Sortie imminente de MOI 2.0 (Dan Schawbel & Fadhila Brahimi)

C’est l’annonce de l’année … !

image : François Tancré

Je veux parler de la parution de l’ouvrage tant attendu – par moi au moins – qui est intitulé Moi 2.0. Il s’agit de l’adaptation française de l’ouvrage de l’Américain Dan Schawbel, consacré au « Personal Branding » à l’ère du numérique par notre consoeur et amie Fadhila Brahimi, spécialiste du domaine dans l’Hexagone. L’annonce officielle aura lieu le 3 Octobre à Paris. Je serai présent, alors restez connectés sur ce blog afin d’en savoir plus …

Sortie imminente de MOI 2.0 (Dan Schawbel & Fadhila Brahimi) was last modified: septembre 23rd, 2011 by Yann Gourvennec

les médias sociaux à l’école centrale aujourd’hui

J’ai la chance de participer à une présentation intitulée « Réseaux Sociaux: un atout stratégique pour votre Entreprise ? » qui aura lieu ce soir à Paris à la maison des centraliens, avec Cécilia Durieu et Hervé Kabla. Voici tous les détails. le hashtag de cette conférence sera #ctrsoc11

CENTRALIENS ENTREPRENEURS

Le mercredi 21 septembre, à 18h45

Conférence-cocktail

Réseaux Sociaux: un atout stratégique pour votre Entreprise ?

Maison des Centraliens – Salon Blériot-Eiffel
8, rue Jean Goujon – Paris 8ème  Plan

Les médias sociaux prennent une importance grandissante dans les stratégies de communication des entreprises. Au-delà des techniques et des outils, c’est surtout dans les mentalités et dans l’éthique que les changements sont nécessaires.

Yann Gourvennec, membre fondateur de Media-Aces, fort de son expérience de plus de 20 ans dans les domaines du marketing, de l’innovation et du Web, abordera les points suivants:
*  les médias sociaux professionnels ne se limitent pas à Facebook et Twitter
*  l’obsolescence des recettes marketing traditionnelles
*  10 + 10 Conseils de développement en entreprise
*  sortir du cadre et dynamiser son événementiel
*  ROI : de quoi parle-ton ?
*  quelques exemples de ce qu’il ne faut pas faire

Participera à cette réunion, Hervé Kabla, co-animateur de Media-Aces avec lequel Yann Gourvennec a publié  « Les médias sociaux expliqués à mon boss« .

En début de séance, Cécilia DURIEU présentera eWorky.com, site qui permet de rechercher très facilement un lieu de travail, qu’il s’agisse d’un café avec wifi, d’un poste de travail professionnel, d’une salle de réunion ou d’une salle de séminaire. Le site est entièrement collaboratif donc chacun peut ajouter, modifier, commenter et noter ses lieux de travail favoris.

INSCRIVEZ-VOUS (Membres du Groupement)
INSCRIVEZ-VOUS (Non-Adhérents)

Participation à la conférence-cocktail: 10€
(gratuit pour les membres de Centraliens-Entrepreneurs)

les médias sociaux à l’école centrale aujourd’hui was last modified: septembre 21st, 2011 by Yann Gourvennec

influence numérique : et pan dans le Klout !

La lecture du jour …

Est une petite tricherie dans la mesure où elle émane de mon fidèle ami Hervé Kabla (co-auteur avec moi des médias sociaux expliqués à mon boss) qui a commis un nouvel article sur 01 Net pro, en réussissant l’exploit de caser plus d’ à-peu-près en 1 page qu’Alphonse Allais dans sa vie entière (j’exagère un peu). Pour la faire courte, cet article, qui fait allusion à des débats déjà lancés ici même cet été, dénonce la notion de mesure de l’influence, popularisée par le célèbre site Klout (http://klout.com), en annonçant tout de go : « l’influence ne se mesure pas ». Certes, le célèbre auteur de la phrase qui fait pschiitt a encore beaucoup de crédits d’influence à son actif et pas de Klout ; et il en est probablement de même d’un très grand nombre de personnalités influentes qui ne sont pas bien placées sur les médias sociaux, voire carrément et volontairement absentes (leur Klout à eux c’est le bon vieux Who’s Who ! – voir la bio de Bill Gates à vendre ici).

Même dans le domaine des high tech cependant, on peut trouver le contre exemple qui montre qu’Hervé a raison. En cherchant ainsi dans les personnes que je suis et dont je vois les scores dans Klout, je suis tombé sur … Eric Schmidt himself ! OK, il est directeur exécutif de Google qui a lancé Google+ un peu contre Twitter d’une certaine façon, mais il a quand même un joli réseau (350,000) … qui n’est pas bien fort en Klout : Un petit score de 59 contre 70 ou plus pour le gourou moyen … que personne ne connaît et qui n’a que peu d’influence sur son marché et encore moins au-delà. CQFD !

bizarre, bizarre : comment une "célébrité" peut-elle avoir un score inférieur à un "gourou" inconnu

Savez-vous planter les klouts ?

Ҫa y est, une nouvelle mode débarque dans les cercles branchés de la « social media économie » : le klout (prononcer : kloaoûtt). Ce nom résonne dans toutes les bouches, sur tous les tweets des Community Managers, Web Marketers et autres communicants de la planète. C’est quoi ton klout ? T’as vu son klout ? Mais je fais comment pour faire progresser mon klout ? Après la cloclomania, voici la klout-klout-mania.

2009, année exotique

Dés son lancement en septembre 2009, la petite société qui compte aujourd’hui une quarantaine d’employés basés à San Francisco se fixe un objectif : mesurer l’influence sur les médias sociaux. De quoi sourire… pas à cause du terme médias sociaux, mais du mot influence. Nous voici revenus à l’époque des z’influenceurs de la blogosphère, les p’tits gars qui d’un tweet, d’un post, vont vous booster les ventes comme pas deux.

via Savez-vous planter les klouts ?.

influence numérique : et pan dans le Klout ! was last modified: septembre 20th, 2011 by Yann Gourvennec

médias sociaux : place à la guerre économique

la lecture du jour …

Ce qui a attiré mon attention, c’est cet article remarquable de Cyrille Frank (repéré via Christophe Asselin de Digimind sur Twitter) qui montre que le terrain de jeu des médias sociaux se déplace. Le fameux « klout » déjà maintes fois débattu sur ce blog devient le terrain de jeu non pas seulement de l’influence mais purement et simplement de l’accès aux avantages, aux meilleurs prix, et de l’employabilité … et donc un enjeu d’éducation … et de pérennité économique pour les Etats. A méditer en ces temps de pré campagne électorales où les médias sociaux me semblent extrêmement discrets, à l’inverse de ce qui s’est passé en 2007. Le temps de la poésie sur les médias sociaux est révolu, de la même façon que la bascule s’est effectuée vers le Web marchand au début des années 2000.

[image « economic warfare »  AttributionNoncommercialShare Alike Some rights reserved par Truthout.org

Mais les usages se déplaçant sur les réseaux sociaux, il fallait trouver de nouveaux critères d’influence. Et les marques ont élu Klout en la matière, quoi qu’on puisse penser de ce choix douteux pour mesurer l’influence sociale. En offrant des avantages à ceux qui dépassent un certain score, elles ne font que renouer l’alliance avec les fameux influenceurs, espérant bénéficier par la suite de leurs relais, car ils ne manqueront pas de s’en gargariser. Les employeurs aussi s’intéressent à la performance sociale de leurs futures recrues. Et privilégient déjà ceux qui ont su développer une certaine audience et dont ils espèrent bien profiter pour diffuser leurs messages, trouver des collaborateurs etc. La compétition au départ purement symbolique pour capter l’attention devient donc de plus en plus concrète. Il y a désormais de vrais enjeux économiques : trouver un job, payer ses achats moins cher… A l’heure où les inégalités de revenus reviennent au centre des préoccupations conjoncturelles de nos élus, cette nouvelle forme de sélection devrait les alerter. Non pas pour tâcher de le réglementer bêtement, par une loi inepte de non-discrimination Twitter à l’embauche. Mais en mettant les moyens sur l’éducation et la formation aux outils sociaux, à commencer par les employés du Pôle emploi. Cyrille Frank aka Cyceron via Klout, la bataille sociale se durcit » Médiaculture.

médias sociaux : place à la guerre économique was last modified: septembre 13th, 2011 by Yann Gourvennec

l’oeuf et la poule du changement sociétal / technologique – #innonapo

100_0007Qui de de la société ou la technologie influence l’autre ?

C’est la question qui s’est posée à nous aux “assises des médias sociaux” qui se sont tenues au Napoléon, avenue de Friedland à Paris (Twitter #innonapo pour ceux qui avaient du réseau pour twitter). La réponse est très claire pour le sociologue Stéphane Hugon (à gauche) : C’est la société qui se transforme sous un triple coup de boutoir :

1. évolution du rapport au temps

2. révolution du rapport à l’autorité

3. inversion du rapport à la confiance (et remise en cause des “élites”)

C’est effectivement en phase avec des points déjà identifiés il y a bien longtemps par Maffesoli ou Cova et Badot dans les années 90 (et bien d’autres encore qui ont étudié le phénomène postmoderne).

Cependant, les conclusions ne sont pas aussi aisées car si “les journalistes ne sont plus crus”, la réalité du terrain est que les sites les plus visités sont des sites d’information de journalistes (traditionnels ou nouveaux), que les politiques sont les premiers à sauter sur le phénomène participatif quand ils ne sont pas – comme Obama ou Ségolène Royal quand elle était encore à la mode – cités en meilleur exemple.

Finalement, peut-être bien que c’est un peu l’inverse aussi …

assises des médias sociaux au Napoléon

Michael Tartar et Stéphane Hugon (Eranos), sociologue et entrepreneur

  • état des lieux sociétal et prespectives pour l’entreprise
  • parmi les statistiques sur les médias sociaux, il y en a une qui a interpelé Michael : la courbe d’adoption des médias sociaux qui continue à prendre de l’ampleur
  • indicateur de Morgan Stanley (Avril 2009) qui montrait que les médias sociaux étaient déjà plus utilisés que l’e-mail pour converser.
  • mais au delà des statistiques, quels sont les fondamentaux sociétaux ?
  • La théorisation du lien entre lien social et rentabilisation économique, a été réalisée par Tara Hunt
  • Quel a été le regard des sociologues ?
  • ce phénomène d’appropriation est arrivé de manière très forte
  • dans un phénomène surgissant, on a tendance a croire que la techno a façonné les usages
  • or, c’est parce que notre société se transforme que les choses changent selon Stéphane Hugon
  • C’est un nouveau rapport au temps, à la consommation, au travail … c’est pour cela qu’au début de ce phénomène on avait l’impression que c’étaient les jeunes qui poussaient ces nouveaux réseaux, du moins au début, mais maintenant c’est toute une société qui se transforme.
  • 3 indices :
  • le rapport au temps : a été brutalement changé. On a dû faire le mythe du deuil du futur (on ne parle plus de carrière en recrutement RH par exemple). Il n’y avait plus de stratégies, que des tactiques. Le no future des Punks est devenu le lieu commun. On vit dans ce que Maffesoli a appelé le moment éternel. Nous sommes dans un temps de la réactivité immédiate.
  • la transformation de l’autorité  : on était dans une logique “verticale”, tirée de la société patriarcale, alors qu’on passe aujourd’hui à une société qui donne la parole à ceux qui se sont toujours tu : les jeunes, et aussi ceux qui pendant longtemps n’ont pas été considérés comme des experts : c’est le passage au fratriarcat. Ceci ne se fait pas facilement
  • le rapport à la confiance : pendant longtemps, ce rapport a été contractualisé. La confiance aujourd’hui c’est autre chose – il y a eu des “trahisons” de ce modèle – et on est passés au “communautaire”
  • 2 conséquences :
  • le rapport à l’expertise fait perdre leur pouvoir aux “experts”
  • crise de l’autorité (pour les journalistes, les hommes politiques,…)
  • il y a une préférence pour “ceux qui sont comme moi” qui ont la même expérience que moi, avec qui je peux partager mon expérience
  • disparition de ligne de commandement : émergence des réseaux spontanés (UK, pays arabes, logiques de guérilla, comme dans le terrorisme)
  • Que va-t-il se passer demain ?
  • 1er indice : la proxémie, néologisme des années 50, le retour d’un espace qui prend du sens et qui est un contact immédiat. Les médias sociaux permettent cela
  • 2ème indice : “le lieu fait le lien” (Maffesoli)
  • 3ème indice : les médias sociaux sont à utiliser comme des outils de création de territoire.
l’oeuf et la poule du changement sociétal / technologique – #innonapo was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec