Blog d’entreprise axasante.fr : prix de la prévention santé et chiffres du site

logo AxasanteFrançois Pierson, Président Directeur Général d’AXA France et Jean-Pôl Mairiaux, Président d’AXA Santé nous conviaient à la soirée du 1er Grand Prix AXA Santé ce jeudi 4 octobre 2007 à 18 heures. Quand je dis ‘nous’ je suppose que parmi les très nombreux participants d’Axa et des entreprises invitées, il y avait les VIB (very important bloggers) dont nous avons déjà parlé sur ce blog. En tout cas j’en étais et je n’aurais pas voulu rater cet événement. Hélas. L’ami François Laurent – qui a l’air fort occupé si j’en crois son blog – ne pouvait pas se joindre à nous ce soir là.

En dehors du site axasante.fr dont nous avons déjà parlé ici et dont chacun peut voir les commentaires et les votes comme témoins de l’augmentation des visites et du lectorat, j’y allais, au-delà de l’aspect un peu officiel de la soirée, pour me renseigner sur le domaine de la prévention et aussi, y glaner quelques chiffres intéressants. Et j’ai eu ce que j’y cherchais, voici le résultat de mes recherches, comme toujours, tapées au fil de la réunion, sur mon fidèle pda HTC7500 advantage (utilisé également pour les photos, prises en conditions extrêmes d’éclairage, en mode de reconnaissance de l’écriture avec Calligrapher 8.5 de Phatware.

Michèle Barzach et les membres du jury AxasanteNous voici donc ce Jeudi 4 Octobre à l’institut du Monde Arabe (IMA), ou plutôt dans ses sous-sols, le plus petit des grands projets architecturaux du président Mitterrand. Un hall du sous-sol, plein à craquer, à vue de nez 300 à 350 personnes(*), accueille les invités dans la pénombre, de façon très sympathique avec des boissons non alcoolisées, ce qui avait le double mérite d’être compatible avec le lieu (du moins pour le monde arabe non chrétien) et avec le sujet de la prévention.

 

Nous sommes ensuite passés dans la salle de spectacle, je vous livre mes notes en format brut ci-dessous :

 

Vidéo conf de presse

 

  • « Désacraliser la chose médicale » 1 journaliste des échos
  • « Axa a pris une place qui n’était pas occupée » un interviewé, en substance

Animateur Patrice Arditti

 

  • Tourne un docu sur la prévention

François Pierson, Présidence d’AXA France

 

  • Remise de prix de la prévention, beaucoup de projets intéressants => Agir en prévention pour diminuer les risques.
  • Nouveau produit Axa « coaching santé », pour aider les gens à arrêter de fumer etc. Nouveau et recourt à Internet aussi.
  • Prévention routière: Axa prend beaucoup la parole pour lutter contre la mortalité des motards (17% des accidents, 1% des usagers)
  • Programme sur la prévention artérielle: sera bientôt lancé. (NB: en partenariat avec Orange Business Services)

Jean-Pôl Mairiaux

 

  • Président d’ Axa Santé
  • 1) mettre à disposition des informations pou éduquer, de manière attractive (éviter l’interdiction) => Site interactif. Le Web est au centre de cette stratégie. Beaucoup d’ audio-visuel, et un ton un décalé, ludique 2) actions directes sur le terrain avec les associations: démarrage dans quelques jours de la prévention de l’hypertension (avec des technologies innovantes => tensiomètres)
  • Les chiffres du site: 84000 visiteurs uniques en septembre. 6 minutes en moyenne. 1 dizaine de pages vues par visiteur unique. Une quarantaine de vidéos. Beaucoup de tests en ligne. 1300 inscrits qui participent aux forums. Le site sert aussi à catalyser les demandes des associations qui veulent agir.

Alain Renaudin DG adjoint IFOP

 

  • Échantillon représentatif de salariés publics non fonctionnaires et privés des TPE et des Grandes entreprises
  • 9 français sur 10 favorables à l’intervention de l’entreprise (89%) sur le sujet de la prévention
  • Sujet sensible jusqu’il y a peu
  • Là où il y a déjà des actions en place: 97% d’opinions favorables. Sinon seulement 60% (opinion exprimée uniquement sur le principe. 67% sur les 50 et +)
  • Souhaits: 1) stress (62%) Surtout les cadres + 70% 2) position de travail (56%) surtout les employés 3) tabac (44%)
  • Ce qui est déjà mis en place : 1) tabac (88%) Confusion due à la nouvelle loi ? 2) troubles de positon (49%) 3) Alcool (37%)
  • 37% travaillent des entreprises où des programmes existent : surtout passif (affiches). 62% des employés => n’ont pas changé leur comportement suite à ces campagnes
  • Résultat important = Acceptation importante. Mais il faut partir du pourquoi au comment
  • L’idée d’entreprise « engagée » est entrée dans les mœurs et les attentes
  • Pas de naïveté sur la recherche de productivité de l’entreprise (ils se doutent bien que l’entreprise y trouve son compte car quand les employés sont plus en forme, la productivité est meilleure et l’absentéisme moindre, mais c’est bien accepté (relation gagnant-gagnant).
  • Difficultés de la sécurité sociale => meilleure acceptation de la prévention
  • Réduction du coût de la santé par la prévention bien accueillie
  • Besoin de reconnaissance => prévention bien perçue

Lire la suite

Blog d’entreprise axasante.fr : prix de la prévention santé et chiffres du site was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

16 règles d’or pour des alliances efficaces

Les alliances sont affaires de négociationLes partenariats sont aux cœur de tout travail de stratégie Marketing dans le secteur des TIC. Même dans les entreprises, de plus en plus rares, où la culture penche pour une internalisation totale des compétences, la nécessité de s’allier à des partenaires et/ou complémenteurs se fait jour de plus en plus clairement. Toutefois convient-il encore de définir ce qu’est un partenariat – ce qui se révèle à coup sûr plus difficile qu’on ne pense ordinairement. Surtout, il convient de décrire ce qui fait qu’un programme d’alliances est ou n’est pas bénéfique.

C’est pour cela que j’ai conçu cette liste de règles d’or du partenariat, basée sur mon expérience, mais aussi afin de permettre à ceux d’entre vous qui désireraient mettre en place ce genre de programmes de faire la part entre les recettes toutes faites et les ingrédients de la réussite d’un programme de partenariat professionnel.

Après près de 3 ans passés à tisser ma toile dans le monde des partenariats et du monde des NTIC en EMEA, j’ai pu dégager quelques règles d’or pour la mise en œuvre de programmes de partenariat efficaces. Ces règles ne sont en aucun cas universelles et elles doivent être adaptées à chaque cas particulier, mais vous les trouverez sans doute utiles pour bâtir un cadre de base à vos programmes d’alliance.

Bien entendu, ce qui fait la réussite de tels programmes est souvent lié à la personnalité du directeur de programme lui-même, c’est à dire sa capacité à faire aboutir les projets (Making the rubber meet the ground selon l’expression américaine, c’est à dire faire atterrir l’avion et faire « taper la gomme sur le tarmac »). Cette liste me parait cependant un bon moyen pour vous aider à éviter les pièges les plus évidents.

1) Travailler à un niveau stratégique
Viser des objectifs ambitieux de chiffres d’affaires et en déduire les moyens associés. Eviter de se lancer à corps perdu dans des alignements commerciaux à trop bas niveau. Ne croyez pas à la réplication des bonnes affaires sans la vision marketing qui va avec. Toute affaire en grand compte est un cas particulier; on ne généralise pas facilement des cas particuliers.

2) Fixer des objectifs ambitieux et chiffrés

Evitez les partenariats mous à base de « MOU [1] » trop vagues. Travaillez sur base de benchmarking -lorsque cela est possible- pour vous comparer à vos concurrents. Etudiez avec vos partenaires ce qu’ils ont fait avec vos concurrents sur d’autres territoires et copiez les bonnes pratiques.

3)Ni trop bas, ni trop haut… et au bon moment

Evitez d’impliquer les « executive sponsors » trop rapidement si vous voulez éviter les discussions trop générales. Il faut placer les décideurs devant des choix binaires et faciles.

4) Prévoyez et mettez en place une gouvernance forte

Une gouvernance à plusieurs niveaux de responsabilité est un facteur critique de succès très important. Il assure également l’implication forte des managers qui pourront vous prêter main-forte en cas de problème.

5) Pas de partenariat sans Alliance Partner

Sans une implication forte des deux côtés, sans binôme, rien n’est possible. Si vous tentez une alliance avec un partenaire, et qu’en face de vous vous avez un allié, vos chances sont maximales. Dans le cas contraire, insistez pour qu’il soit nommé.

6) Pas de partenariat sans respect

Dans tout partenariat, dans toute transaction, il y a des limites. Il faut bien délimiter ces frontières (géographie, produits, secteurs…) surtout, il faut un respect mutuel. Il n’existe pas de bons partenariats basés sur le mépris. En conclusion, un partenaire s’éduque de la même façon qu’un client.

7) Ne sous-estimez pas le business croisé

Tentez d’oublier que votre partenaire est un client et que vous êtes aussi son fournisseur, et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous le rappeler. Les points de négociation durs dans le cadre d’achats complexes sont le régal de l’Alliance Partner. Plus les négociations sont dures et plus on s’éloignera du partenariat mou décrié plus haut.

8 ) Impliquez les juristes … ni trop, ni trop tôt

Ne compliquez pas les accords qui reposent sur la confiance par des clauses juridiques trop strictes. Cadrez juridiquement une fois que le business est sur les rails, et utilisez le contrat pour sceller un accord dont les bases sont déjà solides.

9) Ne vous découragez pas

Cela vaut pour toute activité bien sûr, mais celle-ci peut se montrer particulièrement consommatrice d’énergie.

10) Utilisez les « chevilles ouvrières »

Oubliez les livres de management qui vous feront croire que les organigrammes sont le reflet des organisations. Jouez le réseau et visez les membres actifs – même les « sans-grades » – qui font avancer les choses.

11) Communiquez !

En interne, en externe, communiquez sur vos partenariats. Partagez l’information, assurez-vous de l’appropriation de vos programmes de partenariat par tous les acteurs.

12) Adoptez des démarches programmatiques

Une alliance est un projet. Souvent même, il s’agit de projets à l’intérieur d’un grand programme. Oubliez les actions isolées. Le « partenariat sur affaires » n’existe pas, c’est une contradiction dans les termes. Parlez plutôt de programme d’alliance en génération d’affaires

13) Utilisez les billards en 3 ou 4 bandes ou plus

Attirez les autres partenaires au travers de vos programmes. Vous réaliserez des actions à 3 ou 4 ou plus, et gagnerez en impact.

14) Soyez concrets

Evitez les séances de « slidewares [2] » trop intellectuelles. Et prévoyez les retombées en chiffre d’affaire à court terme.

15) Organisez des événements clients en commun

Valorisez vos partenariats en organisant des événements communs vers vos clients et ceux de vos partenaires. Vous améliorerez ainsi la prospection.

16) Segmentez et labellisez

Ne mélangez pas partenariat pour revente, alliance marketing, alignement commercial… et labellisez les partenaires les plus méritants.

Note importante : Cette liste de 16 conseils non exhaustive, peut et doit être adaptée à chaque cas particulier.

[1] Memorandum of Understanding, c’est à dire un accord non formel entre deux parties en vue de fonder une alliance commerciale.

[2] Excepté en France, où la loi ne reconnaît pas la notion d’accord sans engagement (non-binding agreement en anglais)not recognise non-binding agreements.

16 règles d’or pour des alliances efficaces was last modified: septembre 27th, 2007 by Yann Gourvennec

13 erreurs à ne pas commettre dans un communiqué de presse !

13 erreurs à ne pas commettre dans un communiqué de PresseEcrire un communiqué de presse est à la portée de tout le monde, mais écrire un communiqué de presse qui sera lu et publié par les journalistes c’est une autre paire de manches …

Pour éviter que votre communiqué de presse ne soit jeté directement à la poubelle, voici les 13 erreurs à ne surtout pas commettre :

 

1- Oublier les coordonnées de l’entreprise: c’est encore courant de voir des communiqués où le nom de l’entreprise, son logo ou les coordonnées du contact chargé des RP soit oublié ou incomplet (juste le téléphone ou l’email…). Dans le même ordre d’idée ne pas mettre de date de parution ou pour « diffusion immédiate » est une information essentielle.

 

2- Ne pas apporter des informations intéressantes pour le journaliste : rappelez-vous qu’un journaliste reçoit des dizaines de communiqués par jour. Vous devez penser votre communiqué comme si vous lui donniez de la matière pour rédiger un article… et ce n’est qu’à la fin que vous parlez de votre produit (le texte doit être construit autour de l’information, et pas autour de votre société ou votre produit). Vous devez toujours vous dire « Pourquoi un journaliste parlerait de mon communiqué de presse ». Lire la suite

13 erreurs à ne pas commettre dans un communiqué de presse ! was last modified: septembre 24th, 2007 by conseilsmarketing

LES SECONDES TABLES RONDES DU FUTUR , LE 6 NOVEMBRE

Seconde tables rondes du futurLa Fabrique du Futur est heureuse de vous convier à sa seconde édition des T@bles Rondes du Futur sur le thème :

LA VIRTUALITE ET L’AVENIR DES ENTREPRISES
ou Comment la réalité virtuelle et la 3D dessinent le futur des organisations et du management.

Date : 6 Novembre
Horaire : 14h – 19h plus cocktail
Lieu : Bourse du commerce de Paris
2 rue Viarmes 75001 Paris
Métro Louvre Rivoli

Détails et inscription ici et

TEXTE DE PRESENTATION DES DEBATS (SIC) :

« Comment la réalité virtuelle et la 3D dessinent le futur des organisations et du management;

2020.. A peine a-t-il achevé son petit déjeuner, Léo claque des doigts et le mur de son salon se transforme en un écran géant. Sa doublure électronique apparaît au pied d’un immeuble de bureaux qui fait penser à ceux qu’on construisait hier dans la vie non électronique. En agitant les doigts, il déplace son clone et salue ses collègues. Un clin d’oeil, il se téléporte et s’installe en face d’un Asiatique. Léo s’exprime en français et son interlocuteur en mandarin, mais grâce à une traduction automatique, ils se comprennent parfaitement. A dix heures, ils partent en réunion. Comme chaque jour, ils évoquent le temps qu’il fait dans leurs contrées respectives avant de commencer le travail. Il ne faut pas qu’ils traînent car dans ce Second Office, le moindre des faits et gestes sont enregistrés et ils sont rémunérés en fonction de savants calculs d’efficacité créative.

Futur probable ou science-fiction ? Lendemain souhaitable ou cauchemardesque ?

Deux débats essayeront de répondre à ces questions et de déterminer l’impact de la virtualité sur l’entreprise et le travail de demain. Un grand témoin ponctuera le débat par ses réflexions.

PREMIER DEBAT : CHRONIQUES D’UNE VIRTUALITE ANNONCEE

Des experts racontent

Diminution nécessaire des déplacements, mondialisation des échanges, multiplication des environnements virtuels et de leurs usages professionnels, évolution des us et coutumes technologiques des futurs embauchés, utilisation dans le monde du business des compétences ludiques…

Des arguments militent pour la virtualité future des entreprises. Des experts en univers virtuels et praticiens de la virtualité évoqueront les différents usages de la virtualité par l’entreprise et évoqueront les perspectives pour demain.
DEUXIEME DEBAT : DE LA FICTION AUX REALITES DE DEMAIN

Des patrons à la barre

Si la fiction devenait la réalité, est-ce que cela serait une bonne ou mauvaise chose pour l’entreprise, les salariés, la créativité ? Quels seraient les atouts et limites de ce type de fonctionnement ? Si ce scénario rejoint le cimetière aux prospectives erronées, le virtuel aurait-il malgré tout une place dans l’entreprise de demain ? Est-ce qu’on l’utiliserait pour échanger, se former, vendre ? Existent-ils des signaux faibles et forts qui annoncent une virtualisation accrue de l’entreprise ?

Après que les aficionados des nouvelles technologies ont défendu leur pré carré virtuel, des patrons des entreprises examinent le chemin à parcourir et s’interrogent. »

Denis Failly
http://www.entretiens-du-futur.com

LES SECONDES TABLES RONDES DU FUTUR , LE 6 NOVEMBRE was last modified: septembre 24th, 2007 by denisfailly

Affichage publicitaire : comment toucher un prospect plus de 20 fois par jour !

Bon nombre d’entreprises déboursent chaque année des sommes astronomiques pour s’afficher dans les rues, dans les journaux, à la télévision ou encore sur des bannières internet. L’objectif ? Tout d’abord de la notoriété et de l’information, ensuite l’augmentation des ventes.

La machine semble bien huilée. Tout marche à merveille depuis des années. Seulement voilà, il y a un hic : les consommateurs que nous sommes tous ne sommes que très peu attirés par ces messages (plus de 3’000 stimulations publicitaires par jour) et nous ne retenons rien ou presque. La raison est simple : nous n’avons pas demandé ces messages !

Il y a pourtant un support publicitaire très peu exploité par les annonceurs et qui peut combler cette lacune : l’écran de veille de nos ordinateurs!

Depuis quelques années, les écrans de veille sont devenus « personnels », reflètant les aspirations et les préférences de tout un chacun. Si ils sont présents sur un ordinateur, c’est parce que son utilisateur l’a bien voulu : c’est du Permission Marketing. L’inconvénient est qu’ils sont volatiles :combien de fois avez-vous déjà changé d’écran de veille cette année et pourquoi l’avez-vous fait ?

A cette question, plus de 90% des interrogés ont répondu plus de 4 fois et ils l’ont fait simplement parce qu’ils aiment « quand ça bouge », comprenez par là que voir et revoir les mêmes 6 ou 7 images ou les mêmes informations pendant toutes l’année, ça lasse !

Ainsi, faire de beaux écrans de veille ne suffit plus pour fidéliser le client. Il faut en plus qu’il bouge souvent, tout comme pour un site internet. Et même qu’il permette, d’un simple clic, de voir la page de votre site qui va lui décrire en détail l’offre (et lui permettre de l’acquérir en ligne si c’est possible) proposée succinctement sur l’écran de veille.

Imaginez une station touristique qui pourrait, toutes les semaines, faire un compte rendu des activités passées (avec textes et photos), indiquer le programmes des activités à venir, faire de la publicité pour une promotion spéciale (par exemple, réduction sur abonnement de ski,…), etc, …

Imaginez un opérateur mobile, une chaîne de grande distribution ou tout simplement le resto du coin qui peut arriver sur votre écran pour vous proposer leurs dernières offres… ou tout simplement le menu du jour !

Pour mieux comprendre le concept, téléchargez et installez la démo, ça vaut bien mieux que de longues explications…

Affichage publicitaire : comment toucher un prospect plus de 20 fois par jour ! was last modified: septembre 19th, 2007 by olivierb