polémique sur la moralité d’un concours 2.0

CustimeSur le site d’Olivier Bender, également contributeur sur ce blog, un bon post qui a déclenché une superbe polémique :

« Un concours intéressant

La société Custime vient de me faire parvenir le mail ci-dessous. Le concept est intéressant puisqu’il fait appel à la communauté des gens intéressés par leurs produits et services. Une sorte de « création de communication 2.0 ». … lire la suite de l’article d’Olivier ici

Dans l’esprit, la démarche participative est très bonne. Si cependant la valeur du prix avancé peut soulever quelques remarques quant à l’honnêteté supposée de Custime, elle peut aussi soulever quelques questions quant à l’efficacité du dispositif. En fin de compte, si M. Granclément défend son bifteck de publicitaire, c’est bien légitime. Personne n’a envie de travailler pour rien et on comprend que les publicitaires voient d’un sale oeil qu’une démarche collaborative vienne leur enlever des prestations lucratives. Ces commentaires posent en fait une question de fond qui est celle de la valeur éthique du business. Si Nike a créé son logo en le payant 35$ ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Nike#Le_logo_de_Nike ) à une étudiante cela est-il répréhensible puisque à l’époque Nike était une PME ? Si Custime obtient un logo pour 180€ (un peu plus cher donc) est-ce « immoral » pour autant ? Et en miroir de cette question de fond, une autre question de fond, qui est celle de savoir si le marché peut répondre, et aussi, si les prix habituellement facturés pour ce genre de prestations ne sont pas parfois décalés (d’où les réactions anti publicitaires). Ma vision ici reste pragmatique, si un freelance a envie de se faire connaître et se s’acheter une référence pour pas cher, c’est un problème de marché. J’en ai moi même fait l’expérience il y a 7 ans en négociant le relooking intégral de tous mes sites et de tous mes logos, templates Dreamweaver compris pour moins de 10000€ alors que des agences de pub me proposaient des tarifs de 200k€. En fin de compte, ma démarche était gagnante-gagnante, car le freelance qui a acheté la référence en a eu aussi pour son argent car il a pu revendre cette expérience ailleurs. En fin de compte, il n’y a pas ammoralité, juste du business. CQFD.

Dans le cas de Custime, laissons parler le marché et je suggère à Olivier de nous tenir au courant avec le résultat des courses. S’il est nul, c’est que le prix est trop bas, tout simplement.

Gratuité des frais de port et comportement de l’acheteur

La gratuité des frais de port sur les sites e-commerce, comme dans la vente à distance traditionnelle par catalogue, est un élément promotionnel extrêmement répandu. En 2002, 60% des responsables de sites e-commerce classaient même « la gratuité des frais de port sous certaines conditions » comme leur promotion la plus efficace, pour une étude Shop.org/Bizrate.com.

Néanmoins, les études et les publications à ce sujet demeurent encore très limitées.

En effet, pour pouvoir mieux comprendre les ressorts de la gratuité des frais de port, il faut d’abord appréhender plusieurs données :

  • La gratuité totale des frais de port pour toute commande et indépendamment du poids des produits ou du montant d’achat, est à différencier de la gratuité « sous conditions » qui fixe des seuils sur le montant total du panier ou bien encore des forfaits pour les articles encombrants.
  • Le montant des frais de port peut être forfaitaire ou calculer en fonction du poids des marchandises, ce qui signifie que le ratio entre la valeur des articles et le coût du transport dépend du montant du panier. Et dans tous les cas, il s’améliore à force que le panier augmente.
  • Les remises et coupons de réduction ne s’appliquent quasiment jamais sur le montant des frais de port, qui sont par ailleurs le plus souvent non-remboursables.

Parmi les quelques pistes de compréhension de cette mécanique promotionnelle, l’une des études les plus intéressantes a été menée par le professeur Yinghi Yang de l’Université Davis de Californie. Analysant l’expérience d’Amazon.com, qui au cours de l’année 2003 est passé d’un seuil de gratuité des frais de port de $25 à $49, tandis qu’en 2002 ils étaient encore de $99.

Le professeur Yang a ainsi pu affirmer que le nombre moyen d’articles achetés est supérieur lorsque le seuil de gratuité est élevé. En effet, sur deux périodes de même durée sur le site Amazon.com, la quantité moyennes d’article a été de 3,31 lorsque le seuil était de $49, tandis qu’elle a chuté à 2,53 pour un seuil de $25.

Il existe donc un effet lié à la valeur du seuil de gratuité des frais de port ; celui-ci est un objectif explicite de panier pour les acheteurs et favorise donc l’augmentation du nombre de produits achetés et le panier moyen du site.

De même, l’incidence des frais de port sur l’impression de « cherté » a également été confirmée par l’étude de Moritz (1998), qui démontre que lorsqu’on présente les 3 affirmations suivantes :

– Prix total de $82,90 incluant les frais de port.

– Prix de $69,95 plus frais de port de $12,95.

– Prix de $69.95 plus 18,5% pour le port.

C’est-à-dire exactement le même montant total de commande, les deux affirmations qui séparent les frais de port de la valeur des articles, sont perçues comme meilleurs marchées.

les dernières modes et outils de management passés au crible

small Bain quadrant matrix on system usability

Vu sur le blo blog de mon ami Jean François David (une autorité sur l’informatique et l’organisation), ce post d’une étude de Bain sur l’évaluation de l’usage et de la satisfaction des modes et outils les plus populaires du management. L’étude couvre une période de 14 années et 4 continents. la liste des items évalués inclut la ‘Balanced Scorecard’, le BPR, les blogs d’entreprise (nouveauté de 2007), le CRM, l’Outsourcing, le RFID, et derniers et non des moindres les partnariats stratégiques et l’innovation collaborative.

voir la suite de cet article en Anglais en cliquant ici

Comment lancer un blog Pro et le faire connaître ?

10 conseils pour lancer un blog proComment créer un blog professionnel et comment le faire connaître ? Combien de temps cela prend, et combien de visiteurs je peux espérer avoir ? Est-ce qu’en bloggant 30 minutes par jour on peut se faire connaître sur le net ? Où héberger un blog pour qu’il soit bien référencé par Google ?Voici quelques unes des questions qui nous sont posées régulièrement par des entrepreneurs qui ont entendus parlé des Blogs et eux aussi en veulent un…

C’est pourquoi dans cet article nous allons vous donner 10 conseils pour réussir votre blog Pro: Quelle plateforme d’hébergement choisir ? Comment écrire ses articles et quels sujets faut-il choisir ? Quels sont les moyens pour se faire connaître… en prenant comme exemple l’expérience de ConseilsMarketing.fr qui est passé de 0 à plus de 500 visiteurs par jour en moins d’un an.

Avant de commencer à réfléchir à votre Blog Pro, retenez ces quelques chiffres:
– 90% des blogs en France ont moins de 50 visiteurs par jours… donc ne vous attendez pas à un afflux de lecteurs !
– Tout a déjà été écrit et dit, mais il existe des milliers de façon de le redire et de l’actualiser… donc il y a de place pour tout le monde même s’il existe déjà 10 blogs sur votre sujet !
– Pour tenir un blog il faut y consacrer du temps: à moins de 30 minutes / jour, tous les jours, et parfois le weekend…
– Le succès d’un Blog se fait sur le long terme: il a fallu 1 an, et 2h de travail / jour pour faire passer conseilsmarketing.fr de 0 à 500 visiteurs / jours…
– De notre expérience, au moins 20% des blogs Pro ferment leurs portes dans les 1,5 ans faute de temps pour blogger ou un manque de rentabilité immédiate… Il est important de noter que blogger se fait dans la durée (il a fallu 3 mois à conseils marketing pour dépasser les 50 visiteurs / jours, ce qui est peu motivant au départ !).
– Ecrire de bons articles ne suffit pas, 50% de votre temps doit être consacré à leur valorisation et à leur mise en avant. Compter seulement sur google pour faire connaître son Blog ne suffit pas, il faut être Pro actif !
– Vous ne serez jamais millionnaire avec un blog: à une centaine de visiteurs / jours, et en comptant uniquement sur la pub Adsense et l’Affiliation, n’espérez pas gagner plus de 50 € / mois.

La qualité d’un blog dépendrait à 41% de la qualité du contenu, 25% de la fréquence de mise à jour, 15% de l’ergonomie et 11% de la transparence de l’auteur du Blog…
– La consultation régulière d’un Blog se fait à 50% en s’abonnant via les flux RSS, 44% en consultation directe et 6% par l’abonnement à la newsletter.
– La consultation d’un blog est proportionnelle à la fréquence des Maj du contenu. Il faut donc publier très régulièrement.

Par contre un blog est un très bon moyen de se faire connaître:
– le référencement d’un blog dans les moteurs de recherches est accessible et permet d’attirer des visiteurs intéressés par le sujet.
– les blogs sont très souvent cités par d’autres sites alors qu’un site commercial ne l’est généralement pas…
– un blog permet de présenter ses produits et services, et de démontrer ses capacités via des cas pratiques…
– ….
1- Définir l’objectif du blog Corporate blogs La première chose à décider avant même de commencer à écrire la 1er ligne de votre blog c’est de définir quel est le but de votre Blog: Est-de vous faire connaître pour changer de job ? Est-ce pour trouver des clients ? Est-ce pour vous faire reconnaître comme spécialiste de votre secteur ? Est-ce pour faire partager vos connaissances et vos trouvailles aux autres ?

Lire la suite

accès aux supports complets du cours de l’ESG sur la collaboration (marketing 2.0, web 2.0, outils de collaboration)

mbaebusiness

En cette année 2007, marquée par la ‘participation’ et la coopération symbolisée par le développement exponentiel de Wikipédia, le phénomène collaboratif est devenu incontournable. Pour les ‘anciens’ du Web, il s’agit là d’une résurrection plutôt qu’une naissance, mais au-delà des discours blancs ou noirs des médias sur ces sujets, qu’en est-il de la réalité humaine et économique de la collaboration ? Est-ce véritablement un phénomène de fond ? A-t-il commencé en 2007 avec quelques sites web aux noms farfelus (Nicholas Carr dirait avec humour et dérision, les ‘Flackr, Knackr ou Wankr’) ou s’agit-il de quelque chose de plus profond qui répond à un vrai besoin complémentaire (et non contradictoire) de liberté, d’autonomie et d’entraide ? Impossible d’aborder ce sujet sans évoquer ses outils et son marché. En effet, le travail collaboratif est devenu un véritable marché aujourd’hui, avec de nombreux acteurs, mais surtout quelques champions qui se placent au-dessus du lot; témoin le rachat spectaculaire de Webex en ce début 2007, le leader de la webconférence, par Cisco pour plus de 3 milliards de $US.

Le site visionarymarketing.com a rassemblé l’état de l’art de la collaboration, depuis le marketing 2.0 au web 2.0 jusqu’aux outils de collaboration et leur marché dans un cours complet de Marketing donné en mba ebusiness de l’ESG fin Juin 2007, et qui est désormais disponible en intégralité sur le web.

  • télécharger le cours de marketing sur la collaboration, du marketing 2.0 au web 2.0
  • contacter l’auteur du cours