Frédéric Martinet donne le fouet à la curation (curetage ?)

curation ou curetage ? (image Microsoft)

La semaine dernière, j’ai créé un remou dans la salle de l’espace Microsoft d’Issy les Moulineaux, lors de l’événement organisé par Loïc Le Meur et Cédric Giorgi (qui serait impliqué dans Scoopit) de Seesmic lorsqu’en répondant à une question, je descendai en flammes le concept de « curation » (voir le compte rendu sur le blog de mon compère Hervé Kabla).

Frédéric Martinet nous en remet une belle couche avec son article, encore plus explicite : « la curation c’est de la merde » (sic !). Voici les 2 premiers paragraphes et un lien vers son blog car ici on ne fait pas de « curation » ni même de « curetage », rien que des liens et de la mise en avant du travail des autres :

La curation c’est de la merde par Frédéric Martinet

J’aurais pu écrire m€46€, j’aurais pu être subtil, j’aurais pu essayer d’être plus consensuel mais ce ne doit pas être dans mon « ADN » ;) … Mais finalement en utilisant le mot de Cambronne je reste finalement très soft par rapport au fond de ma pensée.

Curation par-ci, curation par-là. On se demande juste si c’est du nez dont on parle ou bien du fond d’un endroit où finit justement souvent la dite matière.

… à lire sur http://www.actulligence.com/2011/04/08/curation-egal-merde/

Frédéric Martinet donne le fouet à la curation (curetage ?) was last modified: avril 12th, 2011 by Yann Gourvennec

Blogueurs influents : le retour (pas un poisson d’Avril)

On croyait le règne des « blogueursinfluents » sur le déclin. Que nenni. Voici une missive ci-dessous que j’ai reçue dans ma boîte mail il y a peu. A noter que les fôtes d’aurtograffe ne sont pas de moi. Et dire que je continue à m’ennuyer à faire des choses sérieuses alors que je pourrais me la couler douce en écrivant des bêtises ! Précision de taille, ceci n’est PAS un poisson d’Avril…

PS : je rappelle ceux que cela tenterait que bloguer pour de l’argent a un nom (astroturfing => astrosurfing) et que cela est reconnu pour être une mauvaise pratique, voire une pratique à encadrer de façon stricte (voir la charte de la transparence de socialmedia.org et de Media Aces) et que la transparence évidente et directe est requise de par la LOI.

Abandonnez votre job et mettez-vous au blog, ça paie mieux que les cours en université !

Vendez vos articles aux annonceurs entre 30 et 1500 euros

Bonjour,

Vous êtes l’origine d’un blog/webzine, ce qui suit pourrait vous intéresser. Nous sommes spécialistes de la mise en relation entre annonceurs et bloggeurs.

Nous vous permettons de monnayez vos talents de rédacteur en rédigeant des articles sponsorisés (entre 30 Euros et 1 500 Euros par article publié)

Pour participer aux campagnes de nos annonceurs, inscrivez vous (gratuitement) sur http://www.buzzea.com

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse info@buzzea.com ou au 04 69 16 74 13

Si vous souhaitez plus recevoir cet email, cliquez simplement ici.

Cordialement,

L’équipe Buzzea

Responsable de campagne

BUZZEA

5 Avenue Lionel Terray

69330 MEYZIEU France

+33 (0)4 69 16 74 13

http://www.buzzea.com

Blogueurs influents : le retour (pas un poisson d’Avril) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

les médias sociaux expliqués à mon paysan : futur best seller

Lors du salon SIMA (Salon International du Machinisme Agricole) je suis intervenu aux côtés  d‘Etienne Vicariot, Directeur de la communication de John Deere en France. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les agriculteurs sont très connectés et aussi très friands de technologie. Pas seulement de technologie agricole, bien que certaines des machines vues sur le salon étaient proprement hallucinantes, mais aussi de technologies de l’information, que ces hyper connectés (probablement les seuls à l’intérieur de la population des PME/TPE en France) utilisent non seulement pour se désenclaver,mais aussi pour faire du commerce international (beaucoup deviennent des hommes d’affaires, qui investissent à l’étranger), et aussi pour connecter leurs machines qui se servent des connections pour améliorer le rendement ou la précision du travail.

Dans cette vidéo, outre la présentation du livre « les médias sociaux expliqués à mon boss« , nous évoquons les exemples, bons et mauvais, tirés de ce secteur d’activité qui prend tous les jours plus d’importance en ces temps où nourrir la planète (re)devient une préoccupation majeure des nations.

Voir la vidéo sur TV AGRI ici

les médias sociaux expliqués à mon paysan : futur best seller was last modified: mars 31st, 2011 by Yann Gourvennec

un film pour les médias sociaux expliqués à mon boss

alors que le livre s’est déjà vendu à plus de 1200 exemplaires et que les commandes continuent de tomber, voici un film introductif. (ce film est offert par Orange Innovation TV).

un film pour les médias sociaux expliqués à mon boss was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Chat en ligne : la botte secrète de l’e-commerce (start-up du mois)

En matière de CRM, on parle souvent des centres d’appel, de relation multicanal et même plus récemment, et avec plus ou moins de bonheur, du social CRM, mais il est un outil très puissant, et peu connu, voire ignoré de l’e-commerce en France : le click to chat. Un outil pourtant redoutablement efficace. Arrêt sur image avec Maxime Baumard (Twitter @maximebaumard) responsable marketing de iAdvize une start-up nantaise créée par deux anciens de Zlio.com (Julien Hervouet, Jonathan Gueron) et soutenu par l’entrepreneur du Web Jérémie Berrebi.

Aux États-Unis, le click to chat, c’est déjà de l’histoire ancienne. Des sites comme liveperson.net ou des acteurs des portails du e-commerce comme ATG (désormais absorbé par Oracle dont l’appétit ne cesse de grandir), ont déjà peuplé de chat les sites Web de e-commerce locaux. Même dans des domaines assez pointus, un bouton « chat with sales » permet de briser la glace et d’obtenir une réponse à une question de façon immédiate, voire même de se décider très vite de clore un achat. J’en ai fait moi-même l’expérience, en B2B, il y a déjà trois ans, chez l’excellent hébergeur americano norvégien Apptix (http://sharepointsite.net). Mais en France, ce type de solution est encore naissant, beaucoup de e-commerçants faisant encore l’impasse sur ce mode de communication pourtant non intrusif et instantané

Car sur un site Web, rien ne vaut l’aide directe : « 44 % des internautes souhaitent une assistance » insiste Maxime Baumard. Et les taux de satisfaction sont beaucoup plus élevés par chat que par e-mail : « 85 % des internautes sont satisfaits ou très satisfaits du chat contre 50 % via e-mail », ajoute-t-il. Et pour cause ! Le mail est lent et asynchrone. Posez une question compliquée et c’est la frustration assurée. Alors que par chat, la réponse arrive très vite, le mode synchrone est plus adapté au questionnement direct que le mode asynchrone.

Mais ce n’est pas tout, avec le click to chat, « c’est 15 à 20 % des dialogues qui transforment les visiteurs en clients contre seulement 2 % en moyenne » selon le représentant de la société nantaise. Avec de tels retours, qui dépendent tout de même du secteur et de la qualité de l’offre, on peut encore se demander pourquoi si peu de sites marchands l’utilisent. Gageons que cela ne durera pas car si seulement 10% des entreprises sont aujourd’hui équipées, plus de 45%* ont prévu de le faire. (*source Benchmark Group / CCA International / Fevad 2010) .

chiffres en main ! (souce : iadvize sauf avis contraire)

  • 57%* des visiteurs sont prêts à abandonner leurs achats s’ils ne trouvent pas la réponse à leurs questions (* North American Technographics Customer Experience Online Survey, Q4 2009 [US])
  • Les visiteurs qui dialoguent ont un panier moyen 30%* supérieur à la moyenne constatée.
  • 15% à 20% des visiteurs qui dialoguent sont convertis en clients.
  • 44%* des visiteurs déclarent qu’être assisté en direct pendant un achat est la fonctionnalité la plus importante. (* Donnée Forrester Research 2010 – Making Proactive Chat Work)
  • 85%* des visiteurs ayant dialogué se déclarent satisfait à très satisfait, contre 50% pour l’e-mail (*étude Bearing Point – AFRC)
  • Les sociétés qui ont mis en place une solution de Chat constatent une baisse de 10% à 30%* d’appels et d’emails entrants en moins. (*North American Technographics Customer Experience Online Survey, Q4 2009 [US])
  • Un chargé de clientèle gère en moyenne 3* discussions simultanément

Note sur la société : Iadvize a un an d’existence et est une start-up de 6 personnes (5 basées à Nantes et avec un correspondant en Espagne). Ils ont ouvert leurs services en Bêta en janvier 2010, et ont commencé à commercialiser leur offre en avril 2010 seulement. Ils ont aujourd’hui 250 clients dont 75 % de e-commerçants, 10 % d’assureurs et 5 % de banquiers en ligne. Parmi leurs clients ils comptent Fnac.com, Fortuneo et wonderbox.fr. Ils opèrent également en business-to-business avec des sites comme ciel.com pour lequel ils gèrent le chat au côté de Virtuoz qui opère l’agent virtuel. Ils opèrent leur système en SaaS, n’offrent pas de fremium mais ont une offre d’entrée de marché qui commence à 19,90€ par mois.

Chat en ligne : la botte secrète de l’e-commerce (start-up du mois) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec