le paradoxe facebook : être visible et rester caché !

photo by Yann Gourvennec
photo YAG http://bit.ly/picasayann

La lecture du jour …

C’est, sur le blog de Michael Tartar, l’histoire passionnante de Cristelle qui a expliqué à Michael pourquoi elle a supprimé son compte Facebook et pourquoi elle ne le regrette pas !

De septembre 2009 à juin 2011 en France, la part des internautes de 35 à 44 ans gérant un profil de réseau social, a cru de 85,7% selon l’étude Global Web Index. Depuis février 2011, Facebook a même dépassé les 20 millions d’utilisateurs. Le réseau social numéro 1 dans le monde connait donc une progression sans résistance dans notre pays. Et pourtant, quelques irréductibles s’opposent à l’envahisseur.

J’ai la chance d’en connaître une dans mon entourage proche : Cristelle qui dans un premier temps a succombé aux charmes de Facebook, a finalement décidé de fermer son compte et annonce aujourd’hui : « cela ne me manque pas ». Alors que Facebook vient d’annoncer le 20 septembre 2011 lors de sa conférence F8 la nouvelle Timeline et un Open Graph offrant toujours plus d’accès aux données des utilisateurs de son service, j’ai voulu comprendre comment Cristelle a décidé d’ouvrir, puis finalement de fermer son compte Facebook, et plus généralement comment l’entreprise qui souhaite s’engager sur les médias sociaux, peut tirer profit de cette expérience.

via J’ai supprimé mon compte Facebook et ça ne me manque pas « Michaël Tartar.

le paradoxe facebook : être visible et rester caché ! was last modified: octobre 12th, 2011 by Yann Gourvennec

les tablettes peuvent-elles sauver la Presse ? #hubforum

le panel sur le luxe

M. Romatet de Condé Nast (Vogue, Glamour, GQ) au centre de la photo

Quelle stratégie mobile et Internet pour Condé Nast ?

D’abord, “la Presse ne s’effondre pas”, même si “le secteur de la Presse a raté Internet et ce n’est pas normal que les groupes de Presse ne soient pas les leaders du Web” a dit Xavier Romatet, Président de Condé Nast. “Avec les tablettes, le secteur de la Presse peut regagner le challenge de la temporalité qui est la même que celle des magazines et le modèle de business des tablettes est un modèle payant” a-t-il ajouté.

Il a néanmoins souligné les risques,de ce nouveau modèle :

  • les socles technologiques qui ne sont pas stabilisés et qui bougent trop
  • M. Romatet privilégie Apple du fait de la part de marché de l’iPad mais souligne aussi les difficultés en termes de taux de commission, même s’il n’a pu dévoiler l’accord en public (les accords en physique sont de 34%; et Apple prend 30%, donc il a souligné qu’il ne fallait pas faire une fixation sur les commissions imposées par Apple)
  • les comportements des utilisateurs ne sont pas encore connus : faut-il les mêmes contenus ? probablement que non, mais il faut encore savoir ce que sont ces comportements.
  • il faut que les concepteurs des magazines soient faits par des personnes qui conçoivent en numérique dès le départ et cela demande de recruter des personnels différents et experts.

Au Japon, Condé Nast a développé Wired au Japon uniquement en numérique, et ne prolongera la version numérique que 2 fois par an et ce modèle est probablement répliquable a conclu le Président de Condé Nast

les tablettes peuvent-elles sauver la Presse ? #hubforum was last modified: octobre 6th, 2011 by Yann Gourvennec

brand content : réconcilier le consommateur avec la marque

Le Brand content est un moyen de réconcilier les Français avec la publicité

Le brand content permet à une marque à faire vivre sa marque au travers d’un contenu propre. Internet permet de faire beaucoup plus de contenu avec plus de simplicité et d’échapper au traditionnel spot de 30 secondes, a déclaré Natalie Rastoin, DG d’Ogilvy France.  Le Brand Content est un bon moyen, a ajouté Mme Rastoin, de s’adresser “à la personne sur 2 qui déteste la publicité”.

Natalie Rastoin a montré un exemple d’IBM monté en partenariat avec Lemonde.fr(paroles d’IBMers) qui donne la parole aux employés du géant informatique américain et de Louis Vuitton qui ont montré tous les 2 des résultats intéressants, voire supérieurs à des sites Web à très grande.

imageIl y a aussi quelques règles pour le bon brand content a ajouté Mme Rastoin. Il faut s’adresser aux personnes et non aux consommateurs, ne pas coller son logo sur toutes pages, s’inscrire dans la durée et ne pas faire une “campagne” et décliner son contenu sur une multiplicité de contenus. Il faut également inclure une phase d’amorçage …

Au final, a-t-elle conclu la Directrice Générale d’Ogilvy, dans la plus pure tradition du fondateur de l’agence de publicité qu’elle représente, est de créer la passion et faire passer la marque derrière, comme instigateur de la passion.

brand content : réconcilier le consommateur avec la marque was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec