J’ai trouvé mon chemin sur les autoroutes de l’information – nos voeux pour 2017

Peu d’entre vous ont sans doute connu les autoroutes de l’information. Moi oui, c’est là que j’ai trouvé mon chemin.

Des autoroutes de l’information à Visionary Marketing

D’un point de vue business, 2016 a été une année très remplie c’est le moins qu’on puisse dire. En fait, les dernières années ont toutes été bien occupées. Il y a trois ans jour pour jour, je travaillais sur mon ordinateur et sur mon blog pour préparer le lancement de ma nouvelle entreprise. Nouvelle n’est pas le terme qui convient. Visionary Marketing was created in 1995. C’est ma frustration de voir combien les managers de mon entreprise étaient victimes de downsizing sans tenir compte de leurs compétences qui a servi d’aiguillon à la création de ce site. J’ai donc utilisé ce nouvel outil qu’on appelait l’Internet (à cette époque-là on parlait des autoroutes de l’information) pour mieux promouvoir mes compétences.

La version 1997 de Visionary Marketing, alors partie intégrante des autoroutes de l'information (l'image vous est offerte par le superbe site archive.org)
La version 1997 de Visionary Marketing, alors partie intégrante des autoroutes de l’information (l’image vous est offerte par le superbe site archive.org)

Alors j’ai essayé de mettre mon CV en ligne et je me suis rendu compte rapidement que rien de bon n’en sortirait. J’ai opéré un changement radical, afin de transformer son contenu et son thème et coller à un rapport de 100 pages intitulé Visionary Marketing en anglais. Six mois plus tard, j’ai acheté le nom de domaine et je le rattachai au site Web.

autoroutes de l'information
L’équipe de Visionary Marketing vous souhaite un joyeux Noël et une bonne année.

Le site a bien changé d’hébergement quelques fois mais il a toujours été là pour accompagner mon activité. Je l’ai utilisé pour ma recherche marketing, pour réseauter et évangéliser. Finalement, je n’ai plus jamais eu à chercher un job. Des gens ont commencé à m’appeler. Je n’ai jamais été licencié d’Unisys. En fait, c’est même l’inverse qui s’est passé. J’ai démissionné 2 fois. Une fois pour quitter la France Et revenir en Grande-Bretagne. Mais on ne m’a pas laissé faire et on m’a donné un package d’expatrié à la place alors même qu’on me disait que c’était impossible. Le site Web me rendit visible et désirable. J’ai continué donc à le mettre à jour. Et j’ai démissionné une deuxième fois pour rejoindre Capgemini pour qui j’ai travaillé au Liban en Chine et en France.

J’ai donc continué à mettre à jour mon site. Et ce site m’a permis d’obtenir un nouveau poste en dehors de Capgemini quand j’ai rejoint Orange (France Télécom comme on l’appelait à l’époque). C’est le site Web qui m’a obtenu ce job et je n’ai plus jamais cessé de le mettre à jour. En 2004 un collègue d’Orange m’a conseillé de quitter les sites et de passer au blog. Je n’ai pas supprimé le site mais j’ai ajouté des blogs, celui-ci entre autres, en plus du site Web. J’ai eu du flair d’agir ainsi et de ne pas supprimer le site, s’appeler « Visionary Marketing » crée des obligations en matière de choix technologiques.

Lire la suite

J’ai trouvé mon chemin sur les autoroutes de l’information – nos voeux pour 2017 was last modified: décembre 24th, 2016 by Yann Gourvennec

Moteur de recherche : Internet redevient humain

Il y a quelques mois, Michael Kohen, co-fondateur du « moteur de recherche humain » Askwonder a visité nos locaux à Paris. Il a débattu avec Yann Gourvennec de l’évolution de la recherche sur Internet. Est-elle plus efficace aujourd’hui, ou lorsque l’homme intervenait ? Aujourd’hui, pour n’importe quelle question, on se tourne vers notre moteur de recherche préféré, Google, qui a la réponse à tout. Est-ce vraiment la solution la plus pratique lorsque l’on est chef d’entreprise et que l’on a pas vraiment le temps de regarder tous les résultats de recherche ? Nous vous présentons aujourd’hui un concept qui a retenu notre attention, le moteur de recherche humain. 

Retour au moteur de recherche humain

moteur de recherche humainAvant le Web, le savoir et l’information se trouvaient dans les bibliothèques physiques. On marchait dans les différents rayons, on s’arrêtait pour consulter les titres des livres, chercher des auteurs, consulter les index et tourner les pages à la recherche de l’information précieuse qui nous manque…
 Maintenant que tout  est disponible en ligne, l’aide et le suivi de la bibliothécaire a disparu petit à petit, et l’on est désormais seul face à son ordinateur, les allées de la bibliothèques ont été remplacées par une simple barre de recherche et l’on scroll désormais les pages de contenus comme on feuilletait autrefois les pavés.
Le concept apporté par Michael Kohen, et c’est ce qui a retenu notre attention, est d’utiliser le digital tout en y réintroduisant l’élément humain, qui est importantissime dans toute recherche. Combiner les deux approches, à la fois la puissance de calcul illimitée des machines et l’itelligence humaines que la meilleure des IA ne peut égaler, semble, au moins en théorie, le meilleur des deux mondes.
Moteur de recherche : Internet redevient humain was last modified: septembre 19th, 2016 by Mia Tawile

Retraites : Agirc Arrco dope sa relation « clients » au digital

simulation retraires

Le 19 mai je me suis rendu à une soirée organisée par Agirc Arrco, l’organisme en charge de nos retraites. Attiré par le nom de l’entreprise – que j’ai appris à mieux connaître sur place – dont je suis affilié à double titre, celui de cotisant et celui de chef d’entreprise, je connaissais Agirc Arrco pour avoir vu des papiers de temps en temps qui m’annonçaient et me promettaient une retraite dont l’arrivée me paraissait aussi hypothétique qu’annonciatrice de lendemains qui déchantent. Je dois avouer que j’ai été agréablement surpris par l’accueil de nos hôtes et surtout cette volonté de nous convaincre que nous étions des « clients » et non de simples cotisants et que notre partie du gâteau pourrait bien arriver plus vite qu’on pense et plus grosse que prévu. Voilà une bonne nouvelle qu’il me fallait résumer en ces quelques lignes que voici et qui redonneront du baume au coeur, je l’espère, à tous ces cadres qui ont cotisé pendant des années pour payer la grasse retraite de leurs aînés et qui n’attendaient plus rien d’un système qu’on disait en faillite. Place à mon entretien exclusif avec François Xavier Selleret, Directeur Général d’ Agirc Arrco.

Agirc Arrco paie vos retraites

Qu’est-ce qu’Agirc Arrco ? Tout simplement l’organisme paritaire (c’est-à-dire géré conjointement par le patronat et les syndicats) « qui gère la retraite complémentaire de 30 millions de Français » nous a expliqué François Xavier Selleret. Ces 30 millions de Français pouvant être répartis entre 18 millions d’actifs et 12 millions de retraités. C’est donc Agirc Arcco ( en soit le rapprochement de deux organismes différents qui bientôt changeront de nom pour n’en plus faire qu’un) qui est chargé de verser les retraites de toutes ces personnes. Et donc probablement les nôtres d’ici un certain temps. Or chest bien là que le bât blesse, car la plupart des influenceurs qui étaient invités autour de la table, n’avait pas l’air de croire qu’ils auraient jamais une retraite. D’aucuns, parce qu’il ne souhaitait pas et voulaient « travailler jusque la mort », d’autres, dont je faisais partie, car il pensaient jamais ne pouvoir en toucher.

En outre, les rumeurs vont bon train sur la soi-disant « faillite » des retraites. François-Xavier Selleret a tenu absolument à nous rassurer sur ce point : « on a dit cela effectivement il y a un certain temps, mais depuis le 30 octobre 2015, les partenaires sociaux se sont mis d’accord pour assurer la pérennité des retraites ». On est bien obligé de le croire, mais cela semble plutôt une bonne nouvelle pour tous ceux qui comme moi cotisent depuis plus de 30 ans et qui aimeraient bien pouvoir en toucher un bénéfice un jour ou l’autre. Mais ce n’est pas tout, car pour pouvoir rassurer la population sur sa capacité les retraites, François-Xavier Selleret nous informe qu’un fonds spécial de 60 milliards d’euros a été mis de côté par l’organisme paritaire. Qu’est-ce que cela veut dire ? Si j’en crois le directeur général d’Agirc, il s’agit d’une réserve monétaire qui permet de payer les retraites des Français pendant un an, même au cas où plus personne ne travaillerait et où les cotisations seraient tombées à zéro. On se doute bien qu’il s’agit d’un cas extrême dont la probabilité est quasi nulle.

