médias sociaux : place à la guerre économique

la lecture du jour …

Ce qui a attiré mon attention, c’est cet article remarquable de Cyrille Frank (repéré via Christophe Asselin de Digimind sur Twitter) qui montre que le terrain de jeu des médias sociaux se déplace. Le fameux « klout » déjà maintes fois débattu sur ce blog devient le terrain de jeu non pas seulement de l’influence mais purement et simplement de l’accès aux avantages, aux meilleurs prix, et de l’employabilité … et donc un enjeu d’éducation … et de pérennité économique pour les Etats. A méditer en ces temps de pré campagne électorales où les médias sociaux me semblent extrêmement discrets, à l’inverse de ce qui s’est passé en 2007. Le temps de la poésie sur les médias sociaux est révolu, de la même façon que la bascule s’est effectuée vers le Web marchand au début des années 2000.

[image « economic warfare »  AttributionNoncommercialShare Alike Some rights reserved par Truthout.org

Mais les usages se déplaçant sur les réseaux sociaux, il fallait trouver de nouveaux critères d’influence. Et les marques ont élu Klout en la matière, quoi qu’on puisse penser de ce choix douteux pour mesurer l’influence sociale. En offrant des avantages à ceux qui dépassent un certain score, elles ne font que renouer l’alliance avec les fameux influenceurs, espérant bénéficier par la suite de leurs relais, car ils ne manqueront pas de s’en gargariser. Les employeurs aussi s’intéressent à la performance sociale de leurs futures recrues. Et privilégient déjà ceux qui ont su développer une certaine audience et dont ils espèrent bien profiter pour diffuser leurs messages, trouver des collaborateurs etc. La compétition au départ purement symbolique pour capter l’attention devient donc de plus en plus concrète. Il y a désormais de vrais enjeux économiques : trouver un job, payer ses achats moins cher… A l’heure où les inégalités de revenus reviennent au centre des préoccupations conjoncturelles de nos élus, cette nouvelle forme de sélection devrait les alerter. Non pas pour tâcher de le réglementer bêtement, par une loi inepte de non-discrimination Twitter à l’embauche. Mais en mettant les moyens sur l’éducation et la formation aux outils sociaux, à commencer par les employés du Pôle emploi. Cyrille Frank aka Cyceron via Klout, la bataille sociale se durcit » Médiaculture.

médias sociaux : place à la guerre économique was last modified: septembre 13th, 2011 by Yann Gourvennec

produit de l’année : et si les clients se moquaient de vos innovations ?!

La lecture du jour …

Est celle du blog de notre ami François Laurent, qui pose la question – bien pertinente – de savoir si l’innovation est effectivement ce que recherchent les clients. Ce qui nous ramène à la perception du marketing par ces mêmes clients? Au fait, aurions-nous un exemple de produit qui n’a pas changé depuis toujours (indice sur la gauche) ?

Les vrais questions sont de deux ordres.

D’ordre méthodologique, tout d’abord : les gens qui répondent aux enquêtes d’opinion sont-ils réellement représentatifs de la population étudiée ? Leurs réponses recoupent-elles celles des non répondants ? Impossible de savoir… La profession ne fera pas l’impasse d’une réflexion de fond sur le sujet : Web 2.0, c’est aussi un pavé dans la mare !

D’ordre sociétal, ensuite : l’élection des Produits de l’Année se fonde sur l’idée que l’innovation constitue la pierre angulaire du marketing ; et que sa capacité à sans cesse lancer de nouveaux produits exprime la bonne santé d’une marque – et en ce sens, il est logique de chercher à recueillir les suffrages des 10000 panélistes constituant le jury.

Peut-être serait-il temps de se demander si l’innovation constitue – ou non – un réel vecteur marketing… ou en d’autres termes si les consommateurs s’en soucient réellement!

via Innovation : cherchez l’erreur ! : Marketing Is Dead.

produit de l’année : et si les clients se moquaient de vos innovations ?! was last modified: septembre 12th, 2011 by Yann Gourvennec

l’innovation par un des meilleurs experts

Je suis un peu partial car je l’ai eu comme professeur à EM Lyon et c’est quelqu’un dont j’admire particulièrement le travail : Paul Millier (auteur de divers ouvrages fondamentaux comme « marketing the unknown » et « l’anti-bible du Marketing et du Management« ) a lancé avec le Mastère de Management de la Technologie et de L’innovation d’EM Lyon, un blog très prometteur qui devra désormais faire partie de vos listes de lecture. A vos souri s !

Dans un précédent article nous discutions de la difficulté à faire accoucher les clients de leurs besoins. En matière d’analyse des marchés émergents, il y a encore une autre difficulté à surmonter ; d’ordre plus comportementale que que méthodologique à proprement parler. En effet, la logique et le bon sens font dire au rationnel qui sommeille en nous (et qui parfois veille plus qu’il ne sommeille) que plus on recueille d’information sur un sujet, mieux on le connait et moins il y a de risque de se tromper. Cependant il peut y avoir un inconvénient majeur à recueillir un maximum d’information, un problème lié à la quantité de données traitées. En effet des recherches ont prouvé que lorsqu’on collecte plus d’information pour se faire une opinion, ou décider quelque chose, ce qui augmente, ce n’est pas la pertinence du jugement ou de la décision mais le degré de confiance qu’on acquière à l’égard du jugement que l’on porte.

via www.blog-innovation.com

l’innovation par un des meilleurs experts was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

méthode Coué : un guide pour sportifs … et managers !

imageAlors qu’il suscite un regain d’intérêt à Nancy (voir le congrès international sur ce thème qui a eu lieu le weekend dernier), la ville où il est mort en 1926 à l’âge de 69 ans, Émile Coué, inventeur de la méthode du même nom est en même temps connu et raillé ; « c’est la méthode Coué » étant même devenue une expression péjorative pour signifier qu’on essaie de se convaincre soi-même pour des faits qui n’existent pas.

Et pourtant, la méthode Coué est l’apprentissage de l’optimisme, la base de ce que l’on nomme plus scientifiquement la sophrologie (du grec ancien : SOS = harmonie, PHREN = conscience et logos = étude ; une science pour certains, une pseudo-science pour d’autres je vous laisse débattre) et le fondement des méthodologies utilisées par les entraîneurs sportifs pour inciter les joueurs à se dépasser.

Le fond de cette méthode est de dissocier volonté et imagination, en mettant cette dernière au-dessus de la première. Aussi, loin de se moquer de M. Coué, nous ferions mieux de le lire (ou relire), et de nous répéter tous les matins que  » Tous les jours et à tous points de vue, je vais [nous allons] de mieux en mieux », et sortir de notre marasme (voir mon rapport de la semaine dernière aux universités du MEDEF). D’ailleurs est-il surprenant que M. Coué ait connu plus de succès de son vivant en Grande-Bretagne et en Amérique qu’en France ?

Quelques extraits de la méthode Coué : l’autosuggestion consciente (la méthode est issue puis dissociée des travaux de Charcot à la Salpêtrière, sur l’hypnose. Coué a voulu créer une sorte d’hypnose consciente, plus douce et plus respectueuse).

“5 grands postulats de base :

  1. Une pensée, bonne ou mauvaise, que nous avons en tête est pour nous la réalité, et a tendance à se réaliser. (Cf. ci-dessus : imaginer la chute) ;
  2. La première faculté de l’homme est l’imagination ;
  3. Quand il y a lutte entre l’imagination et la volonté, c’est toujours l’imagination qui l’emporte sans aucune exception ;
  4. Lorsque la volonté et l’imagination sont en accord, elles font plus que s’ajouter, elles se multiplient. (C’est une image pour illustrer la force de cette alliance) ;
  5. L’imagination peut être conduite ;

Émile Coué formalise sa méthode en une phrase et engage ses patients à répéter vingt fois de suite et trois fois par jours :  » Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux » ”

Ce passage est tiré du site très bien fait dédié à la méthode Coué : methodecoue.com

N.B. : Coué est aussi l’initiateur et le concepteur de l’effet placebo.

méthode Coué : un guide pour sportifs … et managers ! was last modified: septembre 9th, 2011 by Yann Gourvennec

médias sociaux et entreprises – MEDEF 27 Septembre

[note : les photos sont de Christophe AVERTY, www.christopheaverty.fr – tél : 06.28.51.73.61]

Le 2 Septembre je suis intervenu (voir les photos ci-dessous) aux côtés de Vincent Ducrey, Toufik Lerari et Geoffroy Roux de Bézieux sur le sujet des médias sociaux en entreprise. Ceci préfigure un prochain débat sur ce sujet qui aura lieu au MEDEF île de France, le 27 Septembre et dont voici les détails :

  • Date : 27 septembre
  • Lieu : MEDEF Ile de France 10 rue du Débarcadère, 75017 Paris
  • Thème : « Réseaux sociaux : les (véritables) enjeux »
  • Format : 18h00 à 20h suivi d’un cocktail
  • Public : 200 personnes

intervenants confirmés:

  • Renault : Patrick Hoffstetter, Directeur digital
  • Virgin : Geoffroy Roux de Bézieux, PDG France
  • Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)
  • Vincent Ducrey, entrepreneur, consultant en stratégie, conseiller en mobilisation en ligne, conseiller communication Internet au sein du Gouvernement
  • Toufik Lerari, CEO tequilarapido.
  • Christiane Féral-Schuhl, bâtonnier de Paris
  • Orange : Yann Gourvennec (Président de Media Aces)
  • Marie-Christine OGHLY Présidente du MEDEF Ile de France
médias sociaux et entreprises – MEDEF 27 Septembre was last modified: septembre 8th, 2011 by Yann Gourvennec