L’ IA c’est merveilleux, mais qu’est-ce que l’intelligence ?

L’ IA est tellement à la mode que l’on ne pouvait échapper à la tendance. Mais avec notre malice habituelle nous avons voulu la regarder différemment. Apporter un autre angle que celui communément rencontré. Comme toujours avec les nouvelles tendances technologiques les points de vue diamétralement opposés s’affrontent. D’une part les déclinologues parmi lesquels on compte, une fois n’est pas coutume parmi les plus grands scientifiques de notre époque (signe de la véritable fin du mythe du progrès). Et d’autre part les enthousiastes les plus débridés qui soient et qui nous prédisent un avenir radieux dont on espère qu’il n’aura pas été pensé par Alexandre Zinoviev ni Aldous Huxley. La réalité est sans doute entre ces deux extrêmes, du moins on peut l’espérer. Au travers d’un nouvel article écrit pour le compte de notre client Sparklane, j’ai mené l’enquête afin de tenter de mieux comprendre ce qu’est, ou n’est pas, l’intelligence, et me reposer la question : ces craintes et ces espoirs autour de l’ IA sont-ils fondés et à quoi pouvons-nous nous attendre ?

En IA comme ailleurs, toute question mérite d’être remise en question

Mais en bon élève de philosophie, je me suis rappelé les cours d’antan. Première leçon de mes maîtres jamais oubliée : quand vous entendez une question, questionnez-la ! Et la chose qui me frappe dans ce débat de l’intelligence artificielle, c’est que peu semblent se poser la véritable question, à savoir « qu’est-ce que l’intelligence ? »

Après tout, si on veut pouvoir – ou encore plus si on prétend être déjà arrivé à – reproduire artificiellement l’intelligence, c’est que l’on doit bien savoir ce qu’est l’intelligence. Qu’on est capable de la circonscrire. De la définir dans son intégralité. Or c’est justement là que cela devient intéressant. Si on est capable de la mesurer depuis le début du 20ème siècle au travers des tests de QI, on ne sait toujours pas exactement où elle commence, ni où elle finit, et encore moins la définir de façon binaire.

l'IA qu'est-ce que c'est ? Lire la suite

L’ IA c’est merveilleux, mais qu’est-ce que l’intelligence ? was last modified: juin 13th, 2017 by Yann Gourvennec

Quand la transformation digitale rencontre la philosophie

Le questionnement de l’évolution de l’espèce humaine a souvent suscité à la fois la fascination et l’angoisse. C’est cette angoisse qui a souvent été mise en avant dans notre culture, notamment dans le cinéma, exploitant les dangers inhérents de l’époque : le nucléaire dans la planète des singes de 1968, les changements climatiques dans Interstellar, l’intelligence artificielle dans la trilogie Matrix... C’est souvent d’un point de vue négatif que l’on aborde ce futur car comme toute espèce, l’homme est amené soit à disparaître, soit à évoluer. Ce sont deux hypothèses qu’aborde Pierre Calmard, CEO de iProspect France, dans son livre L’homme à venir, aux éditions Télémaque. Choisissant la seconde hypothèse (celle de l’évolution) il y décrit une mutation progressive de l’homme grâce aux évolutions technologiques. Cette mutation est-elle une réalité qui nous guette ou un fantasme de scénariste hollywoodien ? Voici le point de vue de Pierre Calmard.

Pouvez-vous nous raconter la genèse de ce livre ?

C’est une réconciliation avec la philosophie. Cela fait 15 ans que je dirige des agences digitales, c’est un métier que j’adore et dans lequel j’apprends plein de choses, c’est un monde passionnant qui bouge beaucoup.

L'évolution exponentielle des technologies risque de changer le paysage que nous connaissons dans les années à venir
La technologie progresse à une vitesse exponentielle, et risque de changer le paysage que nous connaissons dans les années à venir

Je me suis toujours intéressé à la philosophie. J’étudiais la philo au départ, espérant devenir professeur, et je continue à m’y intéresser aujourd’hui. Ce qui m’intéresse dans le digital aujourd’hui, c’est que nous sommes dans un monde qui est en train de changer profondément l’être humain. J‘ai de la chance vu que les vieux philosophe ne connaissaient pas le monde digital. Par exemple, Platon et Nietzche n’avait aucune idée du monde tel qu’il est aujourd’hui, cela m’a donc paru intéressant de confronter la transformation digitale du monde, des entreprises, de l’économie mais aussi de ce qui fait l’être humain, avec la philo, et se poser de vraies questions telles que l’avenir de la liberté, du bonheur pour nous, nos enfants, et nos descendants.

Cet homme du passé, fait penser au livre de Joël de Rosnay, l’Homme Symbiotique, paru dans les années 95. Il décrivait déjà une sorte de surhomme capable d’aller au-delà de ce que sait faire un Homme. Et dans votre livre, vous allez bien au-delà de la symbiose. Vous êtes passé dans le monde du surhomme et de l’intelligence artificielle. Pouvez-vous nous décrire cet avenir radieux ?

Les technologies et la digitalisation du monde vont si vite que nous pouvons imaginer que demain, la notion d’individu évolue considérablement. D’où l’hyper individualité citée dans le livre, qui sera, demain, un être qui aura un cerveau augmenté avec une intelligence complémentaire au pauvre cerveau humain. C’est un individu qui aura un corps différent, augmenté voire même plus de corps du tout. Car nous pouvons imaginer que la totalité de la personnalité soit transférée dans des machines ou dans un réseau et ne soit que finalement une suite de 0 et de 1. C’est pour cela que nous parlons de plus en plus de potentiel d’immortalité pour les individus de demain.

Ce n’est pas pour demain, mais quand nous voyons la vitesse avec laquelle les technologies évoluent, nous pouvons l’imaginer dans un horizon de quelques siècles.

Lire la suite

Quand la transformation digitale rencontre la philosophie was last modified: juin 11th, 2015 by Andy Malunda