Internet : une perte de temps considérable, selon les employeurs britanniques

eye-smallMalgré les promesses du travail collaboratif, du SaaS (Software as a Service), du développement professionnel et des communications améliorées offerts par l’Internet, une étude récente du Chartered Management Institute (CMI) a démontré que les employeurs britanniques considéraient Internet comme particulièrement chronophage. L’étude, pour laquelle 1 000 responsables de moins de 35 ans ont été interrogés, indique qu’au sein des directions les réfractaires de l’Internet courent le risque d’aliéner des employés plus jeunes. 16 % des répondants ont décrit leurs employeurs comme des « dinosaures », et j’imagine qu’ils faisaient davantage allusion au lent diplodocus plutôt qu’à l’agressif tyrannosaure.

Internet : une perte de temps considérable, selon les employeurs britanniques was last modified: mars 3rd, 2009 by Yann Gourvennec

« salut bande de blaireaux, je me tire » – les employés démissionnaires se rebellent

exclamation-largeLaurent Levier, un de nos blogueurs les plus prolixes du blog Orange de la sécurité, également expert sur le Journal du Net Solutions, a écrit un article qui m’a interpelé non seulement par son rapport à la sécurité mais aussi et surtout par celui connexe au domaine de la éputation en ligne, un sujet qui m’est cher, et que j’ai déjà traité à divers endroits.

Ici, Laurent attaque le sujet sous un autre angle, celui de l’employé démissionnaire non content de son employeur précédent, ce qui fera réfléchir plus d’un employeur sans doute. Dans un sens, cela fera certainement également réfléchir plus d’un employé désireux de « se lâcher », mais soucieux quand même de garder sa réputation en ligne intacte, car – à moins de rester anonyme – voici un jeu dangereux à jouer pour ces employés mécontents; la bile qui se répand sur l’Internet ne fait pas de tort qu’à l’entreprise, elle colle aussi au profil de l’employé et pour longtemps, et quel sera l’impact sur l’employabilité dudit employé dans le futur ? (à commencer par l’impact sur le nouvel employeur qui sera probablement inquiet de voir que ce qui a pu arriver au prédécesseur s’applique à lui également un jour ou le nouveau recruté est moins satisfait)
A méditer avec un peu de recul, car l’emploi -surtout en période de crise – est aussi un sujet de … sécurité 😉

 

« Salut bande de blaireaux, je me tire !! »

Et non, ça n’est pas l’annonce de mon départ. C’est juste une des nouvelles manières utilisées par des ex-employés américains pour quitter leur employeur. Cette pratique s’étend rapidement aux autres pays par effet de mode et pose la question du départ du personnel, particulièrement celui qui est licencié, en terme de pouvoir de nuisance envers le système d’information et particulièrement la messagerie.

 

 

« salut bande de blaireaux, je me tire » – les employés démissionnaires se rebellent was last modified: mars 2nd, 2009 by Yann Gourvennec

Conférence Marketing BtoB le 25 Mars 2009 : Comment booster votre génération de leads ?

Les conférences sur le Marketing  Business to Business ne sont pas légions. C’est pour cela que je vous signale l’innitiative de sept entreprises de la chaîne de valeur du Marketing  BtoB qui se sont associées pour organiser le 25 mars 2009 à La Défense la première conférence dédiée aux meilleures pratiques de la génération de leads b2b.

Solutions Marketing BtoB
Solutions Marketing BtoB

http://www.solutions-marketing-btob.fr

Campagnes d’e-mailing, téléchargements de livres blancs, relance téléphonique, achat de mots clefs, Webleads Tracking : autant de techniques efficaces que beaucoup de marketeurs du BtoB utilisent pour leurs campagnes de génération de contacts qualifiés.

La difficulté aujourd’hui est de bien orchester ces différentes techniques, et d’intégrer de nouveaux systèmes qui tirent parti des possibilités du marketing on-line.

Les 4 C du Marketing BtoB
Les 4 C du Marketing BtoB
  • Quels sont les nouveaux leviers pour améliorer la génération de leads et booster la conquête clients en BtoB ?
  • Comment orchestrer les différentes solutions on-line et offline pour optimiser les processus Marketing ?
  • Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour atteindre ses objectifs en 2009 en maîtrisant ses budgets ?
La société Osiatis, leader des services aux infrastuctures et implantée dans 5 pays, présentera son retour d’expérience sur toutes les solutions présentées lors de cet atelier gratuit.

Inscription gratuite et Infos pratiques

Inscrivez-vous dès maintenant sur le site de l’événement. : http://www.solutions-marketing-btob.fr
Conférence Marketing BtoB le 25 Mars 2009 : Comment booster votre génération de leads ? was last modified: septembre 20th, 2014 by hgonay

Fidélisation, rétention et satisfaction client : l’exemple Axa Banque

Sur le site des Echos.fr, il y a une page intitulée Livrets et comptes rémunérés : faut-il avoir peur des offres promotionnelles ? Cette page décrit une offre de Axa Banque avec ce commentaire :

« Sur ses différentes opérations de promotion, la collecte moyenne par client est de 20.000 euros chez AXA Banque. Mais l’intérêt de l’établissement bancaire ne s’arrête pas à une offre promotionnelle de trois ou six mois. Le banquier souhaite avant tout conserver l’argent de son client et pour cela rien de tel que de lui proposer une épargne à long terme pour le fidéliser : par exemple, un contrat d’assurance-vie. « Depuis deux ans, nous sommes positionnés sur des offres d’épargne bancaire et nous souhaitons faire passer le message à nos clients que nous sommes présents aussi bien sur l’épargne courte, que sur l’épargne longue. En effet, une opération d’épargne courte est relayée par une offre à plus long terme, notamment à travers un placement en assurance-vie. Nous analysons globalement l’opération en tenant compte de la collecte qui reste positionnée d’une part sur les livrets et d’autre part celle qui se porte sur l’épargne longue », ajoute Pierre Janin. »

Pour moi, nous avons ici affaire à un abus de langage. Axa Banque, comme bon nombre d’autres sociétés de services (assurances, télécom,…) ne fait pas de la fidélisation dans ce cas précis, mais de la rétention, avec une prise de risque en terme de satisfaction client. En effet, le client qui signe pour un contrat d’assurance-vis, en général de longue durée, à des conditions favorables aujourd’hui risque de voir sa bonne affaire se déprécier assez rapidement, en général lorsque son assureur sort un nouveau produit ou fait une nouvelle offre.

Ce genre de cas apparaissent la plupart du temps lorsque la société mise sur une stratégie d’acquisition plus que de fidélisation. Les clients les mieux considérés sont alors les nouveaux clients et les clients qui sont là depuis longtemps ne reçoivent pas les mêmes avantages. Essayez, par exemple, si vous avez un contrat d’assurance-vie comme décrit ci-dessus depuis plusieurs années, de pouvoir profiter de l’offre faite aux nouveaux clients. N’est-ce pas frustrant de ne pouvoir en profiter et de se sentir le dindon de la farce ? Qu’en est-il alors de la satisfaction client et de notre propension à recommander cette entreprise ? Poser la question, c’est y répondre.

Fidélisation, rétention et satisfaction client : l’exemple Axa Banque was last modified: février 27th, 2009 by olivierb

diagnostiquer sa politique de partenariats en 3 clics

un questionnaire pour séduire les clients ... en les respectant et leur apportant de l'information 

 

un questionnaire pour séduire les clients ... en les respectant et leur apportant de l'information

voici un outil intéressant de diagnostic d’une stratégie de partenariat, conçu par ADEXYS pour le compte de PAD. La solution ADEXYS s’appelle « Link4Lead » et permet à un site marchand ou non d’amener un utilisateur non en le leurrant, comme c’est souvent le cas avec la publicité, mais au contraire en l’aidant à préciser son besoin. Ainsi, le questionnaire – qui ne renvoie pas obligatoirement vers une offre – permet aux visiteurs de se sentir ou non – en toute liberté – en adéquation avec l’offre non en promeuvant cette dernière, mais en insistant sur la problèmatique du client/prospect. 

Le questionnaire en ligne est en fait un questionnaire d’auto-évaluation,  aboutissant immédiatement à un radar. Si la personne veut aller plus loin, elle peut demander une analyse plus détaillée de ses résultats. C’est très professionnel et convivial. Voici la question posée par René Causse de PAD : « stratégie de partenariat: où en êtes-vous ?  » 

C’est donc un tuyau à double entrée que je vous propose : d’une part, allez vérifier que votre entreprise sait gérer ses partenariats, et en même temps vous découvrirez une solution qui pourrait éventuellement s’adapter à votre site web. pratique 🙂

diagnostiquer sa politique de partenariats en 3 clics was last modified: février 24th, 2009 by Yann Gourvennec