Formation : les 3 étapes RH de la transformation digitale

Afin de parler de la transformation digitale, nous avons interviewé Xavier DUROCHAT, Responsable du Learning Development, Change Management et de la Transformation Digitale au sein de BNP International Retail BankingCelui-ci nous explique les trois étapes les plus importantes de la transformation digitale au sein d’une grande entreprise. M Durochat sera présent lors de la conférence du CCM Benchmark groupe dédiée à RH & Transformation digitale dont Visionary Marketing est également partenaire. Lors de cette conférence, j’y débattrai de la place de la RH dans la transformation digitale car si celle-ci est évidente, encore faut-il être capable de faire évoluer les compétences.

formation transformation digitale et RH
Visionary Marketing est partenaire de cette conférence exceptionnelle du CCM Benchmark Group

C’est bien d’ailleurs le sens de cette interview du représentant de BNPP. Comment donc faire évoluer ces compétences, animer et motiver les équipes ou encore développer l’innovation? M. Durochat nous donne une piste de travail avec la formation qui doit changer dans le fond autant que dans la forme, et utiliser ses propres méthodes. Combien de formations sur le digital avons-nous vues en effet qui n’intègrent pas leur sujet dans leur mode d’apprentissage ! Cela doit évoluer et même en interne des grandes entreprises, on observe les prémisses de ces changements : organisation plate, intrapreneuriat en rupture avec l’ordre établi, prise d’initiatives en dehors des circuits habituels, esprit « start-up » à l’intérieur des grands groupes … Les incitations à l’innovation sont souvent des injonctions paradoxales, et les DRH et directions de la formation comme celles de M. Durochat doivent s’emparer coûte que coûte de ce que j’ai appelé des « injonctions paradoxales ». Peut-il en être autrement ? Quelles pistes pour les y aider ? La réponse le 4 juin avec cette conférence du CCM Benchmark group à laquelle nous vous convions. 

formation - CCM Benchmark Group - RH et transformation digitale

Comment met-on en place un processus de transformation dans une grande entreprise comme la BNP? Quelles sont les différentes étapes pour y arriver ?

Il existe 3 étapes dans ce processus de transformation digitale. Premièrement, l’étape des outils, liée à ce qu’on nomme Réseau Social d’Entreprise (RSE). Le point le plus important de cette première étape est la mise en place de ce réseau social d’entreprise et l’accompagnement de l’ensemble des acteurs de la banque afin qu’ils utilisent le RSE au quotidien. Dans le cadre de cet accompagnement, la transformation des habitudes de travail pour plus d’efficacité est primordiale. Et pour cela, une démarche d’accompagnement du changement est un passage obligé.

Une deuxième étape davantage axée sur le « distanciel » (enseignement à distance)

On vient de le voir, la transformation digitale et l’accompagnement au changement comprennent la transformation et l’aide envers les collaborateurs afin de les former et de changer leurs habitudes de travail. Mais ce qui est très important également, c’est la transformation de la formation elle-même, et c’est notre deuxième étape. Autrefois, on observait une proportion de 90% à  95% de présentiel (formation en face à face avec un formateur) dans l’organisation des formations internes. Notre axe de développement principal désormais est le distanciel, c’est-à-dire le e-learning, le MOOC (Massive Open Online Course), le SPOC (Small Private Online Course) etc. Nous allons également travailler sur la formation expérientielle (c’est-à-dire basée sur la collecte des expériences), en mode présentiel et distanciel car le mentorat est aussi possible à distance. Nous allons enfin travailler sur la dimension événementielle à travers la mise en valeur des experts, ce qui permettra de moderniser nos moyens et de faire évoluer la perspective que l’on a du « Learning Development ».

D’autant plus qu’on voit sur la carte derrière vous que vous êtes présents dans de nombreux pays

Nous sommes implantés dans de nombreux pays, et dans plusieurs villes. Par exemple, nous sommes présents dans plusieurs villes d’Ukraine et aller d’une ville à une autre dans un pays comme celui-là signifie un voyage long et même parfois impossible. D’où l’importance de l’enseignement à distance car il permettra à tous nos agents de bénéficier d’une formation, malgré l’éloignement.

Enfin, la troisième étape consistera à dépasser ce distanciel pour le dépasser

En effet, les différents outils disponibles pour l’amélioration du savoir-faire de nos collaborateurs seront fédérés au travers du RSE. Réseau social interne et apprentissage fusionneront bientôt, car le futur est au réseau social apprenant : il aura pour but de fédérer les experts des métiers de la banque autour de communautés auto-constituées.  L’enjeu de la formation du futur sera donc d’alimenter et de superviser les communautés présentes sur ce RSE afin de maximiser les partages de savoir entre employés. Ce rôle est celui de la RH (Ressources Humaines) et du département « Learning Development« .

formation - CCM Benchmark Group - RH et transformation digitale

8H30 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

9H00 – LA TRANSFORMATION DIGITALE ET LES INJONCTIONS PARADOXALES

La place de la RH dans la transformation digitale est évidente : il faut faire évoluer les compétences, animer et motiver les équipes ou encore développer l’innovation. Cependant l’innovation digitale établit une rupture avec les modes de travail habituels : organisation plate, intrapreneuriat en rupture avec l’ordre établi, prise d’initiatives en dehors des circuits habituels, esprit « start-up » à l’intérieur des grands groupes … Les incitations à l’innovation sont souvent des injonctions paradoxales, peut-il en être autrement ? Quelles pistes pour que cela évolue ?
Par Yann Gourvennec, CEO & founder, Visionary Marketing

9H30 – LA TRANSFORMATION DIGITALE EST EN MARCHE

Quel est le rôle du DRH dans la transformation digitale de son entreprise ? A quels enjeux doit-il faire face ? Quels sont les moyens dont il dispose ? Comment transmettre une vision commune pour qu’elle soit partagée en interne ? Comment intégrer les nouveaux métiers du digital ?
Avec :
– Arnaud Gien-Pawlicki, Responsable recrutement et marque employeur, APEC
– Muriel Rocher, Head of Human Ressources, ING France
– Anne-Claire Rodary, Innovation & Transformation Director, Pernod-Ricard
Table ronde animée par Yann Gourvennec, CEO & founder, Visionary Marketing
10H30 – PAUSE ET NETWORKING

formation - CCM Benchmark Group - RH et transformation digitale

Lire la suite

Formation : les 3 étapes RH de la transformation digitale was last modified: janvier 16th, 2016 by Yann Gourvennec

La transformation digitale des sociétés de taxis est en marche

Le conflit entre les VTC et les taxis a alimenté la presse en France et à l’étranger. La législation a encore un temps de retard, et le point d’équilibre entre les deux modèles n’a toujours pas été trouvé. Devant une telle confrontation où l’on a du mal à entrevoir une issue, on peut s’interroger sur la capacité de l’économie traditionnelle à évoluer pour tirer parti de la technologie face aux entreprises « digital natives ». En vérité, il n’y a pas bataille entre l’économie traditionnelle et l’économie numérique : l’économie dite traditionnelle doit savoir se renouveler avec le numérique si elle veut survivre à la concurrence des nouveaux venus. Cet apport de concurrence est donc bénéfique aux entreprises traditionnelles pour peu qu’elles accélèrent leur transformation digitale et deviennent à la fois plus innovantes et productives. Toutefois, lorsque l’on dit « se renouveler avec le numérique », il ne s’agit pas de considérer la technologie comme un aboutissement : elle doit permettre à l’entreprise de faire évoluer son modèle économique pour être plus efficace, et non en rester au stade du gadget… Dans cette optique, les Taxis Bleus ont choisi de réagir et de lancer une innovation qui a fait parler d’elle : des boutons, disponibles dans de nombreux points (hôtels, commerces, accueil d’entreprises…) permettent d’appeler un taxi en moins de 10 minutes. Une innovation un peu surprenante, tant nos yeux sont fixés sur les smartphones, tablettes et autres objets connectés, mais qui pourrait s’avérer payante pour cette entreprise transportant 13 millions de passages par an … à condition d’être capable de déployer cette innovation de façon suffisamment large et rapide pour que la mayonnaise prenne. Un défi, on le voit, qui n’est pas que digital. Pour nous en parler, Yann Ricordel, le directeur général des Taxis Bleus a accepté de répondre à nos questions.

Vous annoncez une innovation étonnante pour une compagnie de taxis…

Il s’agit d’un bouton connecté : on le propose à tous les restaurants, commerçants, hôteliers etc. Cela permet en une pression de commander son taxi. Le taxi le plus proche arrive en moins de 10 minutes : il est automatiquement sollicité sans intervention humaine.

Voici le bouton que vous allez bientôt voir fleurir dans les lieux publics
Voici le bouton que vous allez bientôt voir partout dans les lieux publics : une trouvaille simple et efficace, qui prouve qu’il n’y a pas besoin d’être une startup pour innover

Il n’y a pas besoin de smartphone et de logiciel pour appeler un taxi : peut-on parler de rétro-innovation ?

C’est la consécration de la simplicité. Les usages avec le smartphone sont plutôt enrichis : on rend internet riche et accessible, mais il faut s’enregistrer et utiliser des services additionnels. On est dans un monde qui se complexifie et on a tous besoin de revenir à quelque chose de moins compliqué. La technologie doit être au service de la simplicité d’usage et les objets connectés doivent amener cette simplicité dans la consommation. Appeler un taxi en appuyant sur un simple bouton, c’est ce que demandent 80% de nos clients.

Comment est branché ce bouton ?

Il y a une microsim embarquée. L’alimentation se fait par pile ou par un câble USB qui peut être connecté au secteur. On peut pré-paramétrer ce bouton selon l’adresse, mais aussi la configuration de l’endroit : par exemple dans un salon, on va préciser au taxi de se garer devant la porte E pour faciliter sa rencontre avec le client.

Dans ce domaine, on attend l’innovation chez Uber, un peu moins chez les compagnies comme la vôtre. Est-ce la crainte de l’Uberisation qui vous a poussé à innover ?

On oppose souvent trop souvent l’économie traditionnelle à l’économie numérique. Nous avons les mêmes clients, les mêmes fournisseurs. Les cultures sont parfois différentes, mais mélanger celles-ci a du bon : les startups amènent une fraîcheur, une volonté et un rythme d’innovation soutenu. Mais l’économie traditionnelle n’est pas dépourvue d’imagination, d’outils et de moyens technologiques. Nous mettons tout en œuvre pour être en avance technologiquement. Mais la technologie est un moyen, pas un aboutissement : le plus compliqué est de faire évoluer son modèle économique.

L’urgence de l’innovation est dictée par un environnement de plus en plus concurrentiel : vous n’êtes pas le dernier à intervenir dans les médias pour dénoncer cette situation.

Je ne dénonce pas la concurrence, mais la nécessité d’avoir des règles équitables. Concernant le débat Taxis/VTC, on a une réglementation en transition. On n’a pas encore trouvé le point d’équilibre, mais avant d’atteindre ce point d’équilibre, le marché est difficile pour les uns comme pour les autres. C’est une zone de méconnaissance de l’avenir où les décisions sont plus difficiles à prendre. La concurrence permet  néanmoins d’avancer plus vite car elle stimule. Aussi, l’accès à l’Internet en mobilité à moindre coût permet d’avancer au quotidien. C’est cela que nous avons essayé de mettre en place depuis quelques années avec une application mobile et une offre de prix plafond sur les courses, l’enrôlement de la carte bancaire du client… Ce sont des services additionnels que nous ne pouvions pas proposer hier avec une technologie plus ancienne.

Pour éviter le naufrage, une entreprise doit savoir naviguer sur les eaux tumultueuses du numérique...
Pour éviter le naufrage, une entreprise doit savoir naviguer sur les eaux tumultueuses du numérique…

L’économie n’est donc pas un jeu à somme nulle : plutôt que de se plaindre de l’Uberisation, il faut voir cette concurrence comme un moyen d’élargir ce marché et le développer.

Il faut aller de l’avant, trouver des moyens de s’adapter, de la croissance. Un marché comme le nôtre longtemps très figé doit évoluer. Dans cet écosystème où il est nécessaire de se développer pour survivre, la technologie joue un rôle essentiel. Il faut donc se réjouir du développement technologique plutôt que de s’en plaindre.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le développement de ces fameux boutons ?

Nous avons commencé le déploiement avec des commerciaux sur le terrain qui rencontrent le client et lui présentent  le produit. Si l’objet est simple, la commercialisation doit l’être également. Il est distribué gratuitement, le mode d’emploi fait 6 lignes, le chargement est simple. Nous espérons pouvoir ensuite envoyer les boutons par colis pour assurer un déploiement plus rapide.  Nos clients sont organisés en réseau : lorsque l’on touche un hôtel, on s’adresse à un franchisé ou un propriétaire qui possède plusieurs hôtel, de même pour les restaurants. Le bouche-à-oreille se répand très rapidement car les clients sont souvent intéressés à l’idée de pouvoir simplifier ce service.

Quel est l’objectif du déploiement ?

On espère atteindre le millier de bouton d’ici la fin de l’année. Nous commençons par un rythme lent, mais on pourra par la suite solliciter les prospects en envoyant directement le bouton avant de les appeler pour leur expliquer son fonctionnement.

Ce bouton est fabriqué par une société finlandaise. Rien n’interdit aux concurrents de récupérer cette innovation. Est-elle protégée ?

Rien n’interdit de récupérer ce contrat, j’espère au contraire que l’idée va faire son chemin et que les concurrents nous suivront. Être tout seul pour démocratiser un nouvel accès est compliqué. Si plusieurs concurrents s’y mettent, cela devient une norme parmi d’autres. Comme c’est un outil qui nous fait gagner en productivité, cela se traduit par une augmentation du volume de courses. Il faut donc que le marché évolue dans ce sens. Si cela peut faciliter l’accès au transport de personnes, tant mieux.

La différenciation va se faire sur la vitesse de déploiement.

Effectivement. On accumule également de l’expérience lorsque l’on se lance en premier. Nous sommes donc indéniablement avantagés.

Pensez-vous qu’un patron doit savoir maitriser le digital ?

Absolument. Il faut s’immerger dans cet écosystème technologique, même si cela n’est pas toujours facile. Par exemple, se mettre aux réseaux sociaux est peut-être une évidence pour certains, mais lorsque l’on est patron d’une entreprise ce n’est pas si simple d’être sur un compte twitter où l’on peut être interpellé publiquement par ses clients et ses partenaires. Je pense qu’au contraire, c’est une grande richesse car on arrête d’être coupé du monde du fait de ses fonction, et on s’immerge davantage auprès de sa clientèle.

Visionary Marketing pourra t-il un jour avoir son bouton ?

Bien sûr, il n’y a pas de liste d’attente : une de nos cibles est l’accueil des entreprises où l’on a souvent besoin de taxis. Il suffit d’envoyer une demande sur notre site pour s’en procurer un.

La transformation digitale des sociétés de taxis est en marche was last modified: juillet 27th, 2015 by Cédric Jeanblanc

Webinaire sur la transformation digitale le 03 juin 2015

Pour ce Webinaire comme pour beaucoup d’autres choses, mieux vaut tôt que jamais : Les inscriptions pour notre Webinaire Webikeo du 03 juin 2015 (14:00) sont désormais ouvertes. A vos souris !

WEBINAIRE : REUSSIR SA TRANSFORMATION DIGITALE

L’appétence de vos clients actuels ou potentiels vis-à-vis des outils digitaux implique certainement une adaptation et même une transformation de votre entreprise. L’adaptation des modes de gestion devrait concerner avant tout le caractère instantané des interactions avec les clients qui trouvent dans les médias sociaux un outil efficace pour nommer et couvrir de honte (Name & Shame) toute entreprise ayant le malheur de les servir de manière inadéquate. Les processus business (Activation, livraison, gestion des réclamations, …) doivent alors s’aligner sur l’instantanéité en tant que clé de dévouement à la nouvelle génération des clients digitaux.

Inscrivez-vous à notre webinaire pour la transformation digitale

Par la suite, la transformation du mode de gouvernance passera par la mise en place de la communication multi-canal alignant les process d’organisation sur les profils des clients, mais devrait rapidement évoluer vers l’omni-canal qui suppose que l’expérience client est uniformément synchronisée quand le client passe d’un canal à un autre ou même d’un service à un autre.

 

Les inscriptions à notre webinaire sur la transformation digitale du 03 juin sont désormais ouvertes
Les inscriptions à notre webinaire sur la transformation digitale du 03 juin sont désormais ouvertes

Il faudrait préciser que la digitalisation n’est pas une mode limitée à la création et à l’animation de votre présence sur les médias sociaux (Community Management, gestion des influenceurs,…). La digitalisation est un effort de transformation pour conquérir de nouveaux segments des clients que l’entreprise n’arrive pas à toucher ou qu’elle n’arrive pas à servir convenablement. Ces segments traduisent des comportements qui ont évolué rapidement et continueront à évoluer d’une façon agressive pour certaines générations (Y, Z), et d’une façon plutôt progressive pour d’autres (X). Au-delà de l’agilité de la transformation de l’entreprise suivant les nouveaux comportements, il est important de comprendre que les modèles d’usage ne s’arrêtent pas à l’instantanéité, à l’omnicanal, et à la conversation attentive avec les clients. Il est surtout important de comprendre que plusieurs usages supposent la nécessité de repenser le business model d’une façon profonde. A titre d’exemple, la génération Y est devenue surtout intéressée par des services gratuits et qu’ils ne payent que s’ils augmentent le niveau d’utilisation ou de service. Ce genre de démarche peut sembler très normale dans le contexte des services informatiques ou web (Email, ERP, …), mais il s’agit d’une démarche très choquante, et même inconcevable, si vous pensez à des services plus traditionnels tels que la téléphonie, les prestations bancaires, …

Inscrivez-vous à notre webinaire pour la transformation digitale

La nécessité de la digitalisation se traduit alors par un effort convergeant d’adaptation des modes de gestion, de transformation des business process, et peut aller vers une refonte de business model. Le piège fréquent est de se limiter à l’état d’esprit opportuniste pour aborder des facettes marketing de la digitalisation au lieu de reconnaître le caractère profondément transverse de ce phénomène. Il faut aussi aller au-delà de la volonté utilitaire de la veille informationnelle ou la gestion du service client, pour aligner le business model sur les attentes actuelles ou futures d’une clientèle de plus en plus digitale. Vous allez éventuellement imaginer que vos clients actuels sont loin d’être connectés, ou pire encore, vous pouvez avoir une clientèle à majorité analphabète. La vraie question à se poser, dans ce cas, est de voir les clients de demain qui sont certainement vos enfants qui utilisent des tablettes avec beaucoup d’agilité dès 1 ou 2 ans. Ces enfants sont vos clients de demain.

Inscrivez-vous à notre webinaire pour la transformation digitale

Finalement, la digitalisation n’est pas une question d’outils. Les outils sont abondants et même gratuitement. S’auto-censurer à cause d’une justification de manque ou d’inaccessibilité des outils appropriés, est un piège à éviter car la vraie question de la digitalisation commence par une compréhension et une vision claire du top management renforcée par une mobilisation progressive des managers métiers et RH à tous les niveaux (Exécutif, top management, middle management, …). Ces derniers sont censés être les ambassadeurs de la digitalisation avec leurs collaborateurs et leurs clients en adoptant une démarche prônant la valorisation des connaissances communes et partagées.

Les intervenants

Yann GourvennecYann Gourvennec a une riche expérience internationale en marketing, systèmes d’information et Web marketing. Il a créé le site visionarymarketing.com en 1996 et depuis, il pratique la stratégie Web, le e-business et la communication sur le Web. Il est membre de socialmedia.org depuis 2008 et Président de Media Aces, l’association française pour le développement des médias sociaux en entreprise qu’il a co-créée en 2009. Il est intervenant et co-auteur de l’ouvrage « les médias sociaux expliqués mon boss », élu livre digital influent de l’année 2012 par le Hub Forum, et en 2013, de « la communication digitale expliquée à mon boss » (http://amonboss.com). En 2014, d’intrapreneur, il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation.

> Twitter : @ygourven

Frédéric Chevalier – visionary marketingSocial Media & Digital Marketing Strategist, Frédéric-Michel Chevalier aide les entreprises à comprendre les enjeux et à intégrer le digital dans leurs stratégies de développement. Auparavant, responsable Web-marketing auMEDEF (Mouvement des Entreprises de France), il a d’abord déployé le réseau e-MEDEF avant d’installer durablement cette organisation patronale sur le web 2.0. Il a également créé MEDEFtv, la webTV de cette organisation patronale française. Du minitel aux médias sociaux, depuis 20 ans, Frédéric-Michel Chevalier est acteur des révolutions successives induites par le digital. Diplômé d’études stratégiques, il a exercé ses talents tantôt en agence, tantôt chez l’annonceur, à des responsabilités aussi variées que Directeur de la Communication, Consultant NTIC, Ingénieur pédagogique, chef de projet web, respsonsable web-marketing et social Community Manager. Frédéric a rejoint Visionary Marketing en mai 2014.

> Twitter: twitter.com/fmchevalier

Webinaire sur la transformation digitale le 03 juin 2015 was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

casser les silos de l’organisation : le mythe de la transformation digitale

En fin d’année dernière, une présentation réalisée dans les locaux de Visionary Marketing sur le sujet du travail entre le marketing et la DSI avait donné lieu à un article intéressant dans les Échos (10 septembre) intitulé « selon Yann Gourvennec, le Chief Digital Officer, c’est pour la Comm… ». Cet article insistait sur un point très important de l’organisation lié à la transformation digitale : il ne sert à rien de casser les silos pour faciliter la transformation digitale, cela peut même être contre-productif. Les prémices de cet article sont bonnes, mais malheureusement certains de mes propos y avaient été légèrement déformés. J’ai donc répondu à quelques questions qui m’ont été posées lors du Hub forum de l’année dernière par mon ami Bruno Fridlansky m’ont permis de rétablir l’intégralité de mon discours : l’organisation en silo n’est ni bonne ni mauvaise, elle est les deux à la fois, mais rien ne sert de la casser artificiellement, si ce n’est pour alimenter les discussions de salons, mieux vaut favoriser l’intrapreneuriat. Voici mes explications.

Les silos organisationnels ne sont ni bons ni mauvais

Rien ne sert de s’énerver, comme je l’entends systématiquement à chaque fois que la transformation digitale et l’innovation sont évoqués, sur ces pauvres silos organisationnels qui n’ont rien fait à personne (je vois que Claude Super a traité aussi de ce sujet). L’organisation étanche par processus se crée voire se recrée de façon naturelle de façon d’une part à protéger le pouvoir, exécuter les processus plus facilement et permettre aux responsables des organisations de mesurer les résultats de façon plus aisée. On peut écrire des livres sur 300 pages pour expliquer qu’il est plus efficace de travailler avec son voisin. Il est par contre beaucoup plus difficile d’aller expliquer comment mesurer ce qui ne peut être mesuré et notamment la capacité à travailler à plusieurs en transverse d’une organisation. Quiconque a travaillé dans une organisation pluri-matricielle sait l’inefficacité et la paralysie engendrée par ce type d’organisations. Croyez-moi j’ai assez modélisé ce type d’organisations en tant que maîtrise d’ouvrage, lorsque je devais automatiser des processus commerciaux et marketing au travers de logiciels de CRM. J’ai payé pour le savoir. Quand tout le monde « reporte** »  à tout le monde et que tout le monde travaille avec tout le monde, le résultat est loin d’être bon. C’est pour cela, que l’on aime ou que l’on n’aime pas, que la pression soit importante et la frustration élevée ou non, que les silos organisationnels sont là pour durer. Mieux vaut vous en faire une raison.

[NDLR du 11/05 suite à un commentaire d’un lecteur : s’entend au sens anglais du terme, c’est-à-dire littéralement « quand tout le monde est le chef de tout le monde » mais cette expression est peu traduisible et son adaptation très longue donc pardon à mes lecteurs pour cet anglicisme malheureusement difficilement évitable]

casser les silos : le demi de mêlée et l'intrapreneur
l’intrapreneur est comme le demi de mêlée (ici le stade de France lors du match contre Clermont il y a 15 jours à Jean Bouin). Il est petit, mais agile et rapide (photo antimuseum.com)

En fait, quiconque a étudié les organisations dans le cadre de l’innovation sait qu’aucune organisation n’est parfaite, et qu’aucun type d’organisations ne permet de résoudre la difficile question de l’innovation à l’intérieur d’une entreprise. Ce qui permet de résoudre ces équations subtiles ne sont pas des organigrammes, mais des hommes, des compétences et le leadership qui favorise – ou non – leur travail.

la vidéo de Bruno sur son blog Consonaute

Le travail de l’innovation transverse peut et doit prendre pied au travers des silos organisationnels

Mais le travail transverse, indispensable préalable à l’innovation, peut et doit prendre pied au travers de ces différents silos, en faisant fi de ces difficultés. Ceci ne veut pas dire en conclusion, comme cela est expliqué dans l’article ci-dessous que je glorifie l’organisation en silos (je répète, il n’existe pas d’organisation parfaite pour l’innovation), ce que cela veut dire vraiment c’est qu’il n’est pas nécessaire de “casser » ni les organisations ni les personnes qui les représentent pour innover, il existe d’autres méthodes qui permettent de contourner la difficulté. C’est ce que dans la vidéo je décris comme la méthode du « demi de mêlée » qui n’est pas le plus gros ni le plus lourd, mais qui est certainement celui qui est le plus malin et qui court le plus vite.

L’intrapreneur : le vrai « casseur » de silos

C’est là qu’entre en jeu l’intrapreneur. Il ne s’agit pas d’une faute de frappe, l’intrapreneur est la personne, ou le groupe de personnes, qui arrive à innover à la manière des entrepreneurs à l’intérieur d’une (grande) organisation. Pour réussir, l’intrapreneur se moque complètement de l’organisation. Les organigrammes peuvent changer au jour le jour, voire même ne pas exister (ne riez pas, c’est la majorité des cas : l’organisation change tellement vite que l’organigramme n’a même pas le temps de s’adapter et que personne ne connaît vraiment la hiérarchie qui se reconfigure en permance). Il se moque tout à fait de cette organisation non pas parce qu’il est un anarchiste ni qu’il cherche à renverser le pouvoir, même si certaines personnes peuvent le penser. Il se moque de cette organisation car elle n’a pas d’importance.

Silos et transformation digitale
les 4 types d’organisation les plus courants pour l’innovation. Le cabinet CCA en 2010 a démontré qu’aucune de ces organisations n’était bonne ni mauvaise. Seuls comptent le leadership et la mise en œuvre

 

La seule chose qui compte ce sont les personnes de qualité, sur lesquelles il ou elle va pouvoir se reposer. À la manière du demi de mêlée, l’intrapreneur est agile il va vite et il se débrouille pour trouver une solution à un problème a priori insoluble (il est petit et léger alors que ses adversaires sont lourds et énormes). L’intrapreneur ne lutte pas contre des adversaires, il lutte contre l’immobilisme et les freins au changement. Pour ce faire il va s’appuyer sur les hiérarchies de la compétence qui mènera à une auto organisation de l’innovation qui ensuite, sur la base des preuves qu’il aura établies permettra ensuite de structurer une organisation… Si nécessaire.

l'innovateur ne demande pas s'il vous plaît, il demande pardon (David Armano)
l’innovateur ne demande pas s’il vous plaît, il demande pardon (David Armano)

En conclusion, l’intrapreneur ne demande jamais s’il vous plaît, il ne pose jamais la question de savoir où il se situe dans l’organisation ni si son « job description » contient l’objectif de réussir l’innovation en question, il prend l’initiative et cherche les acteurs de changement sur lesquels s’appuyer. Ceci ne veut pas dire bien entendu que l’innovation ne peut pas arriver par le haut, cela est tout à fait possible, et même souhaitable. Ceci étant, la méthode ne change pas, même si vous êtes soutenus par le haut, soyez humbles et travaillez comme des intrapreneurs car telle est la méthode pour faire réussir l’innovation qui par définition vient bousculer l’ordre établi et nécessite donc qu’on change aussi les méthodes de travail si l’on veut changer le résultat.

LES ECHOS du 10/09/2014

Selon Yann Gourvennec, le chief digital officer unique n’a pas d’avenir.

Chaque métier de l’entreprise se numérise à son rythme. Il préconise une organisation en silos. Yann Gourvennec envoie valser les idées préconçues de la transformation numérique. A domicile dans les locaux de l’agence Visionary Marketing qu’il a crée, l’ancien directeur Internet d’Orange Business Services a donné, mardi 9 septembre, ses recettes de gestion de projets innovants. Consultants et experts vantent les mérites de la transversalité et appellent à « casser les silos » dans les entreprises. Lui plébiscite cette organisation en business units, traditionnelle et réputée être un frein pour la collaboration inter services. « L’expérience montre que cela marche mieux quand l’entreprise est organisée en silos, marque t il, c’est beaucoup plus facile de manager en confiant un objectif de P&L à chacun (Profit and loss : une modéllisation du business qui fait apparaître les marges envisagées ou réalisée, ndlr) plutôt qu’en essayant de convaincre que travailler avec untel améliorera le résultat ». Ce qui n’empêche pas les métiers d’échanger entre eux. Ils y ont même chacun un intérêt pour leur rentabilité à l’image des équipes marketing et de la DSI dans le domaine des mégadonnées (Big Data), par exemple.

Lire le reste de l’article des Echos

 


 

 

casser les silos de l’organisation : le mythe de la transformation digitale was last modified: octobre 15th, 2015 by Yann Gourvennec

Le Web To Store : on en fait depuis longtemps sans le savoir

Le Web to store est un sujet qui existe depuis longtemps, mais dont on parle depuis peu. Trouver un article sur le web to store datant d’avant 2011 est presque impossible, alors que le e-commerce existe depuis plus de 25 ans… Pourquoi cette prise de conscience si tardive ? Les enseignes physiques ont tout d’abord pensé que le e-commerce aspirerait leur clientèle et les forcerait à mettre la clé sous la porte. En témoigne l’hyperactivité juridique des grandes entreprises contre les e-commerçants au tout début des années 2000 (voir ici l’offensive des marchands de parfums contre les e-commerçants). Mais l’épée de Damoclès du e-commerce n’est jamais tombée et les enseignes physiques se sont rendues compte que le e-commerce n’était pas un ennemi mais un outil, un nouveau canal pour vendre davantage. Mais beaucoup ont fait l’erreur de séparer complètement le site internet et l’enseigne physique. En témoigne l’accueil (glacial) réservé aux clients de Fnac.com lorsqu’ils arrivaient en magasin pour demander un conseil sur un produit récemment acheté en ligne.

Web to store : l’internaute cherche un produit, pas un magasin

Aujourd’hui, les choses ont bien changé, et le site e-commerce d’une enseigne physique fait partie du magasin. On a fini par comprendre à la fois que le consommateur n’arrêterait jamais d’acheter en magasin, mais aussi qu’internet était devenu indispensable pour vendre. Et pas seulement en ligne. Comme nous l’expliquions dans notre article sur le ROPO, et dans celui portant sur l’étude de Bonial, l’achat en magasin physique commence dans la plupart des cas sur Internet. Internet est, certes, un outil d’achat, mais aussi un outil de recherche, qui aide l’internaute à préparer son achat en magasin. C’est sur ce point que doivent travailler les entreprises pour « capter » le client dès le début de sa recherche afin de le guider vers leur point de vente. Et, signe que le Web to store n’en est qu’à ses début et manque encore de maturité, beaucoup d’entreprises communiquent encore uniquement sur leur magasin. Or, quand il prépare un achat, l’internaute cherche avant tout un produit, et non un magasin.

Pour parler du Web to store, nous avons interviewé Bruno Dachary, directeur général délégué de Mappy, qui nous explique cette évolution du e-commerce et l’adoption du Web par les enseignes physiques.

On a récemment pris conscience de l’utilité du Web to store, alors qu’inconsciemment, on en fait depuis longtemps…

Le Web to store, on a en a tous fait sans le savoir : nous sommes tous des Jourdain du Web to store. On a tous cherché sur Internet un jour un produit, trouvé l’endroit où l’on pouvait se le procurer, et on achetait le produit. C’est un phénomène qui prend tout de même de l’ampleur depuis deux ou trois ans : on n’en parle de plus en plus. En réalité, au départ, les réseaux d’enseignes faisaient du e-commerce avec leur site et se sont rendus compte que cela pose un problème de concurrence avec leur propre réseau d’enseignes physiques. On a ensuite fait évoluer tout cela dans des logiques de vente en direct, mais aussi d’aller ramener des utilisateurs dans les points de vente à travers des promotions, du marketing direct et d’autres dispositifs.


L’enjeu du Web to store est beaucoup plus large : il faut pouvoir s’adresser au maximum de personnes. Ce que je constate, au travers d’une étude que l’on a réalisée avec BVA (voir le slideshare ci-dessus), c’est que 91 % des personnes ont déjà eu une expérience Web to store et le font assez régulièrement. De plus en plus de personnes sont équipées de Smartphone et de tablettes. De ce fait, le Web to store prend une ampleur considérable. L’important pour un réseau d’enseignes ou un commerçant indépendant est d’être visible sur Internet. Et pour être visible, l’essentiel est de l’être à travers ses produits, car c’est ce que cherche le consommateur. Il n’ira pas d’abord dans le magasin : il cherchera le produit est ensuite le magasin. Ceci est un point très important.

Les enseignes physiques vouées à disparaitre ? Une fausse idée à laquelle les commerçants ne croient plus.
Les enseignes physiques sont vouées à disparaitre ? Une fausse idée à laquelle les commerçants ne croient plus. Plus qu’un simple bonus, le Web to store devient nécessaire.

Faut-il mettre uniquement le produit en avant ?

Il faut faire les deux : se mettre en avant et se rendre visible au travers de ses produits. Pour cela, il y a un certain nombre d’acteurs sur le marché qui proposent des solutions, comme Mappy qui permet à des commerçants ou à des réseaux d’enseignes d’être visibles.
Par exemple, nous avons réalisé, durant la dernière période de Noël, une opération où nous avions mis en avant les magasins de jouets et les catalogues de ces réseaux d’enseignes. Cela permettait aux magasins d’avoir tous ses produits en ligne et d’indiquer si ceux-ci étaient en stock ou non.

Lors de la recherche du produit par le consommateur, le premier réflexe, c’est Google : comment se démarquer lorsque l’on s’appelle Mappy ?

Il n’y a pas que Google, puisque l’on a 10 millions de visiteurs uniques par mois (NDLR : 3 millions selon Webuka), ce qui n’est pas rien. Plus de 80 % de nos utilisateurs viennent en direct sur Mappy. Nous sommes également présents sur des résultats Google dans les recherches produit. Nos utilisateurs aiment aussi Mappy pour plusieurs raisons, par exemple la carte est différente, nous sommes très anciens sur le marché et nous avons des produits spécifiques. Nous sommes implantés dans le local, contrairement à Google qui a certes d’énormes moyens, et Mappy est adossé à Pages Jaunes et a donc des contenus locaux. Cela donne plus de précisions et d’informations, notamment au niveau du commerce local.

Le Web To Store : on en fait depuis longtemps sans le savoir was last modified: avril 13th, 2015 by Cédric Jeanblanc