retraites -simulation

Le simulateur est assez simple et efficace. Il faut juste le trouver ce qui n’est pas encore très aisé. Pour vous y aider, voici le lien : https://services.agirc-arrco.fr/accueil 

Ce que j’ai trouvé de plus intéressant dans l’approche d’Agirc, c’est surtout cette démarche de renouer avec ses « clients ». Le mot n’est pas anodin. Il me fait penser à cette période que j’ai connue, où Michel Bon officiait à la tête de France Télécom. Un patron d’une grande valeur que j’ai beaucoup apprécié, mais qui a malheureusement toujours eu des problèmes avec la finance. Son mérite, chez l’opérateur historique était d’avoir amené cette notion de client (et non d’usager), ce qui a permis au France Telecom d’hier de devenir l’Orange de demain. La démarche de François-Xavier Selleret est similaire, même si elle va encore plus loin, en considérant les cotisants et retraités, qui stricto sensu n’en sont pas, comme des clients. Ceci implique le sens du service et un devoir d’information envers ces fameux « clients ».

Lire la suite

Retraites : Agirc Arrco dope sa relation « clients » au digital was last modified: juin 9th, 2016 by Yann Gourvennec

5 révolutions des télécoms et de la communication unifiée

Les télécoms sont en pleine ébullition, et le marché évolue tous azimuts. Nous assistons en effet à l’aboutissement de concepts que j’ai vu naître à la fin des années 90 quand j’ai rejoint ce secteur. On y parlait déjà à l’époque des communications unifiées : c’est-à-dire la possibilité de rassembler toutes les communications au travers de divers canaux (téléphone-mobile-ordinateur, pager à l’époque etc.) et d’unifier les messages. Mais c’était bien trop tôt à l’époque. Il fallait attendre en effet que les utilisateurs évoluent dans leurs comportements et qu’ils se soient habitués complètement aux nouveaux outils qu’étaient Internet et le mobile. Le Smartphone, né quelques années plus tard (les premiers PDA connectés Qtek sont arrivés sur le marché en 2002) et réinventé par Apple en 2007 ont permis de faire adhérer les utilisateurs à ce principe de convergence, car ces appareils alliaient déjà Internet et téléphonie, et tout cela en mobilité. 15 ans plus tard, le concept mûrit et les télécoms vivent une véritable révolution. Dans cette interview, Erwan Salmon (photo), directeur général d’Avaya France, nous décrit les 5 révolutions des télécoms autour de la convergence.

Première tendance des télécoms : l’entreprise devient mobile 

télécoms

Ce critère a une importance croissante, variable en fonction du type d’entreprise et de sa localisation. Si l’on prend les forces commerciales ou même les fonctions support (qui sont proches du client), on s’aperçoit qu’elles sont équipées en mobilité. Les estimations se situent entre 60  à 80% des employés ayant ce type de profil, et qui aujourd’hui basculent de façon massive dans la mobilité. Il y a cependant encore un grand décalage avec les pays du nord de l’Europe et les Etats-Unis et on s’aperçoit que malheureusement l’Europe du Sud (dont la France fait partie dans la terminologie anglo-saxonne, NDLR) est moins propice au changement que les pays anglo-saxons. C’est culturel, et il y a toujours un petit décalage de quelques années (environ 4 ou 5 ans) entre la France et les pays anglo-saxons.

Ce monde qui devient mobile induit une transformation des comportements, car les applications que vous aviez avant sur votre poste de travail se retrouvent sur votre Smartphone, votre tablette et de ce fait les entreprises doivent réadapter la façon de développer leur logiciel et d’organiser le travailler, puisque cela a de fortes répercussions en termes de sécurité, de mobilité et d’ergonomie (vous n’avez pas le même espace sur un smartphone que sur un PC).

télécoms
Télécoms : cela a pris près de 20 ans, le mobile aura bientôt eu raison des bons vieux téléphones

Deuxième tendance des télécoms : le bon vieux téléphone en voie d’extinction

On s’aperçoit qu’il y a une lente érosion des ventes de téléphone. On se pose désormais la question de l’utilité puisque la plus part des employés sont équipés de smartphones et utilisent leur PC comme terminal de communication, avec des logiciels de communication aux fonctionnalités avancées. Il y a des réflexions profondes à avoir sur l’utilité du téléphone : il y a encore des personnes qui utilisent le téléphone, mais les nouvelles générations ne seront pas beaucoup perturbées sans téléphone. C’est un changement qu’on voit au niveau mondial : la vente de téléphone hardware est en diminution constante depuis quelques années. La répartition de notre chiffre d’affaire dans ce segment a baissé puisque nous faisions en 2010, près de 50% de chiffre d’affaires en hardware, contre 28% en 2015. Il y a un basculement important de la partie logiciel au détriment de la partie hardware : cela provient du fait que nos solutions aujourd’hui sont complètement virtualisées.

« Nous faisons 28% de notre CA en Hardware en 2015, contre 50% en 2010 »

Erwan Salmon Lire la suite

5 révolutions des télécoms et de la communication unifiée was last modified: mars 3rd, 2016 by Yann Gourvennec

Innovation : quatre secrets du succès de la Silicon Valley

Berceau des géants du net, véritable mine d’innovation, centre névralgique des nouvelles technologies, la Silicon Valley est une source de fascination pour nombre d’entreprises qui rêvent de découvrir les secrets de cette réussite. C’est le but du livre écrit par Guillaume Villon de Benveniste, intitulé Les secrets des entreprises de la silicon valley : innover pour devenir leader et paru aux éditions Eyrolles.

On entend beaucoup parler de la Silicon Valley, comment peut-on la décrire ?

On peut la définir comme l’épicentre mondial de l’innovation. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a 120 ans, la Silicon Valley était à Paris, ici dans le neuvième arrondissement. On imaginait à l’époque que depuis l’Avenue de l’Opéra, qui était très large, on pourrait y faire décoller des avions !

Silicon Valley
Quels sont les secrets pour que les efforts d’innovation réalisés par les entreprises portent leurs fruits ?

Nous allons parler des entrepreneurs de la Silicon Valley. As-tu fait un choix parmi ces entrepreneurs ? Est-ce la bio-Tech ? La Hi-Tech informatique ?

Je n’ai pas de choix particulier, mais je me suis beaucoup inspiré d’Apple, car cette entreprise a réalisé une performance sans égale en matière d’innovation, sur la dernière décennie. Je me suis également inspiré de la façon d’innover dans la Silicon Valley. On pourrait en apprendre beaucoup en France. L’objectif est d’expliquer ce que les gens font dans la Silicon Valley, et la façon dont ils réussissent l’innovation là où nous avons peut-être quelques difficultés.

Quels sont ces secrets ?

Il y en a quartre :

Le premier secret, qui nous concerne, je pense, nous Français, est de se convaincre que le vecteur de compétitivité majeur, c’est l’innovation. Je dis cela car si l’on se penche sur nos 30 dernières années France, les coûts sont rationnalisés, vont dans les pays émergeants, vers les fusions et acquisitions etc. Dans la Silicon Valley, on s’aperçoit qu’il y a une foi dans l’innovation, pas juste parce que l’on trouve que c’est sympa d’innover, mais car il y a une compréhension de sa fonction économique et de son apport en compétitivité.

Le deuxième secret est de donner un sens à ce qu’est l’innovation. Il y a différentes façon de donner un sens, et l’écueil qui est le nôtre en France est, de mon point de vue, que l’on est capable de faire de nouvelles choses que personne n’achète. On fait ce que j’appelle de l’invention, sans avoir cette culture commerciale. Dans un processus d’innovation la première question est : « qu’est-ce qui va déclencher l’acte d’achat ? ». C’est quelque chose que l’on a moins l’habitude de faire en France. Les entreprises de la Silicon Valley sont moins focalisées sur la technologie et plus sur ce qui fait qu’un client va acheter.

Lire la suite

Innovation : quatre secrets du succès de la Silicon Valley was last modified: janvier 25th, 2016 by Cédric Jeanblanc