Intelligence artificielle : quelle règlementation en France et en Europe ?

Visionary Marketing était partenaire du salon AI PAris 2017L’ intelligence artificielle divise le monde de l’actualité. Si certains pensent qu’elle va révolutionner notre société, d’autres la voient comme une menace qui nous dirigera vers notre destruction. Qu’en est-il réellement ? Pour me faire ma propre idée sur le sujet, je me suis rendue à l’AI Paris 2017. L’intelligence artificielle soulève un grand enjeu de notre société : le système de travail classique constitué d’humains et de machines, que nous connaissons actuellement est en train de changer. Comme le dit Lionel Janin, économiste, expert des questions numériques chez France Stratégie, l‘enjeu principal de l’intelligence artificielle est la transformation de l’emploi qui touchera environ 10% des métiers. Notre monde va être face à un déplacement des métiers et des fonctions, mais en aucun cela signifie que l’emploi humain sera supprimé. Isabelle Galy, directrice déléguée aux opérations de la CNAM explique que 53% des managers seront pris en charge à 25% par l’intelligence artificielle pour leur permettre ainsi de se consacrer à d’autres tâches. Mais ce changement doit être pensé. Les organisations doivent accompagner les entreprises dans cette nouvelle ère de l’intelligence artificielle et une réglementation doit être établie pour déterminer le régime juridique de l’intelligence artificielle. Mais comment réglementer l’intelligence artificielle ? Quel est l’impact de la réglementation européenne sur la gestion des données sur le développement de l’intelligence artificielle ? Alain Bensoussan, avocat spécialisé dans le droit numérique et des technologies avancées, ainsi que président du réseau Lexing a répondu à ces questions d’actualité.

réglementation et intelligence artificielle Lire la suite

Notre indépendance numérique sur le modèle de l’indépendance énergétique ?

indépendance numériqueL’indépendance numérique – et celle de son infrastructure cloud – n’est pas un sujet pris à la hauteur de ses enjeux. C’est un euphémisme. Pas une présentation PowerPoint entendue ici ou là qui ne fasse allusion à la toute-puissance des GAFAM, mais en fait, que faisons-nous, nous en tant qu’utilisateur, en tant que clients, en tant que chefs d’entreprise pour que les choses changent ? Bien peu de choses en réalité pour ne pas dire rien. A tel point que ces antiennes sur les géants du Net en deviennent véritablement ridicules : que faire et que dire en effet de l’importance de cette mainmise supposée des géants de l’Internet qui pour réelle qu’elle soit ne suscite pas pour autant de réactions. Et pourtant, Jonathan Zittrain a publié un sublime livre sur ce sujet… Si peu l’ont lu que son éditeur a fini par le mettre en téléchargement libre et direct sur Internet. Nous proposons avec notre client Orange Cloud for Business, un webinaire sur ce sujet, que j’animerai en binôme avec Didier Renard, directeur de la stratégie de la filiale cloud computing d’Orange Business Services.

De l’indépendance énergétique (et militaire) à l’indépendance numérique

L’indépendance énergétique, et militaire, chevaux de bataille de Charles De Gaulle dans les années 60 est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre. Remettons-nous dans le contexte de ces années de l’après-guerre, et souvenons-nous du choc qu’a suscité la sortie de l’OTAN, sans parler de la dotation de l’arme nucléaire. Sur le numérique, pourtant considéré avec une parfaite unicité de vues comme étant la future révolution industrielle du XXIe siècle, il n’y a pas d’initiatives de ce genre sur l’importance de l’indépendance nationale ni même européenne.
Nous serions-nous redesignés à ne rien peser sur le marché du digital ? A-t-on même le droit de souligner le sujet, au risque de passer pour un ringard ?
indépendance numérique

 Un sujet de plaisanterie mais est-ce à juste titre ? 

avenir de l'internetPire, on entend ici et là ricaner, avec quelques allusions bien senties au plan calcul des années 70 sur le fait que toute tentative dans ce domaine serait vouée soit à l’échec soit au ridicule. Mais pourtant à la différence du domaine militaire, la l’indépendance numérique n’est pas tant une affaire de décision unilatérale régalienne, elle est surtout que de décisions et de choix de la part des utilisateurs et des entreprises.
Pourtant, La mainmise de quelques sociétés de l’Internet constituées en oligopole sur ce qu’il faut désormais reconnaître comme étant notre bien commun, n’est pas neutre, loin de là. Le mail, les applications, La geolocalisation, les ordinateurs, les mobiles, La personnalisation, La publicité et les logiciels de collaboration sont tous aux mains de quelques uns. Des entreprises que pour la plupart d’entre nous, et cest mon cas je l’avoue bien volontiers, nous aimons bien et dont nous apprécions les services, qui nous ont permis d’étendre nos pouvoirs de super consommateurs ou de super entrepreneurs via le réseau des réseaux. Nous les aimons bien donc, mais raison de plus pour être vigilants et ne pas leurs donner trop de super pouvoirs, de peur que ceux-ci se retournent contre nous.

Lire la suite

Marketing d’influence : les marques privilégient les influenceurs de moyenne traîne

Comme nous l’avons déjà abordé ici sur ce blog, depuis les années 2000, les influenceurs sont de plus en plus présents sur le web. Les précurseurs ont même des communautés atteignant le million d’abonnés, voire plus. A tel point qu’on les appelle des « stars » du web. Beaucoup de marques voient d’ailleurs en eux un bon moyen de gagner en visibilité facilement. Dernièrement, la tendance est toutefois en baisse, et les influenceurs stars perdent en popularité auprès des marques, au profit des influenceurs de moyenne traine. Explications.

Qui sont les influenceur stars ?

Les influenceurs stars sont en général assez jeunes. Présents sur un ou plusieurs réseaux sociaux depuis un moment, ils ont déjà produit un certain nombre de contenus, et savent identifier ceux qui performent le mieux auprès de leur communauté. Celle-ci atteint d’ailleurs souvent plusieurs millions d‘abonnés. Présenté comme ça ces influenceurs semblent idéaux pour booster votre visibilité web, mais de gros inconvénients subsistent quand même dans le fait de s’associer à l’un d’entre eux.

D’abord, la prise de contact avec un influenceur star est loin d’être aisée. Plus la communauté d’un influenceur est grande, plus il reçoit de partenariats. Et ça peut aller jusqu’à une dizaine (voir plus) par semaine, comme le montre l’étude Reech 2017 sur les partenariats entre influenceurs et marques. A moins d’être une marque de renommée nationale, vous risquez donc fort de passer entre les mailles du filet.

En plus, ce genre de partenariat coûte généralement très cher. Un influenceur star collabore avec des marques assez prestigieuses : Nike, Sephora… En d’autres termes, des marques qui ont le budget pour lui offrir une rémunération conséquente pour la production d’un contenu. Si vous souhaitez réellement vous associer à un influenceur star particulier, il faudra alors vous aligner sur les rémunérations proposées par les autres.

Lire la suite

Réputation d’entreprise rime avec outils de communication – @openrainbow

Et si la réputation d’une entreprise dépendait d’autre chose que de la qualité de ses produits, de ses services, ou de son coeur de métier. Et si cette réputation était aussi le fruit de la manière dont l’entreprise – et par là j’entends l’ensemble des employés de l’entreprise, du haut en bas – utilise ces outils de communications ? Sans doute que cette question ne vous a jamais effleuré et pourtant, nous sommes bien, les entrepreneurs et les employés qui composent nos entreprises, le reflet de nos communications, en interne aussi bien qu’en externe. 

Et si la réputation d’entreprise dépendait (largement) de la manière dont vous communiquez avec vos employés et vos clients ?

réputation et outils de communicationDis moi quels outils de communication tu utilises et comment tu les utilises et je te dirai qui – ou quelle entreprise – tu es ! La communication d’entreprise ne sert pas seulement à la faire fonctionner. La qualité des outils de communication à l’intérieur de l’entreprise, et aussi à l’extérieur, en font également sa réputation. Son image de modernité, certes mais aussi de qualité de fonctionnement, de fluidité des processus, d’efficacité et de sérieux. En poussant le bouchon un tout petit peu plus loin, ces outils et la qualité de la communication interne et externe qu’ils véhiculent en font aussi son attractivité en tant qu’employeur.

Tous les outils de communication. Que dire de cette entreprise rencontrée récemment qui me faisait part de sa difficulté à attirer des talents et qui n’a pas – près d’un tiers de siècle après l’invention du World Wide Web par Tim Berners Lee – de site Web pour y décrire son entreprise ? Pas très vendeur me direz-vous. Et pourtant, les chefs d’entreprise sont souvent peu conscient de l’impact de leur communication sur leurs publics. Je m’en aperçois sur le terrain tous les jours.

Et cela ne concerne pas que les outils eux-mêmes mais aussi la façon de les utiliser : l’image de l’entreprise est à ce prix. Pourtant, malgré la profusion d’outils de communication et de collaboration d’entreprise, et la maturité de nombre de ceux-ci, toutes les entreprises n’arrivent pas forcément à en tirer parti et il faut bien reconnaître que la plupart du temps, l’outil informatique mal utilisé ne sert qu’à reproduire plus vite et plus mal un processus mal rodé, une communication mal maîtrisée. Beaucoup d’entreprises en effet, ont tendance à sous-estimer le fait que la communication est un des piliers majeur de la relation avec l’écosystème interne et externe de l’entreprise. L’email étant sans doute le summum de la chose, avec des usages déviants, sur lesquels nous avons souvent communiqué sur ce blog ou en dehors. Lire la suite

Marketing d’influence: la stratégie phare des marques

« Créer le buzz »: tel est le challenge pour les enseignes dans notre contexte hyper-connecté. Dans différents secteurs d’activité, on trouve des campagnes marketing amusantes et interactives. Les équipes marketing poussent leur créativité au-delà de toute limite. Aujourd’hui, ils ont une nouvelle arme marketing: l’influence. Dans cet article, je vous explique tout sur ce concept qui est à la fois très tendance et très stratégique. Et pour vous donner plus d’affirmations concrètes, j’ai demandé à Anthony Rochand (@AnthonyRochand, expert du web, de répondre à quelques questions que beaucoup d’entre vous se posent.

Les stars des réseaux sociaux au centre de cette stratégie d’influence

Le marketing d’influence, on entend beaucoup parler de ce sujet sur les réseaux sociaux. Plusieurs rapports d’influenceurs sont publiés dans l’année, comme « les nouveaux influenceurs à suivre en 2017″ , ou « les 12 influenceurs que vous ne pouvez pas rater en 2017 » où des influenceurs comme Emmanuelle Leneuf (@Flashtweet), Frédéric Cavazza (@FredCavazza), Yann Gourvennec (@Ygourven) , Anthony Rochand (Les Experts du Web) , Pierre Cappelli (@pierrecappeli) et beaucoup d’autres sont mentionnées. Ces influenceurs sont connus et reconnus pour leur expertise dans le domaine du digital. Et d’autres sont connus pour une expérience dans la beauté, les jeux vidéo, le sport ou autre.

Le profil type d'un micro-influenceur sur Twitter
Le profil type d’un micro-influenceur sur Twitter

S’allier avec des bloggeurs ou des influenceurs très connus sur les différents réseaux sociaux afin de « faire parler » d’un produit ou d’un service nécessite un budget important. Certaines PME font donc appel aux micro-influenceurs. Un micro-influenceur est une star des réseaux sociaux qui compte environ une dizaine de milliers de followers. Avoir moins de followers qu’un influenceur n’est pas un désavantage pour un micro-influenceur car souvent ils sont plus spécialisés et ont une relation de proximité avec les personnes qui les suivent. On peut dire que le marketing d’influence est un jeu d’interaction entre l’influenceur (ou le bloggeur), la marque (ou le contenu) et le client final (ou le follower). C’est pour cette raison qu’il faut avoir une certaine cohérence dans le choix de l’influenceur ou de l’expert et l’image de marque.

Afin d’optimiser leur ROI, les marques misent sur les influenceurs de moyenne et de longue traine. Cet objectif est souvent atteint grâce aux micro-influenceurs. Ayant moins de marques partenaires, les micro-influenceurs ont une communication plus authentique; cela amplifie l’impact auprès de leurs communautés. Certains affirment qu’il est plus stratégique et rentable de travailler avec une galaxie de micro-influenceurs qu’avec les stars du digital.

L’interview d’Anthony Rochand

Lire la suite