Innover ou mourir ? Plutôt innover et gagner !

innovate or die … one more timeDans cette présentation d’avril 2005 (Innover ou mourir, utopie ou réalité) donnée par M. Eric Lebel Vice-président, Développement de l’innovation CGI Québec le présentateur revisite le thème abordé dans ces pages sur le dictat de l’innovation à tout prix (selon le diction bien connu « innovate or die »). Sa conclusion est sans appel, la question n’est pas « innover ou mourir mais, comment innover pour gagner« .

Innover ou mourir ? Plutôt innover et gagner ! was last modified: octobre 23rd, 2006 by Yann Gourvennec

l’hyper segmentation dans le tourisme

Le voyage en ligneVu sur le blog d’Olivier Douard (Blog Webmarketing) cet article intéressant sur l’hypersegmentation dans le secteur de l’etourisme, qui fait référence (voir le commentaire) au concept de LONG TAIL, déjà décrit dans ces pages (Chris Anderson, The Long Tail, rh business books, 2006. Voir aussi son blog http://www.thelongtail.com) . Les voyagistes sur Internet profitent de la particularité du médium pour lancer des offres hyper pointues pour des catégories de clientèles qui ne peuvent être satisfaites par les offres disponibles dans le commerce standard.

l’hyper segmentation dans le tourisme was last modified: octobre 23rd, 2006 by Yann Gourvennec

Le conseil de Materazzi: Gérer les émotions pour mieux innover

idée, créativité, innovationEn quête d’une idée novatrice pour écrire un nouvel article pour les lecteurs de visionarymarketing, soudain, tout s’est éclairé !
On dit souvent d’une idée qu’elle est ‘lumineuse’ ou ‘brillante’ lorsqu’elle sort de l’ordinaire. Egalement, dans les bandes dessinées, lorsque les personnages ont un éclair de génie, le dessinateur le représente généralement par une ampoule allumée au dessus de leur tête : cette lumière apporte une nouvelle vision et nous permet de grandir (cf la caverne de Platon , extrait de La République). Il n’en demeure pas moins que des idées, tout un chacun est capable d’en avoir. Toutefois, la difficulté est la suivante : comment faire en sorte que cette idée puisse aboutir et se concrétiser en innovation ?

Pour y parvenir, deux pistes se présentent à nous :

  • Lier les idées entre elles : Une innovation naît bien souvent du rapprochement improbable et peu conventionnel entre deux idées que la raison et le bon sens nous recommandaient de garder bien éloignées l’une de l’autre. En grec, ‘Zagma’ (qui signifie attelage, lien) est une figure de style consistant justement à créer un effet de surprise par un rapprochement inédit entre deux termes … il ne reste plus qu’à appliquer ce concept aux idées ;)) Mais lorsque les idées fusent dans tous les sens, rien de tel qu’un désordre organisé grâce au Mind Mapping également connu sous le nom de cartographie heuristique : le site Petillant.com, particulièrement bien conçu, vous éclairera sur la question pour ceux qui souhaitent en savoir plus.
  • Canaliser ses émotions: J’ai récemment lu un article sur coaching avenue qui proposait un décryptage du fameux coup de tête de zidane à partir du concept d’intelligence émotionnelle.

Au quotidien, nous sommes tous confrontés à nos propres émotions, mais également à celles des autres : le succès d’une idée au sein d’une équipe dépend de la gestion de l’ensemble de ces émotions. Une définition pertinente de l’intelligence émotionnelle (IE) est la suivante : ‘L’habilité à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres. (Mayer & Salovey, 1997).’

En conclusion, un exemple concret de ce que l’application de ces conseils peut donner par la publicité de Materazzi pour Nike:

Le conseil de Materazzi: Gérer les émotions pour mieux innover was last modified: octobre 9th, 2006 by christelle

Quand la téléphonie mobile fait du marketing communautaire

Calling for a cause

La téléphonie mobile surfe sur la vague de la génération participative mais étend également les usages du téléphone portable à des services de plus en plus pointus et adaptés aux besoins de leurs consommateurs :

 

  • Ello Mobile est un MVNO (mobile virtual network operator) Belge à but non lucratif puisqu’il reverse 100% de ses profits en offrant à ses clients la possibilité de contribuer à un projet humanitaire par le simple fait d’utiliser leur mobile pour appeler ou envoyer des sms : voilà qui donne un bon prétexte pour user et abuser de son téléphone portable.
  • SFR a récemment lancé un nouveau service à destination des malades du diabète : T+Diabète. Ce service permet aux patients équipés d’un téléphone 3G de lire et sauvegarder leurs glycémies mesurées avec un lecteur spécifique, de transmettre automatiquement ces données à leur médecin, de connaître la dose d’insuline optimale à s’injecter et de recevoir par SMS des conseils de leur médecin. Le marché des services liés à la santé intéresse aussi Orange qui, lui, propose un outil de localisation par mobile des malades d’Alzheimer égarés.

Ces ‘cas pratiques’ démontrent que le téléphone mobile peut se prévaloir d’être un ‘facilitateur de vie’ ce qui ‘humanise’ cet instrument jusqu’alors hautement rattaché à la ‘culture geekainsi qu’au ‘buzz’. Le marketing de l’Ego n’est donc pas incompatible avec le marketing communautaire.

Je vous invite à consulter les liens ci-dessous pour entrer dans les détails et/ou prolonger la discussion :

Quand la téléphonie mobile fait du marketing communautaire was last modified: octobre 7th, 2006 by christelle