Ce PC qui n’en finit pas de mourir …

La lecture du jour …

PC vs TabletteEst cet article de Ed Bott (photo) de ZDNet de juillet 2014, un de mes journalistes IT préférés, toujours incisif et aux remarques toujours intéressantes. Le sujet de la mort du PC est à l’honneur en permanence et il faut remarquer que la confusion totale règne dans le monde de l’informatique (rebaptisée IT car ça doit faire plus classe). Il faut dire que dans la littérature informatique, on aime bien faire mourir les choses. Mais qu’en est-il des ordinateurs de bureaux. Seront-ils vraiment remplacés par les tablettes et les mobiles ? Rien n’est moins sûr. Voici mon analyse et quelques liens pour alimenter la réflexion.

Les tablettes tueuses de PC ?

La question de savoir si les tablettes et même probablement les “phablettes » (car celles-ci empiètent de plus en plus sur le segment de la tablette), pourront remplacer les ordinateurs est au centre des débats depuis quelques années. Ce débat s’est accru il y a environ 1 an et demi à 2 ans, avec la chute vertigineuse des ventes ordinateurs. Alors que certains, comme ces commentateurs de Networkworld, y voient le signe indéniable de la disparition de l’ordinateur individuel, PC ou Mac (qu’il soit ordinateur de bureau ou portable) y compris dans le monde du travail, d’autres, comme Forbes ou Tabtimes, ne sont pas du tout d’accord.

antimuseum.com-inhouse-4480
le bon vieux du clavier du bon vieux PC sera-t-il suffisant pour le faire survivre ? image antimuseum.com

Difficile de voir clair sur la disparition ou non du PC

Je dois avouer que ma propre vue a énormément fluctué sur le sujet et qu’il est très difficile de savoir où tout cela va aller. Je ne suis pas certain que la logique l’emporte, ni que le fait que tel ou tel ordinateur fasse beaucoup plus de chose qu’une tablette qui finalement se réduit à consommer de l’information soit suffisant pour nous prévenir d’une régression technologique potentielle.

Car il est courant de croire que nous vivons dans un monde informatique est toujours plus puissante et finalement, force est de constater que les ordinateurs n’évoluent plus beaucoup, voire régressent dans certains cas (comptez le nombre de ports disponibles sur votre ordinateur par exemple, les ordinateurs portables en sont de moins en moins pourvus, regardez la taille de votre disque dur qui gagne peut-être en puissance mais diminue en taille comme neige au soleil etc. etc.).

Les 3 phases de mon expérience terrain de l’utilisation des PC et des tablettes

Ce qui est certain, c’est ce que je tire de mon expérience du terrain à utiliser ces outils depuis maintenant plusieurs années (le Smartphone depuis 2007, la tablette depuis 2010). Je suis passé par plusieurs phases d’utilisation :

Phase 1 : la consultation (tablette) et la création (PC)

Tout d’abord, 1 phase où la tablette n’avait qu’une fonction de consultation. Regarder le Web surtout, répondre au mail, regarder un peu de vidéos mais je n’en suis pas un gros consommateur. Il était, surtout au départ, absolument impossible de créer quoi que ce soit sur ces outils qui n’étaient pas faits pour mettre à jour du texte et encore moins les fichiers multimédias.

Phase 2 : le couteau suisse où la tablette remplace (presque) le PC

Lire la suite

Ce PC qui n’en finit pas de mourir … was last modified: novembre 19th, 2014 by Yann Gourvennec

les couleurs, manuel de l’influence du consommateur

La sélection du jour … est cette lecture prise au hasard de ma veille Internet

Cet article traite de la théorie des couleurs appliquée au marketing. Autrement dit, quel impact a une couleur sur le consommateur sur la perception du produit qu’il est sur le point d’acheter? Penser que la couleur peut avoir une influence sur le comportement d’achat peut laisser perplexe…. Mais quand on y pense, de nombreuse marques utilisent les couleurs, consciemment ou non, pour véhiculer ou accentuer un message ou une image de marque. Contrairement à ce que dit l’article, la théorie des couleurs n’a pas été inventée par Charles Lemieux, même anobli pour l’occasion.

Les couleurs ont une influence sur nos sentiments, pourquoi ne pas s'en servir dans sa stratégie?
Les couleurs ont une influence sur nos sentiments, pourquoi ne pas s’en servir dans sa stratégie?

Même si les couleurs ne sont pas perçues de la même façon par tous les consommateurs, elles ne sont pas sans effet sur ce dernier : en règle générale, les couleurs froides apaisent, tandis que les couleurs chaudes excitent. Les vendeurs l’ont bien compris : dans une banque ou une pharmacie, on retrouvera beaucoup de couleurs froides comme le bleu et le vert, qui sont censées rassurer et mettre le client en confiance. A l’inverse, dans les parcs d’attraction, les casinos etc, on retrouvera les couleurs chaudes, le jaune, l’orange et le rouge, qui apportent dudynamisme.

18-20-2014_07.20.10-CapturFiles
les couleurs selons les genres : par Kissmetrics cités par Gregory Ciotti

La théorie des couleurs est un des aspects les plus intéressants du marketing mais aussi, comme le fait remarquer Greg Ciotti sur son blog, un des plus controversés. La théorie est assez poussée, mais les chiffres sont difficiles à démontrer, il ne reste plus qu’à faire des tests et procéder par essais et erreurs, ou recourir aussi aux tests clients.

18-21-2014_07.21.16-CapturFiles
21% de conversion en plus avec le bouton rouge, mais pas seulement à cause de la couleur du bouton, mais surtout du fait de l’utilisation de couleurs complémentaires qui font ressortir le bouton sur la page (rouge sur une page à dominante verte)

 

Le logo de Visionary Marketing dégage puissance (noir) et optimisme (jaune), des valeurs que nous ne renions pas et un coup de chance – ou d’intuition – pour un logo qui a été développé de façon empirique mais que nous avons gardé du fait de nombreux retours sympathiques et positifs.

visionary-logo

via The Power of Colors: How Colors Are Used in (e-)Commerce to Influence You – Daddu.

Pour poursuivre votre lecture : 


les couleurs, manuel de l’influence du consommateur was last modified: janvier 16th, 2016 by Yann Gourvennec

le WebdeuxConnect 2014 arrive bientôt ( #W2C14 via @webedeux )

rp_computer-large-new_thumb-150x150.gifJe n’ai pas trop de mal expliquer pourquoi j’aime bien le WebdeuxConnect. C’est un événement très sympathique, où on rencontre absolument tous les acteurs du Web, et surtout, on où ne se prend pas au sérieux. Mais ce n’est pas seulement pour cela que nous aimons le WebdeuxConnect, c’est aussi parce que nous y participons depuis très longtemps, quasiment depuis le début, dès 2007. J’en ai même été un des sponsors il y a quelques années. C’est toujours avec plaisir qu’on annonce donc l’arrivée de cet événement, cette fois-ci fin novembre, avec des participants de plus en plus nombreux à tel point que Jean-François Ruiz a dû bloquer le nombre d’inscriptions à 1000 (!) Alors ne tergiversez pas et dépêchez-vous de vous inscrire !

Le WebdeuxConnect 2014 ­ 17, 18 et 19 novembre 2014 à l’école 42

Trois jours de conférences, d’ateliers
et de networking autour des nouvelles tendances du Marketing Digital !

Webdeuxconnect

WebdeuxConnect (ou W2C) est l’événement francophone du Marketing Digital de l’année qui réunira 1000+ participants, 20+ experts intervenants, plus de 16 connecteurs*, 10+ exposants, 80+ startups candidates au W2C Awards les 17, 18 et 19 novembre prochains à l’école 42 co­fondée par Xavier Niel (métro ligne 13).

Webdeuxconnect

Lire la suite

le WebdeuxConnect 2014 arrive bientôt ( #W2C14 via @webedeux ) was last modified: novembre 12th, 2014 by Yann Gourvennec

Tendances communication 2015 (avec Stratégies)

Eye large

Je relaie ce mailing de Statégies pour une de leurs formations (intitulée “tendances communication 2015”) à laquelle je participerai le 24 novembre 2014. Je vous convie donc à cette conférence, où nous retrouverons entre autre Thierry WELLHOFF, Président – Agence Wellcom & Syntec en Relations Publics,  Mercedes ERRA, Fondatrice, BETC & Présidente Exécutive, Havas Worldwide, Karine SENTENACDirectrice générale – TEXTUEL LAMINE, Georges MOHAMMED-CHERIF, Président, fondateur & directeur de la création – BUZZMAN, Olivier CIMELIERE, Directeur associé, Agence Wellcom & auteur du blog du communicant 2.0

Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, cliquez ici

Tendance COmmunicationTendance COmmunicationblank
Médias sociaux
FormateurPoint de vue …Yann Gourvennec, PDG et fondateur, Visionary Marketing


Oubliez le « message », pensez au « partage »

Plus de 10 ans après leur introduction, les médias sociaux se sont insérés intimement dans nos vies de tous les jours, avec quelques nuances liées aux pays. Vu de loin, on pourrait croire que les médias sociaux forment donc un tout uniforme et qu’ils sont tous utilisables de la même manière. Il n’en est rien, voici quatre raisons qui expliquent ce phénomène.

1. Les marques ne naissent pas toutes égales entre elles
Chaque secteur, chaque branche, et même chaque marque a sa propre personnalité. Il serait illusoire de croire que ce qui s’applique à John Deere serait pertinent de, par exemple, Coca-Cola. Il n’y a pas de « prêt-à-partager » dans la communication digitale, il faut sans cesse se référer au contexte et l’adapter. Les marques notamment, se décomposent en 4 catégories principales : sous le radar, fonctionnelles, aimées et sensibles [1]. Mais ces quatre critères ne suffisent pas à montrer toute la complexité du phénomène, et il n’est pas possible que les tactiques utilisées en matière de médias sociaux soient identiques pour tout le monde.

2. Les plateformes se spécialisent plus par l’usage que par l’âge ou la CSP
Nous entendons souvent dire sur le terrain que Facebook n’est fait que pour les «jeunes». Si cela est peut-être vrai en Tunisie et en Pologne, la population moyenne de Facebook aux Etats-Unis est déjà âgée de 41 ans [2]. La moyenne d’âge en France se situant aux alentours de 40 ans, il n’y a donc pas de grande différence, ce qui rend ce filtre d’analyse inopérant. En revanche, on n’y partage pas la même chose, ni pour les mêmes raisons que dans LinkedIn et encore moins dans Twitter. Chaque plateforme a son propre langage et ses propres usages.

 

matrice
« Les spécificités de l’outillage médias sociaux » par Yann Gourvennec, Visionary Marketing


3. Les variations de pays à pays sont importantes
La France se situe, comme souvent, en milieu de tableau : ni le meilleur élève de la classe ni le plus mauvais. Les pays où l’expression libre est récente sont quant à eux les plus prompts à considérer ces plates-formes d’expression directe comme des éléments indissociables de leur liberté individuelle, et l’usage y est donc souvent plus développé que chez nous. En… [Lire la suite]

[1] Voir notre ouvrage « la communication digitale expliquée à mon boss », Kawa, 2013
[2] Source : socialmediatoday.com en 2013 via La Tribune http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20130426trib000761942/facebook-est-de-moins-en-moins-l-ami-des-adolescents.html
[3] en 2012

Retrouvez Yann Gourvennec lors de notre conférence d’actualité :Tendances Communication 2015 : 
« Pérenniser l’influence de votre marque et créer l’engagement »

Le 24 novembre 2014, Paris

Programme en ligneProgramme en ligneProgramme en ligne

 

 

   En partenariat avec :La revue des MarquesUDASYNTEC

 

Contact Formations
Kristelle Aslanian
kaslanian@comundi.fr
Contact Conférence
Caroline Dupire
cdupire@comundi.fr
Inscriptions
Service clients
inscription@comundi.fr
01 46 29 23 81

Tendances communication 2015 (avec Stratégies) was last modified: mai 20th, 2015 by Yann Gourvennec

La rupture par l’innovation technologique est-elle un mythe ?

La rupture par l’innovation technologique est-elle un mythe ? Tel était le thème de la soirée social drinkup d’Adobe de fin septembre, que nos lecteurs connaissent bien. Quel rôle va donc jouer l’innovation dans le marketing d’aujourd’hui a dit Olivier saint léger dans son introduction ? S’agit-il d’une réelle valeur ajoutée ? Cette accumulation de nouveautés technologies peuvent elles avoir un impact et une valeur pour le marketeur. Les mariages peuvent elle capter de nouvelles audiences ? Fidéliser des clients et surtout … L’investissement en compétences est-il nécessaire ? Cette conférence a aussi été l’occasion de se poser la question fondamentale de savoir si l’innovation technologique du 21ème siècle n’est pas – un tant soit peu – surévaluée. C’est bien là que nous a emmené notre ami et confrère Frédéric Cavazza avec son brio habituel.

Ne pas parler de Smartphones, mais parler d’innovation

C’est ainsi que Frédéric est rentré dans le vif du sujet, dès la première minute : “on ne va pas parler objets connectés ou smartphones mais parler d’innovations qui pourraient avoir un impact pour des directeurs marketing” a-t-il prévenu. Voilà qui était fait pour nous plaire ainsi qu’à nos lecteurs de Visionary Marketing.

IMG 0585

Frédéric Cavazza nous oblige à regarder plus haut que l’écran de nos Smartphones
Gartner a livré un travail remarquable avec le hype cycle a rappelé Frédéric Cavazza mais « je n’y trouve pas mon compte” nous précise-t-il. Il a donc établi un panorama d’innovations qu’il nous a décrit lors de cette conférence :

La 3D et les interfaces 3D

Il y a d’un côté les produits très médiatisés comme les Google Glass « qui ne sont rien d’autres qu’un outil de projection” a-t-il indiqué, et d’autre part, « les masques d’immersion 3D qui vous projettent dans des environnements multidimensionnels qui sont très impressionnants” a précisé Frédéric en témoignant de sa propre expérience.

Les interfaces innovantes (IHM)

Il y a ensuite les IHM innovantes comme le Lip motion, l’interface gestuelle, corporelle et même neuronale (la plus futuriste). Il existe des vidéos où on voit des actions bien isolées par la pensée nous indique Frédéric Cavazza, et je me souviens pour ma part de la première souris bougée d’ordinateur par la pensée en Angleterre en 1993 ou 1994. De quoi se redemander pourquoi les innovations qui sont censées aller si vite à notre époque vont si lentement.

Lire la suite

La rupture par l’innovation technologique est-elle un mythe ? was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec