collectivités locales et réseaux sociaux, état des lieux

twitter, Linkedin et les réseaux sociaux pour la FPT (fonction publique territoriale)

la lecture du jour …

Est un article de « lagazette.fr »  (twitter @Lagazettefr), à savoir la gazette des communes, des départements et des régions, qui commente une étude de Voirin Consultants montrant la faible présence des collectivités locales sur les médias sociaux, mais aussi et surtout les progrès à faire en matière d’interactivité sur ces « nouveaux** » médias (assurément un problème non limité aux collectivités locales, et un changement de paradigme pour tous les communicants). Principaux freins annoncés : d’une part la faible importance du recrutement via les médias sociaux (ces derniers n’apporteraient pas de plus value), et d’autre part le manque de pertinence des « opportunités commerciales », une autre motivation majeure de l’utilisation des réseaux sociaux professionnels habituels. Cyber-collectivite.com présente aussi une sélection de réseaux professionnels spécialisés où l’activité (sic) « n’est pas débordante ». Il est vrai qu’il est plus que difficile en 2011 (voire le commentaire en **) de recréer de zéro un réseau professionnel alors que l’heure est à la consolidation entre les géants et à leur mise en bourse (cf. LinkedIn qui se remet plutôt bien du creux de l’été tout compte fait). Pourtant, on n’a pas de mal à imaginer – en dehors des freins cités plus haut – quelques motivations de premier degré autour de la démocratie participative, des enquêtes publiques, de l’interaction avec les citoyens etc. etc. toutes choses qui demandent une forte implication au-delà de la simple « communication ». Pas un sujet facile … mais quel potentiel !

** le terme de Web 2.0 ayant été créé par O’Reilly en 2004, on peut difficilement encore parler de nouveauté, mais il faut bien 10 ans pour qu’une nouvelle vague technologique s’installe universellement alors …

Médias sociaux : les collectivités pas encore mûres pour l’interaction – Lagazette.fr

 

Une enquête réalisée par Voirin consultants auprès d’une soixantaine de collectivités françaises met en évidence un degré de maturité très disparate chez celles qui ont investit les médias sociaux. Plusieurs pistes sont par ailleurs avancées pour expliquer l’absence de plus de la moitié des collectivités des médias sociaux.

 

Facebook, Twitter, Dailymotion, etc. 50% des collectivités interrogées ont déjà intégré les médias sociaux dans leur stratégie de communication externe. Mais ce n’est pas l’unique enseignement de l’enquête réalisée par Voirin Consultant, un cabinet de conseil en management et en technologies digitales à partir d’un panel qui reste limité d’une soixante de collectivités de 10 à 5000 agents.

>>> lire la suite sur … Médias sociaux : les collectivités pas encore mûres pour linteraction – Lagazette.fr.

collectivités locales et réseaux sociaux, état des lieux was last modified: août 29th, 2011 by Yann Gourvennec

Daniel Bô : la « Brand Culture » est un vrai changement de paradigme (2/3)

Image 49Daniel Bô, directeur et fondateur de l’institut Quali-Quanti (institut d’études généraliste-spécialisé dans les médias) et coauteur de l’ouvrage Brand Content (2009, Dunod), nous parle de Brand Culture dans la deuxième de ces 3 interviews à Visionarymarketing. Présentation du Brand Content dans cette première partie, dont voici une transcription synthétique de la vidéo [pour voir les 3 interviews http://bit.ly/danielbo] :

Quelle est la différence entre Brand Culture et Brand Content ?

Il ne s’agit pas de générer de simples contenus isolés, mais de créer un vrai univers culturel qui comprenne :

  • des contenus
  • des produits et services
  • les points de vente
  • de la force de vente
  • de la publicité

Les marques deviennent des agents culturels qui contribuent à notre entité sociale (c’est le concept de « performativité »)

exemple : le restaurant où on se sent bien en phase avec la culture rétro et qui se modernise pour attirer les touristes perdant ainsi sa clientèle traditionnelle.

« En achetant/consommant, on n’adhère pas seulement à une idéologie, mais à des pratiques ».

Est-ce nouveau ?

  • La consommation a toujours été culturelle mais elle l’est plus que jamais ;
  • il y a 30 ans, il y avait une plus grande séparation entre cultures (commerciale, populaire et culture des élites) ;
  • les marques font désormais partie de notre quotidien ;
  • le magasin est le meilleur lieu pour exprimer la Brand culture.

A l’heure de l’affaiblissement des Etats, les puissances qui montent aujourd’hui sont les marques; ce sont les nouveaux acteurs du financement et du développement de la Culture.

ROI de la Brand culture

le ROI n’est pas dans ce cas une question de mesure de l’appréciation d’une marque : la meilleure façon de mesurer son ROI est de faire de la sémiologie (décortiquer le plan de l’univers culturel et l’adhésion à la marque)

la notion de préférence de marque est réductrice.

2ème interview Video de Daniel Bô sur le sujet de la Brand Culture

Daniel Bô : La Brand Culture, un nouveau paradigme

autres lectures

>> poursuivre la lecture sur ce sujet sur le site Offremedia.com

>> le cas “The Kooples”

Daniel Bô : la « Brand Culture » est un vrai changement de paradigme (2/3) was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Lift par les fondateurs de Twitter, futur terrain de compétition du personal branding ?

La lecture du jour …

Minutebuzz nous annonce un nouveau projet « Lift », qui permettrait de se fixer des objectifs et de les partager avec ses amis. Des sites existants comme Quantter permettent déjà ce genre de prouesses. Voilà qui ne va pas aller dans le sens de la discussion que j’avais avec Fadhila Brahimi hier, qui me confiait qu’elle instaurait des « pauses numériques » dans son agenda. Un système que je mets en oeuvre personnellement les weekends et pendant les vacances. D’autres comme Thierry Crouzet ont fait voeu de fermer l’Internet (mais pas le PC!) pendant 6 mois. La notion d’objectifs et de compétition est intéressante, mais elle peut mener aussi à la cyber-dépendance et au cyber-babillage (déjà exacerbé aujourd’hui par des systèmes de notation compulsifs comme Klout qui rendent l’internaute dépendant à son score au point d’inciter certains à poster le plus souvent possible, quoi que ce soit, afin de rester dans le classement !) , à tel point qu’on pourrait en finir par oublier que le numérique est un outil et pas une fin en soi…

Ev Williams et Biz Stone, les deux fondateurs du célèbre site de micro-blogging ont aujourd’hui présenté Lift, leur nouveau projet. Peu de détails ont été révélés sur cette application, qui servirait à « motiver et à libérer son potentiel ». Elle serait la suite du projet jusque là dénommé MibblesGetMibbles.com qui redirige maintenant vers Lift.do. 

lire la suite de cet article sur Minutebuzz

Lift par les fondateurs de Twitter, futur terrain de compétition du personal branding ? was last modified: août 25th, 2011 by Yann Gourvennec

Benoît Raphael dresse un portrait des internautes passifs … et ce n’est pas nouveau

La lecture du jour

Dans cet excellent article de Benoît Raphaël (co-fondateur du post.fr) , une analyse très précise et, disons le franchement, assez déprimante des contributions sur les médias sociaux, de plus en plus passives selon l’analyse par l’auteur du GlobalWebIndex. Ceci étant, que les internautes soient en majorité passifs n’est pas une information neuve (voir par exemple ce slide Forrester de 2007, dont les chiffres sont encore exagérés). On peut, à l’inverse, se concentrer sur la minorité agissante, qui elle apporte un contenu original et de qualité … 

Ce que le déclin des contributions sur Facebook nous dit de l’avenir de l’info

Vous avez peut-être manqué la publication au mois d’août de l’étude GlobalWebIndex : un passionnant ensemble de chiffres et d’analyses qui recense les usages web et mobile dans le monde. Cette année, le rapport (dont vous pouvez consulter et télécharger une synthèse ici) annonce un déclin massif des contributions sur Facebook. Allant même jusqu’à oser émettre un doute sur l’avenir supposé glorieux du réseau social.

Que disent les chiffres relevés par GlobalWebIndex auprès de plus de 100.000 utilisateurs dans le monde ? Que toutes les formes de contributions sur Facebook sont en baisse depuis 2009. Surtout l’envoi de messages et l’installation d’applications (en chute libre). Ce qui est en hausse par contre : l’upload de videos sur son profil, le fait de rejoindre une page de marque, ou celui de créer un groupe.

via Ce que le déclin des contributions sur Facebook nous dit de l’avenir de l’info « La Social Newsroom.

Benoît Raphael dresse un portrait des internautes passifs … et ce n’est pas nouveau was last modified: août 25th, 2011 by Yann Gourvennec