Fabriquer le futur : le retour

imaginer le futur 2èmeLa version 2 du livre d’Eric Seulliet, Laurent Ponthou et Pierre Musso est désormais disponible dans toutes les bonnes librairies. A noter qu’Eric Seulliet viendra nous présenter l’ouvrage lors d’une réunion Miconos qui aura lieu le 16 avril 2007 à Paris. Nous relayons ci-après le texte de la de la 4ème page de couverture :

Fabriquer le futur 2,L’imaginaire au service de l’innovation par Pierre Musso, Laurent Ponthou, Éric Seulliet

Postface de Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes

Comment inventer de nouveaux produits et services que les consommateurs adopteront durablement ? La conception traditionnelle de l’innovation, principalement fondée sur les développements technologiques, a montré ses limites. Face à ce constat, les auteurs proposent d’intégrer à la stratégie d’innovation la notion d’imaginaire.

En effet, explorer l’imaginaire, et notamment celui du consommateur, va permettre de mieux répondre à ses aspirations et d’introduire de nouveaux profils. Aux côtés des ingénieurs et techniciens, on trouvera des co-acteurs en provenance des univers les plus variés. Qu’ils soient utilisateurs, médias, membres d’autres services de l’entreprise ou prestataires, voire concurrents, tous seront impliqués, l’innovation quittant le laboratoire de R&D pour devenir un phénomène transversal et pluridisciplinaire, combinant les fonctions R&D, marketing et design, et sollicitant l’ensemble des partenaires de l’entreprise. Pour certaines entreprises, ce phénomène est déjà réalité. Ainsi IBM, reconstitue les environnements professionnels de ses clients pour anticiper avec eux l’avenir, Décathlon introduit des équipes pluridisciplinaires sur les lieux de vente pour être au plus proche des clients, ou Dassault Systèmes utilise la simulation virtuelle, pour inventer les produits de demain.

Cette nouvelle édition entièrement revue et augmentée, introduit des notions émergentes comme l’éco-conception, l’innovation ascendante, la révolution numérique 3D, la prospective appliquée, l’innovation en mode projet,… et s’appuie sur une centaine d’interviews et témoignages.

« Créer ce qui n’existe pas nécessite d’imaginer le futur (…) Et ceci afin que notre monde, bien réel lui, évolue grâce à des produits meilleurs pour l’homme et meilleurs pour l’environnement. » Bernard Charlès

Pierre Musso est professeur de sciences de l’information et de la communication à l’université Rennes-II.
Avec Laurent Ponthou, ingénieur ENSEEIHT et diplômé de l’ESSEC et Directeur Insight et Expérience Clients du Centre d’Exploration du Groupe France Télécom, ils ont conçu et développé le Studio créatif de France Télécom R&D.
Éric Seulliet, diplômé de HEC, est directeur d’e-Mergences, société de conseil en prospective et innovation (www.e-mergences.net) et président de l’association La F@brique du Futur (www.lafabriquedufutur.org).

 

Avec des témoignages exclusifs

« Fabriquer le futur 2 » a donné lieu à un vaste travail d’enquêtes. Plus de 90 personnes ont été rencontrées, venues d’horizons très divers : experts, consultants, agences de design, agences de communication, universitaires, PME, Grands groupes.

Air Liquide, RATP, SNCF, 3M, Samas, Arc International, Smoby, Butagaz, IFF, Google, IBM, Faurecia, EDF, France Télécom, Décathlon, GE Healthcare, Dassault Systèmes, La Poste, Legrand, Alstom Transport, Siemens, etc.

Michel Maffesoli, Anne-Marie Sargueil, Jean-Jacques Wunenburger, Brigitte Borja de Mozota, Langdon Morris, François Denieul, Elsa Francès, François Laurent, Maryline Passini, Bertille Toledano, Bernard Werber, René Duringer, Raphaële Bidault-Waddington, André Cayol, Sauveur Fernandez, Jean-Pierre Quentin, Monica Fossati, etc.

Fabriquer le futur : le retour was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

Téléphone mobile : les nouveaux usages

Au cours des dernières années, les usages et les fonctions du mobile n’ont cessé de se développer au point d’en faire un compagnon de tous les instants dont 50 milllions de français et des milliards d’individus dans le monde auraient aujourd’hui bien du mal à se passer.

Voici un rapide panorama de toutes les possiblités que nous offre aujourd’hui cet outil dont les performances et les qualités n’ont pas fini de nous surprendre.

Le mobile: outil de communication interpersonnelle

Evidemment, le mobile reste avant tout le média de la communication interpersonnelle. Mais, même dans ce domaine, les habitudes évoluent et, si la voix reste la source de revenu principale des opérateurs (80% de leurs revenus), d’autres modes de communication se généralisent ou apparaissent:

– 70% des possesseurs de mobile ont déjà envoyé des SMS

– 20% des possesseurs de mobiles compatibles ont déjà utilisé des messages photos ou vidéo (MMS)

– On compte déjà 7% d’utilisiteurs de services de messagerie instantanée (IM). Dans la majorité des cas , il s’agit d’une population plutôt jeune.

– les services communautaires (chats, forums, moblogs ) connaissent eux aussi des débuts prommetteurs.

Lire la suite

Téléphone mobile : les nouveaux usages was last modified: mai 11th, 2015 by biger

Les creatifs culturels en France: réalité mesurable ?

Les créatifs culturels sont ils une réalité mesurable ?Ce matin, à l’invitation d’Eric Seulliet, je me trouvais en compagnie de François Laurent et Denis Failly au café Sole, 1 avenue Trudaine, Paris 9ème pour la présentation des résultats de l’enquête française sur les créatifs culturels. Pour ceux qui auraient raté le premier épisode, la piqûre de rappel est disponible ici. La réunion qui avait attiré beaucoup de monde a montré l’intérêt de la presse pour le sujet. En sortant, je suis tombé sur une personne qui courait se rendre à la conférence de presse suite à une annonce à Canal+ ce matin (trop tard pour elle hélas). Les premiers résultats de l’enquête sur les créatifs culturels en France sont livrés ici en vrac ainsi qu’un questionnaire – ou plutôt un Quiz – donné par l’équipe du projet sous forme de clin d’oeil et qui vous permetttra de déterminer si vous êtes un créatif culturel.

Lire la suite

Les creatifs culturels en France: réalité mesurable ? was last modified: février 14th, 2007 by Yann Gourvennec

Cher client…

Cher clientRecommandé par des Influenceurs

Et si le CRM consistait d’abord à s’intéresser vraiment au client, c’est-à-dire à lui porter de l’attention ? C’est en tout cas ce qui ressort des entretiens que nous avons réalisés dans le cadre de la rédaction du livre « Cher client », présenté hier au musée Dapper et téléchargeable sur ce blog et aussi sur le site de l’EBG. Découvrez-en ici les premières lignes…

Pendant longtemps, les entreprises ont fait de la relation client sans le savoir. Plutôt, elles n’étaient pas là pour parler de relation client. Elle étaient là pour fabriquer des produits et rendre des services, le mieux possible. Sous la poussée de divers facteurs, allant du renforcement de la concurrence aux mutations technologiques, les entreprises ont pris conscience de l’importance de la relation client. Au « silence radio » sur le client a succédé l’ère des grands discours en son honneur qui se traduisaient, dans la pratique, par une approche défensive : il s’agissait bien souvent de contenir ses ardeurs en l’enfermant dans un process. Aujourd’hui, nous vivons le dépassement de ces deux phases contradictoires : les entreprises considèrent la relation comme partie intégrante de leur métier. Elle n’est plus une couche ajoutée aux processus de l’entreprise, elle irrigue tous ces processus.

Lire la suite

Cher client… was last modified: mai 11th, 2015 by Jérôme Delacroix

Les bonnes pratiques du E.marketing

Avec le développement d’Internet et des outils de e.marketing,  les entreprises ont désormais accès à des fonctionnalités, des services et des interfaces qui leur permettent de mettre en oeuvre des stratégies marketing et communication  personnalisées et performantes ne nécessitant pas de mobiliser des ressources humaines, techniques et financières trop importantes.

Sur le Web, les entreprises peuvent se battre quasiment « à armes égales »   quelque soient leur taille et leur moyens

Voyons quelques illustrations de cette nouvelle donne:

Le e.commerce  à la place ou en appoint de la distribution traditionnelle :

Pour les petites entreprises qui souhaitent commercialiser leurs produits ou services, Il n’est plus nécessaire aujourd’hui de créer une boutique ou de monter un réseau de distribution pour se lancer dans une activité. Pour s’en persuader, il suffit de se référer à la réussite de lafraise.com décrite dans mon post «e.marketing au secours des PME ». Avec  Internet et plus encore grâce au Web 2.0, créer sa boutique en ligne ou vendre ses produits sur une plateforme spécialisée est à la portée de n’importe qui et les coûts de mise en place et de logistique sont dérisoires.

– Pour des réseaux commerciaux plus développés, Internet et magasins traditionnels peuvent aussi être utilisés en synergie. Les exemples de Nicolas, Fnac ou Darty décrits dans « Internet et réseau de distribution » : l’union fait la force »   ou l’étude du cas très original de « Celio » évoquent différentes stratégies possibles pour mettre en œuvre cette synergie. 

  Internet pour faire de la publicité  » autrement  » 

Internet et le Web 2.0 sont entrain de révolutionner l’univers de la publicité traditionnelle. Chaque jour se développent de nouvelles pratiques, de nouvelles formes de communication qui ouvrent de nouvelles opportunités aux annonceurs.

Citons en quelques exemples :

 l’advergaming (exemple d’ Orangina)

 le marketing du « sur mesure »

le marketing participatif

le placement produit

 Enfin, si la communication a la chance de pouvoir déclencher un phénomène de buzz, l’effet « notoriété » est garanti pour un coût minimum.  

 Internet pour se rapprocher de ses clients

Aujourd’hui grâce à Internet,  toutes les entreprises y compris celles qui ne disposent que de  moyens réduits peuvent instaurer avec leur clientèle une relation personnalisée  et rester durablement en contact avec elle.

Un blog ou un site de marque,  un espace de dialogue, un forum, une rubrique contact, un questionnaire sont des supports parfaitement adaptés et peu coûteux pour une démarche « orientée client » (cf. mon post « n’oubliez pas le client ») .  

Le e.marketing est riche de promesses pour les entreprises mais combien d’entre elles sont prêtes aujourd’hui à tenter l’expérience  ?

Quelques grandes marques ou quelques petits entrepreneurs audacieux se sont lancés dans l’aventure mais beaucoup restent encore en retrait  par manque d’information sur les résultats possibles, par ignorance ou par crainte des moyens à mettre en œuvre.

Il reste donc aux promoteurs de toutes ces nouvelles technologies et aux agences conseil qui suivent ces sujets à jouer leur rôle « d’évangélisation » pour expliquer et démontrer aux entreprises les avantages du e.marketing.

C’est un peu le rôle de ce blog non ? 

Pour en savoir plus, lire « comment adapter l’e.business au PME »  

technorati tags: e marketing publicite e commerce lafraise.com

Les bonnes pratiques du E.marketing was last modified: février 4th, 2007 by biger