Les boissons à bulle en pleine effervescence

Les boissons gazeuses ne manquent pas d’effervescence ces derniers temps … Zoom sur Orangina et Perrier : deux stratégies pour fédérer autour d’une marque et séduire les plus jeunes :

Peu après l’arrivée d’un nouveau directeur marketing, Orangina décide de se secouer afin de rester tendance auprès de sa cible préférée, les 15-25 ans. Les points essentiels de sa campagne sont les suivants :

supdorangina.jpg

  • Renouer avec l’ADN de la marque, c’est à dire le célèbre
    ‘Secouez-moi’ en créant la Suporangina
    , école destinée à apprendre à ‘secouer’ l’orangina : il s’agit là d’une manière
    d’introduire la nouvelle génération aux modalités de consommation du produit;
  • Créer une communauté virtuelle digne de Second
    life
    : intégrer la Suporangina implique de passer un diplôme d’entrée , de suivre des cours, et de vivre tout cela au travers d’un avatar personnalisable à volonté ;
  • Assurer le buzz par des videos conçues par les consommateurs eux même etlaisser Youtube faire le reste !!

Pour se rajeunir, Perrier a expérimenté quant à lieu d’autres techniques :

  • Durant cet été, en France, PERRIER a innové par une campagne d’email-video ce qui peut paraître audacieux, voir risqué : cet outil est encore récent même
    si le journal du net laisse entendre que le bilan a été positif
    ;
  • Aux Etats Unis PERRIER a même lancé une opération de Hacking sur sa propre marque! Une stratégie qui ne
    manque pas d’audace – et risque fort d’être critiquée par les défenseurs de l’ADN de la marque- mais qui a le mérite de permettre aux consommateurs de s’approprier la marque.

L’enjeu de demain sera sans nul doute de créer une alchimie entre le consommateur et la marque ce qui implique une parfaite maîtrise et un savant dosage des outils de marketing alternatif et des communautés virtuelles.

Déclarer la guerilla Marketing au tabac

marketing anti tabac2007 approche et qui dit nouvelle année dit cortège de bonnes résolutions !! Si ‘Arrêter de fumer’ figure en tête de votre liste … alors peut-être que cet article vous aidera à respecter votre engagement !!!

Lancer une campagne de lutte contre la cigarette, un vrai défi pour les marketeurs !!! Comment y parvenir sans se montrer moralisateur …

Pour la première fois aux Etats-Unis, une ligue de lutte contre le tabagisme –The American Legacy Foundation (ALF) utilise les armes de la viralité.

La campagne repose sur un site internet ‘Thetruth.com’ permettant de cibler les adolescents en leur confiant pour mission ‘d’infecter’ les fumeurs de leur entourage.

Le site est conçu comme les fameux sites d’opérations de marketing viral : fonds d’écran et autres nombreux goodies comme des stickers, jeux et films viraux téléchargeables.

Thetruth.com est par ailleurs inscrit sur ‘My space’ ainsi que sur d’autres sites communautaires branchés : un effet buzz garanti auprès des plus jeunes très prisés par l’industrie du tabac.

Enfin, dernière action en date, du guerilla marketing avec une poignée de porte géante sur times square portant la mention ‘ Le tabac tue suffisamment de personne en deux jours pour remplir toutes les chambres d’hôtel de Times Square’.

De quoi donc méditer pour cette nouvelle année ;))

NABAZTAG ou le relationnel décliné à l’émotionnel

NabaztagLes geeks– réputés early adopter- le connaissent déjà mais pour ce Noël, nous avons pu assister à une prolifération de ce lapin d’un nouveau genre : il communique en effet par les émotions … je vous propose de me suivre dans le terrier de Nabaztag !!!

  • Face à un tel ovni, la démarche retenue pour le lancement de cette innovation a consisté à ne pas réaliser de test auprès de consommateurs mais à lancer le produit à une échelle réduite pour observer ensuite comment celui-ci allait trouver – ou pas – sa place au sein de la communauté des premiers utilisateurs. Effectivement, le meilleur moyen de savoir si une innovation va fonctionner, c’est de la faire vivre ;
  • adoptez un lapinEgalement, lorsque vous vous rendez sur le site de Nabaztag, on vous propose non pas d’acheter, mais d’adopter un lapin ;
  • Enfin, la nouvelle génération de Nabaztag possède à présent un nombril qui lui offre de nombreuses perspectives comme celle d’enregistrer des MP3 ;

Nabaztag s’inscrit comme un objet communiquant d’un nouveau genre : il permet à son détenteur de vivre et partager des émotions avec son entourage. Chaque Nabaztag est unique car vous êtes en charge de son éducation qui se fait au fil de vos navigations internet et des configurations que vous choisissez.

Néanmoins, Nabaztag semble avoir été victime de son succès pour ce Noël : le constructeur assure tout mettre en oeuvre pour se faire pardonner en proposant un accès libre et gratuit à toutes les fonctionnalités du petit lapin : les marketeurs les plus avertis y verront une subtile stratégie pour ‘éduquer’ et ‘familiariser’ le consommateur aux possibilités offertes par Nabaztag de manière à ce qu’il ne puisse plus s’en passer par la suite …

Gartner sur les blogs: déjà la fin d’une bulle ?

4513930.jpg

Dans un article des Echos publié lundi 18 décembre dans le cahier central, et énigmatiquement signé F.S, le célèbre journal économique français se veut alarmiste en citant un rapport du Gartner et titrant : « l’âge d’or des blogs est-il déjà dépassé ?« . Voilà dans le concert de louanges autour de la folie sur le Web 3 (le salon où il fait bon se montrer: voir cet article dans le blog des échos) une note bien discordante qui met l’accent sur des chiffres qui font mal (voir image ci-dessus ou cliquer ici). Le Gartner révèle en effet que les bloggueurs actifs sont peu nombreux (2%), qu’ils se fatiguent vite, et que les audiences des sites Web2.0 (myspace en tête). On ne peut s’empêcher de se rappeler les écrits récents d’Emmanuel Parody dans son excellent blog Ecosphere (le Web 3 too much), qui nous révélait que les participants au WEB 3 ne croyait pas vraiment à la future indépendance du Web 2.0.

Citons Parody: « Quelques instants de malaise devant ce constat simple et effrayant: aucun de ces acteurs du web 2.0 ne croit un instant à la capacité des médias dits participatifs de survivre de façon autonome … »

Tout cela a des relents de fin de bulle. Et de vous renvoyer une fois encore à mes réflexions sur le sujet suite à l’annonce de JDNet que 28% des internautes experts de ce journal en ligne spécialisé étaient incapables de reconnaître un site Web 2.0 (article ici). Et si on reprenait goût aux choses simples et qu’on évitait de faire grossir indûment des bulles, en privilégiant les vraies innovations, et en gardant la tête froide ? Ah oui, mais là je fais sans doute preuve de trop de prudence.

Pour ceux qui rechercheraient les références du rapport de Gartner – non indiquées par les échos d’ailleurs – les voici :

  • Gartner’s Top Predictions for IT Organizations and Users, 2007 and Beyond (Dec 1, 2006)
  • pour les clients et ceux qui désirent le devenir: accès direct ici au rapport Gartner sur les tendances de l’informatique en 2007 et au-delà
  • extrait :
    • « Community Marketing and Blogs
      • Blogging as a phenomenon has entered the public consciousness in a big way. However, there are limits to the growth of even a Web 2.0 phenomenon like blogging, as the initial excitement about it has begun to be replaced with a more rational view of how blogging technologies should be used. This leads us to ponder whether there is a peak point in blogging growth, after which the phenomenon will become the norm.
    • Prediction
      • Blogging and community contributors will peak in the first half of 2007.
        Analysis by Ed Thompson, Adam Sarner and Esteban Kolsky »

Blogospherus: un test de vir »a »lité

Test de viralité (il ne faut pas se tromper en l’écrivant). Voilà le projet d’un blog qui n’a d’autre but que de voir si – au travers des trackbacks faits sur sa page http://www.blogospherus.net/wp-trackback.php?p= – un événement purement viral peut être mesuré au cours des semaines. Dans la période du 16 novembre au 12 décembre, le site dénombre 168 blogs connecteurs + 2 radios. + 1 si on rajoute celui-ci.

A suivre donc. Je rappelle le texte du project ci-dessous car ce n’est pas très facile à lire ni très clair.

===========texte issu du site Blogospherus========================

  • L’avenir n’est pas écrit.
  • Le temps des connecteurs est arrivé.

    Thierry Crouzet, Le peuple des connecteurs.

  • La blogosphère est-elle un mythe? Quelle puissance virale est la sienne ?
  • Existe-t-elle ailleurs que dans l’imaginaire de quelques papes des blogs ?
  • La blogosphère a-t-elle pour seule demeure Technorati ?

  • Blogospherus
    est créé pour tester la réactivité de la blogosphère, comme une expérience scientifique.
    Combien de temps faudra-t-il pour fédérer les blogs de la blogosphère et faire le tour du monde ?
  • Le principe:
  • Un premier message est déposé sur un blog.
    Aucune autre forme de publicité n’est faite pour indiquer l’existence de Blogospherus.
    Blogospherus a choisi pour premier blog celui de l’auteur du Peuple des connecteurs.
    Quel meilleur symbole pour une expérience qui vise à tester la connectivité de la blogosphère ?
  • A partir de cette unique bouteille jetée sur cet unique blog, chaque blogueur découvrant ce message devient libre de poursuivre la connection, vers le tour du monde des blogs.
  • Il peut signaler son existence à Blogospherus, il peut signaler l’existence de Blogospherus.
  • Tout repose sur le système du Trackback, instrument de la connectivité blogosphérique.
    L’adresse de Trackback est : http://www.blogospherus.net/wp-trackback.php?p=3
  • Si vous ne savez pas utiliser les “trackbacks”, vous pouvez toutefois ajouter un commentaire manuel ici-même, en indiquant :
    – l’adresse de votre article parlant de Blogospherus
    – l’adresse du blog par lequel vous avez connu Blogospherus.
    Chaque lecteur de ce nouveau message, s’il est blogueur lui-même, peut alors continuer la chaîne des connecteurs.
  • L’expérience permettra de visualiser, par la succession des trackbacks, le chemin blogosphérique parcouru par le message originel.
  • Une cartographie de ce chemin sera enfin construite, menant d’un blog à l’autre, reconstituant l’espace blogosphérique viral du Web francophone.
    Au cours de l’expérience, le site Blogospherus puisera dans les blogs connectés la matière d’articles quotidiens retraçant la diversité de la blogosphère.
    Blogospherus
    blogo(at)blogospherus.net