Les 5 enjeux du content marketing (exclu @FlashTweet)

Le mercredi 2 mars s’est tenu un Webinaire organisé par Visionary Marketing, ayant pour sujet « les 5 enjeux du content marketing ». Il s’agit d’un petit résumé de cette session très enrichissante, de par les échanges avec les participants et de leur intérêt pour ce sujet (nous avons même dépassé de 45 minutes la durée du Webinaire en raison de nombreuses questions très intéressantes). Voici, pour les personnes n’ayant pas pu participer, une séance de rattrapage sur les 5 enjeux du content marketing, expliqué par Yann Gourvennec : 

Content marketing : comment sortir du lot ?

« Ces 5 enjeux ne sont pas issus d’enquêtes, d’études ou de statistiques, mais de mon expérience du terrain. L’effet de maturation du content marketing est assez net, et de moins en moins de clients me posent la question « pourquoi faire du content marketing ? » : leurs questions sont désormais davantage portées sur le « comment ».

1er enjeu : du content shock au content chance

Pour cibler correctement les attentes des participants au webinaire, j’ai réalisé un petit sondage dont les résultats ont conforté l’intuition que j’avais : la question qui angoisse le plus les clients est « comment sortir du lot? ».

Le blogueur américain Marc Schaeffer a appelé cela le « content shock ». Cela signifie que la capacité à créer du contenu sur internet est infinie. Mais celle des internautes à lire du contenu ne l’est pas : au bout d’un moment, il y a une saturation de contenus qui fait que l’on produit du contenu, mais le rapport coût/bénéfice disparaît, comme le montre ce schéma ci-dessous.

La production de contenu évoluant plus vite que le lectorat, il y a un point de saturation au-delà duquel le contenu n'est plus aussi rentable qu'auparavant. Schéma réalisé à partir de http://www.christopherspenn.com/2015/05/2015-kpcb-internet-trends-suggests-content-shock-is-here/
La production de contenu évoluant plus vite que le lectorat, il y a un point de saturation au-delà duquel le contenu n’est plus aussi rentable qu’auparavant. Schéma adapté de :   http://www.christopherspenn.com/2015/05/2015-kpcb-internet-trends-suggests-content-shock-is-here/

La question de la pléthore de contenu s’est posée il y a fort longtemps, dès l’arrivée de l’imprimerie. Les lettrés se sont émus que la culture devenant accessible au vulgum pecus allait se niveler par le bas et devenir quelque chose d’anti-culturel. En réalité, tous les contenus ne sont pas destinés à tout le monde : plus il y a une pléthore de contenus de bas niveau, plus il y a une chance de trouver un lectorat haut de gamme se retrouvant en manque de contenu qui lui correspond. C’est ce que j’appelle le content chance. Cela a été démontré plusieurs fois, notamment en B2B. Lire la suite

Les 5 enjeux du content marketing (exclu @FlashTweet) was last modified: avril 30th, 2016 by Cédric Jeanblanc

Marketing de contenu : une question d’application

Inbound marketing : le marketing de contenu est-il soluble dans la traduction ?

Le marketing de contenu n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Nous travaillons actuellement sur un projet de marketing de contenu qui nous amène sur un terrain bien connu de nos lecteurs : le web to store. Enfin, web to store est le vocable que nous utilisons en France, mais celui-ci, bien que parfaitement lisible et compréhensible, n’est usité ni outre Manche ni outre Atlantique. Nos articles étant écrits en anglais puis traduits (adaptés plutôt, on verra pourquoi un peu plus bas) en français et en espagnol, il s’agit d’un véritable casse-tête. En effet, que nous faudrait-il utiliser en anglais ? Et une fois le mot clef web to store remplacé par une périphrase, comment le traduire ? Voilà une question simple qui apporte une réponse complexe. Celle-ci tient en une phrase : il faut tout réécrire.

Marketing de contenu, traductions et adaptations

Si je peux écrire sur ce sujet aujourd’hui, c’est que j’ai pratiqué le dur métier de traducteur interprète lors de mon passage à l’Etat major de l’armée de terre. Un vieux souvenir, mais des leçons jamais oubliées, car essentielles à ma pratique professionnelle, même aujourd’hui, à l’heure où la réforme orthographique fait rage et où le niveau de français moyen vous vaut des remontrances à chaque fois que vous utilisez un pluriel irrégulier (oui, les consommateurs finals ne sont pas finauds même si certains dictionnaires ont baissé les bras et les ont rendu finaux – notez le « rarement » dans le Larousse).
Une clé pour ouvrir le marketing de contenu
L’art de la traduction est celui qui consiste à prendre la bonne clé pour ouvrir la bonne porte.  Le véritable problème est de savoir quelle porte on doit ouvrir, et quand vous n’avez pas la clé, de savoir la forger vous-même.
Par essence je pense que l’exercice de la traduction est un des plus difficiles qui soient. Bien plus difficile que de résoudre une équation (même si je sais que dans ce dernier exemple, je ne brille pas par mes qualités). Une équation peut être entrée dans un ordinateur. C’est même fait pour ça en grande partie. Une traduction, c’est plus compliqué. Réaliser une traduction, c’est un peu comme si on essayait de résoudre deux équations symétriques en deux langues différentes et qu’on tentait de retrouver le même résultat dans la transposition finale du texte. Et je vous fais grâce de ces traducteurs de poésies qui sont en outre capables de retomber sur leurs pattes et en plus de faire des rimes.
Ce genre d’exercice peut paraître aisé, surtout quand les langues en question sont des langues communes. Et pourtant il n’en est rien. Ceci s’explique à mon avis à l’aide de plusieurs facteurs :
  1. Les règles de grammaire, notamment en français, sont exprimées de façon imparfaite (il m’arrive de lire certaines règles de grammaire française et d’être incapable de les comprendre dans leur intégralité. je ne pense pas être seul)
  2. Une langue n’est pas seulement le résultat d’un choix de mots et de grammaire, c’est également le résultat d’expressions vernaculaires qui doivent sonner juste à l’oreille des lecteurs.
  3. Parce que les traductions ne sont pas juste des transpositions : toutes les références locales doivent être changées ou expliquées. Si on prend notre exemple de la distribution, et si je mentionne Casino ou Leroy Merlin en français, il y a de fortes chances pour qu’aucun européen ne comprenne qu’il s’agit de chaînes de distribution. Et vice versa si je vous cite Argos ou Asda (des distributeurs britanniques), vous n’auriez aucune idée de quoi je parle, et potentiellement vous pourriez même croire dans le cas d’Argos que je parle de balises GPS. Tout ceci nécessite adaptation et explications. Lire la suite
Marketing de contenu : une question d’application was last modified: mars 2nd, 2016 by Yann Gourvennec

Webinaire : les enjeux du content marketing 02/03

Webinaire : les enjeux du content marketing le 02 mars 2016

Vous avez été nombreux à réagir positivement sur notre dernier article sur les webinaires. Ceci m’a conforté dans l’idée que cette méthode de marketing est en train de s’établir dans les usages français. Même si, je l’ai déjà dit, c’est arrivée est tardive de ce côté de l’Atlantique. Après avoir organisé de nombreuses sessions  pour le compte de mes clients, Il m’est apparu ainsi qu’à mes confrères de Webikeo que nous pourrions organiser ensemble une série de tout au long de l’année sur différents thèmes pertinents du Web marketing et les sujets traités régulièrement Visionary Marketing ses contributeurs sur ce blog. Voici donc le premier d’une série sur le thème du « content shock » qui a soulevé pas mal de poussière ces derniers temps. Inscrivez-vous donc sans plus attendre à ce webinaire qui aura lieu le 2 mars et qui vous donnera une clé pour réussir votre stratégie de contexte marketing sans prendre les pieds dans le tapis du « content shock ». marketing RH

Webinaire : du content shock au content chance

5 enjeux pour le marketing de contenu en 2016 et dépasser le content shock | Webikeo

Du content shock au content chance cinq enjeux majeurs du contact marketing en 2016

2015 fut l’année du décollage (enfin) du content marketing. A la lecture du livre de Joe Pulizzi (epic content marketing) un grand nombre de responsable marketing se sont soudain pris de passion pour le contenu Web, carburant de cette nouvelle forme de marketing. Initié par Seth Godin il y a près de 20 ans, le marketing entrant (« inbound » en anglais) annonçait Pulizzi dans son livre, donnait naissance à une nouvelle industrie, un de ces nouveaux eldorados du Web que nous avons décrit sur notre blog, quelque peu en avance de phase.

C’était sans compter sur les empêcheurs de rêver en rond comme Michael Schaefer, inventeur du concept du concept de « content shock ». Selon lui, le graal du content marketing est inatteignable pour une bonne et simple raison : le Web peut accepter un nombre incalculable de contenus, mais pas les lecteurs : leur capacité à lire serait en effet limitée et plafonnerait rapidement. En conclusion, il y a trop de contenus et pas assez de gens pour les lire. De ce fait, votre contenu n’aurait, selon lui, aucune chance d’être vu et vous perdez votre temps.

Or, de tout temps il y a eu des voix pour s’élever contre l’abondance de contenus. Sans parler de ceux qui critiquent leur qualité. Cette situation n’est ni nouvelle ni originale. Elle appelle en outre à inventer des tactiques originales pour sortir du content shock et transformer ce problème en opportunité et en content chance. Dans ce Webinaire, nous allons nous concentrer justement sur le fait que ce content shock est en fait une chance incroyable pour les producteurs de contenus de se démarquer et de faire autrement et nous donnerons les pistes qui nous paraissent cruciales pour pouvoir tirer parti du content marketing en 2016 et au-delà.

Ce webinaire sera animé par Yann Gourvennec PDG fondateur de Visionary Marketing. Il est le premier d’une série de webinaires mensuels organisés en commun avec Webikeo. Le calendrier des webinaires de Visionary Marketing et de Webikeo est disponible sur le Web à l’adresse suivante : http://visionarymarketing.com/webinaires

marketing RH

Source : 5 enjeux pour le marketing de contenu en 2016 et dépasser le content shock | Webikeo

Webinaire : les enjeux du content marketing 02/03 was last modified: février 25th, 2016 by Yann Gourvennec

ecommerce B2B : le e-commerce n’est pas réservé à la grande conso

Ecommerce B2B : le ecommerce ce n’est pas que pour la grande consommation

Tel est le message nous fait passer Stéphane Munier dans cette interview réalisée il y a quelques mois dans le cadre d’une conférence dédiée à la sortie du livre de Mohamed Khodja  sur le marketing digital international pour le B2B [dans le cadre de notre collection KAWA Amonboss]. L’occasion pour Stéphane de revenir sur un point que j’avais développé moi-même sur le décollage du ecommerce B2B. Les idées, il nous les décrit très bien ici, sont nombreuses, même si l’état des lieux est certainement moins idyllique qu’on pourrait croire (pour les chiffres américains voir l’infographie ci-dessous). Encore une fois, Amazon (AWS) a montré qu’il était capable de prendre une longueur d’avance sur un marché qui, on l’oublie souvent, représente l’énorme majorité de la richesse des nations. En effet, s’il est quasiment impossible de sortir des chiffres corrects sur l’importance du B2B dans l’économie, on estime celle-ci à environ deux tiers du total de la richesse produite. De quoi faire réfléchir, et ouvrir de nombreuses perspectives sur l’avenir d’une profession, le marketing B2B, qui n’a pas fini de s’enrichir de nouveaux outils, et notamment de ceux du ecommerce. Alors que dans le grand public, l’essentiel de la réflexion se porte autour du Web to store, c’est-à-dire la combinaison entre le off-line et le online,  le business-to-business se prépare quant à lui à un décollage imminent du ecommerce dans sa catégorie. Ceci s’effectuant sous la pression d’acheteurs de plus en plus enclins à faire leur shopping eux-mêmes. En route pour de nouvelles aventures avec le ecommerce B2B qui, selon mes amis de Skeelbox, un cabinet spécialisé en ecommerce, représente déjà 40% de leur chiffre d’affaires, et ne tardera pas à en représenter la majorité.

Le ecommerce B2B, ça ne sert à rien ?

Au contraire ! Le potentiel est immense, extraordinaire et au-delà de ce qui se passe sur Amazon (AWS) ou Alibaba. Je vais prendre un exemple sur des industries plus sophistiquées : prenons l’exemple des vendeurs d’ingrédients dans l’industrie agroalimentaire. Les entreprises qui élaborent ou font évoluer les produits dans de grands groupes comme Danone, Nestlé ou McDonald’s, utilisent des ingrédients et, lorsqu’ils mettent au point leurs recettes, veulent faire des essais, des tests, donc ils consultent leurs fournisseurs. Ces fournisseurs vont leur livrer des ingrédients en très grande quantité : toutes les interfaces ecommerce pour ces produits d’essai dans de nombreuses industries offrent de nombreuses perspectives pour l’ecommerce B2B.

ecommerce B2B
Stéphane Munier a fondé le think tank Ensemble B2B avec Hervé Gonay, auquel adhère Visionary Marketing (cliquer sur l’image pour visiter le site)

Un autre exemple me vient à l’esprit : si je suis éleveur de poissons et que j’élève des saumons, je serai très heureux de pouvoir acheter auprès des laboratoires pharmaceutiques des antibiotiques ou des médicaments qui vont me permettre de gérer au mieux les problèmes de ma flotte de poissons. L’objectif n’est pas de remplacer la vente par du ecommerce, c’est un complément, quelque chose à apporter en plus. Dans ce cas-là (la vente d’ingrédients à de grands groupes agroalimentaires), c’est un complément. Ce complément va intervenir à une étape critique du parcours d’achat, puisque c’est le moment du test qui va influencer les étapes successives de la décision de travailler avec tel ou tel ingrédient, de faire évoluer la recette en conséquence.

Stéphane Munier nous explique le potentiel du ecommerce B2B Lire la suite

ecommerce B2B : le e-commerce n’est pas réservé à la grande conso was last modified: février 22nd, 2016 by Yann Gourvennec

Comment combattre la fraude bancaire avec les Big Data

[NDLR] Nous avons eu la chance de rencontrer Thomas Gerbaud l’année dernière lors d’une réunion sur les Big Data. Nous en avions d’ailleurs profité pour l’interviewer sur son métier de data scientist. Il nous arrive souvent de décrire les data sous un angle marketing dans ce blog, et celui de nos clients et partenaires. Il serait faux cependant de croire que seul le marketing est concerné par cette révolution de la donnée. On peut bien entendu et surtout les utiliser aussi à titre préventif dans le cadre de la détection de la fraude bancaire par exemple. Dans la mesure où cet aspect de la détection des fraudes, dans le domaine bancaire et dans le ecommerce, peut également être vu comme un avantage concurrentiel ou une constituante du service : nous avons donc demandé à Thomas de traiter ce sujet. Nous vous livrons donc ses réflexions sur ce sujet dans le billet suivant.

Comment combattre la fraude bancaire avec les Big Data

Par Thomas Gerbaud, CEO Ocean Data, Fondateur de Mantiq et Data Scientist

Exemple basé sur une situation réelle – bien évidemment. Je me garderai donc bien de donner toute formation d’indication chiffrée.

La banque X travaille avec Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins), comme toutes les autres. En tant qu’organisme financier, elle a l’obligation légale de participer activement à la lutte contre le blanchiment d’argent. Toute entrée d’argent suspecte doit donc être notifiée au régulateur. Cela représente un coût certain, essentiellement humain et en temps. Une perte sèche, au mieux compressible. Des outils de détection existent, bien sur, souvent basés sur des filtres ad-hoc. Le souci, c’est que ces outils sont fondamentalement idiots.

A l’heure où l’intelligence artificielle titille les experts du Go, et alors qu’aucun être humain n’a battu un supercalculateur aux échecs depuis 2006 (voir ce très bon article du Monde), est-il encore nécessaire de fixer les seuils de déclenchement d’alertes à la main ? Ne pourrait-on pas injecter un peu d’intelligence dans les routines de détection de fraude ? Questions légitimes. Réponse affirmative.

fraude bancaire
les big data arriveront-ils à allumer la petite lumière de l’intelligence des outils de détection la fraude bancaire ?

Détection de fraude : pour une approche plus futée… et plus efficace

Je me propose d’illustrer, dans ce billet, les limites de la détection par filtres, et de présenter une approche plus futée. Et plus efficace !

La détection par filtre consiste à modéliser un comportement suspect, puis à le détecter ; c’est-à-dire décrire le comportement en terme d’observables (par exemple, un virement rond supérieur a 5000e, ou un dépôt de liquide atypique), et placer des filtres sur les opérations. Cette approche est efficace si le nombre de règles est suffisant, et si tous les cas sont couverts. L’intelligence réside donc dans la conception et l’ordonnancement des filtres, qui sont voués à se multiplier pour embrasser la multiplicité des situations qui seront, selon le contexte, suspectes ou non. Trop larges, ces filtres provoquent des avalanches de faux-positifs; trop restrictifs, ils ne détectent rien. Si, pratiquement parlant, cela fonctionne quand même, au prix d’une certaine complexité, cette approche n’est intellectuellement pas satisfaisante. Puisque l’approche descriptive suppose une certaine ressemblance dans les comportements suspects, ressemblance que l’on traduit par des règles simples, pourquoi ne pas pousser la démarche et laisser l’ordinateur détecter ces motifs tout seul ? Lire la suite

Comment combattre la fraude bancaire avec les Big Data was last modified: février 18th, 2016 by Thomas Gerbaud