Faut-il acquérir ou fidéliser ses clients ? Votre avis nous intéresse !

Une question s’est toujours posée aux professionnels du marketing : vaut-il mieux acquérir ou fidéliser ses clients ? Nous désirons en savoir plus sur les pratiques françaises des professionnels du marketing. C’est pourquoi, nous souhaitons connaître votre avis par l’intermédiaire de ce court questionnaire réalisé pour notre client Weber.

Acquisition, fidélisation : faut-il choisir ?

Les entreprises évoluent dans un écosystème digital riche mais complexe. S’il est possible d’avoir à disposition de nombreuses informations et outils, garder un cap dans sa stratégie de marketing client n’est jamais évident, et une question revient en permanence : faut-il adopter une stratégie d’acquisition et/ou de fidélisation ? 

On entend souvent dire qu’un nouveau client coûte en moyenne 5 fois plus cher à acquérir qu’à fidéliser. Est-ce vrai ? Certains articles avancent une répartition du budget marketing client de 80% pour l’acquisition et 20% pour la fidélisation, sans citer d’étude précise. Ce chiffre est-il exact ? Cette étude sur l’acquisition et la fidélisation de clients devrait nous permettre d’en savoir plus sur le sujet.

Lire la suite

Faut-il acquérir ou fidéliser ses clients ? Votre avis nous intéresse ! was last modified: novembre 8th, 2017 by Claire Sorel

Bouche à oreille : comment rend-on une idée virale ?

Comment rendre une idée virale ? Pour répondre à cette question, j’ai décidé de traduire un article de Seth Godin, gourou en marketing viral, auteur de nombreux ouvrages comme “Permission Marketing“, “The Dip” ou encore “The purple cow“.

L’explication de Seth Godin

Pour qu’une idée puisse se propager, il faut qu’elle soit partagée et que les personnes y adhérent.

Personne ne “partage” une idée sauf quand :

  1. Ils la comprennent
  2. Ils veulent que celle-ci se répande
  3. Ils pensent que répandre cette idée va leur donner plus de pouvoir (réputation, revenu, relation) ou plus de tranquillité
  4. L’effort nécessaire pour partager une idée est moins important que les avantages

Lire la suite

Bouche à oreille : comment rend-on une idée virale ? was last modified: septembre 28th, 2017 by Claire Sorel

La France peut-elle s’imposer sur l’échiquier digital américain ?

Silicon ValleyLa Silicon Valley, véritable terre de fascination pour tout entrepreneur, se caractérise par son pôle d’industries de pointe spécialisées dans l’innovation, le digital et les nouvelles technologies. Mais comment la Silicon Valley est-elle devenue le symbole d’inventivité américain ? Est-ce que la France peut devenir la Silicon Valley de l’Europe ? Pour répondre à ces questions, j’ai interviewé David Fayon, consultant en transformation digital et auteur de l’ouvrage Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique.

 

  1. En quelques mots, comment l’Amérique est-elle devenue leader sur le marché du numérique ?

“Plusieurs raisons ont conduit à ce leadership américain. Tout d’abord le rôle de l’armée et du gouvernement qui fut moteur, en particulier lors de la Seconde Guerre mondiale même si avant IBM avait commencé la mécanisation du recensement de la population. Et les années qui suivirent furent décisives avec le projet Arpanet par exemple.

Ensuite il existe d’autres facteurs comme le marché gigantesque de 325 millions d’habitants, fortement consommateur et avec une uniformité linguistique, le rapport à l’argent, au risque, etc. Ils sont très pragmatiques et orientés résultat et n’hésitent pas à mettre les moyens pour devenir leader sur un marché naissant et stratégique sur le long terme. C’est ce qu’ont mis en œuvre par exemple Amazon ou Facebook et plus récemment Snapchat, avoir une audience et la fidéliser avant de la monétiser.

Les Etats-Unis sont les leaders sur l’ensemble de la chaîne de valeur (matériel, logiciel, données) même s’ils se focalisent à présent plus sur les données où la valeur ajoutée est supérieure. Par ailleurs, les acteurs montants sont plus asiatiques qu’européens… Et l’Europe pourrait être spectractrice d’un match Etats-Unis vs Chine…”

Lire la suite

La France peut-elle s’imposer sur l’échiquier digital américain ? was last modified: septembre 25th, 2017 by Claire Sorel

Data Marketing : venez participer au salon Data Marketing Paris 2017

En pleine ère de transformation digitale, 75% des décideurs marketing fondent leur stratégie marketing autour des datas. Les entreprises ont pris conscience de l’enjeu que représentent les solutions data dans le marketing. Face à ce phénomène, le salon Data Marketing Paris a été créé en 2016. Cette première a été une réussite, près de 800 professionnels du secteur étaient présents. Suite à ce succès, Corp Agency organise une nouvelle édition du congrès Data Marketing 2017, le 16 et 17 novembre, à l’Espace Grand Arche de la Défense de Paris, où Visionary Marketing sera partenaire médias. Le programme de cette seconde édition sera riche, il portera sur des sujets déjà abordés sur ce blog : les opportunités, perspectives et technologies qu’apportent les différentes solutions data au département marketing. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant via ce lien ou en cliquant sur le bouton ci-dessous.

data marketing

data marketing

Data Marketing Paris : un événement à ne pas manquer !

Lire la suite

Data Marketing : venez participer au salon Data Marketing Paris 2017 was last modified: septembre 8th, 2017 by Claire Sorel

Marketing de l’influence en B2B : retour aux sources – avec @markwschaefer

Le business du marketing de l’influence gagne en importance. Ici et là, la presse se fait l’écho de l’impact des influenceurs sur Instragram notamment. Avec des posts sponsorisés qui atteignent les 2000 € en France et jusque 75 000 £ au Royaume-Uni, l’influence devient une activité juteuse. Et pourtant, il y a bien quelques marketeurs qui se posent encore des questions sur l’efficacité de ces méthodes, sans parler de certaines personnes qui essaient d’abuser du système.

On connaît moins les stratégies d’influence en B2B, alors que leur enseignement est riche, y compris pour les marketeurs cités plus haut, qui se posent des questions sur l’impact de ces méthodes. Ceci notamment dans le monde de la high-tech où les démarches sont très sophistiquées. En B2B, il est difficile de tricher sur l’influence. Celle-ci est le résultat de la pratique du terrain et se base sur les connaissances, non sur le déclaratif. Le B2B se prête également beaucoup plus à des démarches de long terme, aux stratégies en profondeur. C’est là, à mon avis, la pierre angulaire d’une bonne stratégie. Pour le démontrer, j’ai interviewé Mark Schaefer qui est l’auteur d’un livre blanc récent rédigé en commun avec Eva Wilkins de Traackr et intitulé “l’Avènement du marketing de l’influence en B2B dans le secteur de la High Tech” (en anglais).

marketing de l'influence en B2B avec Mark Schaefer

Dans cette interview enregistrée sur Skype depuis sa maison du Tennessee, le fameux auteur et blogueur a décrit les principaux aspects du marketing de l’influence et nous a prodigué des conseils qui, à mon avis, seront précieux pour tous les types de marketeurs qui désirent se lancer dans des projets similaires, qu’il s’agisse de B2B ou de B2C.

J’ai quelques questions pour vous sur ce livre blanc que vous avez coécrit avec Traackr et intitulé “l’avènement du marketing de l’influence en B2B dans la High Tech ». Est-ce que les entreprises du secteur de la high-tech sont vraiment en avance ?

Oui, c’est véritablement le cas pour les personnes avec qui j’ai pu m’entretenir. En fait, cette étude a été une grande source d’inspiration pour moi. Comme vous, j’ai travaillé dans cette sphère de l’influence pendant très longtemps. J’ai écrit un des premiers livres sur le marketing de l’influence dans la sphère sociale en 2012. Et donc mon intérêt n’a fait que croître pour ce sujet. Et je peux vous dire que j’ai été très agréablement surpris de constater le niveau de sophistication atteint par certaines des entreprises qui ont lancé des stratégies marketing majeures en ce domaine. Cet exercice a été très enthousiasmant pour moi.

Vous avez mentionné en introduction que le monde du B2B avait beaucoup évolué, et que cette évolution a mené au boom du marketing de l’influence. Pouvez-vous décrire ces changements ?

Une des choses les plus intéressantes est l’évolution de la façon dont on se fait connaître dans le business d’aujoud’hui. Dans le temps, quand nous commencions tous les deux à travailler, pour vous faire connaître, il fallait être dans journaux ou à la télévision et pour une bonne raison et non une mauvaise. Aujourd’hui, les gens ont cette capacité de créer leur propre sphère d’influence en publiant de façon continue, un contenu de haute qualité. Le pouvoir s’est transféré à ceux qui savent se faire connaître par leur contenu.

Lire la suite

Marketing de l’influence en B2B : retour aux sources – avec @markwschaefer was last modified: août 31st, 2017 by Yann Gourvennec