Mes 130 Conseils pour Réussir sur Internet

130 conseils pour réussir sur le web

Sur ConseilsMarketing.fr nous avions réalisé un article « Les 103 conseils que j’aurais aimé que l’on me donne lorsque j’ai débuté sur internet ».

Or devant le succès de cet article nous avons décidé de proposer une version une version survitaminée de cet article… Et le résultat c’est le « 130 conseils pour réussir sur internet ».

C’est avec non seulement 27 conseils en plus, mais surtout plusieurs dizaines de pages de conseils en plus !

En effet ce guide fait plus de 90 pages, avec des conseils pour réussir sur le Web en tant qu’indépendant, blogueur ou eCommerçant !

Dans ce guide nous avons mis 10 ans d’expériences dans le Web, avec les bons côtés et les mauvais côté du Web…

Ce guide en 6 parties vous explique :

– Comment gagner (correctement) sa vie grâce à Internet
– Comment devenir un blogueur influent… ou réussir un blog de niche !
– Les erreurs des débutants en référencement naturel…
– Les erreurs classiques sur la génération de trafic
– Comment développer son business sur Internet ?
– Quels sont nos nouveaux conseils pour réussir en 2011 ?

ATTENTION ce guide est gratuit uniquement pendant 15 jours !

Au 1er décembre ce guide sera vendu (mais avec des bonus !), donc dépêchez vous de le télécharger (et d’en parler à vos amis), après cela sera trop tard !

Pour télécharger ce guide il suffit de remplir le formulaire sur CETTE PAGE :

Vous recevrez dans les quelques secondes un email afin de confirmer votre adresse email et obtenir la page de téléchargement.

Bonne lecture !

Mes 130 Conseils pour Réussir sur Internet was last modified: novembre 16th, 2010 by conseilsmarketing

Zevillage veut cartographier télécentres et centres de travail collaboratifs (coworking)

Zevillage, réseau social du télétravail, a commencé à répertorier les centres de télétravail et de travail collaboratif en France. Il s’agit d’un début seulement mais l’annuaire de tels centres fait défaut, surtout sous forme cartographique.

Les initiatives sont légion en effet et tout cela part – comme nous l’avions indiqué dans un article précédent – dans tous les sens. Le site http://www.centres-affaires.net par exemple recense déjà des dizaines et des dizaines de ces centres de travail d’un nouveau genre. Rien qu’à Paris ils en recensent 55, près du double en incluant la banlieue parisienne ! En fait, chacun y va de sa définition, plus ou moins exclusive de celle du voisin, alors qu’en fait beaucoup de ces concepts ont pour ambition de répondre plus ou moins à la même problématique. Certains sont plus ruraux que d’autres, certains plus orientés vers la domiciliation et les professions indépendantes du bâtiment, d’autres sur les pépinières d’entreprise, d’autres encore sur les populations de « geek », etc. etc. Je passe sur le branding plus ou moins créatif.

D’autres projets sont eux en cours de développement, comme le fameux Actipole21 de la ville d’Antony, dans lequel Steelcase est partie prenante de façon visible, et Atos Origin de façon plus discrète sauf dans cette présentation PowerPoint en ligne.

Encore faudrait-il y ajouter les centres gérés par les mairies et notamment la mairie de Paris, les 2 centres les plus « connus » (les guillemets sont de rigueur, peut-être devrais-je ajouter « connus de nous ») étant le « cybervillage » de la rue de Crimée dans le 19ème arrondissement de Paris et celui intitulé « Paris Innovation-Losserand » situé en face de l’hôpital Saint Joseph, rue Raymond Losserand (en voici une liste sous forme d’annuaire) ; ce dernier va même plus loin avec bâtiment HQE et tutti quanti. Nous y reviendrons bientôt car une intéressante bataille juridique fait rage dans les coulisses de ces pôles entreprises subventionnés par les pouvoirs publics, devenus la cible des centres d’affaire sus-cités et regroupés dans un syndicat professionnel (à suivre).

Il est temps donc de recenser toutes les initiatives afin qu’on y voie plus clair, il est fort à parier que Zevillage soit en bonne position pour le faire – si tant est que la cartographie soit un peu plus conviviale et reliée à un véritable annuaire comprenant adresses et évaluations, photos etc. Et qui sait … peut être même une évaluation par les clients façon « allociné« .

Zevillage veut cartographier télécentres et centres de travail collaboratifs (coworking) was last modified: septembre 9th, 2010 by Yann Gourvennec

Media Aces Conference – juin 2010: médias sociaux, PME et grands groupes

Voici une nouvelle version de l’invitation à la conférence Media Aces qui aura lieu le 22 juin 2010. Vous verrez qu’on a pensé à tout, y-compris le grand écran pour les fans de l’équipe de France de foot. Chaque conférence y est décrite avec son thème pour chacune des marques qui y présenteront : CCIP, Generali, CEGOS, Orange Business Services (c’est moi qui présenterai), Blendtec, Sophie Paris, une conférence qui promet et qu’il ne faut pas rater.

conférence Media Aces Juin 2010 à Paris

Media Aces Conference – juin 2010: médias sociaux, PME et grands groupes

Media Aces Conference – juin 2010: médias sociaux, PME et grands groupes was last modified: juin 14th, 2010 by Yann Gourvennec

comment décrire les médias sociaux en 5 tags

On m’a demandé récemment de décrire le web social en 5 mots clefs. Le défi m’a paru très intéressant, voici donc en moins de 250 mots (un exercice de concision rare dans ces colonnes !) les points qui me paraissent importants pour maîtriser le web social :

  • le contrat de transparence (dans l’acception qui est celle des travaux réalisés avec le SMBC et sa traduction de Media Aces pour le Français tout cela disponible sur http://socialmedia.org/diclosure)
  • l’ouverture, une qualité essentielle pour les médias sociaux (si l’on a peur de divulguer ses secrets, il est certain qu’ils resteront chez vous et que vous n’améliorerez jamais votre réputation de marque, cf. unleashing the ideavirus
    de Seth Godin)
  • la collaboration, au sens étymologique du terme, c’est à dire travailler avec
    (cela signifie que plusieurs personnes travaillent ensemble et n’attendent pas tout d’une équipe Web qui donnerait la béquée à ses oisillons)
  • l’échange, et par échange j’entends les échanges qui peuvent se produire en ligne et hors ligne (car les réunions physiques sont très importantes, comme c’est le cas avec le label b2b que j’ai créé pour Orange Business Services)
  • le bénéfice mutuel, qui
    est la base de la collaboration, car il faut que toutes les parties y trouvent un intérêt et un bénéfice.

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to Yahoo BuzzAdd to Newsvine

comment décrire les médias sociaux en 5 tags was last modified: mai 19th, 2010 by Yann Gourvennec

Réputation en ligne : les marques sont-elles des personnes ?

Olivier Zara, expert de la réputation en ligne, a écrit un long billet sur ce sujet et qui met en exergue le fait que la réputation en ligne d’une marque se rapproche de la méthode utilisée pour gérer sa carrière en se considérant comme une marque (en fait une sorte de fonctionnement à l’envers). Cet article est d’ailleurs un peu né d’une discussion que j’ai eue avec Olivier il y a peu, lors d’un de ses récents passages à Paris. Voici le début de l’article d’Olivier, la suite sur son blog :

Le Corporate Branding et le Personal Branding ont un destin numérique commun dans les médias sociaux. Les individus qui utilisent les techniques des entreprises se trompent tout comme les entreprises qui utilisent les mêmes recettes dans les médias traditionnels et dans les médias sociaux.

Dans un billet précédent, j’avais fait le lien entre le Personal Branding et l’entreprise 2.0. Voici maintenant les liens qui existent entre le Personal Branding et le Corporate Branding dans les médias sociaux.

Nous vivons une révolution sociale grâce aux réseaux et médias sociaux qui impactent fortement autant les marques d’entreprises (Corporate Branding) que les marques personnelles (Personal Branding). Ce billet aborde un enjeu stratégique majeur pour votre développement durable personnel et celui de votre entreprise.

Dans un monde “radicalement transparent”, les consommateurs en savent plus sur les produits d’une entreprise que l’entreprise elle-même. Ce qu’ils découvrent, ils en parlent à tout le monde. Les gens sont immunisés face à la publicité. Il faut maintenant s’adresser aux clients avec du contenu utile, divertissant ou informatif. A travers les réseaux sociaux, les consommateurs forment de facto une communauté collectivement très informée et très intelligente. Sur le long terme, le dialogue avec cette communauté est une démarche plus efficace que la publicité car il est possible de construire une relation durable.

Le monde évolue, les entreprises doivent évoluer avec ce monde pour se développer durablement.

I. Corporate Branding & Personal Branding : des problématiques similaires ?

Depuis toujours les entreprises ont eu besoin de marques (leur marque et celles de leurs produits ou services). Elles gèrent leurs marques très activement en particulier à travers leurs services marketing. En effet, la valeur d’une marque est directement liée à sa réputation. Une bonne réputation entraîne plus de ventes qu’une mauvaise réputation. Gérer les marques, c’est une démarche structurée, méthodique qui s’inscrit dans le cadre d’une stratégie d’entreprise (l’équivalent du projet professionnel d’une personne).

Depuis toujours les individus ont une “marque”. On pourrait même dire une “marque de fabrique” qui nous différencie les uns des autres, qui permet aussi de nous identifier. Mais, tout cela reste implicite. Comparés aux entreprises, en termes de gestion de marque, les individus font figure d’amateurs fonctionnant à l’intuition, au bon sens, sans démarche structurée. Pour un individu, gérer sa marque personnelle, c’est adopter par mimétisme des comportements socialement acceptables, être sensible au regard des autres ou encore essayer de se faire connaître et reconnaître au sein de son entourage social ou professionnel. Le Personal Branding est une démarche innovante qui permet de professionnaliser les individus dans la gestion de leur marque en leur offrant des outils et méthodes qui ont fait leur preuve pour les marques d’entreprises.

Cette professionnalisation des individus, ce développement nécessaire des compétences en termes de communication, de marketing est devenu très critique pour tout le monde depuis l’arrivée des médias sociaux qui transforme finalement chaque individu en média. C’est le fameux User Generated Content (UGC). Un individu qui produit du contenu devient de facto un média. Cette professionnalisation est critique parce que vous créez du contenu pour votre marque mais tout le monde peut aussi en créer sur la vôtre sans vous demander votre avis.

lire la suite sur le blog d’Olivier Zara

Réputation en ligne : les marques sont-elles des personnes ? was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec