Le Hub Forum va ouvrir ses portes #hubforum

Cela fait des mois que nous préparons cet événement avec Vincent Ducrey (auteur du célèbre guide de l’influence) et l’équipe Web d’Orange Groupe que je dirige. Il s’agit de l’événement incontournable des décideurs et acteurs de la communication 360°.

Il ouvrira ses portes à 8.30 à l’Espace Cardin à Paris, restez donc en ligne, car les compte-rendus et points de vue vont se multiplier tout au long des 2 jours de cet événement.


FACEBOOK

Facebookez le HUBFORUM 2011 maintenant !


TWITTER

Tweetez le HUBFORUM 2011 maintenant !

Le Hub Forum va ouvrir ses portes #hubforum was last modified: octobre 6th, 2011 by Yann Gourvennec

e-loue.com, le Priceminister de la location en ligne

DSC_4187Le 22 septembre, je recevai Alexandre Woog – découvert par hasard au détour de LinkedIn – le jeune et dynamique patron de la société e-loue.com. E-loue, c’est un peu le priceminister de la location. Ce site prometteur est déjà une réussite sur un marché en plein essor et que peu d’acteurs traditionnels ont investi, y compris les poids lourds du secteur. C’est le cas notamment de Kiloutou par exemple qui ne s’est lancé que le jour de l’enregistrement de cette vidéo ! Et encore, ils ne permettent, selon Alexandre, que de « réserver leurs produits en ligne » ; Loxam serait quant à lui moins avancé. E-loue travaille avec beaucoup de professionnels et profite de cette explosion actuelle du e-commerce. Zoom sur une future star du e-commerce français et peut être même européen :

[photo Yann Gourvennec : http://bit.ly/picasayann]

la location garantie

L’avantage concurrentiel de E-loue ? Le développement d’une plate-forme technologique qui leur permet la réservation et le paiement en ligne (avec Paypal), soit mieux que ce que font – on ne font pas – les acteurs traditionnels du secteur. Ce qui fait aussi et surtout le point fort du site, c’est que quand on a envie d’une location, dès le premier jour, le débiteur est débité. La société joue ainsi le rôle de tiers payant certificateur, et le dernier jour de la location, e-loue paie enfin le loueur, moins les 15 % de sa location (depuis 2011). L’annonce elle, reste gratuite. On peut donc dire que c’est une sorte de Priceminister de la location, qui assure une location garantie.

Les loueurs sont à la fois des pros, mais aussi de simples quidams qui travaillent selon un contrat de location pré rempli avec les coordonnées à la fois du loueur et du locataire, issues du formulaire d’inscription. La location est aussi assortie d’une assurance, qui permet de garantir l’intégrité de l’objet loué. Quand il s’agit d’une voiture, car e-loue permet aussi de louer sa voiture, c’est la société MMA qui remplit son rôle d’assureur. E-loue est donc, pour les loueurs individuels, un bon moyen de rentabiliser ses achats, pourvu qu’on soit un peu prêteur, et pour les professionnels, le site agit comme une place de marché.

DSC_3646-028-JPEGe-loue permet aussi la location de voitures … et de limousines [photo Yann Gourvennec : http://bit.ly/picasayann]

assurance et prévention des fraudes

Dans le cadre d’une location de voitures par exemple, peut-il y avoir des arnaques à l’assurance ? Par exemple, un loueur et un locataire pourraient-ils s’entendre pour faire disparaître un véhicule afin de toucher la prime ? Selon Alexandre, « ceci existe mais il existe une surveillance statistique qui permet d’éviter les fraudes ». Le but du site est d’assurer la qualité du service aux loueurs et aux locataires dans toutes les annonces.

tout se loue : même les chèvres !

Et le plus drôle c’est que tout se loue, pas seulement des voitures. Il y a un an, e-loue a lancé une opération pour louer des chèvres pour tondre son jardin ! « C’est venu un peu par hasard » ajoute Alexandre Woog, parce que quelqu’un avait mis une chèvre sur le site et que cela avait amusé le webmaster. Mais il y a encore plus gonflé avec un coup de buzz plus récent, et aussi un peu plus douteux, où e-loue a permis de « louer une petite amie » avec un site provoque éponyme loueunepetiteamie.com. Les mauvaises langues diront que la première opération ciblait les légionnaires sans doute …

L’avantage au premier innovateur aurait permis, selon son créateur, à e-loue de devenir leader en e-location en France, même s’il n’est pas seul sur le territoire français, avec zilok.com (ndlr : je n’ai pu vérifier cette information, mais nul doute que les représentants de Zilok sauront se manifester). Le marché bouge beaucoup aux États-Unis (iRent2u, rentacenter.com) mais quand on regarde en Europe, l’occupation du terrain est assez légère ; au-delà, il y a la Nouvelle Zélande, mais à part les ballons de rugby et les moutons … Si l’on omet erento en Allemagne (qui sont plus sur une cible B2B) il n’y a pas grand-chose sur le marché européen, et voici donc une réelle opportunité de croissance pour la jeune société française.

Un peu comme Priceminister, les médias sociaux ne sont pas favorisés pour la communication ; le site, communautaire par nature, préférant sa messagerie interne pour véhiculer les messages entre membres.

La société semble avoir de beaux jours devant elle. « La consommation devient collaborative » ajoute Alexandre Woog, il y a beaucoup de lancements dans ce domaine. « Mais e-loue est un pionnier, et avec la crise qui monte, le site présente une bonne solution pour mettre en relation, faire des économies et dégager du pouvoir d’achat pour les consommateurs » conclut Alexandre. E-loue ne devrait-il pas être dans le programme de nos futurs candidats à la présidentielle de 2012 ?

un peu de calcul … et encore un petit défi

Avec un chiffre d’affaires de €500 000 alors que 2011 est sa première année payante, e-loue va réaliser l’essentiel de son chiffre d’affaires sur les 15 % pris sur les annonces qui elles, restent gratuites.

C’est une petit start-up qui emploie déjà 11 personnes, et le chiffre d’affaires, un peu court pour essayer de faire vivre tant de monde, a dû être complété par une levée de fonds de €500 000. Mais les prévisions sont prometteuses pour l’année qui vient, avec plusieurs millions de chiffres d’affaires selon Alexandre Woog ; la progression du chiffre étant en ce moment étant de plus de 30 % par mois. Si ces chiffres se maintiennent, la croissance devrait être au rendez-vous

Note : un bref calcul sur la base de 40k€ de CA par mois avec 30% de croissance de mois en mois nous amène à 3 millions d’euros exactement ; ceci avec une croissance hypothétique linéaire.

E-loue a résolu avec vista un des problèmes majeurs liés aux sites de location en ligne : la confiance (voir cet article du New York Times). Reste l’autre problème récurrent des sites de location en ligne : la masse critique. Le temps nous dira si e-loue arrivera à le surmonter aussi.

interview d’Alexandre Woog en 3 minutes, fondateur de e-loue.com
e-loue.com, le Priceminister de la location en ligne was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

médias sociaux : place à la guerre économique

la lecture du jour …

Ce qui a attiré mon attention, c’est cet article remarquable de Cyrille Frank (repéré via Christophe Asselin de Digimind sur Twitter) qui montre que le terrain de jeu des médias sociaux se déplace. Le fameux « klout » déjà maintes fois débattu sur ce blog devient le terrain de jeu non pas seulement de l’influence mais purement et simplement de l’accès aux avantages, aux meilleurs prix, et de l’employabilité … et donc un enjeu d’éducation … et de pérennité économique pour les Etats. A méditer en ces temps de pré campagne électorales où les médias sociaux me semblent extrêmement discrets, à l’inverse de ce qui s’est passé en 2007. Le temps de la poésie sur les médias sociaux est révolu, de la même façon que la bascule s’est effectuée vers le Web marchand au début des années 2000.

[image « economic warfare »  AttributionNoncommercialShare Alike Some rights reserved par Truthout.org

Mais les usages se déplaçant sur les réseaux sociaux, il fallait trouver de nouveaux critères d’influence. Et les marques ont élu Klout en la matière, quoi qu’on puisse penser de ce choix douteux pour mesurer l’influence sociale. En offrant des avantages à ceux qui dépassent un certain score, elles ne font que renouer l’alliance avec les fameux influenceurs, espérant bénéficier par la suite de leurs relais, car ils ne manqueront pas de s’en gargariser. Les employeurs aussi s’intéressent à la performance sociale de leurs futures recrues. Et privilégient déjà ceux qui ont su développer une certaine audience et dont ils espèrent bien profiter pour diffuser leurs messages, trouver des collaborateurs etc. La compétition au départ purement symbolique pour capter l’attention devient donc de plus en plus concrète. Il y a désormais de vrais enjeux économiques : trouver un job, payer ses achats moins cher… A l’heure où les inégalités de revenus reviennent au centre des préoccupations conjoncturelles de nos élus, cette nouvelle forme de sélection devrait les alerter. Non pas pour tâcher de le réglementer bêtement, par une loi inepte de non-discrimination Twitter à l’embauche. Mais en mettant les moyens sur l’éducation et la formation aux outils sociaux, à commencer par les employés du Pôle emploi. Cyrille Frank aka Cyceron via Klout, la bataille sociale se durcit » Médiaculture.

médias sociaux : place à la guerre économique was last modified: septembre 13th, 2011 by Yann Gourvennec

produit de l’année : et si les clients se moquaient de vos innovations ?!

La lecture du jour …

Est celle du blog de notre ami François Laurent, qui pose la question – bien pertinente – de savoir si l’innovation est effectivement ce que recherchent les clients. Ce qui nous ramène à la perception du marketing par ces mêmes clients? Au fait, aurions-nous un exemple de produit qui n’a pas changé depuis toujours (indice sur la gauche) ?

Les vrais questions sont de deux ordres.

D’ordre méthodologique, tout d’abord : les gens qui répondent aux enquêtes d’opinion sont-ils réellement représentatifs de la population étudiée ? Leurs réponses recoupent-elles celles des non répondants ? Impossible de savoir… La profession ne fera pas l’impasse d’une réflexion de fond sur le sujet : Web 2.0, c’est aussi un pavé dans la mare !

D’ordre sociétal, ensuite : l’élection des Produits de l’Année se fonde sur l’idée que l’innovation constitue la pierre angulaire du marketing ; et que sa capacité à sans cesse lancer de nouveaux produits exprime la bonne santé d’une marque – et en ce sens, il est logique de chercher à recueillir les suffrages des 10000 panélistes constituant le jury.

Peut-être serait-il temps de se demander si l’innovation constitue – ou non – un réel vecteur marketing… ou en d’autres termes si les consommateurs s’en soucient réellement!

via Innovation : cherchez l’erreur ! : Marketing Is Dead.

produit de l’année : et si les clients se moquaient de vos innovations ?! was last modified: septembre 12th, 2011 by Yann Gourvennec

Chris Brogan : la réputation n’a pas d’importance

A un moment où il semblerait que le monde soit devenu fou de Klout et où il n’y a pas de limite à la recherche – souvent vaniteuse – de la réputation, Chris Brogan nous apporte la réponse à cette importante question : ne vous préoccupez pas de votre réputation, faites votre travail et laissez dire … à méditer

__________________________________

The Myth of Reputation

We worry about our reputation. How are we perceived? What do people say about us? If we’re not around, what gets said differently? The trick is that reputation comes from the perspectives of others, and as such, it’s not ours to worry about.

THE MYTH OF REPUTATION

Ask my dozens of haters and they’ll say I’m overrated, have nothing new to say, and am in it for the money. Ask my devoted and loyal following and they’ll say that everything I put out is a gem and that I can spin garbage into gold. Both are right. It’s a perspective.

When I started Blog Topics, people wrote angry posts stating that I was evil for selling this, and that topics exist everywhere for free. At the same time those posts were being labored over, hundreds of people subscribed to Blog Topics and are still subscribed, getting weekly writing advice. When I’m an hour or two late with publishing the latest issue, I get emails asking for it. Both are right. You can get topics anywhere for free. You can pay for writing advice from me.

via The Myth of Reputation.

Chris Brogan : la réputation n’a pas d’importance was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec