médias sociaux : Page (Google) stigmatise Facebook pour manque d’ouverture

La sélection du jour est…

Cet article de Miguel Helft pour Fortune Tech à propos de la dernière et très attendue apparition de Larry Page, le nouveau et pourtant pas si nouveau patron de Google, dans lequel nombre de sujets sont abordés y compris ses problèmes récents de cordes vocales. Cependant, le passage le plus important de cet article à mon goût est la conclusion dans laquelle Page lâche une attaque non déguisée à destination de Facebook pour manque d’ouverture tout en s’engageant personnellement sur le partage ouvert des données en provenance des médias sociaux. Voilà un article que je ne regrette pas d’avoir lu Larry ! J’en tomberais presque amoureux de Google plus à peu de choses près. Donnez-moi un peu de temps que je retrouve mon vieux mot de passe…

[Facebook – et les autres réseaux sociaux – sont-ils en train de fermer l’Internet ?]

Après un long silence, Larry Page, patron de Google s’exprime

[…] Après avoir loué les efforts de Google de plusieurs années, afin de développer une représentation numérique exacte du monde tel qu’il existe au travers de ses services de cartographie, il [Larry Page] a affirmé que l’entreprise « était presque arrivée au bout de la tâche ». Faisant ensuite référence au lancement raté de l’application cartographique d’Apple, truffée de bogues, il a ajouté : « il est toujours gratifiant de voir que les gens remarquent que vous avez travaillé dur pendant 7 ans ». Facebook vs Google : la bagarre pour le futur du Web. Il a indiqué qu’il était « probable » que Google essairait de rendre son outil de cartographie disponible sur les appareils d’Apple, malgré le manque de contrôle sur son affichage ou sa distribution.

Enfin, montrant du doigt Facebook pour son refus d’ouvrir ses données à des tiers, y compris le moteur de recherche de Google, il a affirmé que c’était quand les données de base étaient partagées entre tous les acteurs que l’Internet fonctionnait le mieux. Faisant référence particulièrement aux données sociales il a ajouté : c’est comme cela que j’aimerais les utiliser à chaque fois que cela nous est possible ».

l’article intégral en Anglais After long silence, Googles Page speaks – Fortune Tech.

les stars du Marketing et du Digital au MD Fair

Un événement à ne pas rater, où Hervé Kabla et moi-même dédicacerons notre ouvrage les médias sociaux expliqués à mon boss, récemment primé au Hub Forum 2012

Yann GOURVENNEC et Hervé KABLA vous invitent
au salon MD Fair les 7 & 8 novembre 2012
à Paris Expo Porte de Versailles, Hall 5.1
Participez à la conférence événement
Mercredi 7 novembre de 12h à 13h30 sur le plateau TV

Découvrez les secrets de stars du Marketing et du Digital

Ils sont tous des experts, ont fondé des entreprises (beAngels, Digilinx, ETO, IteXium…) ou travaillent à l’innovation marketing chez de grands annonceurs (Nestlé, Orange Labs, Science-Po, Valtech…).
Ils partageront avec vous leur vision du marketing et débattront de ce que sera l’avenir du marketing sur le plateau TV du salon. À ne pas manquer !

Conférence animée par Henri KAUFMAN, Président du Cercle du Marketing Direct

Avec le témoignage de : Brice AUKENTHALER I Hervé BLOCH I Thomas BOURGHELLE I Ronan BOUSSICAUD I Philippe CAHEN I Yan CLAEYSSEN I Philippe COLIN I Paul CORDINA I Pauline DUFFOUR-WARGNIER I Laurence FAGUER I Emmanuel FRAYSSE I Guy JACQUEMELLE I Hervé KABLA I Jean-Philippe WOZNIAK I>> Je m’inscris

Les médias sociaux expliqués à mon bossRetrouvez Hervé KABLA et Yann GOURVENNEC en dédicace
sur le stand J40-K39 des éditions Kawa
Mercredi 7 novembre de 16h à 17h (Hervé Kabla)
& Jeudi 8 novembre de 11h à 12h (Yann Gourvennec)

Les médias sociaux expliqués à mon boss
Par ceux qui en font et pour ceux qui aimeraient (mieux) en faire

2010 a été l’année du décollage des médias sociaux dans l’entreprise. Après un round d’observation de près de 4 ans, cette année a vu en effet cette discipline s’élever rapidement au plan stratégique.
Sous la direction de Yann GOURVENNEC et d’Hervé KABLA, l’association Médias Aces et ses entreprises membres, pionnières des médias sociaux, ont donc – au travers de cet ouvrage collectif – couché leurs expériences en termes d’utilisation des médias sociaux dans le cadre de l’entreprise.

EXCLUSIF !

Hub Awards 2012Le jeudi 11 octobre dernier à l’occasion du Hub Forum, « Les médias sociaux expliqués à mon boss » s’est vu remettre le Hub Award du « Livre influent de l’année sur le digital ».
Ne manquez pas la séance de dédicace de ses co-auteurs, Yann GOURVENNEC et Hervé KABLA les 7 et 8 novembre.

médias sociaux : quels usages dans les pays du Maghreb – #SMI2012

La première présentation à laquelle j’ai assisté dans le cadre de la conférence SMI 2012 au Maroc, était le fait de Marouaine Harmach, directeur associé de Consultor.ma. Marouane est associé dans ce cabinet et mène des missions sur les stratégies de présence dans les médias sociaux. Sa conclusion était particulièrement intéressante en ce qu’elle soulignait qu’ “alors qu’on pourrait s’attendre à une uniformisation des usages dans le monde, on voit que la réalité est différente, en termes d’usage, même entre des pays a priori proches comme la Tunisie et le Maroc”.

image

“On ne peut pas échapper à la mesure” a dit Marouane lorsqu’on veut mener une stratégie de médias sociaux. L’étude est basée sur les internautes de la région nord de l’Afrique (Maroc, Algérie Tunisie et un peu la Mauritanie ; la Lybie a été mise de côté). Le personnage de l’année de Time en 2007 est bien connu : “Vous”. C’est le symbole que  le monde a changé. 4 années plus tard, en 2010, c’est Zuckerberg qui était le personnage de l’année et ce n’était pas terminé car en 2012, c’est le “protestataire” (the protester) qui a été nommé homme de l’année en mémoire du printemps arabe et de Occupy Wallstreet. Ceci a donné des idées à Marouane et l’a poussé à rechercher qui était derrière ces internautes.

L’internaute est-il celui qui accède à un site (quelque soit le moyen d’accès) ou toute personne ayant théoriquement la possibilité d’accès à Internet. Cela permet d’introduire une différence appréciable car au Maroc, c’est une notion plus large qu’un acheteur d’un accès à Internet, car il faut inclure toutes les personnes du foyer familial.

Le taux de pénétration de l’Internet montre clairement que le Maroc est en avance sur la région alors que la Tunisie a un taux d’alphabétisation qui est plus important que celui du Maroc (+ de 50% versus 40% selon les données Google).

7 profils d’internautes (études Meyen et al) :

  1. le virtuose : ce sont les geeks, qui sont passionnés.
  2. le professionnel : soit un usage pour le travail, soit pour faire des affaires
  3. le dépendant : ce sont soit des “joueurs” soit des addicts aux médias sociaux
  4. le fan
  5. le compagnon : pour lui, Internet est une sorte d’accompagnateur dans la vie, une sorte d’extension à la vie sociale
  6. le prudent : il observe
  7. l’affilié

En partant de cette étude, Marouane a mené une étude en posant des question en rapport avec la présence sur les médias sociaux : Cette étude a été menée dans le cadre du “dialogue national média et société 2012”. Cette étude a démontré que 4 motivations sont possibles pour accéder à Internet :

  • divertissement
  • instruction
  • se forger une opinion
  • renforcer une appartenance sociale (familiale, nationale) ..

Une autre étude CESEM-HEM de 2012 a découpé les internautes en 4 catégories :

  1. les affectifs : plutôt des hommes, faiblement engagés, gros consommateurs de chaînes internationales. ils sont là essentiellement pour jouer, réagir, s’engager et éventuellement pour publier mais faiblement
  2. les observateurs : sont de jeunes citadins, mi étudiants mi cadres, dont l’implication sociale est faible. Ils n’ont pas de média de prédilection.
  3. les communicateurs : ce sont plutôt des jeunes éduqués. La gente féminine est fortement représentée, et ils sont plus solidaires qu’engagés. Ils ont là pour créer du contenu, jouer et s’engager
  4. les mobilisateurs : sont les militants et les leaders d’opinion, plutôt masculins et plus âgés que la moyenne

Les usages dans le Maghreb

  • Algérie : 3.8 millions de comptes Facebook (source : Socialbakers) soit une pénétration de la population à 11% et 82% des internautes actifs sur Facebook. Il y environ 85% de jeunes de 16 à 34 ans
  • Maroc : 4.9 millions de comptes actifs sur Facebook avec un taux de pénétration global de 16% soit seulement 50% des internautes qui sont sur Facebook, avec là aussi les moins de 34 ans qui sont majoritaires
  • Tunisie : 3.2 millions de comptes avec 30% de pénétration et 90% des internautes sur Facebook ce qui est très impressionnant. “le départ de Ben Ali est sans doute un peu pour quelque chose dans ce phénomène” a dit Marouane
  • Mauritanie : 92000 comptes soit 3% de pénétration et 122% des internautes ont un compte facebook. C’est à dire qu’il y a des doublons …
  • les pages les plus populaires sur Facebook :
  • Télécoms/IT : Orange Tunisie : 516.000 fans , Meditel 470.000 , puis viennent Samsung, Inwi et Maroc Telecom (324.000)
  • Médias : Nessma a 914.000 fans, Hespress 600.000 et Hit radio à 406.000 fans
  • Divers : Equipe nationale algérienne avec 556.000 et Maroc Insolite est derrière.
  • Twitter dans la région : plutôt un média des influenceurs et blogueurs/journalistes et donc peu répandu par rapport au reste
  • 25% des comptes twitter n’ont jamais twitté
  • en Mars 2012, il y avait 33.500 comptes mais il y a une décélération a dit Marouane. Il y aurait environ 10.000 comptes actifs en Tunisie
  • Portland a montré que 81% des africains  utilisaient essentiellement Twitter pour converser
  • La moyenne mondiale des usagers de Twitter est 39 ans, mais en Afrique, il faut compter avec 10 ans de moins
  • 57% des tweets sont envoyés par des mobiles, en majorité par des Blackberry et des iPhones.
  • LinkedIn
  • Le réseau professionnel avait 154 millions d’utilisateurs au niveau mondial au moment de l’étude, la pénétration au Maroc (419.000) Tunisie (224.000) et en Algérie (324.000) est cependant beaucoup plus modeste.
  • Il y aussi le “désert appelé G+” a dit Marouane mais il en est resté à l’analyse des réseaux principaux.

Jean Marie Dru (TBWA) « le digital est la nouvelle réalité de la communication » – #hubforum

C’est Jean Marie Dru, président de TBWA worldwide qui a ouvert la version 2012 du Hubforum dont Orange est le sponsor. Il s’est présenté en “vétéran de plus de 40 de la communication” et a avoué “ne pas pouvoir prétendre prédire l’avenir”. Sa présentation ne s’est donc pas tournée vers l’avenir mais le présent de la communication avec deux constats pour le marketing numérique (digital) en 2012.

image

[Jean Marie Dru ce matin dans son discours d’introduction du Hubforum 2012]

Premier constat fait par le grand patron de Pub : “Le digital est la nouvelle réalité de la communication” a affirmé Jean Marie Dru, décrivant un monde où l’Internet est entré dans tous les comportements de la vie et de l’économie, en phase avec une présentation que j’ai réalisée récemment et qui est disponible sur l’espace Slideshare d’Orange. Il n’est donc plus possible de “laisser le digital dans son coin”, il est devenu une composante majeure de tout ce que nous faisons.

  • Jean Marie Dru a montré l’exemple Tesco homeplus en Corée du Sud (qui a donné aussi des idées à Carrefour plus récemment) et un autre permettant de commander une Pizza depuis un aimant sur un frigo (voir l’opération VIP fridge magnet Dubai) ;
  • Il a avoué également “ne jamais imaginer qu’il pourrait avoir autant d’ingénieurs dans son réseau d’agences”, montrant ainsi la transformation du monde de la communication ;
  • le métier de l’agence est en train de changer et tous les marchés sont en train de se réinventer en profondeur. Le digital est donc bien au cœur de ces activités, et par voie de conséquence, de celles de ses annonceurs.

Deuxième constat du patron de TBWA, le digital est multi-disciplinaire et n’est pas réductible à une seule agence :

  • le digital n’est pas une discipline, c’est “un élément de régénérescence de toutes les disciplines” ;
  • Chez TBWA le digital est donc dilué dans toutes  les composantes des agences qui font partie du groupe (buzz/RP/relations blogueurs/publicité en ligne/développements web/e-commerce etc.) ;
  • le service client est aussi confronté à une révolution sous l’impulsion du digital et les annonceurs doivent en tenir compte.

En conclusion, selon Jean Marie Dru, il est impensable qu’une marque globale limite le digital à un seul département. Deuxièmement, si la gestion d’une marque doit intégrer un message global, elle doit aussi adapter son message aux spécificités locales. Ainsi, TBWA n’a pas choisi d’avoir un pôle digital dédié mais d’intégrer le digital dans chacune de ses activités. cette révolution du digital se retrouve chez la plupart des annonceurs qui affichent suffisamment de maturité.

« nous sommes à l’aube d’une révolution industrielle » – Dominique Delport ( @domdelport ) – #hubforum

La prophétie de McLuhan s’est révélée a dit Dominique Delport car Facebook a dépassé le milliard d’utilisateurs; même si Havas a fait une étude sur les déconnectés, les potentialités sont énormes. Nous sommes dans un monde nouveau qui profite de ces innovations technologiques. On a vu aussi la vente des smartphones dépasser les ventes des ordinateurs.

image

Quand on parle de mobiles, a rappelé Dominque dans son introduction, il y a 3 réalités à noter:

  • le ‘fremium’ représente les 2/3 de la valeur créée sur le mobile
  • le jeu : on n’a pas fini de parler de gamification
  • enfin, c’est Apple qui a trusté les revenus sur le mobile malgré la disparition de Steve Jobs qui a eu lieu lors de la version 2011 du Hubforum. On peut imaginer qu’Apple prendra sa dîme sur beaucoup de transactions en ligne a-t-il dit

Voici les tendances dégagées par Dominique Delport dans sa courte mais percutante présentation au Hubforum 2012

  1. pub online : elle continue de croître mais plus de façon insolente. Ceci étant, avec 30 milliards de dollars la croissance est encore forte aux US, même si les volumes ne représentent pas plus de 35% du total de la publicité.
  2. La télévision est toujours le média roi” a-t-il précisé. Mais cela ne va pas forcément durer a ajouté Dominique Delport. Le
  3. le mobile : “pour l’instant, la publicité sur mobile est un flop” malgré les annonces répétitives a dit Dominique Delport
  4. 8/10 des applications sur iPad les plus populaires sont des appplications de Presse
  5. La tablette est l’avenir de la Presse : le temps passé à lire la Presse, augmente de 75% (au lit ou devant la télé) lorsqu’on est possesseur de tablette. Chaque tablette permet aussi aux journaux d’élargir leurs audiences.  Sur ces nouveaux supports, il “faut être créatif et il faut commencer à écrire les nouvelles lignes de communication de demain et les agences doivent anticiper ces nouveautés” a annoncé Dominique Delport.
  6. opposer la tv connectée regardée par des consommateurs aux consommateurs connectés qui regardent la TV, “la réalité c’est que les consommateurs sont connectés, pas les téléviseurs” a précisé à juste titre Dominique
  7. comprendre le temps réel : que ce soit dans la communication ou le CRM, nous allons de plus en plus être dirigés par le temps réel et l’ensemble des relations avec les consommateurs vont bénéficier de cette vitesse de communication et d’un feedback immédiat selon le patron d’Havas Digital.  D’ici 2015, la prédiction est qu’1/3 de la pub télé sera aussi achetée sur des places de marché média sur Internet a aussi prédit Dominique.
  8. Dépasser l’effet bulle : malgré les effets de survalorisation capitalistiques, notamment de Facebook, mais nous sommes face à une vague majeure de révision de la communication. En 2000/2001 nous avons eu une énorme surchauffe, mais la survalorisation actuelle, après correction, se stabilisera a dit Dominique Delport. LinkedIn par exemple a montré que le véritable changement était là, et bien plus rentable que Facebook.
  9. “Nous sommes entrés dans une véritable révolution industrielle” a conclu l’expert français du digital et nous serons bientôt capables de produire nous-même notre énergie ou nos objets (au travers du 3D Printing) et nous sommes à l’aube d’une révolution.