Internet va-t-il tuer le capitalisme ? ( avec @g9plus )

Internet va-t-il tuer le capitalisme ?

Verrons-nous cette fois-ci (2030 semble la date retenue par Rifkin) la mort du capitalisme, 1000 fois annoncée, mais jamais remplacé car probablement qu’il s’agit là du pire des systèmes, pour paraphraser Churchill à l’exclusion de tous les autres ? C’est ce que nous découvrirons le mardi 25 novembre à 19:00 dans le cadre de la rencontre annuelle du G9+ qui cette fois-ci a fait encore plus fort que d’habitude, en invitant la crème de la crème sur leur plateau. Rifkin sera présent en direct par vidéo, et sur place nous aurons droit à Jacques Attali, qu’on ne présente plus, Jean-Marc DANIEL – Economiste, Professeur associé à l’ESCP Europe et Directeur de rédaction de la revue Sociétal et Clara GAYMARD – CEO General Electric France. Sous ce titre provocateur (c’est le G9 plus qui l’annonce, cf. ci-dessous), se cache la grande question du moment soulevée par Jeremy Rifkin.

Celui-ci, économiste et conseiller de la chancelière Angela Merkel (qu’on a pas vu spécialement lancer pour l’instant de méthodes originales en termes d’évolution du capitalisme, mais cela va sans doute venir un jour), a publié un livre, désormais traduit en français, intitulé « la société à coût marginal zéro ». Dans cet ouvrage, Rifkin, qui se décrit comme un « personnage ordinaire, issu de la banlieue ouvrière de Chicago » ne fait, selon ses mots, que « décrire l’évidence que tout le monde peuvent voir aujourd’hui les gens » car il ne se décrit pas comme « visionnaire ». Voici donc revenue la mort du capitalisme, qui va réconcilier Amérique et fans de Mélenchon, et le retour à l’économie du partage. Nous nous croyons revenus au meilleur  moment de wikinomics et de feu le bon vieux et regretté Web 2.0, où tous les gens étaient des amis et où tout le monde s’aimait.

Depuis, les plates-formes collaboratives se sont monétisées, et sont devenus de gigantesques moulins à recycler l’argent de la publicité. Mais Rifkin reste optimiste, et voit dans les nouveaux modes de consommation et de financement (crowdfunding, échanges d’appartements avec AirBnB, troc de jouets sur Internet … si tant est que ces start-ups ne soient pas des entreprises capitalistiques ce qui reste largement à démontrer) un renouveau d’un capitalisme qui ne mourra pas – selon lui – mais verra se développer une nouvelle forme de capitalisme à côté de lui ; il emploie même la métaphore du parent et de l’enfant, et pense plutôt que ce nouveau capitalisme sera un enfant du capitalisme. En quelque sorte, c’est l’Amérique au diapason de la dialectique historique et je suppose que la formulation « mort du capitalisme » est un vieux fantasme gaulois issu d’un caractère révolutionnaire et frondeur, on ne se réinventera pas … 

14-38-2014_07.38.24-CapturFiles

Rencontre annuelle Institut G9+ : Internet va-t-il tuer le capitalisme ? mardi 25 novembre 19:00 – maison des arts et métiers avenue d’Iena

Lire la suite

Internet va-t-il tuer le capitalisme ? ( avec @g9plus ) was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

L’internet mobile : du mobile first au mobile only avec Frédéric Cavazza

cavazzaA une époque qui peut sembler lointaine pour la « génération Y« , « naviguer sur Internet » signifiait « s’installer à son bureau, allumer l’ordinateur, se connecter et ouvrir son navigateur ». Aujourd’hui, l’Internet est présent en permanence, grâce aux terminaux alternatifs, notamment le Smartphone, qui nous accompagne à tous les moments de la journée. Dans les pays en voie de développement, c’est le terminal majeur permettant d’accéder à l’Internet : le pouvoir d’achat, le mode de vie et l’avancée technologique ont fait sauter l’étape de l’ordinateur et on est passé directement au mobile first.

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre intitulé « Internet mobile, la révolution des terminaux alternatifs»livre terminaux mobiles frédéric cavazzaFrédéric Cavazza revient avec nous sur cette révolution. Il n’a pas voulu appeler son livre « les Smartphones, les tablettes et ainsi de suite » car le sujet de la mobilité n’est pas seulement concentré sur le Smartphone : L’enseignement principal de ce livre c’est qu’il n’y a plus d’Internet mobile, voire même plus d’Internet. Les Smartphones sont partout avec nous et connectés en permanence. Avec les Smartphones, on est sur internet en permanence : tout cela bouleverse le commerce car la frontière se fait de plus en plus fine entre commerce en ligne, commerce mobile et commerce traditionnel. Aujourd’hui nous sommes dans un quotidien numérique, avec la télé, les séries, la musique etc., et le Smartphone se transforme en télécommande de ce quotidien.

Comment se fait-il qu’il existe encore des sites comme apple.com, qui ne sont pas compatibles avec le mobile ?

Je pense que c’est lié à la paranoïa d’Apple qui tente de tout maîtriser… Mais lorsque l’on observe des sites d’actualité français, et d’autres comme le time magazine, money, fortune, usa today etc., on remarque que tous ont muté pour intégrer un fonctionnement de mobile first : on commence à avoir un site web, des contenus, des services qui sont compatibles avec le Smartphone, puis on les enrichi afin d’avoir une expérience un peu plus complète sur l’ordinateur de bureau, pour qu’il y ait un intérêt à s’installer à son bureau et aller sur internet.

Lire la suite

L’internet mobile : du mobile first au mobile only avec Frédéric Cavazza was last modified: octobre 16th, 2014 by Cédric Jeanblanc