E-réputation : un véritable impact dans notre quotidien

L’e-réputation est un sujet au centre de toutes les attentions, c’est pourquoi j’ai déjà abordé ce sujet qui m’intéresse dans un précédent article orienté sur le rôle de l’e-réputation pour les entreprises, que vous pouvez retrouver ici. Mais dans cet article, nous allons parler de l’impact de l’e-réputation sur notre vie privée, car nous sommes désormais face à un phénomène important où les personnes exposent de plus en plus leur vie privée sur internet. Pour comprendre cet axe de l’e-réputation, j’ai rencontré Jean-Marc Goachet et sa fille Analie. Ensemble, ils ont écrit une chronique nommée « Reconstruction numérique » publiée aux éditions Kawa, dans le livre « Chroniques de l’intimité connectée – Les mardis du Luxembourg ». Il était très intéressant pour moi de rencontrer ce père et sa fille, car ce sujet créer un véritable débat entre deux générations. Ainsi, j’ai pu observé deux visions différentes d’e-réputation.

 

Qu’est-ce que l’e-réputation au quotidien ?

e-réputation
Aujourd’hui notre vie personnelle n’est plus autant privée qu’auparavant.

L’e-réputation fait entièrement partie de notre vie, elle forme notre identité numérique. Et aujourd’hui, cette identité numérique a véritablement un impact sur notre quotidien, l’e-réputation touche une part importante de personnes dans le monde, le nombre d’internautes étant de 3,2 milliards en 2015. Ainsi, chaque individu construit au fur et à mesure son identité numérique sur la toile grâce à sa présence sur celle-ci. Chaque photo, tweet, post, commentaire que nous publions sur les réseaux sociaux comme sur Facebook, Instagram, Twitter ou même sur les blogs permettent de nous identifier. Cela a donc un véritable impact sur notre vie privée que certaines personnes ne contrôlent pas. Les internautes ne sont pas tous conscients, ils se savent pas que leurs actes sur la toile engendrent la création de leur propre e-réputation qui peut leur jouer des tours. C’est pourquoi, nous devons être en permanence attentifs et réfléchir avant de liker, publier des choses sur le web, car cela est irrévocable.

Lien fort entre réputation et e-réputation

Il faut savoir que lorsque l’on parle d’e-réputation, avant de parler de réputation en ligne, on parle tout d’abord de réputation (réelle). Et dans notre société, la réputation est quelque chose d’important. Il faut être honnête, elle permet d’orienter les divers choix opérées par les individus, car ceux-ci sont attentifs à l’image qu’ils renvoient. Ils souhaitent contrôler la manière dont ils sont perçus par autrui. Le but étant d’avoir des opinions favorables sur notre propre personne. Lire la suite

E-réputation : un véritable impact dans notre quotidien was last modified: décembre 9th, 2016 by Claire Sorel

La communication mise en examen par Thierry Wellhoff

Le lundi 12 septembre, j’ai découvert en avant première le livre « Le procès de la communication : accusée levez-vous ! » écrit par Thierry Wellhoff publié aux Belles Lettres. Thierry est un expert en communication et en relations publiques, ainsi que CEO de Wellcom. C’est pourquoi, fort de son expérience dans la communication, il a décidé d’écrire un livre dans le but de répondre aux accusations auxquelles celle-ci est victime. En effet, la communication est généralement considérée (à tord ?) comme « polluante, superficielle et manipulatrice ». Pourtant, la communication est essentielle tant dans le monde professionnel que personnel : c’est ce que nous allons voir dans cet article. 

Brèves définitions de communication

Mais au fait, qu’est-ce que la communication ? La communication est essentielle dans notre vie personnelle comme professionnelle. Celle-ci est constamment dans notre quotidien sous différentes formes. Dès que nous parlons de communication, divers sens nous viennent à l’idée. C’est pourquoi je vous propose de revoir différentes définitions de la communication :

  • La communication peut être verbale, elle représente le fait de communiquer avec autrui en ayant un échange verbal avec cette personne.
  • Elle est également non-verbale, elle a alors lieu grâce à notre gestuelle, notre attitude.
  • La communication peut être interne, celle-ci se produit au sein d’une entreprise. Les salariés sont au coeur de cette communication. Elle permet de mobiliser les équipes en assurant une qualité et une cohérence des échanges au coeur des sociétés.
La com' ne se résume pas à un seul type de communication : il difficile de critiquer un sujet aussi protéiforme sans avoir de bon arguments...
La com’ ne se résume pas à un seul type de communication : il difficile de critiquer un sujet aussi protéiforme sans avoir de bon arguments…
  • A l’inverse, elle est peut être aussi externe. Cette variante est l’ensemble des formes de communication produites par une organisation et destinées à une cible externe. La communication externe d’une entreprise est fondamentale pour son image.
  • La communication se fait également sous la forme virtuelle par le biais des textos, des mails, des réseaux sociaux et d’internet.
  • La communication publique est aussi une autre forme de communication. Celle-ci a lieu pour servir l’intérêt général. Ainsi, les pouvoirs et services publics communiquent afin d’améliorer la connaissance civique tout en garantissant un débat politique. Attention, cette forme ne doit pas être confondue avec la communication politique.
  • La communication politique est comme le nom l’indique spécifique aux affairespolitiques. Celle-ci a souvent lieu lors des campagnes électorales afin d’engendrer le soutien de l’opinion publique.
  • Il existe également. la communication institutionnelle. Cette forme vise à promouvoir l’image d’une institution pour ses administrés, partenaires ou encore clients.

Lire la suite

La communication mise en examen par Thierry Wellhoff was last modified: octobre 4th, 2016 by Claire Sorel
Social Media Listening : du bruit au signal (exclu #FlashTweet)

Social Media Listening : du bruit au signal (exclu #FlashTweet)

Social Media ListeningAprès un temps d’adaptation, beaucoup d’entreprises sont désormais très présentes sur les médias sociaux. Profitant du phénomène, celles-ci utilisent les médias sociaux pour réaliser des études. Ces études sont en réalité incomplètes et leurs résultats nous transmettent bien trop souvent une vision biaisée de la réalité. C’est pourquoi, un nouveau livre blanc intitulé « du bruit au signal, manifeste pour une refondation des études sur les médias sociaux » est aujourd’hui publié gratuitement sur internet et en version papier aux éditions Kawa. Ce document d’une cinquantaine de pages portant sur le Social Media Listening a été rédigé par Rozenn Nardin et Yann Gourvennec. Au-delà du travail de fond des auteurs principaux, le livre a été agrémenté de témoignages d’experts marketing faisant autorité sur ce secteur. Sa préface est quant à elle rédigée par Emmanuelle Leneuf, fondatrice de @FlashTweet, une revue de presse marketing sur Twitter.

Vous pouvez désormais écouter le podcast du rendez-vous « 5 minutes pour comprendre » de la webradio Saooti portant sur le Social Media Listening. Yann Gourvennec a en effet était interviewé par Laurène Le Fourner sur cette thématique (également en haut de cet article)

bouton social media listening

Nous avons invité les principaux blogueurs marketing à donner leur avis sur ce livre blanc, sur leurs blogs respectifs :

> Article de Hervé Kabla, du blog Kablages

> Article de Camille Jourdain, du blog Camille Jourdain

> Article de Frédéric Canevet, du blog Conseil Marketing

> Article de Bruno Fridlansky, du blog Consonaute

> Article de Stéphane Truphème, du blog Stéphane Truphème

Article de Bertrand Duperrin, du blog Bloc-Notes de Bertrand Duperrin

> Article d’Olivier Cimelière, du blog du Communicant 2-0

Lire la suite

Social Media Listening : du bruit au signal (exclu #FlashTweet) was last modified: septembre 13th, 2016 by Claire Sorel

LinkedIn CV du monde règne sans partage

Qui n’a jamais vu un « expert des réseaux sociaux » avec 10 contacts LinkedIn ? Qui n’a jamais vu au contraire un Stakhanoviste des réseaux sociaux afficher fièrement son nombre de contacts professionnels dans son titre ? Qui ne s’est jamais fait « spammer » par un vendeur agressif ? Malgré sa popularité, sa simplicité de fonctionnement et ses 400 millions d’utilisateurs, LinkedIn est difficile à maîtriser parfaitement, et il est nécessaire d’apprendre cet outil qui est bien plus compliqué qu’on ne pourrait le penser, avant de se décrédibiliser en adoptant les mauvais réflexes.  Joëlle Walraevens, auteure de Linkedin, guide pratique, nous présente sa vision de cet outil indispensable dans le mode professionnel.

Google comme outil de… recrutement

Le moteur de recherche de Mountain View permet au recruteur de trouver bien des choses : Pour cela, et afin d’éviter de devoir trier dans des masses conséquentes de résultats inutiles, il est fortement recommandé de faire des recherches avancées en utilisant les fameux champs booléens, comme nous vous le conseillions dans un article paru il y a peu sur notre blog. Selon Joëlle Walraevens, « ces recherches spécifiques combinées avec Linkedin et Viadeo m’ont permis d’ouvrir des portes que je n’aurais pas ouvertes autrement ».

Faut-il enterrer Viadeo ?

Le problème de Viadeo est qu’il n’évolue pas forcément dans le bon sens. Récemment, ce réseau professionnel de 65 millions de membres a vendu la Chine pour se recentrer sur la France. « Etant en difficulté, il tente d’innover, mais d’un point de vue stratégique, on voit que de plus en plus d’entreprises arrêtent d’investir dans Viadeo et se recentrent sur Linkedin, Twitter et Facebook, qui sont les trois grands réseaux sociaux qui avancent » précise Joëlle. C’est le même constat que nous avions fait il y a un an de cela, lorsque nous expliquions le déclin de Viadeo au travers de la loi de Zipf.

Linkedin : un média social qui innove et investit

A l’inverse, Linkedin grandit par croissance externe en rachetant des entreprises qui apportent une réelle valeur ajoutée en termes de service. Cela a commencé par mspoke, puis ChoiceVendor, SlideShare, Job Matching Pulse, Connectifier, Lynda

Linkedin évolue, se professionnalise ajoute des services, et rachète ses concurrents en se posant toujours la question « qu’est-ce que je peux apporter de plus à mes clients ? ». Une machinerie bien huilée pour conforter sa position de leader sur ce marché.

Et LinkedIn ne se contente pas de ce marché, comme le montre la récente acquisition de Lynda. Même si le e-Learning a certainement un avenir radieux, « il y a quand même encore ce besoin de contact humain, que j’ai vu moi-même lors de mes interventions» nuance Joëlle. « En revanche, c’est un bon moyen d’avoir des complémentarités comme on l’a dans les Moocs ». Lire la suite

LinkedIn CV du monde règne sans partage was last modified: avril 13th, 2016 by Cédric Jeanblanc

Changer de vie professionnelle : pourquoi pas vous ?

vie professionnelleChanger de vie professionnelle, et de vie personnelle aussi comme on le verra plus tard, est un sujet dont je suis plus que largement autorisé à parler. Je l’ai fait moi aussi. A un moment où beaucoup de collègues autour de moi songeaient au – ou partaient en – TPS (alias « Temps Partiel Senior ») j’ai échappé à cette petite mort en créant mon entrepriseOui, vous avez bien lu, je pouvais attendre peinard pendant à peine 2 ou 3 ans et partir en retraite. J’ai rejeté tout cela et me suis lancé dans l’entrepreneuriat, j’ai repris mon sac à dos et je suis parti sur les routes (les lignes de métro dans mon cas) pour rendre visite à des clients et monter le rêve de ma vie, après plus de 20 ans d’atermoiement.

 

Ce rêve, beaucoup le font, épuisés par la politique interne, ou motivés par le désir d’autonomie et de créer ou même les deux. Beaucoup le font mais tous ne passent pas le pas car le chemin n’est pas aussi simple qu’il paraît. Pour ma part, ce changement je le dois à deux personnes en particulier : un confrère de SITA (les télécoms pour le secteur aérien, pas le SITA des poubelles – qui au passage auraient bien besoin de conseil sur la gestion des noms de domaines et des redirections http) et Mireille Garolla. En fait c’est ce collègue qui m’a conseillé d’aller voir Mireille. A un moment où tout le monde veut vous faire croire que parce que vous êtes vieux vous êtes foutu, j’ai pris conscience au contraire du fait que c’était la bonne période pour lancer mon entreprise : à 50 ans passés, on est encore jeune, 30 ans au moins, de vie s’offrent à vous. Et les 30 ans d’expérience accumulées et la largeur du réseau construit au cours de ces années est un atout incroyable.

Il ne faut cependant pas surestimer ses forces, se croire invincible. Entreprendre (ou changer de vie ou devenir free-lance car tout le monde n’a pas envie ni les capacités d’être entrepreneur) est un boulot à plein temps. D’abord il faut prendre conscience de ses forces (et de ses faiblesses), ne pas surestimer son réseau (c’est un atout mais un réseau doit vivre car sinon il vieillira avec vous) et surtout travailler sans relâche : pour cela partez de zéro comme au première jour et considérez que rien – absolument rien – n’est acquis. Par un effet miroir vous vous rendrez ainsi compte que si rien n’est acquis, rien n’est non plus jamais perdu, qu’il faut garder la tête froide et croire en sa bonne étoile. Oui, changer de vie possible et ne vous méprenez pas, changer de vie professionnelle est un changement de vie personnelle également. Mes deux premières années se sont passées sans week-end mais c’est un prix qu’il fallait payer pour bâtir une entreprise et une clientèle. Pour le reste je vous laisse voir avec Mireille. Mireille Garolla est la directrice du Groupe 3C, cabinet de gestion du capital humain, et auteure du livre « Changer de vie professionnelle : c’est possible en milieu de carrière« .

Changer de vie professionnelle, revient-il à changer de vie tout court ?

Effectivement, il s’agit de changer de vie professionnelle, mais il s’agit également de se poser la question de savoir qui l’on est et où l’on souhaite aller. Cela aide à accélérer drastiquement sa transition professionnelle.

Parfois, l'herbe est plus verte dans le pré d'à côté et il n'est jamais trop tard pour franchir la clôture...
Parfois, l’herbe est plus verte dans le pré d’à côté et il n’est jamais trop tard pour sortir de chemin et tracer une nouvelle route

Y a t-il une recette pour changer de vie professionnelle ?

Il n’y a surtout pas de recette ! Il ne faut pas appliquer des principes préconçus que l’on trouve un peu partout, notamment sur internet.

Dans ce panel de solutions, il y a les médias sociaux. Peuvent-ils nous aider à changer de vie ?

Les médias sociaux sont une formidable opportunité pour nous aider à changer de vie. Dans ce changement, on passe d’un écosystème que l’on connaît à un autre que l’on ne connaît pas. Et pour cela, les médias sociaux ont un double rôle :

  • Être un observateur silencieux dans un milieu que l’on ne connaît pas. Des communautés issues de ces écosystèmes actifs sur LinkedIn, Twitter ou Facebook nous donnent des clés et l’on peut se rendre compte des règles de fonctionnement d’un écosystème, des personnes qui interviennent et de l’intérêt que cela génère pour soi-même ;
  • Développer son réseau : avant 2007, on disait qu’il était possible de contacter n’importe qui dans le monde en 7 contacts. Les médias sociaux ont permis une diminution de ce nombre : on peut aujourd’hui rencontrer la personne que l’on souhaite en un ou deux contacts. C’est une question de ciblage, mais aussi de capacité à se présenter aux autres.

Lire la suite

Changer de vie professionnelle : pourquoi pas vous ? was last modified: avril 5th, 2016 by Yann Gourvennec