Âgisme, ce nouveau racisme : Génération Y et inter-générations

Âgisme et génération « Y » (ou Z ou autre, les noms changent mais les préjugés restent), ceci est la sélection du jour

eye-large_thumb.gifL’ âgisme, ou le préjugé lié à l’âge, est la sélection du jour, basées sur un billet de Jean-Philippe Déranlot accompagné de plusieurs autres et d’une vidéo qui soulève à nouveau le sempiternel débat autour de la génération Y, maintes fois traité ici. Ce billet jette un coup de projecteur sur un aspect intéressant, et à mon avis fondamental du sujet, qui est la nécessité de faire travailler les générations entre elles. Ceci est la rediffusion d’un article écrit en 2013, mais qui pourrait être republié tous les jours tant les messages qu’il fait passer sont importants pour combattre les préjugés.

Apprendre aux jeunes qui apprennent aux vieux, etc.

De temps immémoriaux, les vieux ont appris aux jeunes qui ont appris aux vieux qui ont appris aux jeunes et ainsi de suite (à moins que ce soit l’inverse). Et ma boule de cristal me dit que cela ne changera pas malgré les tentatives de mercantilisation des générations qui tendent à les enfoncer dans des caricatures. Consumo ergo sum ? Ces stéréotypes, ne frappent pas que la génération Y, ne sont pas que l’apanage de la génération X, des “seniors” (euphémisme pour “vieux”) ou de tout autre acronyme qu’on veuille bien utiliser. Derrière cette réflexion apparemment anodine et évidente qui consiste à dire que travailler ensemble vaut mieux que travailler les uns contre les autres, et au-delà de l’apparente simplicité qui en dérive du point de vue de l’efficacité de la société et de son simple fonctionnement, se pose en fait la véritable question soulevée fort à propos dans un document publié par la société de conseil Achieveglobal et trouvé sur le site Web d’une université américaine : les stéréotypes entre générations sont-ils une nouvelle forme de racisme dénommé « âgisme ».
combattre les préjugés sur l'âge l âgisme
les préjugés entre générations, préalable à la rupture du dialogue, au relativisme et au racisme (ou  âgisme ) – photo antimuseum
12 signes de l’ âgisme

En se basant sur les travaux du professeur Jean Twenge, Achieveglobal relève 12 signes du racisme basé sur l’âge tel qu’on peut le rencontrer dans les entreprises au quotidien. Les voici traduits en français :

  1. Les employés se jugent de façon régulière en se basant uniquement sur leur âge ;
  2. Les équipes métier générationnelles éprouvent des difficultés à mener leurs projets à bien ;
  3. Vieux et jeunes employés sont en concurrence pour l’attribution des ressources ;
  4. Les employés se plaignent quotidiennement auprès des membres d’autres générations ;
  5. L’entreprise embauche traditionnellement à l’intérieur d’une seule ou de quelques générations ;
  6. Les employés refusent quotidiennement les idées venant d’autres employés, plus jeunes ou plus vieux ;
  7. Les managers pensent qu’il faut une formation particulière pour mener les autres générations dans leur travail ;
  8. Les gens font des commentaires ou des hypothèses à propos d’individus en se basant sur leur âge ;
  9. Les managers posent l’hypothèse que les employés plus jeunes ou plus vieux sont incapables de réaliser certaines tâches ;
  10. Les membres de certaines générations sont quotidiennement évacués des vagues de promotion ;
  11. Les employés plus âgés font souvent valoir leurs droits à la retraite plutôt ;
  12. Les employés plus jeunes semblent se désinvestir ou se désintéresser de leur travail.

>> lire le document de Achieveglobal sur les stéréotypes de l’ âgisme dans son ensemble ici et le document dans sa version française ici

Lire la suite

Âgisme, ce nouveau racisme : Génération Y et inter-générations was last modified: septembre 26th, 2016 by Yann Gourvennec

Quand la RH fait son marketing ( Webinaire )

Un webinaire sur le marketing RH

avec les meilleurs experts du domaine (le 26 janvier 2016 à 13:30, cela ne se refuse pas (transparence : webinaire organisé pour le compte de mon client Orange Business Services).  J’organise souvent des webinaires pour le compte de mes clients, et je ne tarirai jamais d’éloges sur ce « nouveau » mode de marketing que j’ai pour la première fois expérimenté il y a près de 20 ans. Enfin, la mayonnaise commence-t-elle à prendre de ce côté-ci de l’Atlantique, et je dois avouer que je suis très content de l’afflux d’audience sur des sujets très B2B, comme celui-ci. Nul doute que d’autres clients finiront aussi par se lancer sur des modes innovants de webinaires (formation comme je le fais avec MBAebusiness d’ESG depuis 8 ans, réunions de consommateurs, focus groups, réunions de discussions et de spécifications … on peut tout inventer avec cet outil). Mais revenons à nos moutons : le marketing RH

Le marketing RH, que nous avons appelé Marque employeur pendant des années est un des sujets phares de la RH. dans le domaine technique du cloud et des Big Data, cette nouvelle approche est même incontournable. Pour l’expliquer, j’ai écrit un article sur le blog de mon client Orange Business Services, dont vous trouverez un extrait ci-dessous et un lien. Dans les domaines où le marché du travail devient un marché tiré par l’employé et non l’employeur comme le fait remarquer fort justement Bertrand Duperrin, c’est à la RH de faire l’effort et d’aller attirer les talents à elle. La logique est complètement inversée.

Transformation digitale et marketing RH

La transformation digitale a donc un impact au-delà des domaines techniques, elle touche également les métiers de l’humain. En 2016, il est possible d’avoir un bon recul sur ce sujet du Marketing RH, qui est à l’honneur depuis au moins 5 à 8 ans selon les entreprises (tout le monde se souvient des premiers essais réalisés par Arcelor Mittal et Vanksen et Société Générale et Franck La Pinta).

Qu’en est-il donc aujourd’hui ? Quels sont les impacts sur l’organisation, la mobilisation des employés et le fonctionnement de l’entreprise ? Quels sont les outils à disposition ? Quels sont les enjeux pour bien les utiliser, former les employés, éviter que certains se sentent dépassés ? Voici quelques unes des questions que nous allons aborder au cours de ce webinaire auquel nous avons convié deux praticiennes expérimentées, Fadhila Brahimi ou Meike Spahrbier, qui nous feront bénéficier de leur recul et de leur savoir-faire. Enfin et surtout, les deux intervenantes nous donnerons leur opinion sur les tendances 2016 de la transformation RH.

marketing RH

Pour débattre de cette place de la technologie, de ses usages, des enjeux de formation et de connaissances qui vont donner une nouvelle dimension aux ressources humaines en entreprise, Orange Business Services a convié deux praticiennes expérimentées du domaine : Fadhila Brahimi de FB-Associés et Meike Spahrbier du groupe Orange. Lire la suite

Quand la RH fait son marketing ( Webinaire ) was last modified: janvier 16th, 2016 by Yann Gourvennec

Marketing RH : état des lieux et tendances pour 2016 – Webinathon n°4

Le mardi 26 janvier aura lieu la 4e édition du Webinathon Big Data et Cloud computing, organisé par Orange Cloud for Business. A l’occasion de ce 4e Webinathon auquel vous pouvez vous inscrire dès maintenant, nous aborderons un sujet sur lequel nous avons écrit à plusieurs reprises sur ce blog, notamment avec Vincent Berthelot : le marketing RH. Nous sommes au commencement d’une transformation digitale qui touche tous les secteurs (la banque, le btp, le luxe…) et les métiers (les comptables, les RH…). C’est sur la transformation des métiers de l’humain que nous allons nous pencher durant ce Webinaire, accompagné de deux expertes du domaine : Fadhila Brahimi, CEO de FB-associés et Meike Spahrbier, directrice adjointe image marque employeur et campus management chez Orange groupe. Quels sont les impacts de la transformation digitale sur l’organisation, la mobilisation des employés et le fonctionnement de l’entreprise ? Quels sont les outils à disposition ? Quels sont les enjeux pour bien les utiliser, former les employés, éviter que certains se sentent dépassés ? Telles sont les questions qui seront abordées durant ce Webinaire.

Voici le programme de ce webinaire RH qui aura lieu le 26 janvier 2016 de 13h30 à 14h15 :

  1. Introduction – de la marque employeur au marketing RH : quand la RH fait son marketing ;
  2. Fadhila Brahimi et Meike Spahrbier – transformation digitale des RH et stratégie globale de l’employeur : comment le digital peut aider la marque dans son attractivité, et comment les employés peuvent contribuer à ce travail d’image ? La RH est en lien avec l’image de l’entreprise en général et influe sur la façon de recruter. La RH n’est pas qu’une fonction opérationnelle, elle est aussi stratégique. La transformation digitale de la RH permet d’améliorer les relations avec les futurs candidats et écoles. Le rôle de la RH transcende ainsi les barrières de l’opérationnel et devient un véritable atout dans la gestion de l’image de l’entreprise, au même titre que la direction de la marque ;
  3. Quelles sont les tendances, les outils et les exemples de réussite ? Fadhila Brahimi et Meike Spahrbier débattront du sujet en se basant sur leur longue expérience du métier et leur connaissance des tendances et de l’évolution de la fonction RH, notamment au contact des technologies innovantes de la communication et de la collaboration.

Questions-Réponses : Les membres du public seront invités à poser leurs questions tout au long de l’intervention des deux présentatrices. Un espace de questions-réponses sera en outre réservé à la fin de webinaire.

En savoir plus : Marketing RH : états des lieux et tendances…

capture-d-ecran-18-00-2015_01.00.35
Cliquez sur l’image pour découvrir l’article sur le marketing RH
Marketing RH : état des lieux et tendances pour 2016 – Webinathon n°4 was last modified: janvier 16th, 2016 by Cédric Jeanblanc

RH et digital: entre mirage technologique et transformation humaine

S’il est une fonction accusée de tous les maux, et notamment de traîner les pieds face au tourbillon digital qui entraîne aujourd’hui l’ensemble des services de l’entreprise, c’est bien la fonction RH. Pourtant, la plupart des processus et des rôles concernant les ressources humaines, depuis la paye jusqu’à la gestion des compétences, sont depuis longtemps déjà informatisés. Mais l’enjeu majeur de la transformation digitale, on ne le répétera jamais assez, concerne l’adoption des nouvelles technologies pour faciliter de nouvelles formes d’interactions, tant internes qu’externes. En ce sens, pour les RH, tout – ou presque – reste à faire.

Si la transformation digitale revêt pour chaque entreprise, et chaque métier, un sens différent, il n’en n’est pas moins vrai que, en résonance avec la fameuse déclaration de Peter Drucker dans « The Practice of Management »: « Il n’y a qu’une seule définition valide de la raison d’être de l’entreprise: créer un client », cette transformation vise à utiliser les nouvelles technologies pour rapprocher la proposition de valeur de l’entreprise avec les besoins et attentes de ses clients, partenaires et collaborateurs, comme le décrit la figure ci-dessous.

Mise en oeuvre et champs d'action de la transformation digitale
Mise en oeuvre et champs d’action de la transformation digitale

Le HR Tech World Congress, qui se tenait fin octobre pour la première fois, à Paris, a été l’occasion de faire le point sur la relation paradoxale que les ressources humaines entretiennent avec le digital. Si implication des collaborateurs, valorisation de l’humain et importance de la marque employeur étaient à l’honneur dans la majorité des interventions et des sessions thématiques, dans les allées et les stands des éditeurs, la réalité qui se reflétait était quelque peu différente.

En effet, si les sessions consacrées à des cas concrets attiraient un public important, preuve que les responsables RH cherchent leur voie dans les bouleversements provoqués par les nouvelles technologies, celles consacrées à une organisation du travail différente, telle que celle consacrée à la wirearchie, n’ont suscité qu’un intérêt très modéré. Plus significative encore sans doute était l’affluence record provoquée par les sessions organisées autour des analytiques – sessions auxquelles je n’ai pu assister, faute de place disponible.

File d'attente devant les sessions dédiées aux analytiques à HR Tech Paris.
File d’attente devant les sessions dédiées aux analytiques à HR Tech Paris.

Cet intérêt pour les données et le big data semble pourtant hélas, ne rencontrer que peu d’écho parmi les éditeurs, qui, comme le soulignait Brian Sommer, ne font guère preuve de réelle innovation en ce domaine. De la même manière, lorsqu’il s’agit d’amplifier l’implication et la satisfaction des employés, la plupart des solutions proposées ne mettent en jeu que des mécanismes de gamification et d’incentivisation. De là à penser que le manque d’innovation technologique est une des causes du retard des ressources humaines en termes de transformation digitale, il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir. Si une large majorité des grands éditeurs se contente aujourd’hui d’optimiser des technologies datant de l’ère industrielle, certaines des startups présentant leurs produits durant la conférence ouvrent en tout état de cause une voie différente.

i-Cube, entreprise basée en Inde, utilise l’analyse de réseaux et l’apprentissage automatique pour visualiser les flux d’information et mapper la manière dont le travail s’effectue réellement dans l’entreprise. Praditus utilise l’analyse psychométrique pour identifier les intérêts et aspirations des employés (je n’ai par contre pas réussi à savoir si leur analyse est plus pertinente que ne l’est la fumeuse fameuse évaluation Myer Briggs). Une autre startup, Organizationview, utilise également l’analyse automatique pour donner aux enquêtes d’opinion une véritable dimension contextuelle, et s’adapter en temps quasi-réel au vécu de l’entreprise.

Ces startups, ainsi que d’autres non présentes à HR Tech, telles que l’innovante plateforme Wuzzin, préfigurent la véritable et nécessaire évolution des ressources humaines. Encore faut-il que les responsables RH prennent conscience de la nécessité urgente de sortir des modèles d’hier. A l’heure des réseaux, où la technologie donne à l’humain des leviers inédits de créativité et de connaissance, il serait tragique que le seul service de l’entreprise comportant le mot « humain » dans sa dénomination s’arrête à la seule dimension technologique de la transformation digitale.

RH et digital: entre mirage technologique et transformation humaine was last modified: janvier 16th, 2016 by Thierry de Baillon

BIG DATA et RH : les nouveaux outils au service des entreprises

Pour rester compétitif dans la guerre des talents, les entreprises doivent faire évoluer leurs méthodes. Parmi les nouveaux outils RH se trouve le Big Data. Mais que trouve-t-on derrière ce terme vague, en ce qui concerne les RH ? L’animation de la table ronde « RH et Big Data », organisée par CCM Benchmark avec David Bellaïche (PDG du groupe Althea), François Coupez (Atipic Avocat) et Yves Loiseau (Textkernel), a donné l’occasion à Emploi-e-commerce de faire le point sur les différentes utilisations du Big Data dans les Ressources Humaines. Du recrutement à la rétention des salariés, les Big Data modifient aujourd’hui l’approche RH.

De quelles données parle-t-on ?

Trois sources de données majeures sont à distinguer : les données structurées de la société, ses données internes non structurées, et toutes les données externes (c’est-à-dire, en somme, le web).
L’utilisation des données structurées de l’entreprise ne date pas d’hier. Il s’agit de réponses à des questionnaires (hormis les champs libres), de résultats d’évaluation, de données issues de SIRH sur les salariés (âge, études, adresse etc…).
Nous trouvons par la suite les données non structurées internes. Ces dernières étaient difficilement exploitables jusqu’à aujourd’hui. Nous parlons principalement d’échanges sur la messagerie instantanée, de contenu de e-mails, de réseaux sociaux d’entreprise, ainsi que n’importe quelle information ou contenu librement fourni par un salarié à l’entreprise. Les réponses aux questionnaires sous forme de champs libres sont maintenant exploitables, même à très grande échelle.
Enfin, nous trouvons toutes les données extérieures à l’entreprise, les megadonnées. Pour simplifier, il s’agit de toute donnée disponible sur internet. En ce qui concerne les RH, on pense surtout aux réseaux sociaux professionnels tels que Linkedin ou Viadeo, aux réseaux sociaux personnels (Facebook) ainsi qu’aux CVthèques ou autre base de données concernant des individus.

Big data et RH
La RH : un domaine de plus aspiré par le tourbillon Big Data

Lire la suite

BIG DATA et RH : les nouveaux outils au service des entreprises was last modified: janvier 16th, 2016 by Vincent Hart de Keating