Téléchargez le livre gratuit « Les meilleurs conseils marketing de 2007 »

Ebook gratuit à télécharger « Les meilleurs conseils marketing de 2007 »

L’idée de réaliser cet ebook vient de l’excellent site américain marketingsherpa.com qui édite chaque année un recueil des meilleurs conseils en marketing de ses lecteurs. Ce recueil est une véritable bible pour des milliers d’entrepreneurs dans le monde.

Mais plutôt que de les imiter nous avons voulu aller plus loin et lancer un concours de conseils en marketing pour les 1 an du blog www.ConseilsMarketing.fr, avec une dotation de plus de 500 € de cadeaux à gagner.

 

Les résultats ont été immédiats: dans les 2 heures nous recevions le premier conseil par email, et peu de temps après 18 autres participants nous ont livrés plus de 120 conseils et astuces marketing !

Voici le contenu du livre « Les meilleurs conseils marketing de 2007″

  • « 10 astuces pour mener à bien sa communication événementielle. » et « Comment faire des réalisations professionnelles sous QuarkXPress ® » Par Lucie Calonne
  • « 5 astuces simples et pratiques pour Google® Adwords ® », « 10 conseils pour bien vendre sur Kelkoo® ® » et « Les 10 points indispensables à vérifier avant de lancer son site e-commerce » Par Olivier Levy
  • « Quelle légalité pour le marketing viral ? » et « Comment faire de la publicité comparative ? » Par Jérôme
  • « Les 20 meilleurs conseils marketing d’Emmanuel Brunet ! » Par Emmanuel Brunet
  • « 10 conseils pour bien réussir son fax-mailing » Par David Bréhon
  •  » 8 façons de rater son action marketing via des d’objets publicitaires ! » Par Henk
  • « 8 astuces à connaître pour démultiplier les résultats d’un jeu-concours dans sa newsletter ! » Par Julien Parrou
  • « 10 conseils pour améliorer la crédibilité d’un site Web » Par Emeric
  • « Psychologie de la réception d’un email » par Charles Boone
  • « 4 conseils pour ne pas rater son opération de buzz marketing… » Par Laurent Bernat
  • 9 conseils pour doper vos ventes par David, Gregory, Martin, Anne Marie, Martin, Gonzague, Stéphane, Kai et Pierre.

Téléchargez l’ebook gratuit ICI

Blog d’entreprise axasante.fr : prix de la prévention santé et chiffres du site

logo AxasanteFrançois Pierson, Président Directeur Général d’AXA France et Jean-Pôl Mairiaux, Président d’AXA Santé nous conviaient à la soirée du 1er Grand Prix AXA Santé ce jeudi 4 octobre 2007 à 18 heures. Quand je dis ‘nous’ je suppose que parmi les très nombreux participants d’Axa et des entreprises invitées, il y avait les VIB (very important bloggers) dont nous avons déjà parlé sur ce blog. En tout cas j’en étais et je n’aurais pas voulu rater cet événement. Hélas. L’ami François Laurent – qui a l’air fort occupé si j’en crois son blog – ne pouvait pas se joindre à nous ce soir là.

En dehors du site axasante.fr dont nous avons déjà parlé ici et dont chacun peut voir les commentaires et les votes comme témoins de l’augmentation des visites et du lectorat, j’y allais, au-delà de l’aspect un peu officiel de la soirée, pour me renseigner sur le domaine de la prévention et aussi, y glaner quelques chiffres intéressants. Et j’ai eu ce que j’y cherchais, voici le résultat de mes recherches, comme toujours, tapées au fil de la réunion, sur mon fidèle pda HTC7500 advantage (utilisé également pour les photos, prises en conditions extrêmes d’éclairage, en mode de reconnaissance de l’écriture avec Calligrapher 8.5 de Phatware.

Michèle Barzach et les membres du jury AxasanteNous voici donc ce Jeudi 4 Octobre à l’institut du Monde Arabe (IMA), ou plutôt dans ses sous-sols, le plus petit des grands projets architecturaux du président Mitterrand. Un hall du sous-sol, plein à craquer, à vue de nez 300 à 350 personnes(*), accueille les invités dans la pénombre, de façon très sympathique avec des boissons non alcoolisées, ce qui avait le double mérite d’être compatible avec le lieu (du moins pour le monde arabe non chrétien) et avec le sujet de la prévention.

 

Nous sommes ensuite passés dans la salle de spectacle, je vous livre mes notes en format brut ci-dessous :

 

Vidéo conf de presse

 

  • « Désacraliser la chose médicale » 1 journaliste des échos
  • « Axa a pris une place qui n’était pas occupée » un interviewé, en substance

Animateur Patrice Arditti

 

  • Tourne un docu sur la prévention

François Pierson, Présidence d’AXA France

 

  • Remise de prix de la prévention, beaucoup de projets intéressants => Agir en prévention pour diminuer les risques.
  • Nouveau produit Axa « coaching santé », pour aider les gens à arrêter de fumer etc. Nouveau et recourt à Internet aussi.
  • Prévention routière: Axa prend beaucoup la parole pour lutter contre la mortalité des motards (17% des accidents, 1% des usagers)
  • Programme sur la prévention artérielle: sera bientôt lancé. (NB: en partenariat avec Orange Business Services)

Jean-Pôl Mairiaux

 

  • Président d’ Axa Santé
  • 1) mettre à disposition des informations pou éduquer, de manière attractive (éviter l’interdiction) => Site interactif. Le Web est au centre de cette stratégie. Beaucoup d’ audio-visuel, et un ton un décalé, ludique 2) actions directes sur le terrain avec les associations: démarrage dans quelques jours de la prévention de l’hypertension (avec des technologies innovantes => tensiomètres)
  • Les chiffres du site: 84000 visiteurs uniques en septembre. 6 minutes en moyenne. 1 dizaine de pages vues par visiteur unique. Une quarantaine de vidéos. Beaucoup de tests en ligne. 1300 inscrits qui participent aux forums. Le site sert aussi à catalyser les demandes des associations qui veulent agir.

Alain Renaudin DG adjoint IFOP

 

  • Échantillon représentatif de salariés publics non fonctionnaires et privés des TPE et des Grandes entreprises
  • 9 français sur 10 favorables à l’intervention de l’entreprise (89%) sur le sujet de la prévention
  • Sujet sensible jusqu’il y a peu
  • Là où il y a déjà des actions en place: 97% d’opinions favorables. Sinon seulement 60% (opinion exprimée uniquement sur le principe. 67% sur les 50 et +)
  • Souhaits: 1) stress (62%) Surtout les cadres + 70% 2) position de travail (56%) surtout les employés 3) tabac (44%)
  • Ce qui est déjà mis en place : 1) tabac (88%) Confusion due à la nouvelle loi ? 2) troubles de positon (49%) 3) Alcool (37%)
  • 37% travaillent des entreprises où des programmes existent : surtout passif (affiches). 62% des employés => n’ont pas changé leur comportement suite à ces campagnes
  • Résultat important = Acceptation importante. Mais il faut partir du pourquoi au comment
  • L’idée d’entreprise « engagée » est entrée dans les mœurs et les attentes
  • Pas de naïveté sur la recherche de productivité de l’entreprise (ils se doutent bien que l’entreprise y trouve son compte car quand les employés sont plus en forme, la productivité est meilleure et l’absentéisme moindre, mais c’est bien accepté (relation gagnant-gagnant).
  • Difficultés de la sécurité sociale => meilleure acceptation de la prévention
  • Réduction du coût de la santé par la prévention bien accueillie
  • Besoin de reconnaissance => prévention bien perçue

Lire la suite

16 règles d’or pour des alliances efficaces

Les alliances sont affaires de négociationLes partenariats sont aux cœur de tout travail de stratégie Marketing dans le secteur des TIC. Même dans les entreprises, de plus en plus rares, où la culture penche pour une internalisation totale des compétences, la nécessité de s’allier à des partenaires et/ou complémenteurs se fait jour de plus en plus clairement. Toutefois convient-il encore de définir ce qu’est un partenariat – ce qui se révèle à coup sûr plus difficile qu’on ne pense ordinairement. Surtout, il convient de décrire ce qui fait qu’un programme d’alliances est ou n’est pas bénéfique.

C’est pour cela que j’ai conçu cette liste de règles d’or du partenariat, basée sur mon expérience, mais aussi afin de permettre à ceux d’entre vous qui désireraient mettre en place ce genre de programmes de faire la part entre les recettes toutes faites et les ingrédients de la réussite d’un programme de partenariat professionnel.

Après près de 3 ans passés à tisser ma toile dans le monde des partenariats et du monde des NTIC en EMEA, j’ai pu dégager quelques règles d’or pour la mise en œuvre de programmes de partenariat efficaces. Ces règles ne sont en aucun cas universelles et elles doivent être adaptées à chaque cas particulier, mais vous les trouverez sans doute utiles pour bâtir un cadre de base à vos programmes d’alliance.

Bien entendu, ce qui fait la réussite de tels programmes est souvent lié à la personnalité du directeur de programme lui-même, c’est à dire sa capacité à faire aboutir les projets (Making the rubber meet the ground selon l’expression américaine, c’est à dire faire atterrir l’avion et faire « taper la gomme sur le tarmac »). Cette liste me parait cependant un bon moyen pour vous aider à éviter les pièges les plus évidents.

1) Travailler à un niveau stratégique
Viser des objectifs ambitieux de chiffres d’affaires et en déduire les moyens associés. Eviter de se lancer à corps perdu dans des alignements commerciaux à trop bas niveau. Ne croyez pas à la réplication des bonnes affaires sans la vision marketing qui va avec. Toute affaire en grand compte est un cas particulier; on ne généralise pas facilement des cas particuliers.

2) Fixer des objectifs ambitieux et chiffrés

Evitez les partenariats mous à base de « MOU [1] » trop vagues. Travaillez sur base de benchmarking -lorsque cela est possible- pour vous comparer à vos concurrents. Etudiez avec vos partenaires ce qu’ils ont fait avec vos concurrents sur d’autres territoires et copiez les bonnes pratiques.

3)Ni trop bas, ni trop haut… et au bon moment

Evitez d’impliquer les « executive sponsors » trop rapidement si vous voulez éviter les discussions trop générales. Il faut placer les décideurs devant des choix binaires et faciles.

4) Prévoyez et mettez en place une gouvernance forte

Une gouvernance à plusieurs niveaux de responsabilité est un facteur critique de succès très important. Il assure également l’implication forte des managers qui pourront vous prêter main-forte en cas de problème.

5) Pas de partenariat sans Alliance Partner

Sans une implication forte des deux côtés, sans binôme, rien n’est possible. Si vous tentez une alliance avec un partenaire, et qu’en face de vous vous avez un allié, vos chances sont maximales. Dans le cas contraire, insistez pour qu’il soit nommé.

6) Pas de partenariat sans respect

Dans tout partenariat, dans toute transaction, il y a des limites. Il faut bien délimiter ces frontières (géographie, produits, secteurs…) surtout, il faut un respect mutuel. Il n’existe pas de bons partenariats basés sur le mépris. En conclusion, un partenaire s’éduque de la même façon qu’un client.

7) Ne sous-estimez pas le business croisé

Tentez d’oublier que votre partenaire est un client et que vous êtes aussi son fournisseur, et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous le rappeler. Les points de négociation durs dans le cadre d’achats complexes sont le régal de l’Alliance Partner. Plus les négociations sont dures et plus on s’éloignera du partenariat mou décrié plus haut.

8 ) Impliquez les juristes … ni trop, ni trop tôt

Ne compliquez pas les accords qui reposent sur la confiance par des clauses juridiques trop strictes. Cadrez juridiquement une fois que le business est sur les rails, et utilisez le contrat pour sceller un accord dont les bases sont déjà solides.

9) Ne vous découragez pas

Cela vaut pour toute activité bien sûr, mais celle-ci peut se montrer particulièrement consommatrice d’énergie.

10) Utilisez les « chevilles ouvrières »

Oubliez les livres de management qui vous feront croire que les organigrammes sont le reflet des organisations. Jouez le réseau et visez les membres actifs – même les « sans-grades » – qui font avancer les choses.

11) Communiquez !

En interne, en externe, communiquez sur vos partenariats. Partagez l’information, assurez-vous de l’appropriation de vos programmes de partenariat par tous les acteurs.

12) Adoptez des démarches programmatiques

Une alliance est un projet. Souvent même, il s’agit de projets à l’intérieur d’un grand programme. Oubliez les actions isolées. Le « partenariat sur affaires » n’existe pas, c’est une contradiction dans les termes. Parlez plutôt de programme d’alliance en génération d’affaires

13) Utilisez les billards en 3 ou 4 bandes ou plus

Attirez les autres partenaires au travers de vos programmes. Vous réaliserez des actions à 3 ou 4 ou plus, et gagnerez en impact.

14) Soyez concrets

Evitez les séances de « slidewares [2] » trop intellectuelles. Et prévoyez les retombées en chiffre d’affaire à court terme.

15) Organisez des événements clients en commun

Valorisez vos partenariats en organisant des événements communs vers vos clients et ceux de vos partenaires. Vous améliorerez ainsi la prospection.

16) Segmentez et labellisez

Ne mélangez pas partenariat pour revente, alliance marketing, alignement commercial… et labellisez les partenaires les plus méritants.

Note importante : Cette liste de 16 conseils non exhaustive, peut et doit être adaptée à chaque cas particulier.

[1] Memorandum of Understanding, c’est à dire un accord non formel entre deux parties en vue de fonder une alliance commerciale.

[2] Excepté en France, où la loi ne reconnaît pas la notion d’accord sans engagement (non-binding agreement en anglais)not recognise non-binding agreements.

13 erreurs à ne pas commettre dans un communiqué de presse !

13 erreurs à ne pas commettre dans un communiqué de PresseEcrire un communiqué de presse est à la portée de tout le monde, mais écrire un communiqué de presse qui sera lu et publié par les journalistes c’est une autre paire de manches …

Pour éviter que votre communiqué de presse ne soit jeté directement à la poubelle, voici les 13 erreurs à ne surtout pas commettre :

 

1- Oublier les coordonnées de l’entreprise: c’est encore courant de voir des communiqués où le nom de l’entreprise, son logo ou les coordonnées du contact chargé des RP soit oublié ou incomplet (juste le téléphone ou l’email…). Dans le même ordre d’idée ne pas mettre de date de parution ou pour « diffusion immédiate » est une information essentielle.

 

2- Ne pas apporter des informations intéressantes pour le journaliste : rappelez-vous qu’un journaliste reçoit des dizaines de communiqués par jour. Vous devez penser votre communiqué comme si vous lui donniez de la matière pour rédiger un article… et ce n’est qu’à la fin que vous parlez de votre produit (le texte doit être construit autour de l’information, et pas autour de votre société ou votre produit). Vous devez toujours vous dire « Pourquoi un journaliste parlerait de mon communiqué de presse ». Lire la suite

15 utilisations et 30 applications pour Facebook !

Quel usage professionnel pour Facebook ?Quel usage professionnel pour Facebook ?

 

Les sites communautaires sont devenus les petits chouchous du Web. Le leader mondial, MySpace, domine largement le paysage « social » et c’est l’endroit incontournable pour tout groupe musical, associations… Pourtant depuis peu il y a un nouveau concurrent qui commence à pointer son nez: Facebook.com.

 

Ce dernier pourrait bien mettre en péril l’hégémonie Myspace, même s’il en est encore très loin: (voir la carte mondiale des réseaux sociaux)

 

Avec + 270% de visiteurs dans le monde en un an, près 52 millions visiteurs uniques en juin, Facebook devient une valeur montante même en France. Pourtant Facebook a seulement 310 000 visiteurs uniques, ce qui le place loin dernière les 9,2 M de Skyblog ou des 2,2 de Myspace, mais avec une progression incroyable de + 422% ! (Source Transnets).

 

Pour l’instant les étudiants représentent encore 85% des membres de Facebook, pourtant on commence à voir de plus en plus de professionnels et d’associations (et même des entreprises !) qui s’inscrivent sur le site… Il y a donc une tendance importante pour un usage professionnel de Facebook.

 

Or si de plus en plus de professionnels qui s’inscrivent sur Facebook.com, quand on leur demande à quoi cela leur sert pour leur affaires, la réponse est plus délicate et la plupart admettent  » faire comme les autres » ou succomber à l’effet de mode…

 

Pourtant Facebook peut être un excellent outil professionnel, pour peu de savoir comment s’en servir et ce qu’il faut éviter de faire. Ce dossier a donc pour but:
– De vous expliquer pourquoi s’inscrire sur Facebook est intéressant pour vous.
– De vous donner 15 usages professionnels de Facebook pour développer votre activité
– De vous présenter 30 applications incontournables à utiliser sur Facebook.
– De vous mettre en garde sur les limites et les erreurs à ne pas commettre sur Facebook
Pourquoi Facebook peut être utile pour vos affaires ?

 

L’intérêt d’un réseau social c’est avant tout ses membres, et surtout leur implication et leur dynamisme. Un réseau qui n’a pas d’animation est un réseau mort. Or le plus apporté par Facebook c’est justement un foisonnement de vie : à chaque fois que vous vous connectez vous trouvez de l’actualité sur vos contacts et vos groupes, de l’interactivité avec les autres membres, une simplicité et une viralité bien plus importante que dans tout autre réseau social.

 

Lire la suite