Marketing du contenu : 3 conseils à suivre et 5 pièges à éviter pour ses livres blancs (1/2)

book-new-largeCe billet est le premier volet d’une série de 2 articles écrits à quatre mains avec Jérôme Delacroix de Smartwords. Le sujet en est la rédaction de livres blancs de qualité. Il propose trois critères de succès pour un livre blanc efficace, de nature à générer des leads. Je reviendrai pour ma part demain sur les 5 pièges qu’il est important d’éviter, dans le cadre de la deuxième partie de cet article :

Partie n°1 par Jérôme Delacroix, Smartwords 

Depuis maintenant 8 ans que nous écrivons des livres blancs, nous avons acquis une certitude : le livre blanc est un élément clé d’une démarche de marketing de contenu (brand content) en B2B. Les taux de téléchargement et de lecture de nos ouvrages (ex. : plus de 30 000 vues pour Social CRM, vers la relation client augmentée) et les échos informels que nous pouvons recevoir, confirment cette certitude.

Dans ce billet, nous allons prendre un peu de recul pour nous demander ce qui fait la qualité d’un livre blanc. Sans doute n’y a t-il pas une seule façon de rédiger un ouvrage efficace. Mais chez Smartwords, nous avons une conviction : nos livres blancs rencontrent leurs cibles parce qu’il s’agit de vrais livres, avec tout l’aspect qualitatif que cela comporte.

image

Jérôme Delacroix de Smartwords, photo antimuseum.com

Conseil n°1 : le livre blanc, des histoires vraies

Nos livres blancs reposent tous sur des retours d’expérience de professionnels (une dizaine au minimum et jusqu’à une centaine dans le cas des référentiels de bonnes pratiques). C’est ce qui les rend vivants. Les contributeurs que nous rencontrons dans les entreprises aiment raconter leurs histoires professionnelles. Ce plaisir qu’ils ont à témoigner de leurs projets et de leurs analyses se ressent et touche le lecteur. Il est communicatif car, de l’autre côté, les destinataires du livre blanc (c’est-à-dire, in fine, les cibles marketing de l’ouvrage) aiment lire des histoires. Les lecteurs se projettent dans les témoignages qu’ils lisent, se retrouvent dans les interrogations des contributeurs et dans les réponses qu’ils ont trouvées, en tirent leurs propres enseignements. Quoi de plus normal ? Nous aimons tous lire des histoires.

Toutefois, cela ne suffit pas. Un bon livre blanc ne saurait être la juxtaposition de témoignages. Nous dénonçons ainsi le mythe du livre blanc collaboratif : ce n’est pas parce que les contributeurs apportent le cœur de la matière de l’ouvrage que l’on doit s’imaginer que ce sont eux qui font tout le boulot. Encore faut-il que les témoignages soient mis en contexte, se répondent les uns aux autres, éclairent différentes facettes d’un problème. C’est la dimension pédagogique du livre blanc.

Bandeau_Smartwords_livres_blancs

Conseil n°2 : le livre blanc, une approche pédagogique

Un livre blanc doit permettre à un lecteur de prendre une décision : cette technologie peut-elle me rendre service, dans mon contexte particulier ? Comment aborder tel ou tel aspect de la gouvernance de mon entreprise ? C’est pourquoi nous préconisons qu’un livre blanc cherche à donner une vision à 360° d’une question. L’ouvrage doit être problématisé, ne pas occulter des limites ou des écueils s’il y en a. L’entreprise n’y cherchera pas un moyen de vendre à tout crin sa technologie ou son savoir-faire, mais se servira du livre blanc pour instaurer une relation de confiance avec ses prospects, par un discours de vérité. Demain, les ventes viendront par surcroît.

Il s’agit donc de mener une enquête avec une approche de type journalistique. Les retours d’expérience seront ainsi mis en relief par des études statistiques, des encadrés méthodologiques, des explications de tel ou tel aspect technique ou juridique pointu (cf. nos ouvrage sur le cloud computing ou la voix sur IP, par exemple). Il n’est pas exclu que la rédaction amène à mettre en évidence des tensions, voire des contradictions, entre les témoignages des contributeurs. Ce n’est pas grave : une situation n’est pas l’autre, c’est au lecteur de se faire sa propre opinion, en s’aidant des exemples concrets des entreprises interrogées.

Cette approche est d’autant plus importante quand une marque souhaite capitaliser sur de nouveaux usages ou affirmer sa légitimité sur une technologie émergente, lorsque les tendances du marché ne se distinguent pas encore clairement. Ce qu’attendent ses prospects, c’est que le livre blanc les aide à comprendre ces mutations, face auxquelles ils s’interrogent.

Conseil n°3 :  le livre blanc, un vrai livre

Dernier conseil, et non des moindres : le livre blanc se doit d’être un vrai livre, sur le fond et sur la forme. Il doit être structuré, avec un plan bien ficelé. La marque mettra un point d’honneur à proposer un ouvrage au style clair et à l’orthographe impeccable. Il en va de l’image de professionnalisme qu’elle cherche à véhiculer. En fin de course, elle aura tout intérêt à faire appel aux services d’un relecteur professionnel, apte à débusquer la moindre faute d’accord ou ponctuation incertaine. L’aspect graphique est aussi très important : rien de tel qu’un schéma pour faire passer une idée complexe, comme une architecture technique ou un processus industriel par exemple. La présence des portraits des contributeurs est, quant à elle, de nature à valoriser ces derniers (qui ont accepté d’accorder de leur temps, ne l’oublions pas) et à humaniser le livre. La mise en page et le choix des couleurs seront au service de la lisibilité du livre blanc, et en cohérence avec la charte graphique de la marque.

Pour aller plus loin, arrêtons-nous un instant sur l’ « objet » livre blanc. A une époque marquée par la dématérialisation, sa mise à disposition au format pdf est bien sûr de nature à favoriser sa diffusion. Toutefois, l’entreprise a tout à gagner à proposer à ses prospects davantage qu’un simple fichier pdf. Un ouvrage physique relié reste le must. Non seulement il peut être remis en entretien commercial, en avant-vente, mais en plus il valorisera son détenteur si c’est réellement un bel objet. Sans compter la facilité qu’il y a à lire un livre physique dans les transports, par exemple. En complément, une application mobile est intéressante pour rendre possible la consultation du livre blanc sur smartphone ou tablette, et ajouter de l’interactivité (interviews audio et vidéo, animations, par exemple).

En réunissant ces trois critères, vous donnez toutes les chances à votre livre blanc de jouer son rôle de génération de leads. A condition, toutefois, d’éviter certains pièges, qui seront décrits par Yann Gourvennec dans le deuxième volet de cette série. Une dernière recommandation : le projet ne s’arrête pas à l’apposition du point final sur le manuscrit. La force du livre blanc, c’est que son impact peut être démultiplié sur de multiples canaux : blog de l’entreprise, reprise sur les médias sociaux, diffusion d’extraits sur des sites comme Slideshare, adaptations sous la forme de présentations graphiques, etc. C’est en ce sens que le livre blanc peut créer un véritable effet de levier pour la stratégie de marketing de contenu de la marque.

imageSmartwords est une société spécialisée en contenus de nouvelle génération, et experte notamment dans la rédaction de livres blancs (voir quelques exemples ici). Smartwords, fondée par Jérôme Delacroix, accompagne ses clients dans la réalisation de contenus et en particulier de livres blancs de qualité. Vous pouvez contacter Jérôme Delacroix directement depuis le site Web de Smartwords si vous désirez vous renseigner et/ou vous faire accompagner dans cette démarche.

Marketing du contenu : 3 conseils à suivre et 5 pièges à éviter pour ses livres blancs (1/2) was last modified: février 28th, 2015 by Yann Gourvennec

Vous prendrez bien un petit kawa, 1er épisode : le thème et le plan du livre #petitkawa

tv-largeL’idée a germé en un week-end en discutant avec Madame Gourvennec, toujours de bon conseil, qui nous entendant parler avec Hervé de notre futur ouvrage « la communication digitale expliquée à mon boss » a suggéré que nous en fassions une web série, toutes les semaines (ouvrables), avec Hervé autour d’un café. Notre éditeur s’appelant Kawa, vous avez tout compris … Voici donc la première partie et le premier épisode de cette série – probablement une des Web-séries de l’année 2013 Winking smile – avec le sujet et l’introduction de ce nouveau livre en préparation.

Tout d’abord le thème : la question s’est posée rapidement de savoir si nous devions écrire une suite à les médias sociaux expliqués à mon boss ? L’intérêt pour les médias sociaux étant désormais généralisé à la plupart des entreprises, nous n’avons pas hésiter à en changer le périmètre et à l’élargir largement dans cette nouvelle édition à l’ensemble de la communication digitale. Les enjeux qui sont ceux des responsables digitaux dans les entreprises vont bien au-delà des seuls médias sociaux, même si ceux-ci prennent une part de plus en plus importante dans l’ensemble du dispositif.

Slide1

Ensuite, un livre de sensibilisation à des outils dont nous sommes désormais tous utilisateurs à titre professionnel et personnel n’a plus véritablement de sens aujourd’hui. Nous préférons ajouter un chapitre à la fin de l’ouvrage pour ceux qui auraient « raté le coche » et qui se demanderaient encore comment et pourquoi, voire même si c’est tout à fait pertinent, de sauter encore dans le train en marche.

vous prendrez-bien un petit kawa !–épisode n° 1–thème et plan du livre

Enfin, ce qui nous a frappé, au vu de notre expérience du terrain, c’est que bien que le digital prenne une importance croissante, et que la transformation digitale des entreprises soit quelque chose de courant, il serait faux de croire que ce travail de transformation est terminé, loin de là. Beaucoup font du digital par mode, sans en comprendre vraiment les enjeux, les luttes organisationnelles faisant souvent oublier la logique. Humain et même trop humain me direz-vous, c’est justement pour cela qu’un livre adressé à nos boss est pertinent aujourd’hui. Nous reviendrons dans un autre épisode sur les détails et les angles d’approche de ce que nous faisons et développerons dans ce livre.

Slide3

Quant à l’articulation du livre, pour l’instant, et alors que l’encre n’est pas encore sèche, après une introduction de quelques notes de préface par des personnes reconnues du monde de l’entreprise et du digital (tout cela n’est pas encore complètement arrêté à ce jour) on observera 5 sections dans ce livre et une conclusion. On partira de l’importance du digital, son historique, ses caractéristiques et son évolution et nous reviendrons sur ce phénomène avec force chiffres et informations destinée à convaincre votre boss. La 2ème section sera dédiée au contenu et au marketing de contenu (alias « Brand content » en Franglais) car celui-ci est devenu un élément fondamental du marketing aujourd’hui, et mérite à lui seul un énorme chapitre.

Les protagonistes du livre pratiquant eux-mêmes le marketing de contenu depuis de nombreuses années, certains pour plus de 15 ans, de nombreux conseils seront échangés dans cette partie. La section numéro 3 sera dédiée au développement de sa communication digitale et rentrera plus dans les aspects mécaniques et tactiques. La section numéro 4 sera dédiée à la structure de la communication digitale, la gouvernance, les mécanismes de fonctionnements organisationnels divers et variés. La dernière partie sera comme nous l’avons évoqué tout à l’heure, dédiée à ceux qui ont « raté le coche ».

Le livre sera bien entendu, comme le précédent, agrémenté de nombreux témoignages d’experts, de membres de media-aces et aussi, c’est une nouveauté, d’experts internationaux.

Nous reviendrons dans un prochain « petit Kawa » sur ce point de l’internationalisation du livre.

Vous prendrez bien un petit kawa, 1er épisode : le thème et le plan du livre #petitkawa was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

17 community managers confient leurs secrets dans un livre blanc !

confidences-community-managers-tome2-2502

Les lecteurs de ce blog connaissent bien Frédéric Canevet de Conseilsmarketing avec qui nous travaillons depuis de nombreuses années et qui nous a même accompagné récemment à Le Web 12 à Londres en Juin dernier. Voici le petit nouveau de Frédéric, un livre blanc plein de confidences, dont celles de Lionel Fumado (qui travaille dans mon équipe chez Orange) et Hervé Kabla (avec qui j’ai co-fondé Media Aces). A vos souris …

eBook Gratuit : Confidences de Community Manager – Tome 2 | ConseilsMarketing.fr

Nous avons le plaisir de vous offrir un nouvel eBook gratuit sur ConseilsMarketing.fr : “Confidences de Community Managers – Tome 2″.

Après un Tome 1 téléchargé par plus de 6000 personnes en moins de 4 mois (que vous pouvez toujours télécharger ICI), nous voici déjà au Tome 2 des « Confidences de Community Managers ».

Ce Tome 2 apporte de nouvelles précisions sur la diversité et la complexité du métier de Community Manager.

Que cela soit via leurs utilisations de Facebook, Twitter… ou la gestion de leurs temps, tous les Community Managers interviewés ont des conseils, trucs et astuces qui se complètent les uns les autres.

C’est pourquoi je vous propose de découvrir dans ce guide les confidences de 17 Community Managers avec des profils très différents : des freelances, des community managers en agence, une community manager dans une université, un community manager dans un multinationale de plusieurs milliers de salariés…

parmi les community managers qui ont participés à ce guide :

  • Lionel Fumado d’Orange
  • Louis Serge Real Del Sarte
  • Hervé Kabla de BlogAngels

Pour recevoir le guide, rien de plus simple, remplissez le formulaire ci dessous, et dans la page suivante vous pourrez télécharger le guide :

via eBook Gratuit : Confidences de Community Manager – Tome 2 | ConseilsMarketing.fr

17 community managers confient leurs secrets dans un livre blanc ! was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

le livre de media aces livre digital de l’année au hub forum 2012 ?

Je me suis rendu au Park hyatt de la place Vendôme hier, dans le cadre du lancement de la version 2012 hub forum, organisé par Vincent Ducrey.

Un des moments forts de la présentation d’hier (voir photo), fut le dévoilement de la liste des nominés pour le livre digital 2012 dans le cadre cette édition du hub forum. La bonne surprise fut la présence du livre de l’association média aces : les médias sociaux expliqués à mon boss dans la liste des 12 nominés pour cet catégorie. On notera également la présence de l’association au travers de deux autres les ouvrages de poids tout savoir sur l’acquisition et la fidélisation on line deux Hervé Bloch, et le livre collectif « ils ont pensé le futur ». Gageons qu’au travers de cette sur la représentativité de l’association, un prix puisse nous être attribué pour ce travail d’évangélisation effectué maintenant depuis trois ans. Ajoutons avec sportivité, que nous souhaitons bien entendu bonne chance à tous les ouvrages concurrents, dont certains sont réalisés par des amis de l’association comme Jean-François Ruiz, ou Émilie Ogez.

hubforum-livredigital2012 [Vincent Ducrey et Emmanuel Vivier au lancement du Hub Forum 2012 le 4 juillet au Park Hyatt, place Vendôme à Paris]

liste complète des ouvrages nominés pour le prix du livre digital 2012 du Hub Forum

 Default

DefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefaultDefault

le livre de media aces livre digital de l’année au hub forum 2012 ? was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

les slides du livre de media aces vus près de 30.000 fois !

Je sais que ce n’est pas bien de se vanter mais il faut avouer que les statistiques des vues des planches powerpoint du livre de l’association “les médias sociaux expliqués à mon boss” sont assez évocatrices :

  • 27.345 vues dont environ 16.000 sur sllideshare et 11.000 vues via les blogs ayant repris l’info
  • 831 téléchargements (il y a donc certainement environ 800 boss qui auront été éduqués)
  • la présentation a été mise 79 fois dans les favoris
  • 122 tweets
  • 96 likes
  • 63 partages LinkedIn

merci à tous nos lecteurs !

>> accès à la présentation sur Slideshare

image

les slides du livre de media aces vus près de 30.000 fois ! was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec