Plus de 60 panneaux publicitaires drôles et créatifs

L’affichage urbain, que cela soit sur un banc public, un abribus, un 4×3… n’est pas forcément une pollution visuelle… La preuve avec plus de 60 panneaux publicitaires incroyablement créatifs et drôles !

street marketingstreet marketingstreet marketingstreet marketingstreet marketingstreet marketingstreet marketing

Lire la suite

Plus de 60 panneaux publicitaires drôles et créatifs was last modified: juillet 29th, 2008 by conseilsmarketing

Innovation et plus si affinités!

L’Oréal Professionnel Homme vient de lancer un site optimisé pour iPhone. A priori, rien de très novateur : le site ‘brandé’ aux couleurs de l’Oréal permet de découvrir l’univers de la marque, ses produits, le salon de coiffure le plus proche de chez vous (messieurs).

L’innovation réside dans l’espace communautaire baptisé ‘iMust’. Cet espace est alimenté quotidiennement par des bonnes adresses ou astuces, des conseils mode ainsi que de nouvelles applications iPhone à découvrir.

Egalement, comme toute communauté se doit d’être ‘interactive’ et ‘participative’, les iPohners peuvent proposer leurs bons plans et poster des commentaires.

Ce service communautaire a été conçu par SBW et répond à une problématique essentielle : le contenu ou comment générer du trafic quotidien et qualifié vers un site communautaire et mobile … A l’heure où les réseaux sociaux se multiplient et se montrent ‘chronophages’ ou ont du mal à ‘fédérer’ leurs membres sur la durée après l’engouement du début, ici, iPhone et l’Oréal jouent la carte de l’affinité afin de contourner l’écueil de l’intrusion et de la saturation.

Aujourd’hui, l’enjeu d’une innovation ne réside pas uniquement dans la technologie mais dans la valeur ajoutée des services et produits offerts au consommateur : l’affinité prime sur la prouesse technologique afin que le consommateur adopte les usages et fonctionnalités de la dite innovation en toute simplicité.

C@Promoaffinity

Innovation et plus si affinités! was last modified: juillet 29th, 2008 by christelle

7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance !

réussir en tant que consultant

Avec le ralentissement de l’économie et une compétition toujours plus vive, gagner correctement sa vie en tant que Freelance ou Consultant Indépendant n’est pas donné à tout le monde.

Pour s’en assurer, il suffit de regarder tous les blogs Pro qui fleurissent, la lutte journalière que se livrent les consultants sur les réseaux sociaux comme Viadeo, le rythme effréné des news sur les Digg likes… pour s’en rendre compte.

Dans le même temps les clients sont de moins en moins fidèles envers leurs agences de conseils : une étude américaine de Reardon Smith Whittaker menée auprès de 202 responsables marketing a monté que 31% d’entre eux ont changés d’agence dans l’année, et que 24% pensent en changer l’année prochaine
Le point positif c’est que d’un autre côté qu’il y a des opportunités pour attirer ces entreprises mécontentes de leurs agences actuelles…

C’est pourquoi pour, si l’on veut se lancer en tant que Consultant ou Freelance, il n’est plus question d’attendre le prospect mais d’aller le chercher !

Le but de cet article, c’est justement de vous donner 7 règles d’or pour bien débuter en tant que Consultant ou Freelance (ce texte est une livre traduction d’un article paru sur www.marketingsherpa.com et tiré du blog de Ford Harding).

1 – Proposez le bon prix pour vos prestations.

Le prix de ses prestations est une variable importante dans le choix d’un consultant : s’il est trop cher le budget du client ne sera pas suffisant, s’il est trop bon marché le consultant perd sa crédibilité.

C’est pourquoi il est essentiel de bien réfléchir à son prix… Pour vous aider à le définir il existe plusieurs méthodes.

La plus simple est de regarder ce que font les autres prestataires il suffit de demander un « devis » de manière anonyme, ou tout simplement de visiter des sites comme www.freelance.com pour voir quels sont les tarifs moyens de la profession concernant ces prestations.

Néanmoins, si ces tarifs vous aident à savoir ce que font vos concurrents, ils ne vous aident pas à savoir si vous pourrez vivre décemment en pratiquant ces tarifs… En effet même si au départ il faut dire OUI à toutes les demandes de travail, il faut que sur le court/moyen terme vos revenus soient suffisants pour couvrir vos charges.

C’est pourquoi il est intéressant de calculer le prix de ses prestations en tenant compte l’argent que cela va vous rapporter (en théorie…).

Le principe est simple :
Evaluez le revenu que vous souhaitez obtenir en revenu « net » tous les mois, et multipliez-le par 2 pour obtenir votre Chiffre d’Affaires « brut ». En effet en France c’est environ 50% de vos revenus qui seront utilisés pour les impôts et les charges diverses et variées.
Divisez ce montant par le nombre de jours où vous êtes disponible pour travailler, sachant qu’il est rarement possible de travailler plus de 4 jours / semaine (il faut réserver du temps pour ses vacances, les tâches administratives, les jours de maladies…). Bien entendu si tout se passe bien vous allez travailler le samedi, voire le dimanche (mais attention à l’impact sur votre vie de famille et vos amis !).
– Ceci étant votre temps de travail théorique disponible, il ne faut pas oublier que vous devez consacrer du temps à trouver des clients (tenir un blog, fureter sur des salons, assister à des soirées networking, intervenir dans des salons…) et suite à cela faire des rendez-vous pour convaincre vos prospects. Et donc en tant que consultant débutant, vous pouvez facilement enlever 50% de votre temps « productif » qui sera réservé à la chasse aux clients !

Voici un exemple pour un consultant débutant :
– Comptez 16 jours de travail / mois et 8 jours de prestation effectives.
– Pour toucher un salaire de 2000 € net il faudra aussi générer 4000 € de prestations.
Soit au final, en tant que consultant débutant vous pouvez estimer votre jour de prestation à 4000 / 8 = 500 € / jour de prestation, soit à l’heure dans les 65 €.
Sachant que pour les petites missions de 3 ou 4 heures, le temps passé sera supérieur à cause des déplacements, de la mise en place initiale… et donc il faudra facturer plus.

Bien entendu, ce calcul n’est que théorique et peut varier énormément selon la demande du marché, votre expérience… mais cela permet déjà d’avoir une bonne idée du minimum à appliquer pour vos prestations.

Un dernier conseil c’est de faire bien attention à l’évaluation du temps consacré à une mission, et ce que vous faites ou ne faites pas pour la mission. Une erreur classique est de ne pas compter les allers-retours, validation multiples, revirements

Pour cela il est essentiel de détailler le processus de mise en place du plan d’action, avec la remise des éléments, les dates de validation finales après lesquelles toutes interventions supplémentaires seront facturées. Si vous ne faites pas cela vous allez perdre beaucoup de temps (et donc l’argent…) sur vos premières prestations.

Nb: en tant que consultant n’oubliez pas que viennent d’ajouter à votre salaire les déductions des charges comme le téléphone portable, le PC, l’électricité… qui vous permettent d’augmenter de manière non négligeable votre « salaire » théorique de 2000 € net…

More...

   Lire la suite

7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance ! was last modified: mai 11th, 2015 by conseilsmarketing

Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique »

Anthologie du flingage sur Facebook
Anthologie du flingage sur Facebook

Et voici en complément de l’article précédent, en direct de l’auteur – Pierre de Taillac – lui-même, l’intégralité de l’introduction du livre en format pdf.

introduction :
« L’Elite du pouvoir […], par l’intermédiaire des organes d’information qu’elle possède, influence les pensées, les sentiments, les actions de la quasi-totalité. Pour
parodier la phrase de Winston Churchill, jamais tant d’hommes n’auront été manipulés par aussi peu. » Cette assertion, c’est Aldous Huxley qui l’a formulée, en
1958, dans Retour au meilleur des mondes. L’écrivain britannique semblait convaincu que la disparition des « petits quotidiens locaux », et de leurs « milliers d’éditoriaux » exprimant « des milliers d’opinions indépendantes », au profit de gigantesques conglomérats constituait le premier jalon vers une société totalitaire ressemblant au Meilleur des mondes. Force est de constater qu’il s’est trompé. L’apparition d’Internet a bouleversé l’économie médiatique et accouché d’une super agora planétaire. Les citoyens ne sont plus cantonnés dans un rôle passif, comme au temps de la télévision, mais chacun devient, grâce à son ordinateur, émetteur et récepteur…

Alors qu’au XXe siècle, la concentration des médias avait bien engendré une société verticale ou seules quelques milliers d’individus – en majorité des journalistes – pouvaient s’exprimer et toucher le grand public, le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique, dans laquelle chacun pourra faire entendre sa voix. Internet s’impose ainsi comme un formidable contre-pouvoir. Que la justice interdise le livre du docteur Gübler, le médecin de François Mitterrand, et il se retrouve immédiatement sur le web ; que Le Journal du dimanche censure l’information sur l’abstention de Cécilia Sarkozy au second tour de la présidentielle et elle sort sur le site Rue89 ; et que les chaînes françaises refusent de diffuser une vidéo montrant le chef de l’Etat, titubant à une conférence de presse, et elle est postée sur Youtube et visionnée des millions de fois…

Pierre de Taillac: « le web 2.0 augure d’une société médiatique beaucoup plus démocratique » was last modified: juillet 19th, 2008 by Yann Gourvennec

Les 15 conseils pour rendre son site accessible

ecommerce et accessibilité

Toujours dans le cadre du « Concours de Conseils Marketing 2008 » (avec toujours plus de 450 € à gagner), Grégory Beyrouti de Wizishop nous a envoyé ses 15 conseils pour rendre son site eCommerce accessible ! Toute l’expérience de Wizishop nous est livré au travers de ces conseils pratiques et concrets !

Avant de passer aux différentes étapes qui vous permettront de rendre votre site accessible, je tenais à vous donner deux informations importantes. Tout d’abord, il est impératif de bannir l’utilisation de logiciel dits WYSIWYG (logiciel qui permet de créer directement à l’écran votre site internet sans passer par du code). En effet, les logiciels de ce type ne pourront générer un code propre et respecter (de façon intelligente) les standards du W3C.

Deuxième point, il est difficile à l’heure actuelle de faire un site e-commerce accessible de bout en bout. La raison ? La page de paiement hébergée par la banque ! Les organismes bancaires ont encore beaucoup de progrès à faire dans ce sens et il n’y a que très peu de systèmes vous permettant d’intégrer leur solution dans vos pages…

Voici donc, concrètement, 15 étapes pour rendre son site accessible :

1. Une étude ergonomique est indispensable

Avant même le commencement du développement web, il est très important de prévoir une étude poussée de l’ergonomie. C’est à dire bien réfléchir à l’interface du site et à la présentation des menus pour que l’utilisateur puisse trouver ses repères rapidement. La navigation est facilitée pour l’internaute, le site est donc plus accessible. Lire la suite

Les 15 conseils pour rendre son site accessible was last modified: mai 11th, 2015 by conseilsmarketing