retour de la bulle marketing : les achats de fans se multiplient

la mantra fondatrice et polémique de @sernovitz

Comme je l’ai décrit dans ma suite d’articles sur les idées reçues du marketing des médias sociaux, on peut acheter l’amour, c’est même le plus vieux métier du monde,  mais celui-ci ne sera pas payé de retour. Les dérives publicitaires dans les médias sociaux font rage, avec des surenchères délirantes sur les achats de fans qui permettent de compenser le fait de n’avoir que peu de choses à dire ou à échanger.

Nous nous approchons donc d’une nouvelle bulle marketing où on annonce des valorisations de « fans » recrutés assez cher à une somme fantaisiste de $136,38  (notez les centimes, c’est pour faire « vrai » !). C’est la classique confusion  entre précision et exactitude. Car quelle est la valeur des « fans » sur Facebook, dont la proportion de fantômes (faux comptes, comptes fantaisistes, multiples comptes créés à l’occasion d’un jeu, et même comptes de personnes décédées etc.) est si importante [1], que ce chiffre ne veut rien dire.

Pire, il y a derrière ce chiffre la vague notion (très vague), et fallacieuse, que 1 fan = x% d’1 vente. Je peux vous assurer – au moins parmi les 200 plus grands comptes américains de socialmedia.org auquel j’appartiens – que je n’ai pas pu vérifier cette affirmation.

Ceci n’est pas nouveau. Nous avons vécu ce genre de folies à la fin des années 90. C’est le retour en masse des vendeurs de soupe, des marketeurs à 4 sous (« get rich quick ») et des chercheurs de ROI immédiat.

Le seul souci, c’est qu’à vouloir placer une valeur immodérée sur ce qui n’en vaut pas la peine, on finit par générer une bulle et à détruire de la valeur, non pas la créer. C’est même la définition d’une bulle. En conséquence, si vous voulez faire des erreurs, allez vite lire Facebook : vous n’avez pas assez de fans ? Achetez-en ! (il est sûr que pour les gros budgets, 9000$ pour 250000 fans ce n’est rien 😉

Affaire à suivre …

[1] voir cette expérience intéressante, même si elle n’est pas très scientifique et non, bien sûr, 83% des comptes ne sont pas faux, mais beaucoup sont inactifs, je vais poursuivre mes investigations sur ce sujet.

retour de la bulle marketing : les achats de fans se multiplient was last modified: juin 9th, 2011 by Yann Gourvennec

comment (bientôt) assurer la traçabilité des concombres espagnols

image source: http://code-a-barres.blogspot.com/

… entre autres choses.

En cherchant dans mes archives, je retrouve ce lien vers TEBALDO, un blog de tendances dont voici la présentation :

« Les blogs stratégiques de Tebaldo permettent de suivre les grandes tendances et usages des nouvelles technologies. Ils sont également de formidables outils de communication et d’organisation temps réel. Certains sont à l’initiative de Tebaldo: papier électroniquerobotique de nouvelle génération, d’autres sont spécialement conçus pour répondre aux objectifs de ses clients ou partenaires, comme celui du Labo BnF. Ils sont utilisés lors d’études ou de développement d’activités, et sont basés sur un planning stratégique d’e-réputation de ses contributeurs et lecteurs. »

A noter en particulier un blog sur les tendances dans la traçabilité http://code-a-barres.blogspot.com/ qui évoque l’utilisation possible de systèmes de type Google Goggles (le génial système de reconnaissance visuelle de Google) pour effectuer la traçabilité directe des produits depuis n’importe quel tablette/smartphone. Un système sur lequel travailleraient déjà des industriels mais qui ne serait pas encore au point, même si l’existence de toutes les briques technologiques permet de prédire aisément que cela sera possible.

Il ne nous restera plus qu’à tracer la logique qui attribue à des concombres espagnols innocents, des problèmes inconnus mais circonscrits à la ville de Lübeck … A quand la bêtise en code barre ?

comment (bientôt) assurer la traçabilité des concombres espagnols was last modified: juin 8th, 2011 by Yann Gourvennec

innovation, études de marché et médias sociaux

Il y a quelques semaines, pour le compte de MV2 Group, je présentai sur le sujet de la veille dans les médias sociaux, de l’innovation et des tendances sur ce secteur, en exprimant le point de vue du client (dans ma capacité professionnelle) et en donnant quelques pistes de travail pour le futur. J’ai même ajouté la bande son (en Anglais, car il s’agissait d’un colloque international) qui permet de mettre en musique les planches de la présentation, somme toute assez visuelle. Durée totale 40 minutes précises, mais il est possible d’aller plus vite si vous êtes pressé, le son étant synchronisé.
[En] Innovation in market research – Global Market research event [gigya width= »425″ height= »355″ src= »http://static.slidesharecdn.com/swf/ssplayer2.swf?doc=innovation-research-110513120651-phpapp01&stripped_title=innovation-research&userName=ygourven » quality= »high » flashvars= »gig_lt=1306913603720&gig_pt=1306913624318&gig_g=1&gig_n=wordpress » wmode= »tranparent » allowfullscreen= »true » ]
View more webinars from Yann Gourvennec
innovation, études de marché et médias sociaux was last modified: juin 7th, 2011 by Yann Gourvennec

Sur Zdnet: « Entreprises : comment trouver sa voie sur les médias sociaux ? »

Grâce à Philippe Leroy, rédacteur en chef de ZDNet France que nous remercions pour son enthousiasme et son concours, le grand journal en ligne des TIC a organisé une superbe interview sur Zdnet sur Entreprises et Médias Sociaux, à laquelle j’ai participé avec Hervé:
Sur Zdnet: « Entreprises : comment trouver sa voie sur les médias sociaux ? » was last modified: juin 1st, 2011 by Yann Gourvennec

communication en ligne : le « divers » Camerounais nous donne une leçon de poésie

note: article écrit à l’origine pour le blog d’Orange Business Services

Au détour d’une visite en Slovaquie [*], où nous rencontrions nos différents responsables Marketing & Communication de la marque Orange, j’ai eu la chance de rencontrer notre représentant du Cameroun (voir le site d’Orange Cameroun ici). En discutant avec lui j’ai remarqué son fond d’écran, une publicité pour affichage en 4 par 3 dans le pays, à fin d’annonce de tarifs spéciaux pour les jeunes Camerounais (voir ci-dessous).

C’est le mot “divers” qui m’a interpelé dans l’affiche ; et lui de m’expliquer qu’il s’agit de l’ensemble des communications en temps réel, principalement écrites, peut-être ce qu’en France on appellerait d’un vilain mot franglais, ni Anglais ni Français, du style “chat en temps réel” ou quelque chose du genre.

Une belle leçon de Français donc en provenance du Cameroun, avec ce superbe mot, qui évoque la diversité de la communication,  mais aussi la diversité, et une jolie dose de créativité linguistique et de poésie.

image

notes :

[*] pour ceux qui chercheraient, il s’agit du pays situé à l’Est de l’Autriche, qui a fait sécession de la Tchéquie – ex Tchécoslovaquie – dont la capitale, aujourd’hui dénommée Bratislava, est l’ancienne Presbourg de ‘l’empire Austro-hongrois

communication en ligne : le « divers » Camerounais nous donne une leçon de poésie was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec