Orangina frappe en-dessous de la ceinture et marque des points

Orangina - naturally juicy - naturellement pulpeuse 

Orangina – naturally juicy – naturellement pulpeuse (cf. 

http://commercial-archive.com/)

Il y a tout juste un an, quand Odile Biger a publié son précédent billet (voir ‘la nouvelle publicité Orangina se concentre sur le produit‘) sur ce blog au sujet de la nouvelle publicité d’Orangina, je ne voyais pas personnellement – dans un monde où la sollicitation du dessous de la ceinture est omniprésent, où les publicités du porno chic ont transformé le consommateur en cobaye volontaire et assumé du porno dit chic- où était le problème. Voilà une publicité avec des animaux plus ou moins bien modélisés, un sous-entendu grivois qui faisait passer de la pulpe au pulpeux ; quelle affaire ! Une publicité de plus me disais-je. Et je me trompais à l’évidence comme se sont trompés nombre de nos lecteurs qui ont réagi sur nos pages en se récriant. La création n’était pas terrible selon certains, la pub était d’un mauvais goût absolu selon les autres, et il est vrai que la suggestivité est assez directe, jusqu’à l’apothéose, à savoir le jaillissement (!) de la boisson gazeuse hors de sa bouteille.

Un an après donc, un article de Challenge (n°141, 23 Octobre 2008 signé Alice Mérieux) fait le bilan de la publicité en question et l’auteur y annonce son verdict : La nouvelle publicité Orangina est la source du renouveau de la marque. +12% en valeur, +4% en volume alors que depuis des années (7 pour être précis) les ventes du précieux liquide symbole de la fierté nationale étaient en chute libre. Mieux encore, grâce à cette nouvelle réclame (le nom semble dépassé, mais en sommes nous si loin ?) la nationale boisson réussissait à porter le fer dans la perfide Albion, lieu de collusion avec le non moins perfide breuvage d’Atlanta (ce qui les sert bien d’ailleurs, vu les ravages de l’obésité outre Manche). Les réclamations au Advertising Standards Authority (le BVP local) furent nombreuses – tous les britanniques ne sont pas libérés de leurs préjugés moralistes et puritains semble-t-il – et les ventes s’y développèrent de façon spectaculaire avec une augmentation de 77%.

Certes, les esprits chagrins pourront faire remarquer que si l’augmentation de 4% en volume a généré 12% d’amélioration en valeur, il s’est sans doute passé autre chose qu’une publicité (quoique l’effet du change à l’export puisse aussi jouer). Egalement, on pourrait remarquer qu’il pourrait tout bêtement s’agir d’une augmentation liée à un retournement de tendance lié aux habitudes de consommation, l’Orangina n’étant – bizarrement – pas toujours considéré comme un ‘soft drink’, alors que ses concurrents souffrent – ou devraient souffrir de la campagne anti-obésité. Mais c’est Zéro le héros de la campagne anti-obésité, et lui qui fait d’ailleurs le plus souffrir Orangina. Orangina a en effet manqué ses innovations (l’Orangina rouge au Guarana qui avait un goût assez supersonique n’a pas survécu à la crise) alors que Coca en tente beaucoup et en réussit quelques unes de façon spectaculaire. Ceci étant les modes changent, et parfois dans les 2 sens. Témoin le come back spectaculaire et temporaire il y a quelques années de la boisson antédiluvienne Cacolac (relancé par la marionnette de Jean Pierre Papin des Nuls il y a plus de 10 ans). Orangina serait-il revenu à la mode ? Nous n’en avons pas la preuve.

Cette fois-ci donc il faut se rendre à l’évidence, la publicité a eu certainement un effet positif en réveillant les consciences et en choquant (comme le dit le directeur marketing de la marque « on aime ou on n’aime pas » (Challenges, ibid.). Ceci nous dit aussi que les vieilles recettes de la publicité limite font toujours recette, mais aussi que le public est finalement – même si c’est marginal dans les nombres – assez vite choqué par des choses bien inoffensives. Et n’oublions pas de reconnaître qu’Odile a été visionnaire dans son billet.

 

 

Orangina frappe en-dessous de la ceinture et marque des points was last modified: novembre 12th, 2008 by Yann Gourvennec

L’Après Web, les premières contributions

20 premières contributions autour de l’Après Web sont consultables sur sur les Entretiens du Futur (http://www.entretiens-du-futur.com) , n’hésitez pas à nous faire partager votre vision, un grand merci aux premiers contributeurs :
Pierre Levy, Gérard Ayache, Michel Bauwens, Fred Cavazza, Denis Ettighoffer, Hubert Guillaud ,Olivier Auber, David Fayon, Emmanuel Gadenne, François Laurent, Alain Lefebvre, Roger Nifle , Anne-Caroline Paucot, Philippe Peres, Lorenzo Soccavo.

Après le Web 2 par Emmanuel Gadenne
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/15/apres-le-web-2.html

Le Web 3D collaboratif par Phiippe Peres

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/13/le-web-3d-collaboratif.html

Demain l’intelligence des données par Hubert Guillaud

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/09/demain-l-intelligence-des-donnees.html

Vers le Web 3.0 par Hubert Guillaud
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/09/vers-le-web-3-0.html

Vers un Web granulaire par Hubert Guillaud
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/09/vers-un-web-granulaire.html

Vers le Web implicite par Hubert Guillaud
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/09/vers-le-web-implicite.html

Internet et les niveaux d’usages par Roger Nifle
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/06/internet-et-les-niveaux-d-usages.html

Le virtuel un paradigme révolutionnaire par Roger Nifle
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/06/le-virtuel-un-paradigme-revolutionnaire.html

La mutation inachevée de la sphère publique Par Pierre Levy

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/02/la-mutation-inachevee-de-la-sphere-publique.html

Lettre sur le commerce des livres… dans l’après Web 2.0 par Lorenzo Soccavo
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/01/lettre-sur-le-commerce-des-livres-dans-l-apres-web-2-0.html

Web 2.0 for ever par François Laurent
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/10/01/web-2-0-for-ever.html

Un Web ça va, quatre bonjour les dégâts ! par Anne-Caroline Paucot
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/30/un-web-ca-va-quatre-bonjour-les-degats.html

Vers un Web 3 par Fred Cavazza
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/30/vers-un-web-3.html

Hypothèse d’évolution pour le Web 2 par Fred Cavazza
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/24/hypothese-d-evolution-pour-le-web-2-et-vers-un-web-3.html

L’Après Web sur le plan technique par Alain Lefebvre
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/25/l-apes-web-sur-le-plan-technique.html

Pistes pour l’après Web 2 par David Fayon
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/29/pistes-pour-l-apres-web-2.html

GAME OVER…Changeons l’Internet! par Olivier Auber

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/27/game-over-changeons-l-internet.html

Les biens numériques au secours du développement durable par Denis Ettighoffer
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/25/les-biens-numeriques-au-secours-du-developpement-economique.html

Hyperconnexion par Gérard Ayache

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/24/hyperconnexion.html

Y aurait – il un après Web ? par Michel Bauwens

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2008/09/22/y-aurait-il-un-apres-web.html

A suivre… !

Bonne lecture

Denis Failly
http://www.entretiens-du-futur.com

L’Après Web, les premières contributions was last modified: octobre 16th, 2008 by denisfailly

sondage: powerpoint c’est quoi pour vous?

vu le succès de l’article de Frédéric Canevet sur Powerpoint et le présentations « ZEN », et ceci semblant un sujet récurrent car nous l’avions déjà vécu avec l’autre article de Giancarlo Livraghi sur la « maladie du Powerpoint, ou la désinformation ludique« , j’ai créé le sondage suivant: à vos souris !

sondage: powerpoint c’est quoi pour vous? was last modified: octobre 16th, 2008 by Yann Gourvennec

Critique du livre « Présentation Zen » de Garr Reynolds

presentation zen

Nous attendions avec impatience la traduction Française du livre «Présentation Zen » de Garr Reynolds (ouvrage traduit par Eric Delcroix).

En effet, Garr Reynolds est mondialement reconnu comme un des experts en présentation, et son blog  Presentationzen.comest une référence pour tous ceux qui veulent maîtrise l’art de parler en public.

Le résultat c’est 230 pages d’explications concrètes et illustrées pour apprendre à réussir le design de ses présentations Powerpoint ®.
Le livre se compose de 3 parties : la préparation nécessaire pour réussir sa présentation, l’initiation au design « Zen » et enfin la prestation orale.

Il y a tout d’abord une préface de Seth Godin qui nous livre quelques conseils : composez des diapositives qui renforcent le contenu au lieu de le répéter, pas plus de 6 mots / slide, utilisez des images de qualité professionnelle, évitez les effets et animations… Et pour vous assurez une attention continue de vos auditeurs, prévoyez un document résumant les grandes idées de votre présentation à remettre à la fin de votre prestation (ce document doit être plus complet et plus détaillé que vos slides). Enfin, Seth nous rappelle qu’il faut convaincre son auditoire par les sentiments plus que par des chiffres.

Partie 1 : La préparation du Powerpoint

Garr nous rappelle qu’il y a 4 étapes pour la réalisation d’une bonne présentation Powerpoint.
Etape 1 : Identification des messages essentiels.
– Il ne faut pas commencer directement à utiliser Powerpoint. Vous devez d’abord avoir une vue d’ensemble du sujet, des éléments essentiels et des messages principaux en les notant et en les ordonnant sur un papier ou un tableau.
– Posez vous les bonnes questions : quelle est l’idée centrale et pourquoi est elle importante (il faut procéder de même pour les idées secondaires).
– Pensez à rassembler les éléments pour proposer 3 documents : les slides du Powerpoint (= l’essentiel des idées), vos notes (pour suivre PPT) et le document détaillant la présentation qui sera remis aux auditeurs à la fin de la session.

More...

Etape 2 : Racontez une histoire !- Raconter une histoire facilite la compréhension, la mémorisation et l’adoption. Vous devez donc « inventer » une histoire qui sera être votre fil conducteur tout au long de votre présentation, même si pour cela vous devez sortir légèrement du strict cadre de la présentation.

– Commencez par le problème du client : le message douloureux, le bénéfice à résoudre, le sujet à présenter…. Puis les parties qui vous serviront à démontrer ou affirmer ce message, et enfin pour terminer la conclusion finale (problème résolu, rappel des bénéfices…).

– Prenez le temps de réfléchir : ne choisissez pas forcément la 1ère idée ou le 1er mot qui vous vient à l’esprit, essayez de faire original. De même évitez les messages et symboles éculés (ex: le cœur pour l’amour).

– Ajoutez des citations de leaders dans votre Powerpoint ®, cela permet de renforcer votre discours et votre crédibilité. Néanmoins veillez à ce qu’elles soient courtes (si nécessaire réduisez-les, ou mettez quelques mots en valeur). Pour vous inspirer, n’hésitez pas à annoter les livres que vous lisez, les interviews que vous entendez… et tenez une liste (soit dans un fichier, soit en surlignant ces textes dans les livres et magazines).

Etape 3 : Dessinez le story board sur papier.

Vous devez concevoir votre présentation comme un story board de film ou comme une BD, et non pas comme un document écrit.

– Utilisez soit des post-it carrés, soit en imprimant des diapositives vierges en mode Document 6 par pages. Vous pourrez ainsi ébaucher un story board avec des illustrations que vous dessinerez sommairement à la main (ou simplement leur signification) accompagnés des messages forts.

– Coupez ensuite tout ce qui est superflu et qui ne contribue pas à renforcer le message central. Il faut élaguer et simplifier pour clarifier.

Etape 4 : Création de la présentation sur Powerpoint.

Après la partie papier où vous avez laissé toute la place à votre créativité, avec Powerpoint vous mettez en forme les textes et images, en essayant différentes maquettes en images et en l’optimisant.

Partie 2 : Le Design d’un Powerpoint réussi

Pour réussir son Powerpoint Zen, il faut respecter les valeurs de simplicité, de subtilité, d’élégance, de suggestivité (tout ne doit pas être trop évident), de sérénité, de tranquillité, de suppression du superflu et d’espace vide (le vide permet de se concentrer sur les seuls éléments visibles).

En plus de cela il faut jouer sur l’ambivalence, en intégrant harmonieusement dans sa présentation le fonctionnel et le design (ex: les statistiques et les images), l’argumentaire et l’histoire à raconter (intégrer ses informations dans un ensemble cohérent), le détail et la vue synthétique (ex: savoir insister sur un point mais l’intégrer dans la globalité du message), la logique et l’émotion (ex: des chiffres mais aussi de l’empathie), le sérieux et le jeu (ex: faire passer du bon temps à ses auditeurs)…

– Supprimez le « bruit » dans vos diapositives (logo de l’entreprise, N° de pages…), qui ajoutent de la confusion au message. Par exemple pour vos graphiques n’affichez pas toutes les données mais uniquement 2 ou 3 valeurs essentielles, masquez les lignes d’échelle…

– Pour les informations qualitatives (tableaux…) mieux vaut mettre le moins d’ornements et laisser les données brutes (pas d’image en fond, pas d’illustrations à côté du graphique…).

– Pour faire passer des idées, il est essentiel d’ajouter de l’émotion pour renforcer le texte, c’est pourquoi il sera essentiel de mettre des images en fond d’écran et par-dessus votre (petit) texte.

– La 3D pour les graphiques n’offre généralement pas la meilleure lisibilité, c’est pourquoi dans la plupart des cas il vaudra mieux proposer un graphique en 2D.

– Si possible, ne mettez pas le logo de votre entreprise sur toutes les slides, mais uniquement sur la 1ère et les dernières (Introduction, Conclusion, Questions / Réponses et Contacts).

– Ne choisissez pas forcément la liste à puces car le plus souvent 1 phrase ou 1 mot sont amplement suffisants (sauf pour les listes fonctionnelles pour les produits).

– Combinez les images et les mots afin d’en renforcer l’impact d’une idée. En effet au delà de 30 secondes d’exposition une image est mieux mémorisée que le texte. Vous devez donc image tout ce qui peut être remplacée dans votre présentation par une image (chiffres, texte…).

– Intégrez le texte à l’image pour assurer la cohérence entre les deux (si vous avez des problèmes avec le contraste, intégrez le texte dans un cartouche translucide).

– Laissez de l’espace vide dans vos slides pour plus d’élégance et de clarté, et n’hésitez pas à jouer sur l’asymétrie et les différentes tailles de polices de caractères pour mettre en avant les mots essentiels à retenir.

– Placez votre texte sur les lignes de force de l’image (voir notre article sur les brochures commerciales) afin d’en renforcer la lecture. Si vous en avez besoin, vous pouvez afficher ces lignes en ajoutant les « Repères » dans Powerpoint ®, selon une division en 3 de l’espace en horizontal et en vertical.

– Pour valoriser vos textes et images, jouez sur le contraste entre les différents éléments(texte au 1er plan et image arrière plan, focus sur le texte et flou sur l’image…), et utilisez si possible des images du même style pour assurer une cohérence globale.

Partie 3 : La Prestation Orale

La partie prestation est décevante car elle ne fait que quelques pages et il y a au final assez peu de conseils par rapport à l’immense expérience de Garr Reynolds… Voici néanmoins quelques uns des conseils présentés:

– Il faut être à 100% présent lorsque l’on fait une présentation, il ne faut pas penser à autre chose, ni à la suite de sa journée.

– Ne soyez pas agressif ou sur la défensive face aux perturbateurs qui pourraient être dans l’assistance. Soyez toujours courtois, et si nécessaire proposez un entretien en tête à tête après la présentation.

– Ne faites pas trop long, la capacité d’attention moyenne d’une personne est de 20 minutes… il faut donc savoir faire court. Ne dépassez jamais le temps prévu, et si possible faites 5 à 10% plus court.

– Evitez l’utilisation d’un pupitre d’orateur qui met une distance entre vous et le public (sauf si c’est une volonté délibérée).

– Utilisez une télécommande sans fil pour passer vos slides, choisissez un modèle simple pour éviter de vous tromper de bouton (et de préférence avec une technologie Wifi et non pas laser).

Le livre donne également une liste de banque d’images.

Les banques d’images discount :
– www.iStockphoto.com : la référence des banques d’images pour Garr Reynold.
– www.dreamstime.com
– www.fotolia.com

Les banques d’images gratuites:
– www.photo-libre.fr (photos non utilisables pour des buts commerciaux)
– www.morguefile.com
– www.flickr.com/creativecommons (attention au copyrights…)
– www.imageafter.com
– www.sxc.hu
– www.everystockphoto.com

Sans oublier Getty images très cher mais très Pro…

Au final, le livre Présentation Zen de Garr Reynolds, est un livre passionnant à lire et inhabituel par rapport aux ouvrages de marketing traditionnels. En effet, Garr Reynolds insiste plus sur une Philosophie du Powerpoint, que sur une véritable méthode rigoureuse et rigide. Ainsi, n’importe qui pourra adopter tout ou partie de cette Philosophie du Powerpoint et l’adapter à son métier.

L’autre intérêt de ce livre, c’est d’être tout en couleur et de proposer de très nombreuses illustrations qui servent d’exemples. On ne regrette uniquement qu’un lien vers un site internet (Slideshare…) ne soit pas inclus. Cela aurait été très intéressant pour visualiser des présentations Powerpoint ® à prendre en exemple (pour cela consultez notre article « Comment faire des présentations Powerpoint à l’américaine« ).

En conclusion, ce livre est un excellent investissement pour tous ceux qui veulent améliorer leurs présentations orales.
Pour en savoir plus, achetez-le directement chez Amazon, à 21 € cet investissement sera très vite rentabilisé.

Critique du livre « Présentation Zen » de Garr Reynolds was last modified: octobre 7th, 2008 by conseilsmarketing

Mes conseils pour réussir en tant que bloggueuse !

blogueuse

Dans le cadre de notre concours de conseils en marketing, nous avons le plaisir d’accueillir Véronique Bourcier, consultante en Allemagne agissant en tant que programmeur sur le logiciel SAS le jour, rédactrice du blog www.sasreference.fr le soir.

Sur son site appelé « La Référence SAS », elle explique le langage SAS®, solution dans la gestion et du traitement de bases de données. Aujourd’hui, elle nous fait partager ses objectifs, son approche pour faire connaître son blog et pour faire revenir ses lecteurs.

Partie 1 – Un blog : pourquoi ?

blog pro

Une volonté de former : Avant même de créer un blog, mon but de départ était de mettre à disposition des étudiants et professionnels un contenu pédagogique et professionnalisant.

Passer au concret avec un blog : J’ai trouvé dans le blog un moyen simple d’obtenir des résultats pouvant servir dans la prochaine rédaction de cours : le rythme de deux/trois articles par semaine suggéré sur www.conseilsmarketing.fr me convient bien (voir Comment lancer un blog Pro et le faire connaître).

S’adresser à tous les interlocuteurs du programmeur : Après quelques mois à bloguer, mes objectifs se sont étendus. Aujourd’hui, le blog s’adresse à un public plus large.

Voici les directions que je me donne pour mon blog…

– Informer les futurs programmeurs sur les formations existantes : les adolescents cherchant à s’orienter trouveront de précieuses informations sur les organismes de formation et sur le parcours des programmeurs SAS actuellement en poste.

–  Former les futurs programmeurs n’ayant pas le bac : SAS n’est qu’un cours parmi d’autres dans les formations diplômantes à ma connaissance. Les possibilités de formation sont nombreuses mais après le bac uniquement. Mon but est donc de fournir les connaissances pour rendre accessible le SAS sans le bac.

– Collaborateurs : managers, statisticiens et ingénieurs sont les interlocuteurs privilégiés du programmeur. Chacun a besoin de mieux cerner les capacités, les motivations et les contraintes des autres pour un travail d’équipe constructif.

–  Agences de recrutement.

–  Diffuser des annonces de recrutement dans mon E-book : je propose des espaces publicitaires dans un prochain E-book recueillant les articles les plus populaires de l’année 2008.

–  Chercher des partenaires et sponsors pour une soirée entre professionnels : je cherche des partenaires et sponsors pour organiser en 2009 des soirées où programmeurs et autres professionnels pourront se retrouver sur une thématique donnée.

– Parler en français : tout en gardant la porte de la langue anglaise grande ouverte, j’ai choisi dans un premier temps de développer mon blog en français pour 2 raisons :

Pour travailler avec les lecteurs : tout lecteur est un partenaire potentiel dans l’avenir. Tout en ayant un parcours très international, revenir aux sources m’est toujours très agréable.
Pour avoir une concurrence très limitée : en anglais, les programmeurs ont à disposition une documentation en ligne, des articles publiés dans le cadre de séminaires et quelques blogs peu pédagogiques. Les cours des universités disponibles sur le net sont souvent très basiques et orientés statistiques oubliant la partie gestion de bases de données indispensable à la conduite de n’importe quelle étude. En français, un cours SAS au format .DOC rédigé par un enseignant est accessible et c’est le seul existant à ma connaissance parmi les références de qualité. Un blog en français à donc sa place.
Pour gagner du temps : Comme chacun sait, écrire des articles est prenant. L’écriture d’articles est plus rapide pour moi en français qu’en anglais. Rien ne m’empêche après de faire des traductions des articles les plus populaires.

Lire la suite

Mes conseils pour réussir en tant que bloggueuse ! was last modified: septembre 20th, 2014 by conseilsmarketing