critique was last modified: mai 11th, 2015 by conseilsmarketing

relation client : industrialisation peut-elle rimer avec qualité ?

J’ai répondu à la sollication d‘Emmanuel Mignot suite à mon indisponibilité pour le débat sur l’industrialisation et le CRM. Voici donc mes réponses pour Emmanuel, sous forme de vidéo, ce qui est quand même moins fatigant que d’écrire 😉

« A l’occasion du 2° « Comptoir des Bloggers » de la Relation Clients, CherClient.tv a eu le plaisir et l’honneur de recevoir François Laurent, Hervé Pépin et Laurent Garnier pour un débat sur l’industrialisation de la Relation Client. »

Adresse du débat originel : cherclient.com/component/content/303.html?task=view

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to Yahoo BuzzAdd to Newsvine

relation client : industrialisation peut-elle rimer avec qualité ? was last modified: mars 8th, 2010 by Yann Gourvennec

Les Chaînes de Prospection en Pratique – Didacticiel avec Aweber

Dans la première partie de ce dossier sur les chaines de prospection et de fidélisation nous allons :
– Expliquer ce que sont les Chaînes Marketing (ou Trigger Marketing)
– Présenter les éléments clés à prendre en compte avant de définir sa chaine de prospection.
– Créer un compte pas à pas avec Aweber, la solution N°1 pour la gestion de chaine d’emailing via les auto-répondeurs
– Définir une chaine de prospection pour vendre un produit.
– Réaliser les premiers messages de la chaîne de prospection.
– Ajouter sur un Blog le formulaire d’inscription.

L’importance des Chaînes Marketing

Les chaînes de prospection ou de fidélisation, ou encore appelés répondeur automatiques (ou trigger marketing) ont pour but d’automatiser les actions commerciales de l’entreprise pour en améliorer la productivité et l’efficacité.

De manière concrète, le but d’une chaîne de fidélisation ou de prospection c’est programmer une série de tâches qui seront planifiées automatiquement soit en tenant compte d’une date (séquentiel d’envois de messages) ou soit d’un évènement (si le client ne commande pas il reçoit une série d’emails gratuit, et quand il commande il est sorti de cette chaine pour être intégrer à une nouvelle chaine).

Les chaînes peuvent alterner différents canaux de communication (email, téléphone, fax, SMS…) et différents messages (commerciaux / non commerciaux).

Les solutions de gestion des Chaines Marketing présentent aussi l’intérêt de gérer automatiquement les mailing listes, c’est-à-dire que vous n’aurez plus à gérer manuellement vos différentes listes de prospects, à les supprimer de vos listes de diffusion et newsletter, tout est fait automatiquement, ce qui vous fera gagner un temps fou…

Dans le cadre de ce dossier, nous allons vous expliquer comment mettre en place une chaine de prospection et de fidélisation par email en utilisant Aweber.

Lire la suite

Les Chaînes de Prospection en Pratique – Didacticiel avec Aweber was last modified: mars 3rd, 2010 by conseilsmarketing

à l’ère du tout numérique, Papermate veut séduire les entreprises avec… des stylos et des livres

Aux États-Unis, j’ai pu le constater lors du dernier rendez-vous du SMBC à Atlanta, la folie parmi mes collègues experts des médias sociaux en entreprise c’est … Le Sharpie®, c’est-à-dire le stylo bien pointu (comme son nom l’indique) au « design » très américain et que j’utilise d’ailleurs à l’instant même pour écrire cet article (comme je souffre de troubles musculo squelettiques, je préfère écrire sur le papier et dicter mes articles, cela réduit la frappe). Quand je dis folie, je pèse mes mots : on s’arrachait littéralement les stylos de la marque américaine, notamment le fameux stylo en métal qui semblait être une vedette (stylo américain fabriqué en Chine bien entendu – voir l’image sur la gauche).

Comme quoi on peut vouloir être à la pointe de la technologie et préférer quand même les stylos (pointus) d’antan. Sharpie®, c’est une marque de NewellRubbermaid, la société d’Atlanta qui hébergeait Blogwell en novembre 2009, et qui a beaucoup d’autres marques dans son escarcelle : Parker® et Waterman® pour les stylos de luxe Rubbermaid® pour les objets en plastique, Sharpie® pour les stylos (États-Unis, Royaume-Uni), Dymo, le produit star des années 70 pour faire ses étiquettes, et aussi – plus connu en France notamment pour avoir lancé des stylos bille effaçables dans les années 80 – Papermate®.

Et c’est justement cette dernière qui m’a envoyé mes étrennes sous forme d’un colis imposant (et pas très écolo d’ailleurs, ma femme a beaucoup râlé au moment de trouver un endroit pour recycler cette énorme boîte en carton) venu dans ma boîte aux lettres. Au départ, je me suis demandé ce que j’allais en faire, car je refuse les articles payants sur ce blog au nom de l’indépendance et de la transparence, mais après tout j’ai trouvé la démarche suffisamment décalée et amusante pour justifier un billet.

Car le sujet n’est pas de séduire un blogueur avec un gadget électronique de plus, mais de promouvoir le bon vieux stylo, et qui plus est un stylo biodégradable (**), le Papermate Green, ce qui est sympathique pour une entreprise qui produit des objets en plastique (en fait s’agit-il d’un des 3 stylos parmi ceux proposés dans le coffret ci-contre).

Un ensemble de dispositifs marketing a été décidé par la marque afin de dynamiser les ventes de fournitures en entreprise en offrant des livres de voyage (en partenariat avec Gallimard qui a l’air plus doué en bouquins qu’en paramétrage de domaines Internet), un voyage de deux personnes d’une valeur de 4000 € et des cadeaux d’entreprise pour 10 000 €.

L’entreprise américaine permet à l’utilisateur de s’inscrire sur un formulaire à tiroirs et ainsi se constitue une base opt-in d’employés, et d’entreprises (via les personnes qui veulent augmenter leurs chances de gagner en dénonçant leur entreprise) et même de collègues de la personne en question (en utilisant le même principe sur un deuxième tiroir). On pourra juste déplorer l’absence de case à cocher – pourtant obligatoire – mentionnant la volonté de garder les données personnelles privées et pour seul usage du tirage au sort. Sinon, on pourra juger du caractère particulièrement inventif de ce système à tiroirs.

Une opération somme toute amusante, aux réserves près énoncées ci-dessus, à une époque où trouver des fournitures en entreprise relève de plus en plus du sport de l’extrême et où l’essentiel de « l’écriture » se fait sans fournitures et en mode électronique. Du moins c’est ce qu’on pourrait croire benoîtement car après tout, selon les chiffres fournis par le communiqué de presse, il se vend encore 1,7 milliards de stylos par an chez NewellRubbermaid soit, ce chiffre ramené à la population mondiale et si l’on prend l’hypothèse probablement erronée d’un stylo acheté par personne, 1 stylo vendu à 1 personne sur 3. Ceci pour un chiffre d’affaires somme toute assez modeste car le CA total du groupe en 2008 n’est que de 6,8 milliards de $, et je ne connais pas la proportion des stylos dans ce chiffre, mais cela ne doit certainement pas représenter l’essentiel du chiffre d’affaires.

En lisant le CP, j’ai aussi découvert le nouveau ruban correcteur Wideline pour écriture manuscrite (photo à gauche) qui doit sans doute être réservé aux rares écrivains rescapés du XXe siècle qui n’ont pas encore acheté de notebook. À une époque où même l’administration est passée au tout-électronique… (Essayez de payer une femme de ménage avec un CESU en papier : bonne chance !). Tout ceci paraît délicieusement suranné, mais en même temps, me rend nostalgique d’un temps où nous avions la possibilité de gérer un projet à la fois, de faire des rapports au bouillon et où tout allait moins vite…

Allez, foin de cette nostalgie, et partons en voyage … sans notebook et avec un stylo biodégradable.

Liens divers

  • aller sur le site http://www.papermate-passiondecrire.com
  • l’opération est montée par http://www.osad-rp.com
  • (**) je ne joins pas le communiqué de presse qui est un peu trop commercial à mon goût, mais je reprends l’explication du stylo biodégradable pour ceux que ça intéresse et qui sont sensibles à l’environnement comme moi : « gamme biodégradable : la plupart de ces composants sont faits de matériaux végétaux renouvelables et se dégradent biologiquement dans le sol de votre jardin. Une fois démantelé et enfoui dans le sol, ses composants se décomposent naturellement dans l’espace d’une année, ce qui réduit votre volume de déchets et produit plus de compost. En outre, l’emballage de ce stylo est composé de matériaux 100 % recyclables et exempts de PVC. »
    • (Hélas, je n’ai pas de bac à compost dans mon appartement parisien, il faudra attendre que nous nous rendions dans notre maison de l’Ariège pour pouvoir planter ce stylo dans le sol et le rendre à la nature. Ensuite je me pose la question des parties métalliques du stylo et notamment sa bille et sa pointe; mais l’intention est louable.).
  • transparence : au vu de la faible valeur marchande des stylos offerts dans le coffret, je me suis permis de les garder car cela coûterait plus cher de les renvoyer à l’entreprise. J’en ferai bien cadeau à quelqu’un
à l’ère du tout numérique, Papermate veut séduire les entreprises avec… des stylos et des livres was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

Manager GO ou le renouveau de l’annuaire marketing

jardin géomètrique http://antimuseum.online.fr
jardin géomètrique http://antimuseum.online.fr
L’annuaire Internet ce n’est pas nouveau. On se souviendra que c’est même comme cela que Yahoo! a commencé à la fin des années 90. Entre-temps, Yahoo! a fermé son annuaire  (et même vendu son âme à Microsoft au travers de son coeur de métier, le moteur de recherche), et nous voici livrés à nous-mêmes pour trouver de l’information structurée sans ramer pendant des heures dans les moteurs de recherche.

Il y avait donc une place à prendre ! Et c’est exactement ce qu’a fait Laurent Granger en créant manager go. Cela fait plusieurs années maintenant je corresponds régulièrement avec Laurent et devant le succès de son site, je lui ai demandé de décrire son expérience, en commençant par l’idée jusqu’à la présentation des résultats.

N’hésitez pas à lui poser directement aux questions au travers des commentaires.

L’histoire de Manager GO! par Laurent Granger, fondateur

La genèse de Manager GO!

Dans le passé, j’ai beaucoup travaillé dans des fonctions nécessitant une veille sur les pratiques managériales, en tant que responsable d’études marketing et stratégiques, puis chef de projet organisation. Dans ce cadre, associé à une véritable passion du management de l’entreprise, je perdais beaucoup de temps en recherches sur le web pour dénicher les informations convoitées : articles, cours, études de cas, analyse, études…  Petit à petit, je me suis ainsi constitué  mon propre bookmark pour mes thèmes favoris.

J’ai rapidement été confronté à plusieurs problèmes : liens rapidement obsolètes, difficulté à classer tel ou tel lien dans une catégorie spécifique… et au final un bookmark souvent sans réponse à de nouvelles questions… Il fallait donc réutiliser les moteurs de recherche classiques, qualifier de nouveau les réponses… bref, passer de nouveau beaucoup de temps.

C’est ainsi que germa l’idée de Manager GO! : synthétiser, répertorier et actualiser toutes ces publications issues du web, pour ensuite les diffuser à l’aide d’un outil ergonomique et ultra fonctionnel et prévenir les utilisateurs des nouveaux liens les plus intéressants.

Manager GO!, l’outil

La mise en application de l’idée à pris de nombreux mois. Catégoriser les liens est une opération assez aisée. En revanche, organiser les catégories se révèle être un véritable casse-tête.

Exemple : prenons la catégorie Business plan, a priori facile à classer : on réalise un business plan essentiellement lors de la création d’entreprise. Que retrouve-t-on dans un business plan : une étude de marché, un business model, une stratégie, etc. Le problème est que ces catégories sont déjà reliées ailleurs … L’étude de marché, par exemple,  est une sous-catégorie du domaine marketing. Notre outil doit donc pouvoir créer un lien transversal entre Business plan et étude de marché. De plus, un business plan est un document à ajouter dans son dossier de création d’entreprise. On doit donc le retrouver également dans cette dernière catégorie.

Bref, on se rend vite compte que classifier et créer des connexions transversales devient une véritable usine à gaz. Toutefois, il s’agit du point le plus important de l’outil. En effet, l’utilisateur recherchant des informations sur le business plan sera satisfait de pouvoir accéder rapidement à la catégorie « étude de marché ». Tout comme celui recherchant des informations sur le  Marketing  pourra accéder également à ce qui se dit sur les études de marché. On se rend compte que le contexte de navigation est important pour la classification des catégories.

Ajoutez à cela, le fait que les catégories vivent. A l’origine, la catégorie « étude de marché »  ne possédait aucune sous-catégorie. Puis, lorsque le nombre de liens est devenu conséquent, les catégories « études documentaire », « études quantitatives » et « étude qualitatives » ont été créées. Ce qui allait générer de nouvelles connexions transversales…

En conclusion, il fallait donc pouvoir créer non pas une simple catégorisation mais un véritable modèle avec des liens hiérarchiques et transversaux. Un des enjeux majeurs était d’avoir à sa disposition un outil permettant d’appréhender aisément ce modèle et de pouvoir très facilement le modifier : ajouter de nouvelles connexions, en  déplacer, en supprimer… C’est pour ces raisons que le modèle utilisé par Manager GO! est basé sur des ontologies et des topic maps . Ces technologies permettent en effet de décrire des données non seulement d’une manière hiérarchique domaine->sous-domaine etc, mais surtout de créer des liens transversaux chargés de sens.

De fil en aiguille, le modèle s’étoffe et après 2 ans, l’outil référence plus de 5000 documents classés dans 950 catégories.  Des services ont également été ajoutés :

– une lettre de veille gratuite dont l’objectif est d’informer en mode push les abonnés des entrées les plus intéressantes. La diffusion se fait par e-mail ou par flux RSS.

– une section dédiée aux professionnels. Ils ont la possibilité de présenter leurs offres de prestation, de formations et logicielles et ce, de manière gratuite ou peu onéreuse.

Laurent Granger de manager-go.com

Manager GO ou le renouveau de l’annuaire marketing was last modified: janvier 26th, 2010 by Yann Gourvennec