alimentaire : l’enfant à problème du ecommerce

secteur alimentaire en ligneAlors que le e-commerce est en pleine expansion, une catégorie de produits vendus en ligne peine à se développer : l’alimentaire. Des produis fragiles, périssables et par conséquent difficiles à gérer au niveau logistique, et qui se vendent donc moins bien que les livres, les vêtements, l’informatique… Pour contourner ce problème, on a créé le Drive qui connaît un certain succès en France avec près de 2500 points de retrait. Aussi, récemment mis en ligne, le site mesprovisions.com permet de comparer les prix sur des paniers de produits et trouve le magasin le plus proche et le moins cher. Nous avons essayé ce service et relevé quelques défauts : absence de certains produits, écarts entre les prix du comparateur et ceux pratiqués en magasin, absence des marques distributeur parmi les choix proposés*… Néanmoins, ce service semble être un début de solution pour le consommateur voulant le panier le moins cher au global. Questions/réponses avec Ludovic de Nanteuil, fondateur de Mesprovisions.com.

* Edit 31/03/15 : Depuis la date de l’interview, le site a évolué et certaines des critiques que nous relevions ne sont désormais plus d’actualité, comme nous l’a fait remarqué, à juste titre, le concepteur du site : « Le comparateur mesprovisions.com évolue pour une ergonomie plus fluide, une comparaison plus directe, un annuaire magasins, un usage combiné foyer / mobilité »

Dans un soucis de transparence, il était important pour nous de le signaler. Nous vous invitons à visiter le site pour vous faire votre propre opinion

Quel est l’intérêt de ce énième comparateur de prix ?

C’est un nouveau comparateur de produits alimentaires, sur un marché qui est en train de se structurer. Contrairement à l’idée que l’on peut se faire, il n’y a qu’un nombre limité de comparateurs de prix disponibles sur Internet. Si on prend l’exemple des comparateurs de vols, il y a un très grand nombre de comparateurs mais peu sont connus du grand public. L’idée de mesprovisions.com c’est d’accompagner ce marché afin de devenir une référence connue et appréciée du grand public. Ce service est indépendant, géolocalisé, précis, efficace et rapide. L’intérêt est d’étendre la comparaison du produit à la liste, c’est à dire établir une liste de course pour pouvoir mesurer les écarts entre les différentes enseignes du secteur alimentaire.

Alimentaire
malgré quelques faiblesses, le site offre un observatoire en ligne sur le secteur alimentaire, qui reste à la traîne en termes de développement du commerce en ligne

Et le site indique un magasin où aller…

Effectivement, le principe est, au delà de cette liste, trouver le point de vente le plus proche de chez vous au prix le plus abordable.

Comment trouvez-vous les prix pratiqués par ces magasins ? Vu les différences d’application du digital selon les enseignes, êtes-vous certains que les prix affichés sur Internet sont les mêmes qu’en magasin ?

La majorité des enseignes ont aujourd’hui des sites internet dédiés soit à l’ensemble du groupe, soit dédié à chaque enseigne. Nous avons développé des robots qui chaque jour vont sur ces sites collecter les prix afin de mettre à jour les prix pratiqués sur ces enseignes.

Ce service est gratuit et objectif : il ne dépend d’aucun grand distributeur alimentaire, quelles sont vos sources de revenu ?

Mesprovisions.com est au démarrage de son activité. Nous entrevoyons trois types de sources de revenu : la publicité traditionnelle que nous mettons en place sur le site et qui permet aux distributeurs et aux industriels de trouver le moyen de présenter leurs produits et leurs services, nous proposons aussi un système d’affiliation traditionnel par du lead que nous générons sur les ventes des listes qui seront composées, et enfin nous entrevoyons une troisième source qui est le data mining, c’est à dire toutes les informations statistiques de profiling que nous pourrons collecter sur les visites, les commandes générées par les clients.

Internet est-il un bon outil pour l’achat alimentaire ?

Cela va le devenir très certainement. La majorité des produits proposés sont des produits manufacturés déjà emballés. Que l’on soit en magasin ou sur internet, il n’est pas nécessaire d’avoir un aperçu visuel du produit.

Aujourd’hui les distributeurs en France s’appellent Carrefour, Super U et Auchan, aura t-on demain des TESCO et des Wall Mart ?

Effectivement, le marché de la distribution alimentaire en France est en train de se repenser : c’est un secteur en pleine mutation. Jusqu’à présent, les acteurs européens et internationaux qui essayaient de pénétrer le marché français avaient quelques difficultés car ils avaient en face d’eux 6 centrales d’achat très organisées. Le marché européen est en train de s’ouvrir, la réglementation évolue et la France va devoir accepter l’entrée de nouveaux acteurs sur son marché de manière à ce que l’offre soit plus élargie et plus étendue.

 

alimentaire : l’enfant à problème du ecommerce was last modified: avril 1st, 2015 by Cédric Jeanblanc