Bernard Elhaik décortique le mécanisme FIA-NET au e-marketing forum 2008

Internet Plus - Laurent Prevost d’OrangeHier, mercredi 30 janvier 2008, je me suis rendu au e-marketing forum organisé par e-business info. un des sujets qui m’intéressaient plus particulièrement, tournait autour de paiement en ligne. 3 présentations ont marqué cet après-midi du forum, celle de Bernard Elhaik, PDG de la société FIA-NET, et celle de Laurent Prévost, responsable commercial indirect chez Orange, qui présentait la solution de paiement des FAI : Internet plus (photo du responsable d’Orange sur la gauche). La 3ème était celle du système Paypal, bien connu des internautes.

Premier compte rendu que je poste sur ce blog aujourd’hui, ce compte-rendu très précis de la stratégie de FIA-NET et ses mécanismes, y compris la description de leur nouveau système de paiement RECEIVE & PAY.

Présentation de FIA-NET par Bernard Elhaik PDG de FIA-NET, e-marketing forum à Paris porte Maillot le 30 janvier 2008 :

La stratégie de FIA-NET s’est orientée autour de la levée de trois feins:

premièrement : redonner confiance interne :

  • soit un choix par le marchand du logo uniquement, sans sécurisation, soit possibilité d’aller un peu plus loin
  • 70 % des acheteurs abandonnent leurs achats en cours
  • dans la solution la plus avancée, le marchand envoie ses coordonnées à FIA-NET, qui envoie un mail avec un questionnaire au client final. 7 jours après la livraison un deuxième question est envoyé au client, dans lequel on lui demande de donner une note au site. Cette note est répercutée sur le site marchand, et sur le site de FIA-NET. FIA-NET peut aller jusqu’à délivrer un label Premium si tout va bien.
  • En cas de litige : FIA-NET sert de médiateur
  • 1400 sites sont répertoriés.
  • 1 million de réponses au questionnaire par an.
  • 20,500 sinistres réglés par an.
  • 1 acheteur sur 3 achète sur un site FIA-NET.

Deuxièmement : sécuriser les marchands

  • les marchands sont les premières cibles de la fraude, avec 2,18 % du CA (impayés + fraude)
  • Cela touche tous les secteurs
  • augmentation de 45 % du nombre de réseaux de fraudeurs
  • le panier moyen se situe autour de €462
  • voir le livre blanc sur le site de FIA-NET (2007) [article du JDN ici]
  • la base de données de FIA-NET contient 11 millions de personnes avec toutes leurs coordonnées:
    • nom, prénom adresse e-mail habitudes d’achat etc.
  • Tous les consommateurs sont fichés; en quelques secondes, FIA-NET valide ou non la transaction.
    • à 92 % cette validation est automatique
    • à 8 % elle nécessite un contrôle humain supplémentaire.
  • Dans le cas où la vérification se révèle négative, FIA-NET demandera des preuves supplémentaires.
    • En cas de non satisfaction à ces demandes de preuves, FIA-NET peut aller jusqu’à demander au client d’envoyer un chèque avant l’envoi du produit.
    • Si l’achat est validé par erreur, FIA-NET rembourse la totalité du prix de vente au Marchand.
  • Cette solution est unique au monde
  • retour sur investissement : baisse de 83 % des fraudes la première année pour un marchand qui s’équipe la première fois.
  • Analyse de 100,000 commandes par jour.
  • 1,7 millions d’euros de chiffre d’affaires sont protégés tous les jours.

Les troisièmement : sécuriser le paiement

  • solution RECEIVE & PAY avec le Crédit agricole & Sofinco
  • en 2006, les cyber acheteurs se sont inquiétés des retards et des non livraisons. FIA-NET a tenu compte de ce retour, pour créer cette nouvelle solution.
  • Avec FIA-NET : l’assureur paie les marchands immédiatement, il ne débite le client qu’une fois le produit reçu.
  • Cette solution est unique au monde
    • Elle est possible pour le paiement à crédit, ou au comptant
    • L’achat est donc garanti & irrévocable
    • existe depuis un an
  • Ce système de paiement recouvre de 20 à 60 % des ventes des marchands équipés
  • conséquences sur le panier moyen :
    • il augmente de 15 % environ :
    • €270 par carte bleue,
    • €683 à crédit
  • ceci permet de fidéliser la clientèle
  • enquête sur 17,500 répondants :
    • 45 % d’intentions de réachat malgré le délai de livraison non respecté.
    • Ceci est encourageant, même si le client n’est pas satisfait de la livraison, grâce à cette solution est quand même prêt à renouveler son achat sur le site.

Conclusions

  • FIA-NET capable de proposer une garantie vol & casse
  • FIA-NET appartient au groupe FIA qui est assureur de puis plus de 30 ans
  • le fichier client de FIA-NET comporte 75 paramètres et il est soumis à la CNIL, il est impossible de racheter ce fichier.

Questions et réponses

  • Quel est le budget pour le marchand ?
    • Ceci dépend du chiffre d’affaires.
    • NDLR : M. Elhaik n’a pas répondu à cette question
  • Possible prendre le logo seulement?
    • beaucoup de sites ne prennent que le logo.
    • Darty prend le service, mais ne veut pas le logo, car ils estiment que le logo Darty suffit à rassurer le client car l’image de Darty est bonne & suffisante.
  • Le système de paiement n’est pas obligatoire.
  • Pas d’intérêt pour le système de paiement pour les micro paiements, ni les prestations intellectuelles.
  • Existe-t-il des faux positifs (des cas où des mauvais payeurs seraient en fait de bons payeurs) ?
    • Non.
    • Car pour être déclaré mauvais payeur, il faut que FIA-NET ait déjà payé un sinistre, et repéré l’utilisateur par ses paramètres y compris ses habitudes d’achat.
    • Même la vitesse d’achat est un paramètre de détection de fraude.
  • Transactions hors de France ?
    • Nous commençons, c’est très complexe.
    • Pour les pays d’Europe s’est fait, mais il faut encore étendre au-delà
  • Quel est le positionnement du service de paiement et FIA-NET par rapport à 3D-SECURE :
    • Depuis 10 ans on nous dit que ça va arriver, c’est un peu demain on rase gratis.
    • Avec ce système 3D-SECURE, chaque internaute serait identifié, la banque de l’internaute paierait pour lui, le marchand serait toujours payé.
    • C’est un peu des promesses, mais ça ne va pas révolutionner le monde du paiement. Il ne faut pas demander un internaute s’habituer à la banque, c’est l’inverse qui faut faire.
    • C’est un peu comme la e-cartebleue, c’est un système lourd et contraignant pour l’utilisateur, le système e-cartebleue n’a pas pris une part significative du marché.
  • Le système de paiement et FIA-NET RECEIVE & PAY prendre une place importante, car il a déjà un bon succès derrière lui, alors qu’aucune publicité n’a été faite.
  • Description détaillée du mécanisme de vérification de réception de la commande :
    • le marchand envoie à FIA-NET la véritable date de livraison.
    • 7 jours après FIA-NET envoie le questionnaire à l’internaute.
    • Soit l’internaute ne répond pas et dans ce cas, il est débité immédiatement.
    • Soit il n’a pas reçu le produit, et FIA-NET entame une médiation immédiate.
    • Soit il l’a reçu, mais la réception n’est pas OK et FIA-NET entame également une médiation immédiate.
    • Enfin, dernier cas il a reçu le produit et il est conforme : le client est débité.
  • Litiges ?
    • Si un litige s’instaure avec un vendeur (entre et FIA-NET et le vendeur) : arrêt immédiat de la relation avec le vendeur.
    • En général, c’est un signe qui vont déposer le bilan.
  • Ressources FIA-NET pour régler les litiges :
    • FIA-NET est une société d’environ 80 personnes,
    • 15 personnes travaillent informatique,
    • de 15 à 20 juristes et médiateurs sont dédiées au réglement des sinistres.
  • Comment attribue-t-on un logo ou commerçant ?
    • FIA-NET réalise un audit du commerçant.
  • Cas particulier le Père Noël.
    • PereNoel.fr était un des meilleurs clients de FIA-NET il y a 10 ans, il payait €600,000 de primes, mais c’était de véritables escrocs.
    • Ils vendaient des produits qui n’étaient pas en stock, pour générer du chiffre d’affaires illégal.
    • FIA-NET a mis un arrêt au contrat, malgré l’importance des primes et a mis Père Noël sur la liste noire.
  • Augmentation de la fraude :
    • les fraudeurs deviennent plus habiles.
    • Ils se constituent en réseau, FIA-NET est capable de détecter des comportements frauduleux.
    • FIA-NET se rapproche de la police quand il s’agit de réseaux de fraudeurs, mais pour les « voleurs de poules » FIA-NET préfère la médiation et les huissiers.
    • Des fois, il y a des gens qui s’aperçoivent qu’ils sont à découvert en fin de mois et ils annulent une vente auprès de leurs banques.
      • Ce genre de comportement est aussi repéré dans le FIA-NET.
Bernard Elhaik décortique le mécanisme FIA-NET au e-marketing forum 2008 was last modified: janvier 31st, 2008 by Yann Gourvennec

la valeur de l’authentique : l’autre moteur de l’innovation

Comme des roisQui a dit, que le champ de l’innovation était limité aux créations technologiques de l’hyper modernité ? Comme nous l’avons souligné maintes et maintes fois, en notre société postindustrielle, le désir, voire même le besoin d’authentique de la part des consommateurs est essentiel. S’il se peut hélas, que des industriels peu scrupuleux abusent de ce désir pour le détourner, il arrive également que des entrepreneurs génèrent de véritables innovations autour de l’authentique en redécouvrant le caractère de nos régions. Et c’est dans ce cas, à notre avis, que la démarche est la plus efficace et la plus durable. Citons brièvement 2 initiatives qui ont pris corps dans la même région : le Val de Loire.

paniers du val de LoireLes paniers du Val de Loire, fonctionnent sur la base d’un abonnement, et leur but n’est pas seulement de vendre des produits en ligne mais de « créer des liens directs et durables entre producteurs et consommateurs ». L’objectif visé est de mieux planifier la production en fonction de la demande en se rapprochant au plus près du consommateur, et en lui proposant des produits de qualité et du terroir sous le label de l’agriculture biologique. Créée en 2000, cette association de loi 1901, a pour principal objectif la structuration économique de la filière fruits et légumes biologique en région Centre. Leur initiative va au-delà d’un site Web. Ils proposent en effet des livraisons hebdomadaires de fruits et de légumes bio en des points de dépôt défini à Orléans et à Paris, en contrepartie d’un abonnement souscrit à l’année. Voici donc une innovation qui tire parti du commerce électronique, tout en mettant à la disposition des consommateurs des produits de la terre de qualité .

Deuxième exemple, également en Val de Loire, le pays des châteaux et du bien manger, une sélection de produits de haute qualité réalisée par les deux entrepreneurs blésois du site commedesrois.com. Comme son introduction l’indique, le site commedesrois.com est dédié au terroir de la Loire, et propose des produits originaux et de qualité telle l’infusion bio Tisamiel au thym, le pâté de sanglier de Chambord, les rillons cocktail (une des grandes spécialités du Val de Loire), sans oublier une sympathique sélection de vins biologiques de qualité telle l’Argilo de Michel Quenioux. A venir sur le site, grâce à cette indiscrétion d’un des créateurs de l’entreprise, la fameuse poire tapée à l’ancienne, véritable patrimoine gastronomique de la Loire, et que Commedesrois a décidé de faire connaître aux profanes que nous sommes.

l’agriculture biologique en val de loireComme pour les paniers de la Loire, la démarche de commedesrois va au-delà également du simple commerce électronique, dans un esprit de découverte de la région qui, bien que fort touristique du fait de ses châteaux, a encore un beau potentiel de progression. C’est ainsi que les entrepreneurs de commedesrois, ont créé un fort joli blog qui nous emmène au-delà de la gastronomie, pour nous faire découvrir cette région dont l’art de vivre est exemplaire. Petite note qui a attiré particulièrement notre attention, cet article sur le développement très important de la culture du vin bio dans le Val de Loire, la région où la progression de ce type de culture est la plus forte. « Entre 2005 et 2006 », selon les auteurs du blog, « les surfaces en bio ou en conversion ont augmenté de 19 % alors que la progression n’est que de 9 % pour l’ensemble des vignobles français ».

On trouvera également sur ce blog des informations relatives à l‘art de vivre, à la culture et au patrimoine, ainsi que des choses plus insolites comme la fabrication des sushis dans la région du Val de Loire.

Comme nous l’avions annoncé l’innovation ne se trouve pas toujours là où on croit.

la valeur de l’authentique : l’autre moteur de l’innovation was last modified: janvier 28th, 2008 by Yann Gourvennec

Les hommes et le Networking sont-ils des facteurs de différenciation ?

réseauterCette semaine, j´ai participé à la « Supplier Day » d´un de mes clients. Cet évènement organisé chaque année, permet à cette Entreprise de rassembler ses fournisseurs clés pour faire un bilan de l´année écoulée, pour échanger sur les bonnes pratiques, puis pour partager sa vision et les objectifs qui y sont associés. Cette année, une attention particulière a été portée sur le « Trustfull relationship – Networking » et sur le « talent des hommes ». J´évolue dans un business B2B industriel (industrie automobile), où la réussite est mesurée à l´aide de balanced scorecard, de reporting, de PPM qualité, d´EVA et d´EBIT ; où le maître mot pour développer son business est coût et productivité commerciale. Alors, l´introduction de notions sociales subjectives non mesurables comme facteur clé de succès : Hérésie, ou vérité ?

Lire la suite …

Les hommes et le Networking sont-ils des facteurs de différenciation ? was last modified: janvier 28th, 2008 by fredericquaranta

web deux connect: musique recherche business model

votez pour ce post sur Wikio

le T shirt de la manifestationSamedi 12 janvier 2008, je me rendais à l’invitation de Jean-François Ruiz à la journée Web deux connect, qui avait lieu Boulevard Richard-Lenoir, dans le 11ème arrondissement de Paris, près de la Bastille, dans un superbe endroit appelé le Bastille Design Center. Enorme affluence pour cet événement (il suffit de regarder la photo sur la droite, ainsi que les autres postées sur Flicker), qui soit dit au passage était sponsorisé par Orange.

un événement très suiviCe sponsoring d’ailleurs était aussi discret : peu de présence de la part d’Orange qui volontairement semble-t-il avait laissé l’événement à ses organisateurs, Jean-François Ruiz et Sébastien Rousset. Je n’ai pas pu assister à toutes les conférences, puisque certaines d’entre elles se déroulaient en parallèle, mais les trois sessions ont auquel j’ai participé, sont décrites ci-dessous dans mon compte-rendu. Il s’agit d’un compte-rendu pris en reconnaissance de l’écriture sur mon PDA, il est donc en style télégraphique, merci d’en tenir compte.

Jean François Ruiz - Sebastien RoussetLa première session, est celle sur laquelle je vais m’appesantir ici. Un panel d’experts de la musique en ligne avait été réuni par les organisateurs. Le but était de débattre de l’avenir de la musique en ligne. Voilà un sujet dont nous entendons parler à intervalles réguliers, mais, force est de constater que nous ne savons pas très bien où ce marché va. Étrangement, les experts présents sur le plateau ne le savaient pas non plus, du moins pas précisément. C’est dire à quel point cet environnement est incertain, et que nous sommes bien incapables de faire des prévisions en ce domaine.

Orange au Web deux connectQuelques remarques cependant : quasi unanimité parmi les experts, pour exprimer que la musique en ligne reste un appoint ; du moins en France, où la vente de fichiers musicaux en ligne est bien plus faible semble-t-il (les chiffres manquent ici) qu’aux États-Unis, ou dans le reste de l’Europe. On n’y précise également que 93 % des ventes de musique se font dans le monde réel. Nous en arrivons donc à une sorte de paradoxe, où l’avenir de la musique semble se trouver sur Internet, mais pas ses canaux de distribution. Est-ce à dire, que la musique est en train de disparaître, ou du moins de muter, il n’y a qu’un pas. C’est ce que semble précisé J Benassaia, responsable du site Dizeer, qui voit quant à lui l’Internet comme un support d’événements qui se passent en dehors de lui, soit des concerts (un des sites qui était présenté été positionné sur la diffusion de concerts en ligne), soit producteur en ligne d’événements hors ligne, soit plus radio de flux, comme deezer, qui permettent d’écouter les nouveaux auteurs, et de faire découvrir les talents.

experts de la musique en ligne

Le débat sur la musique, qui semblent récurrent, est assez caricatural dans son ensemble. Si on omet la longue traîne de Chris Anderson qui est censée nous faire croire que l’Internet permet de vendre des artistes inconnus (ceci reste à démontrer) il est globalement constaté par les experts présents dans ce panel, qui est très difficile pour un artiste se faire connaître sur Internet. Peut-être plus encore qu’en dehors. Tel a été le mirage du site collaboratif MySpace, dont l’objectif était de faire connaître les artistes qui pouvaient se produire directement sur Internet, alors qu’en fait la réalité a fait que les artistes très connus ont récupéré d’une audience supérieure, du fait justement de cette notoriété. Les exemples communément montrés d’autoproduction sur Internet, comme Radiohead, ne sont pas véritablement convaincants. D’une part le groupe anglais n’a pas réussi à lancer plus de 500,000 téléchargements en ligne, ce qui au du de sa notoriété assez faible, d’autre part il lance aujourd’hui des produits dans les bacs ; l’objet reste important pour l’amateur de musique. C’est ce que semble dire J. Benassaia, qui suggère que les disques vont changer, et vont se transformer en packages (concerts, T-shirts, produits dérivés etc.). En tous les cas, l’opposition caricaturale : Internet = gentil, Majors = méchants, ne semble pas tenir la distance. Nous n’avons pas encore aujourd’hui trouvé les moyens de produire des artistes de façon satisfaisante en dehors de ces circuits privilégiés, et tout reste à inventer. Ce qui était particulièrement intéressant cette réunion, c’était la présence justement de modèles de production alternative, pas forcément tournés contre les grandes compagnies de disques, mais qui cherchaient soit à en reproduire les mécanismes, soit à se positionner en complément de celle-ci.

En tous les cas, et ce sera notre conclusion le consensus largement partagé par le panel d’experts, est que l’environnement de la musique en ligne est frappé d’incertitude, et que seul l’avenir nous dira ce qu’il va se passer réellement.

Soundtribes et Sortez de l’âge de pierre (voir aussi la vidéo en bas de ce post)

« Visionary Marketing Notes

Subject: web 2 Connect

Date: 12/01/08

Participants: YAG +

agenda:

  • 15h00 : Première séance de session
    • Musique 2.0 (Etage -1) // Recrutement 2.0 (Etage 1)
  • 16h00 : RDC : Connecting Party avec collations (café / thé / boissons)
  • 17h00 : Deuxième séance de sessions
    • Les blogs et communautés 2.0 (Etage -1) // Vidéo / TV 2.0 (Etage 1)
  • 18h00 : RDC : Pause Networking
  • 18h30 : Troisième séance de sessions
    • Mobilité 2.0 (Etage -1) // Les places de marchés (Etage 1)

1. Musique 2.0 par Borey Sok

  • http://ziki.com/sokborey
  • http://www.generationmp3.com/catalyseurs-numeriques : association
  • A écrit un livre sur la musique 2.0
  • IIntro ndustrie oligopolistique en crise. Le numérique ne compense pas la chute des ventes
  • participants :
    • Aicha Majoubi
    • Sébastien Boudot
    • PE Jacoupy (Orange, soundtribes)
    • S Istolainen
    • J Benassaia
  • Question: Comment rémunérer les musiciens ?
  • Aicha Majoubi => WMI (depuis 1996) => Proposer un Dj à domicile pour créer une fête à domicile. Modèle éco ? Explorasound => catalogue Complet du slow à la dance. Qualité meilleure que le streaming avec la gestion des enchaînements. Le mixage est automatique. Autre service premium: créer à plusieurs une playlist
  • SB => mygroovypod => site d’artistes. Environ 20 directs sur Internet. Modèle ? « Pas clair ». Développer l’audience d’abord
  • PE J => Soundtribes pour 1) les artistes autoproduits 2) les chasseurs de sons. Dans quelques mois. Nouveauté avec l’ouverture vers les mobiles. Partages de revenus
  • SI => Devenir co-producteur d’ un artiste mymajorcompany vrai business model (« anciens » du métier)
  • Jb => Deezer => Juke box rémunéré par la Pub

Quelles relations avec les majors?

  • Les relations deviennent meilleures car elles sont « blessées » mais le feedback sur Deezer est bon
  • Explora Sound = discussions entamées sur les droits. En attente de savoir ce qui va se passer. Elles sont prudentes et craintives mais elles discutent. Nous on se focalise sur les utilisateurs
  • S Boudot= on ne chatouille pas les gros car on s’occupe des jeunes artistes. EMI: discussions en cours. Universal : séduits mais attendent qu’on fasse nos preuves.
  • PE J = le problème pour les artistes n’est pas d’obtenir une présence car c’est facile, c’est de passer moins de temps sur Internet.
  • S I: on propose aux artistes de 1) qualifier lors communautés 2) bénéficier du label et viser le succès (disque d’or) la proposition est de réconcilier la communauté avec les majors (les fondateurs de « mymajorcompany » sont des anciens de la profession)
  • S B: objectif. Innovation et promotion, ça attire les majors

Comment les artistes vont-ils manger?

  • Aujourd’hui il n’y a pas de modèles économiques hors des majors.
  • S I: Il y a un mirage Internet. 93% des ventes sont en physique. On va s’adapter aux modèles.
  • S B : pas d’exemples de succès par rapport à Deezer
  • PE J: l’Internet est une aide, mais aussi il faut trouver des opportunités hors Web

Les communautés

  • SB : avoir le Live chez soi à la maison. L’échange social autour de la diffusion est très fort, c’est au bénéfice de l’artiste.
  • S I: Développement de widgets pour lever de l’argent pour les artistes
  • A M: Créer des playlists à plusieurs
  • (consensus) La France est en retard sur les achats en ligne
  • J B: L’avenir de la musique c’est de lier le concert (Madonna et passée chez livenations) et d’un média de flux Internet, l’ utilisateur pour ni acheter objet mais ce sera plus un package plus cher. Comme a fait Radiohead mais eux ont fait un coup de buzz (500.000 téléchargements. Moyenne à 4 £) mais ils pouvaient se le permettre. Ils sont déjà célèbres.
  • => Il y a beaucoup d’incertitude

musique sur mobile?

  • J B: Flash 8 et 9 – pas disponibles sur mobiles, c’est un frein important
  • Le mobile est très séduisant. Il y a beaucoup de problèmes techniques mais ça viendra

Et le rapport Olivennes ? On n’y parle pas beaucoup de vous ! Pourquoi ?!

  • Série de mesures prises contre les utilisateurs pas pour favoriser la vente en ligne
  • J B: Sa mission n’était pas pour diminuer le piratage mais de le sanctionner. Mais le sont des belles paroles consensuelles.
  • Consensus: ça ne va pas changer grand chose, l’écoute en streaming va résoudre de facto le problème du téléchargement

 

Annonces à venir pour le Midem 2008 ?

  • Orange = rendez vous le 29 ! Il y aura des annonces
  • Deezer: on verra ! (sous-entendu, il devrait aussi y avoir des annonces)
  • Voir le site des catalyseurs numériques

2. les blogs : discussion, animée par Jean François Ruiz

Les blogs: Mathilde le Rouzic (bagatelles)

  • Échange autour de la création de produits et l’entreprenariat
  • Quel impact sur le business? Le blog c’est 2/3 des visites. Et amélioration du référencement

Hellotipi (sites familiaux clés en main) – François de Rochebouët

  • Blog pour prendre du recul: faire participer les lecteurs du blog => ils ont suggéré de faire évoluer la page d’accueil.
  • le blog a gagné le concours de Pierre Chapaz.

Alenty: Laurent Nicolas

  • Comment évaluer la valeur des commentaires ?
  • Le système Alenty s’installe sur les sites communautaires
  • Évaluer les commentateurs les plus influents et valider les coutenus les plus intéressants (basés sur le temps de lecture des commentaires).
  • On peut savoir qui, quand et coru bien de temps on a lu ce billet
  • On passe de la page vue (1.0) à la notion de temps (2.0)
  • Comment on détecte ça? Par les cookies. Permet de dédoublonner
  • Permet de suivre les sites dynamiques même ceux qui n’ont qu’1 page (netvibes)

Référencement: Alexandre Villeneuve: www.ziki.com/referencement

  • Le mot est galvaudé
  • Pour beaucoup c’est Google, les annuaires, le SEM (search engine marketing = achat de liens sponsorisés), mais ce n’est pas ça! Ce que c’est, c’est le SEO (référencement naturel)
  • Metatags, Pagerank, mais ça évolue => trust rank (classement secret) => les référencements se font sur la cohérence non sur la quantité. Yahoo a quelque chose d’équivalent
  • Tag cloud: risque de contenu dupliqué => déréférencement ou déclassement => il ne faut pas dupliquer le contenu, de moins il ne faut pas abuser
  • Eye-tracking: Crazy Egg ou Google Analytics
  • Adsense peut marcher ça dépend du contenu
  • Il est à noter que quand la question fut posée de savoir si les nombreux bloggueurs présents dans la salle utilisaient Adsense ou un autre moyen de rémunération de leur travail, la réponse fut largement négative, à part quelques individus isolés. Les bloggueurs seraient ils désintéressés ?

Blog rider => blog sponsorisé

  • Offre pour les bloggueurs
  • Prendre en compte les communautés
  • Collaborer avec les bloggueurs
  • Modèle meilleur que le clic, au billet (de 50 € à 600 €)
  • Opérations où l’affichage est clair
  • Le bloggueur est autorisé à mettre des commentaires négatifs si l’annonceur l’autorise
  • Les annonceurs ont encore peur de la blogosphère
  • http://www.blogrider.fr
  • Remarque de Christian Bensi (informer-autrement) : il n’y a pas de démarche complètement gratuite => on peut faire de la pub mais il faut l’afficher dès le début! C’est du publi rédactionnel !
  • Blogrider fait des recommandations
  • Les taux de clics sont supérieurs à ceux des campagnes classiques

3. la mobilité : débat animé par Sébastien Rousset

  • Qu’est-ce qu’un téléphone aujourd’hui : essentiellement du vocal mais les fonctions se multiplient: photo, internet, paiement, etc.
  • Combien de gens possèdent un téléphone? 2007= 2 milliards de téléphones vendus.
  • 3G Japon: 100 millions d’abonnés, 80% en 3G. Les marchés sont très différents : Asie, US, Europe
  • Mobilité => connectés tort le temps versus nomadisme => intermittence
  • US: Problème de couverture. Beaucoup de forfaits idem que le fixe. 3G et 4G => prix compétitifs
  • Le téléphone devient-il un PC ? Cédric Giorgi: le téléphone est l’objet préféré et le plus personnel des consommateurs. Non, le mobile va rester spécifique. C’est quelque chose, c’est un média à part. Andrew, Orange: c’est l’objet le plus personnel. Si on le perd on est nu, et il permet d’interagir avec l’environnement.
  • En France: On est leaders dans la convergence, et les FAI tout proposer l’interactivité avec la télé, avec l’environnement. On va accéder à ces services par les opérateurs 3G, Wi-fi et Wimax. Les opérateurs ne sont pas forcément d’accord. L’ Arpu est de 30-35 € dont 15% données (moins de 5% pour Internet). 60€ à 100 € Au Japon: dont 30% de l’ Internet mobile. La toip mobile est le cauchemar des opérateurs, mais ça n’est pas arrivé, même en Asie.
  • Goojet: http://www.goojet.com permettre l’usage du Web sur le mobile. Propose de créer son espace mobile personnel => services web et mobile (intégration des appels). Service en beta privée. Appli Java.
  • Orange: Orange money => donner accès à des fonctions bancaires de base à des gens qui ne sont pas bancarisés, et y compris les transferts d’argent transnationaux (uniquement pour les gens qui n’ont pas de compte bancaire).
  • http://www.just-digit.com Reconnaissance d’images sur mobiles. Interactivité avec l’utilisateur. Opération Bred. Renvoi d’un URL, possibilité de faire des jeux concours. Prise d’image, envoi, comparaison avec une image de référence.

Copyright © 2007 Visionarymarketing.com – Do not disclose without prior approval

Ci-dessous : une video du lancement du site communautaire musical Soundtribes d’Orange dont le responsable (Pierre Eric Jacoupy était le représentant au web deux connect)

web deux connect: musique recherche business model was last modified: janvier 14th, 2008 by Yann Gourvennec

devenez une bête d’organisation personnelle en 1 clic !

Il y a quelque temps, je publiais un article en Anglais sur l’organisation personnelle sur mon blog anglais. Le dernier post de Frédéric Canevet intitulé ‘32 pages pour devenir une bête d’organisation personnelle‘ m’a incité à en donner aujourd’hui une traduction en Français. Cet article en effet nous amène à nous poser une autre question : Quel rôle les technologies de l’information et l’innovation technologique en particulier peut-elle jouer sur l’efficacité personnelle. S’il est très difficile voire quasi impossible de donner des chiffres fiables sur la mesure de l’efficacité et du retour sur investissement de l’introduction d’une technologie, on peut trouver des exemples concrets issus de la vie courante qui prouvent cette efficacité, du moins en termes qualitatifs – mais c’est déjà mieux que rien. En effet, qui peut dire que le mail est un élément d’efficacité ? Ne passez vous pas un temps certainement trop long à trier vos spams, mais aussi les messages inutiles, les e-mails qui auraient mieux fait d’être transformés en appels téléphoniques etc. ?

La réponse à toutes ces questions est certainement positive. Cela veut-il dire que vous pouvez tirer un trait sur le mail et vous en passer (autrement que le no email Friday décidé de grandes entreprises comme Deloitte ou Intel) ? Certainement pas. Voilà donc un exemple vivant d’une application – bien connue celle ci – où la mesure de la performance n’est pas évidente mais où la nécessité fait loi néanmoins. J’ai donc décidé pour aujourd’hui de me concentrer sur le côté positif des choses et de débattre de quelques outils

que je trouve particulièrement utiles dans ma vie d’homme d’affaires, mais aussi de bloggeur, quoique les deux soient souvent liés :

 » je suis un malade d’organisation personnelle. En tant que businessman, je prends l’organisation de mon temps personnel très au sérieux. Pourtant, alors que d’aucuns pourraient croire que le fait d’écrire cet article est une perte de temps, pour moi ce n’est pas le cas. Mais je vais vous l’avouer tout net : j’ai une botte secrète, et bientôt vous comprendrez pourquoi il vous a fallu presque plus de temps pour lire cet article qu’il ne m’en a coûté pour l’écrire. Cela tient-il de la sorcellerie ? Je ne le pense pas. Il s’agit juste de savoir utiliser les technologies de l’information efficacement. Et quand cette technologie est à ce point remarquable, j’avoue même ne pas avoir beaucoup de mérite. Comme l’indiquait le regretté Mark Weiser, chercheur renommé du PARC de Xerox et décédé trop tôt il y a quelques années (voir l’article sur l’informatique omniprésente ici (ubiquitous computing en Anglais), l’écriture est probablement la meilleure technologie qui ait jamais été inventée, car elle fonctionne en tout temps et en tout lieu et surtout, nous nous y sommes tellement habitués qu’elle est quasiment devenue transparente voire naturelle (on ne considère plus par exemple que la pointe BIC est un objet technologique alors que c’est pourtant bien le cas). Mais je pense qu’il y a une autre ‘technologie’ qui est encore plus naturelle car elle ne nécessite même pas la présence d’un outil, si ce n’est votre langue, je veux parler du langage.

Et c’est ce que je fais en ce moment même.

Lire la suite

devenez une bête d’organisation personnelle en 1 clic ! was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec