La problématique du lancement des campagnes de fidélisation

Lancer une nouvelle campagne de fidélisation est souvent une gageure et une prise de risque importante. Deux points sont pourtant à retenir pour minimiser les risques et tendre vers le succès.

Un concept clair et cohérent

Lorsque l’on veut poser une stratégie de fidélisation, spécialement sur internet où tout va très vite, où les clients zappent tout très vite, il faut être simple et cohérent. L’internaute doit pouvoir comprendre son avantage en moins de 3 secondes, sinon, il est déjà sur le site de l’un de vos concurrents.

L’entreprise doit donc réaliser un message simple capable de susciter l’adhésion de tout son cœur de cible. (A noter qu’il est possible de parler à plusieurs communautés – raison pour laquelle je parle de cœur de cible, avec plusieurs messages différents). C’est là que le responsable de la stratégie marketing doit se poser les questions essentielles qui lui permettront de sortir la substantifique moelle de son message : quoi, à ou pour qui et comment ?

Barack Obama, par exemple, a su construire un message simple capable de susciter l´adhésion de tous. Il a parlé de changement, d´espoir et d´assurance maladie pour tous. Il n´a pas arrêté de répéter cette vision durant toute la campagne. N´importe quel américain pouvait répondre « yes we can » à la question, quel est le programme de Barack Obama ?

Se focaliser sur un nombre limité de points, c’est se forcer à simplifier le message et  favoriser la mémorisation du public qui peut facilement se l’approprier et le diffuser autour de lui. Se forcer à simplifier le message, c’est aussi travailler en profondeur et comprendre les faille de son organisation ou de son projet.

Construire sans laisser de place au hasard

D’une fois le message choisi, il faut le publier, le communiquer, le transmettre à tout son cœur de cible. La réalisation n´est pas la seule chose importante, mais sans elle le reste ne compte pas. Un planning rigoureux et minutieux doit être préparé. Chaque sujet doit être décortiquée en actions et sous-actions avec à chaque fois un responsable et un délai.

Lire la suite…

La problématique du lancement des campagnes de fidélisation was last modified: décembre 17th, 2008 by olivierb

talk show entreprise 2.0 – mais vous êtes libres de choisir un autre nom

plateau de Wbecastory
le plateau tv de Webcastory

Alors que beaucoup comme Francis Pisani ou le G9+ – à commencer par moi même qui ai relayé ce débat initié par Frédéric Cavazza il y a 6 mois – se demandent si le 2.0 n’est pas mort, les entreprises se mettent au boulot pour essayer de faire décoller le web collaboratif à l’intérieur et à l’extérieur. Ceci n’est pas étrange, c’est un phénomène normal, bien connu et analysé par nos amis du Gartner Group sous la forme du Hype Cycle (voir ci-dessous, et en suivant le lien de Futurelab, l’analyse de Ilya Vedrashko ici (http://blog.futurelab.net/2008/08/media_history_through_gartner.html).C’est en effet au moment où la mode commence à mourir (regardez où se trouve le Web 2.0 sur le schéma du Gartner) que les gens qui sont sérieux commencent à faire du business. Exemple, c’est au moment de l’éclatement de la bulle que certaines des sociétés les plus solides de l’Internet se sont créées, comme PriceMinister par exemple, mais je connais aussi des agences web comme X-prime qui ont suivi le même schéma. Que les convaincus se rassurent donc, c’est maintenant l’an zéro du deux point zéro, pas 2004 !

Gartner Hype Cycle
Gartner Hype Cycle

C’est donc dans ce contexte que ce vendredi 19 décembre 2008, Frédéric BASCUÑANA, fondateur de WEBCASTORY [concepteur de dispositifs WEB-TV et Rich media] organise un  TALKSHOW ENTREPRISE 2.0 dans le studio de Webcastory. Un plateau télé, en mode Talkshow, sur le thème de l’ENTREPRISE 2.0 a été mis en place par Frédéric (voir ici). Cet événement, auquel je participerai, a été impulsé par sa rencontre avec le fondateur de Bluekiwi Software, Carlos Diaz. « Ce talkshow sera régulièrement approfondi et développé dansune série de plateaux télé mensuels dans le droit fil de cette première édition et sur le même thème. Ce plateau sera relayé et diffusé sur les sites Techcrunch, Stratégies et Techtoctv, et réalisé dans nos studios le 19/12 à 14h00 (pour diffusion début janvier). » écrit Frédéric Bascuñana.

Les intervenants seront :

  • Carlos Diaz de chez Bluekiwi Software, CEO / founder ;
  • Vanessa Orzechowski de chez Stratégies (pôle Conférences), Responsable de l’offre marketing et Web (etinitiatrice du séminaire sur l’Entreprise 2.0)
  • Joel Chaudy de chez Microsoft, Community manager ;
  • Yann Gourvennec de chez Orange, Head of Internet and Digital Media (votre serviteur) ;
  • Olivier Fécherolle de chez Viadeo, Directeur Général Viadeo France ;
  • Vincent BERTHELOT, co-fondateur et animateur du blog d’expert B-R-ENT, intervenant stratégie web et intranet, responsable intranet RH d’un grand groupe français. ;
  • Gilbert Réveillon, du groupe LaSer (Lafayette Services), Directeur au sein du pôle PCMC (ProspectiveCoordination Marketing et Commerciale).

Avec aussi les interventions de :

  • Laurent Lasserre de chez Google France, Responsable de l’offre professionnelle ;
  • Ouriel Ohayon, Techcrunch France

Cet événement sera relayé également sur ce blog et sur les supports d’Orange Business Services, et notamment notre WEBTV flambant neuve (qui pour l’occasion sera dotée des fonctions collaboratives dès le début de Janvier 2009).

talk show entreprise 2.0 – mais vous êtes libres de choisir un autre nom was last modified: décembre 17th, 2008 by Yann Gourvennec

Réussir ses cartes de visite, avec plus de 140 exemples !

carte de visite

ConseilsMarketing.fr a le plaisir d’accueillir Arnaud Le Camus de l’agence Boobup (spécialiste de la création graphique), qui nous donne ses conseils pour réaliser des cartes de visites efficaces.

A l’heure ou la communication s’oriente toujours plus vers le numérique, la carte de visite reste un support incontournable. Voici quelques conseils pratiques pour que vos cartes de visite donnent envie qu’on les regarde, et surtout qu’on les garde…

1) FORMAT

La taille standard d’une carte de visite est de 8,5 cm X 5,4 cm.
Ce format est certes le plus répandu, mais surtout le plus judicieux. Il correspond à la taille d’une carte bancaire et sera donc propice à s’insérer dans n’importe quel portefeuille.

A éviter : Une carte trop grande ne sera pas conservée, elle sera pliée, perdue ou jetée car ne rentrant pas dans la grande majorité des portefeuilles et porte-cartes.

2) SENS

Vertical ou horizontal, le sens importe peu.
Une carte horizontale permet d’organiser ses informations sur les parties droite et gauche de celle-ci.
Une carte verticale oblige à disposer ses données les unes sous les autres.
Néanmoins, la plupart des cartes de notre quotidien (bancaire, fidélité, badge…) étant d’un format horizontal, celui-ci reste donc le plus naturel et fait figure de référence.

A éviter : Faire un recto à l’horizontale et un verso à la verticale.

3) PAPIER

Un papier de qualité donnera une bonne image de votre société, choisissez un papier couché, brillant ou mat ayant une épaisseur de 300gr minimum afin de garantir une bonne tenue de la carte de visite.
Pour une activité plus institutionnelle comme celle d’avocat, kinésithérapeute, notaire… votre choix peut s’orienter vers un papier texturé.

A éviter :
– Les papiers bas de gamme ou trop fins.
– Le bristol qui est glissant pour écrire.
– L’impression et le découpage « maison ».

4) FINITIONS

Pour vous démarquer de vos concurrents, vous pouvez choisir différents rendus de finition comme un pelliculage mat ou brillant ou un vernis sélectif.

Le pelliculage s’applique sur la totalité de la carte renforçant ainsi sa rigidité.
– S’il est mat, le rendu général sera plus doux, idéal pour des activités de bien-être, santé, nature…
– S’il est brillant, les couleurs seront vives et éclatantes.

Le vernis sélectif permet quant à lui de mettre en valeur certains éléments clés de votre carte de visite : logo, photo, texte…

A éviter : Si vous optez pour un pelliculage, vous ne pourrez plus écrire sur vos cartes !

5) INFORMATIONS

Les informations de votre carte de visite doivent répondre à trois questions principales : qui ? quoi ? comment ?

– Qui ? Le nom de la société, vos nom(s) et prénom(s)

– Quoi ? Activité de l’entreprise, votre fonction . Si possible décrivez votre « Unique Selling Proposition », c’est à dire ce en quoi votre entreprise est différente des autres, l’argument principal qui répond à la question « Pourquoi acheter chez vous plutôt que chez un concurrent ».

– Comment ? Coordonnées pour joindre l’entreprise, vos coordonnées directes

A éviter :
– Trop d’info, tue l’info ! Votre carte de visite n’est pas un encart publicitaire, allez à l’essentiel.
– Le terme « gérant » n’est pas une fonction, utilisez plutôt directeur commercial, directeur général…
– Mettre sa photo sur la carte de visite, sauf si vous êtes artiste et que votre visage est votre produit.

Lire la suite

Réussir ses cartes de visite, avec plus de 140 exemples ! was last modified: décembre 14th, 2008 by conseilsmarketing

Le Marketing Noir et Gris…

veille concurrentiellePhilippe Floch, consultant en emarketing, fait une liste des principaux outils de black marketing pour contrer ses concurrents sur internet. Plus qu’une liste d’outils ou d’une stratégie, Philippe nous propose de « faire la guerre » via le « Warketing » et le Guerilla marketing au travers d’une vidéo de 45 minutes.

Cette liste est intéressante car elle permet de voir la face cachée de l’emarketing au travers de techniques parfois à la limite de la légalité, voire totalement illégales mais qui sont parfois utilisées dans des secteurs très concurrentiels et donc qu’il faut connaître pour s’en prémunir…
Lire la suite

Le Marketing Noir et Gris… was last modified: décembre 14th, 2008 by conseilsmarketing

Introduction à la fidélisation en entreprise : livre gratuit à télécharger

Fidéliser coûte donc 4 à 5 fois moins cher qu’acquérir un nouveau client. Certains vont même jusqu’à un facteur de 10 !

Fidéliser, c’est un travail de longue haleine, un travail de tous les jours qui implique toutes les ressources de l’entreprise. Chaque contact avec le client est un contact de fidélisation. Le client est roi, oui, mais pas n’importe lequel. Il y a les bons clients et les mauvais clients. Les clients qui apportent des profits sains et ceux qui sont toxiques pour la pérennité de l’entreprise.

Identifier les bons clients, les sélectionner, réaliser des actions pour eux et rien que pour eux offre une croissance organique à l’entreprise à moindre coût. Acheter sa croissance par des acquisitions, des fusions, des primes alléchantes aux vendeurs, ça peut marcher sur le court terme, mais ça ne stabilise pas l’activité de l’entreprise et ça lui fait prendre des risques parfois inutiles.

Dans ce petit document que vous pouvez télécharger gratuitement (Introduction à la fidélisation en entreprise), vous verrez non seulement les bonnes raisons pour fidéliser vos clients, mais également lesquels fidéliser (comment les choisir), des exemples de fidélisation, des outils et quelques éléments de fidélisation utilisant les nouvelles technologies.

Introduction à la fidélisation en entreprise : livre gratuit à télécharger was last modified: décembre 9th, 2008 by olivierb