Viadeo mise sur les partenariats pour fidéliser sa clientèle

http://www.viadeo.com

Viadeo, le réseau social, vient de conclure un partenariat avec Hotel Reservation Service (HRS), selon le site 01.net, une plate-forme de réservation hôtelière qui répertorie plus de 230 000 établissements, un peu partout dans le monde.

En terme de fidélisation, il me semble que les partenariats inter-entrerprise soit une option d’une très grande puissance. Voyons le cas Viadeo – HRS pour nous en rendre compte.

Ici, tous les membres de Viadeo – environ 7 millions – vont pouvoir réserver aussi bien des chambres d’hôtel (pour une personne ou pour des groupes) que des salles de réunion ou de séminaire avec, à la clé, des tarifs négociés pour les entreprises (allant jusqu’à 20 % sur une sélection d’hôtels). Et ceci directement dans leur plateforme Viadeo. En direct, sans intermédiaire, sans perte de temps.

« Ce type de partenariat est un moyen de renforcer notre positionnement professionnel. Nos membres trouvent sur notre site des outils, des services et des moyens qui leur permettent d’optimiser leur business », explique Olivier Fécherolle, directeur général France de Viadeo.

De plus, grace à ce type de service, le sentiment d’utilité de Viadeo est renforcé auprès des membres du réseau social et leur propension à partir diminue. En effet, pourquoi quitter un réseau qui m’offre 20% de réduction sur des réservations d’hôtels ? Et sur d’autres produits et services également ? De quoi booster les abonnements payants et fidéliser ceux qui ont déjà opté pour cette formule.

L’accord avec HRS n’est pas le premier partenariat du genre. Le site compte au total 24 offres promotionnelles, allant des voyages à l’hébergement informatique, en passant par la formation ou les assurances. A terme, Viadeo veut multiplier les partenariats et surtout profiter de son importante communauté de membres pour améliorer ses services. Pourquoi ne pas imaginer, par exemple, recueillir sur le site les commentaires et les recommandations des membres sur les hôtels qu’ils ont fréquentés…

Finalement, en proposant des services supplémentaires, comme déjà indiqué dans d’autres notes, les trois parties sont gagnantes : Viadeo, qui garde et acquiert de nouveaux clients sans dépenser un sous puisque c’est HRS qui supporte le prix de la réduction de tarif. HRS, qui voit affluer une nouvelle masse de clients par « recommandation », c’est-à-dire sans campagne publicitaire, mais en faisant un effort financier sur leur prix et le client, qui gagne 20% sur ses réservations tout en ayant le confort de ne pas avoir besoin de chercher la solution puisque Viadeo la lui fourni sur un plateau, sans compter qu’il va faire venir de nouveau membres dans Viadeo, parce qu’il sera satisfait !

Viadeo mise sur les partenariats pour fidéliser sa clientèle was last modified: mars 16th, 2009 by olivierb

Fidélisation, rétention et satisfaction client : l’exemple Axa Banque

Sur le site des Echos.fr, il y a une page intitulée Livrets et comptes rémunérés : faut-il avoir peur des offres promotionnelles ? Cette page décrit une offre de Axa Banque avec ce commentaire :

« Sur ses différentes opérations de promotion, la collecte moyenne par client est de 20.000 euros chez AXA Banque. Mais l’intérêt de l’établissement bancaire ne s’arrête pas à une offre promotionnelle de trois ou six mois. Le banquier souhaite avant tout conserver l’argent de son client et pour cela rien de tel que de lui proposer une épargne à long terme pour le fidéliser : par exemple, un contrat d’assurance-vie. « Depuis deux ans, nous sommes positionnés sur des offres d’épargne bancaire et nous souhaitons faire passer le message à nos clients que nous sommes présents aussi bien sur l’épargne courte, que sur l’épargne longue. En effet, une opération d’épargne courte est relayée par une offre à plus long terme, notamment à travers un placement en assurance-vie. Nous analysons globalement l’opération en tenant compte de la collecte qui reste positionnée d’une part sur les livrets et d’autre part celle qui se porte sur l’épargne longue », ajoute Pierre Janin. »

Pour moi, nous avons ici affaire à un abus de langage. Axa Banque, comme bon nombre d’autres sociétés de services (assurances, télécom,…) ne fait pas de la fidélisation dans ce cas précis, mais de la rétention, avec une prise de risque en terme de satisfaction client. En effet, le client qui signe pour un contrat d’assurance-vis, en général de longue durée, à des conditions favorables aujourd’hui risque de voir sa bonne affaire se déprécier assez rapidement, en général lorsque son assureur sort un nouveau produit ou fait une nouvelle offre.

Ce genre de cas apparaissent la plupart du temps lorsque la société mise sur une stratégie d’acquisition plus que de fidélisation. Les clients les mieux considérés sont alors les nouveaux clients et les clients qui sont là depuis longtemps ne reçoivent pas les mêmes avantages. Essayez, par exemple, si vous avez un contrat d’assurance-vie comme décrit ci-dessus depuis plusieurs années, de pouvoir profiter de l’offre faite aux nouveaux clients. N’est-ce pas frustrant de ne pouvoir en profiter et de se sentir le dindon de la farce ? Qu’en est-il alors de la satisfaction client et de notre propension à recommander cette entreprise ? Poser la question, c’est y répondre.

Fidélisation, rétention et satisfaction client : l’exemple Axa Banque was last modified: février 27th, 2009 by olivierb

6 outils pour créer et surveiller son e-Réputation !

reputation et internet

Dans le cadre de notre concours de conseils en marketing, nous avons le plaisir d’accueillir Mickaël Gros, étudiant en stratégie de l’information, et Webmaster du blog www.mickaelgros.fr.

Mickael nous explique comment gérer et diffuser l’identité numérique d’une entreprise, avec 6 outils pour établir sa notoriété et ensuite les moyens de l’analyser…

6 outils pour créer une identité numérique !

La gestion de l’identité numérique (ou virtuelle) devient aujourd’hui un élément essentiel de la communication en entreprise.

Les outils proposés son nombreux et leur utilisation peut contribuer à diffuser et améliorer ou construire une image de marque qui implique à terme une création de valeur pour le consommateur (la marque permet de se différencier, elle peut valoriser le consommateur, fidéliser le client…).

Voici 6 des principaux outils qu’une entreprise peut utiliser pour créer son identité sur Internet.

1. Créer une page Facebook pour votre entreprise/marque/produit

Facebook est un formidable outil communautaire qui offre un moyen de fédérer une communauté autour d’une entreprise et de diffuser de l’actualité, des photos, des vidéos et d’échanger directement avec les internautes via un groupe ou une communauté d’utilisateurs, voire le fameux mur de Facebook. Bien entendu, en plus de Facebook d’autres réseaux sociaux sont à votre disposition, comme par exemple Viadeo.com.

2. Créer un blog d’entreprise

Communiquer autour de ses produits ou ses services via un blog permet d’informer un maximum son client et de donner un effet de proximité. En effet, via les commentaires, l’entreprise pourra démontrer sa capacité à mettre en place un dialogue individualisé et délivrer un vrai contenu porteur de sens pour le client. Le micro-blogging, sur un service comme Twitter permettra aussi de donner en une phrase des informations courtes sur un évènement, une actualité…

3. Proposer une émission au format podcast

Une série de vidéos diffusées régulièrement peut animer une communication et le format original peut permettre à une entreprise de se démarquer de la concurrence. Les vidéos pourront ensuite être partagées sur les services de partage de vidéo comme YouTube et Dailymotion.
Au lancement de son entreprise Seesmic, Loïc Lemeur a par exemple créé un podcast dédié permettant aux internautes de suivre l’aventure (Pour voir à titre d’exemple, le podcast est diffusé sur son blog, sur itunes et en RSS).

4. Avoir une présence et organiser des évènements dans les mondes virtuels

On a beaucoup entendu parler de Second Life, les univers virtuels continuent d’évoluer et se multiplient , les entreprises n’hésitent plus à investir ces places virtuelles (il en existe un grand nombre!). Et oui, comme sur une simple page web, l’image de marque peut être aussi véhiculée à travers ces univers…

Lire la suite

6 outils pour créer et surveiller son e-Réputation ! was last modified: septembre 20th, 2014 by conseilsmarketing

Publireportage et Bloggers, quels risques ?

blogger et publireportage

Dans le cadre du “Concours de Conseils Marketing 2008” (avec toujours plus de 450 € à gagner), Jérôme Le Coeur du Blog juridique Decryptage nous fait une synthèse sur les risques encourus par un blogger qui ne respecte pas la législation sur le publi-reportage…

Quelle aubaine pour un blogueur de se faire payer pour rédiger un billet ! Pour autant quelles sont les limites à ne pas franchir ?

Dans la mesure où le billet n’est pas neutre, il est nécessaire d’avertir les lecteurs de son caractère publicitaire afin que ceux-ci ne soient pas trompés.

Un avertissement nécessaire

La dénomination utilisée pour mettre en avant le caractère publicitaire importe peu. Que cela s’appelle publi-rédactionnel, publi-reportage, info commerciale…, l’important est que les lecteurs sachent qu’il s’agit d’un contenu à caractère publicitaire.

L’art. L.121-1 du code de la consommation prévoit ainsi qu’”une pratique commerciale est trompeuse si elle est commise dans l’une des circonstances suivantes (…) lorsqu’elle n’indique pas sa véritable intention commerciale dès lors que celle-ci ne ressort pas déjà du contexte“.

De part sa nature, un billet sponsorisé ne ressort pas de manière évidente du contexte. C’est même l’intérêt de ce type de publication puisque la synergie entre les différentes articles promotionnels et non promotionnels est recherchée

Au delà du droit commun, l’art. 20 de la LCEN ajoute que « la publicité sous quelque forme que ce soit (…) doit pouvoir être identifiée comme telle » dès lors qu’elle est « accessible par un service de communication au public en ligne », internet en l’occurrence.

More...

Que risque-t-on ?

Un auteur qui omettrait d’indiquer qu’il a rédigé un article à but promotionnel pourrait voir sa responsabilité pénale engagée sur le fondement de l’article L.121-5 c. conso. En pratique c’est au moment où le billet est mis en ligne que l’infraction sera constituée (art. L. 121-5 al. 2 c. conso.).

Les peines encourues au maximum de 2 ans d’emprisonnement et/ou 37500 € d’amende. L’auteur et l’annonceur pourront également voir leur responsabilité civile.

Ne pas respecter ces précautions simples risque de transformer une source de revenus d’appoints en source de problèmes. Ce serait dommage, n’est-ce pas ?

Si vous souhaitez recruter un juriste en droit des affaires ou de de la consommation, ou consulter plus d’articles sur le droit, visitez le Blog de Jérôme Le Coeur.

Publireportage et Bloggers, quels risques ? was last modified: septembre 20th, 2014 by conseilsmarketing