Yesbycash révolutionne le paiement en ligne avec du cash !

€-largeTSI est le nouveau nom de ticket surf international. Originellement la société, ex émanation de France Telecom, distribue les tickets de monnaies électroniques qui sont bien connus qui s’appellent ticket surf et ticket Premium, essentiellement utilisés sur les sites de jeu. Aujourd’hui, ils lancent Yesbycash, une offre de paiement cash pour tous les sites Internet. Cette offre m’a vraiment conquis par sa simplicité mais aussi car elle s’inscrit dans la mouvance de ce que Ravi Najou a appelé « Innovation Jugaad » et qu’on pourrait aussi qualifier de rétro innovation. Une fois n’est donc pas coutume, j’ai proposé à Frédéric Jeannin de me faire la démonstration de son outil, en direct sur son stand de e-commerce Paris, vous verrez c’est une solution très prometteuse et très efficace, déjà testée en avant première par Cdiscount en marque blanche et qui va être généralisée incessamment. Voici donc la transcription de mon interview, également disponible en podcast et sur notre chaîne Itunes, de Frédéric Jeannin, le patron de TSI.

La problématique de base : beaucoup de paiement par carte refusés sur les sites Web

cash
Le bon vieux cash : qui aurait pu penser qu’il n’était pas mort ? Et pourtant … (image http://antimuseum.com )

Sur les sites Web on remarque deux choses : la première chose, c’est l’abandon des paniers et dans les raisons d’abandon de panier, on trouve beaucoup de refus de paiement. Les refus de paiement sont estimés à une proportion qui va de 12 à 20 % des achats. Ces taux de refus de paiement sont liés à des problèmes d’acceptation de la bancaire. L’avantage de Yesbycash dans ce cas-là, c’est qu’au lieu de laisser partir votre client, vous pourrez lui proposer un paiement alternatif, et lui permettre d’aller payer dans un des 2300 points de vente qui sont disponibles en France.

La cible de ce nouveau système de paiement

On estime en France qu’il y a à peu près 6 millions de personnes qui n’ont pas de moyens de paiement ou qui sont rétifs à mettre leur moyen de paiement en ligne sur Internet. Les avantages de ce moyen de paiement Yesbycash c’est que vous ne laissez pas de données sensibles sur Internet. Sur ces 6 millions, on pense qu’il y aurait 4 millions de consommateurs qui n’utilisent pas de carte bancaire, mais nous ne pouvons pas l’affirmer. Nous n’avons pas de statistiques exactes.

La deuxième cible ce sont les gens qui ont une carte mais qui est refusée. Il est difficile d’estimer le montant que représentent ces gens-là également, car le refus prend place en ligne du fait de la banque du porteur et il peut dépendre de plusieurs critères : notamment des moteurs de lutte anti fraude. Par exemple un porteur de carte italienne, qui habiterait en France, se verra refuser son paiement par certains sites. Par exemple encore, il y a plus de fraude sur certains types de produits et les banques les refusent plus systématiquement etc.

Lire la suite

Yesbycash révolutionne le paiement en ligne avec du cash ! was last modified: novembre 27th, 2014 by Yann Gourvennec

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Big Data … ( livre blanc )

Évangélisation et formation seront les deux mamelles des Big Data

Visionary Marketing est fière (je ne sais pas si c’est féminin ou masculin le marketing, alors j’ai décidé d’être galant) de pouvoir vous présenter son livre blanc sur les Big Data, réalisé pour le compte de son client Business & Decision. Ce livre a été réalisé avec plusieurs des meilleurs experts du domaine (Patrick Bensabat, Didier Gaultier, Michael Hoarau et Bruno Laug). Vous y trouverez non seulement les principales définitions du domaine, mais aussi et surtout des orientations stratégiques pour un domaine qui est beaucoup traité mais aussi trop souvent maltraité. Non ! Les Big Data ne sont pas une mode, et le fait que la France soit un peu à la traîne, c’est à dire uniquement dans l’expérimentation alors que de l’autre côté de l’Atlantique on est déjà dans la mise en œuvre, ne veut pas dire que c’est une plaisanterie qui va passer, mais simplement que nous avons un peu de travail à fournir. Ceci devrait être facile d’ailleurs. En France, nous nous nous réjouissons souvent de la qualité de nos mathématiciens et aussi de nos Startupers et informaticiens. Et c’est à juste titre. Nos écoles sont encore de bons creusets, n’en déplaise aux râleurs, et la preuve en est qu’on peut aller dans le monde entier et on trouvera toujours le ou même les Français de service. Ceci ne signifie pas l’exode mais le rayonnement, les grincheux sont décidément bien exclusifs. Il restera cet effort d’évangélisation et surtout de formation à faire. Ce livre blanc en est peut-être, je le souhaite, la première pierre.

livre blanc gratuit : des Big Data au Big Business Le nouveau livre blanc gratuit de Business & Decision sur les Big Data est désormais disponible à l’adresse http://businessdecision.fr/livreblanc-bd. Il s’intitule des Big Data au Big Busine$$ car il tend à démontrer la pertinence des Big Data dans le concret. Nous sommes désormais sortis de la phase d’expérimentation et entrons de plain-pied dans les mises en œuvre concrètes de ces nouvelles approches, pour le marketing et aussi les autres disciplines (Finance, logistique, prévention, technique, M2M,…) 

Pourquoi ce livre blanc sur les Big Data?

Le texte suivant est issu de l’intégration de notre livre blanc sur les Big Data : « Des Big Data au Big Busine$$ »

libvre blanc sur les Big data

La littérature sur le Big Data est abondante. Cette abondance est symptomatique d’un élan dont l’importance est perçue fortement par l’ensemble du marché, non seulement en France, mais dans le monde. Toutefois, même quand elle est de qualité, cette littérature reste assez descriptive et focalisée sur la dramatisation d’enjeux quasi apocalyptiques, reliés à la profusion exponentielle des volumes de données et de leurs sources. Cette approche ne permet pas de comprendre les véritables enjeux des Big Data ni comment les entreprises peuvent en tirer parti. Même si les prévisions sont délicates, nous avons la conviction que l’impact des Big Data sur l’avenir des entreprises et de la Société civile sera fort, polymorphe et en constante reconfiguration. C’est donc en faisant rapidement leurs premières armes sur les Big Data, qui en sont encore à leurs prémices, que les entreprises pourront s’approprier le phénomène et apprendre, jour après jour, à en tirer parti. L’objectif de ce Livre Blanc est de donner aux entreprises, les premières clés de lecture qui permettront aux lecteurs de sortir de la mythologie associée aux Big Data pour les replacer dans leur contexte propre et les aborder comme un outil puissant de développement de la performance. Nous espérons ainsi permettre au lecteur de poser, voire de valider, les premières orientations d’une intégration sereine et maitrisée du Big Data à l’écosystème de son Entreprise.

Ci-dessous un extrait du livre blanc

… qui vous permettra de prendre immédiatement connaissance de son contenu

libvre blanc sur les Big data

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Big Data … ( livre blanc ) was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

Relation client ou expérience client ?

La sélection du jour …

computer-large-new.gifC’est cet article sur la relation client et La Poste, écrit pas mon ami Thierry de Baillon qui commence par une superbe prétérition, et qui fait suite à un article qu’il a déjà écrit sur la SNCF, en même temps qu’il fait allusion à mon autre article sur la transformation digitale, nécessairement « avec le digital » et non « pour le digital ».  J’amène tout de suite, avant de vous conseiller de lire l’article, sur sa conclusion :

La Poste mérite sans doute sa place sur le Podium de la Relation Client. Par contre, l’entreprise est-elle réellement consciente de la distortion que le déploiement tous azimuths du digital et de services « prêts-à-l’emploi » font subir à l’expérience client ? Discutons-en.

La Poste: quand la relation nuit à l’expérience » EsTeam par Thierry de Baillon

Loin de moi l’idée d’en faire une série, mais l’utilisation des services publics m’incite à publier ce second billet sur les difficultés éprouvées par les grandes entreprises à saisir la portée de la notion d’expérience client, et à se transformer en conséquence. Celui-ci fait suite à une récente visite d’un bureau de poste local pour y envoyer un courrier recommandé.

Dans ce bureau, l’unique machine à affranchir était occupée à délivrer la commande d’une personne âgée, qui lui avait commandé… 50 vignettes d’affranchissement. Il ne s’agissait pas d’affranchissements « ordinaires », susceptibles d’être délivrées en carnets, et donc le monsieur attendait que l’automate lui délivre ses vignettes une à une, tandis que la queue s’allongeait derrière moi. Ne pouvait-on pas à ce moment s’adresser à un guichet, comme je le demandai à une employée ? Celle-ci m’expliqua que c’était impossible, car lorsque l’automate fonctionnait (ce qui était bien le cas, pour le malheur des personnes présentes) la machine à affranchir du guichet était verrouillée.

Au bout de plusieurs longues minutes (1-2-3 vignettes, 1-2-3 vignettes, …) elle prit l’initiative de nous aider, et, pour ce faire, fut obligée d’enregistrer nos affranchissements en tant qu’utilisateurs professionnels. Elle choisit une activité au hasard (« en fait, c’est juste pour les statistiques » m’indiqua-t-elle) et affranchit mon recommandé. Lorsque je lui fis remarquer que les automates n’étaient a priori pas conçus pour des envois en nombre et qu’il y avait sans doute là besoin de procéder autrement, sa réponse m’étonna: « je sais, mais je n’y peux rien. On ne nous demande pas notre avis, nous sommes là pour sourire et faire ce qu’on peut. Par contre, allez sur le site et dites-leur, c’est très bien fait, et ils vous répondent ».

viaLa Poste: quand la relation nuit à l’expérience » EsTeam.

Relation client ou expérience client ? was last modified: octobre 15th, 2014 by Yann Gourvennec

Big Data – Smart Data : 2 événements pour y voir plus clair

Big Data, Smart Data … Comment faire de la data un véritable facteur de compétitivité et de croissance ?

Deux événements majeurs vous aideront à en décrypter les enjeux la semaine prochaine:

Smart Data

Le SAS Forum le 14 Octobre à Paris

smart dataTout sur ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Business Analytics sera présenté lors du Forum SAS le 14 Octobre à La Défense avec les partenaires de SAS (Accenture, Keyrus, Business & Decision, Numergy, Micropole… Deloitte France et SAS y présenteront les résultats de leur enquête exclusive sur le pilotage des coûts. Le programme complet est en ligne ici: http://www.sas.com/offices/europe/france/sasforum/index.html

Le Data Performance Summit du 15 octobre : 30 experts et leurs retours d’expérience

La conférence Data Performance Summit le 15 Octobre à Paris 30 experts (GroupeM, Air France, Le Figaro, Videology, Tradelab, Ad4screen, Amaury Médias, Fifty-Five…) partageront leurs retours d’expérience et leur expertise avec tous les décisionnaires qui doivent comprendre et relever ces nouveaux challenges dans un contexte d’écosystème instable et immature. Programme détaillé ici: http://dataperformanceparis.fr/

Parmi les points forts de la journée ne ratez pas la table ronde sur comment exploiter les types de data par channel qui aura lieu de 16h10 à 16h40.

Smartphone, tablette, ordinateur, TV…. Le consommateur passe perpétuellement d’un écran à un autre. Ces nouveaux usages présentent des intérêts considérables pour les entreprises. Les écrans constituent de nouveaux points de contacts avec les consommateurs et renforcent la visibilité des entreprises auprès de ces derniers. Chaque channel génère ses propres données et a ses propres caractéristiques. Dans cette session vous découvrirez le type de données générées par les principaux channels et comment les interpréter dans les modèles d’attribution.

Speakers

  • Anne de Kerckhove, Directrice générale EMEA, Videology
  • Jérôme Stioui, Chief Executive Officer, AD4SCREEN
  • Yohann Dupasquier, CEO & CoFounder, Tradelab
Big Data – Smart Data : 2 événements pour y voir plus clair was last modified: mai 11th, 2015 by Natacha Heurtault

Economie : plus de concurrence tue-t-elle la concurrence

The Rule of Three by Sheth and Sisodia

la sélection du jour est cet article daté de 2006 (le temps passe), pris sur ce même blog …

… Dans lequel je commentai le livre intitulé « la règle de trois ». Je me rends compte aujourd’hui que cette analyse est encore – ou peut-être même encore plus – pertinente, et j’ai donc décidé de remettre cet article à l’ordre du jour, de le traduire en français, et de le soumettre à votre lecture aujourd’hui :

Avez-vous déjà remarqué que la plupart des marchés, lorsqu’ils sont assez mûrs, finissent par être dominés par trois acteurs principaux ? il ne s’agit point d’une machination, mais d’un phénomène économique bien connu, décrit par deux auteurs : Sheth et Sisodia dans leur ouvrage intitulé « la règle de trois » (acheter l’ouvrage sur Amazon); les deux auteurs ont mené cette enquête dans leur livre, disponible également en version électronique (acheter la version kindle sur Amazon).

12manage.com annonce sur son site que cela n’est pas applicable à l’Europe. Au contraire,  et à toute autre zone géographique d’ailleurs, pourvu que les marchés locaux soient ouverts à une concurrence libre, non biaisée et transparente (je sais, il s’agit d’un paradoxe, la libre concurrence même à moins de concurrence en fin de compte).

Par exemple, si l’on veut prendre l’exemple du marché des télécoms, il est bien possible que vous trouverez que cette règle s’applique sur chaque pays individuellement (ou chaque zone d’influence). Il s’agit de marché multi-nationaux, et non de marché globaux. Ceci ne veut en aucun cas dire que la règle est fausse, mais juste que ces marchés, fortement réglementés, sont l’objet de l’introduction régulière de dispositifs d’incitation à la concurrence.

Aux États-Unis, la situation est très différente ; il y a quelques décennies, AT&T fut coupé en petits morceaux par le régulateur, mais en fin de compte, la règle de trois s’est encore appliquée (Stephen Colbert a décrit ce phénomène dans un sketch désormais classique, cliquez sur l’image de Colbert ci-dessous pour en voir un extrait en Anglais). le processus qui consiste à introduire plus de concurrence s’est interrompue cependant après ce phénomène, ce qui n’est pas le cas dans certains marchés européens, où de nouveaux dispositifs sont constamment mis en place pour raviver la concurrence et tirer les tarifs vers le bas (je travaille pour un opérateur, les commentaires sont volontairement neutres pour des raisons évidentes).

 

Là où les marchés sont déjà fortement mondialisés (prenons l’exemple le plus symbolique du marché des fast-foods, la règle s’applique bien au travers de l’Europe avec des acteurs comme McDonald’s, Quick et Burger King puis tout un tas d’acteurs de niche par exemple. Cela veut-il dire que le but ultime de la concurrence ouverte est d’arriver à moins de concurrence? N’est-ce pas un paradoxe intéressant ?

Lire la suite

Economie : plus de concurrence tue-t-elle la concurrence was last modified: mars 30th, 2015 by Yann Gourvennec