Myryam L’aouffir : TV et médias sociaux ce sont « les écrans qui s’unissent »

IMAG0274

Myryam L’aouffir (à gauche) a présenté le 6/9 à Paris dans le cadre des assises des médias sociaux au Napoléon

morceaux choisis :

– la télé comptait ses visiteurs en millions, les médias sociaux aussi

– les médias sociaux et la tv, “ce sont les écrans qui s’unissent”

– Facebook et Twitter sollicités à 50% pour parler des programmes de télé

– “pour avoir tout testé, c’est le hashtag qui est le dispositif le plus efficace”

– “ces outils nous permettent surtout de nous rencontrer dans la vie réelle”

– pour la finale de l’Eurovision, sur France O, plus de 227.000 internautes potentiellement touchés par Twitter

– ROI = Retour sur INTERACTIVITE et pas investissement seulement

Myryam L’aouffir : TV et médias sociaux ce sont « les écrans qui s’unissent » was last modified: septembre 5th, 2011 by Yann Gourvennec

l’oeuf et la poule du changement sociétal / technologique – #innonapo

100_0007Qui de de la société ou la technologie influence l’autre ?

C’est la question qui s’est posée à nous aux “assises des médias sociaux” qui se sont tenues au Napoléon, avenue de Friedland à Paris (Twitter #innonapo pour ceux qui avaient du réseau pour twitter). La réponse est très claire pour le sociologue Stéphane Hugon (à gauche) : C’est la société qui se transforme sous un triple coup de boutoir :

1. évolution du rapport au temps

2. révolution du rapport à l’autorité

3. inversion du rapport à la confiance (et remise en cause des “élites”)

C’est effectivement en phase avec des points déjà identifiés il y a bien longtemps par Maffesoli ou Cova et Badot dans les années 90 (et bien d’autres encore qui ont étudié le phénomène postmoderne).

Cependant, les conclusions ne sont pas aussi aisées car si “les journalistes ne sont plus crus”, la réalité du terrain est que les sites les plus visités sont des sites d’information de journalistes (traditionnels ou nouveaux), que les politiques sont les premiers à sauter sur le phénomène participatif quand ils ne sont pas – comme Obama ou Ségolène Royal quand elle était encore à la mode – cités en meilleur exemple.

Finalement, peut-être bien que c’est un peu l’inverse aussi …

assises des médias sociaux au Napoléon

Michael Tartar et Stéphane Hugon (Eranos), sociologue et entrepreneur

  • état des lieux sociétal et prespectives pour l’entreprise
  • parmi les statistiques sur les médias sociaux, il y en a une qui a interpelé Michael : la courbe d’adoption des médias sociaux qui continue à prendre de l’ampleur
  • indicateur de Morgan Stanley (Avril 2009) qui montrait que les médias sociaux étaient déjà plus utilisés que l’e-mail pour converser.
  • mais au delà des statistiques, quels sont les fondamentaux sociétaux ?
  • La théorisation du lien entre lien social et rentabilisation économique, a été réalisée par Tara Hunt
  • Quel a été le regard des sociologues ?
  • ce phénomène d’appropriation est arrivé de manière très forte
  • dans un phénomène surgissant, on a tendance a croire que la techno a façonné les usages
  • or, c’est parce que notre société se transforme que les choses changent selon Stéphane Hugon
  • C’est un nouveau rapport au temps, à la consommation, au travail … c’est pour cela qu’au début de ce phénomène on avait l’impression que c’étaient les jeunes qui poussaient ces nouveaux réseaux, du moins au début, mais maintenant c’est toute une société qui se transforme.
  • 3 indices :
  • le rapport au temps : a été brutalement changé. On a dû faire le mythe du deuil du futur (on ne parle plus de carrière en recrutement RH par exemple). Il n’y avait plus de stratégies, que des tactiques. Le no future des Punks est devenu le lieu commun. On vit dans ce que Maffesoli a appelé le moment éternel. Nous sommes dans un temps de la réactivité immédiate.
  • la transformation de l’autorité  : on était dans une logique “verticale”, tirée de la société patriarcale, alors qu’on passe aujourd’hui à une société qui donne la parole à ceux qui se sont toujours tu : les jeunes, et aussi ceux qui pendant longtemps n’ont pas été considérés comme des experts : c’est le passage au fratriarcat. Ceci ne se fait pas facilement
  • le rapport à la confiance : pendant longtemps, ce rapport a été contractualisé. La confiance aujourd’hui c’est autre chose – il y a eu des “trahisons” de ce modèle – et on est passés au “communautaire”
  • 2 conséquences :
  • le rapport à l’expertise fait perdre leur pouvoir aux “experts”
  • crise de l’autorité (pour les journalistes, les hommes politiques,…)
  • il y a une préférence pour “ceux qui sont comme moi” qui ont la même expérience que moi, avec qui je peux partager mon expérience
  • disparition de ligne de commandement : émergence des réseaux spontanés (UK, pays arabes, logiques de guérilla, comme dans le terrorisme)
  • Que va-t-il se passer demain ?
  • 1er indice : la proxémie, néologisme des années 50, le retour d’un espace qui prend du sens et qui est un contact immédiat. Les médias sociaux permettent cela
  • 2ème indice : “le lieu fait le lien” (Maffesoli)
  • 3ème indice : les médias sociaux sont à utiliser comme des outils de création de territoire.
l’oeuf et la poule du changement sociétal / technologique – #innonapo was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Klout et influence : tout est dans le lissage exponentiel !

Person with Klout score

Il y a quelques jours, j’ai posé la question sur Klout et la pertinence de sa mesure et c’est notre docte ami Christophe Bénavent, économiste et marketeur de renom, qui a repris la balle au bon. Voici l’explication savante; accrochez vos ceintures !

Klout : influencer la mesure de l’influence ?

Klout s’impose comme l’instrument de mesure de l’influence (1), mais à l’instar de Yann Gourvennec  (Klout mesure-t-il l’influence ou la capacité à influencer Klout ?) nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la validité d’un indicateur qui semble varier de manière trop prononcée en fonction de l’activité. Les semaines de vacances ont fait de gros trous dans de nombreux ego.

C’est l’occasion de revenir sur la question générale de la mesure de la performance. Dans le cas de Klout ce qui est mesuré assurément ce sont les conséquences de l’activité : les mentions, les retweet, les partages, les likes, tout ce fratras et cette agitation qui caractérise les réseaux sociaux. Il va de soi que plus on est actif et plus on fait de bruit.

[…] extrait choisi

Pour conclure, le véritable souci avec Klout n’est pas véritablement dans le choix du modèle, mais plutôt dans ce cancer qui pourrit toutes les agences de notation : le conflit d’intérêt. L’objectif pour Klout est clairement de rassembler la base de données la plus vaste possible, et les mécanismes employées sont moins des mesures objectives de performance qu’un système de motivation et d’incitation. La note n’a pas d’autre rôle que de flatter – ou de vexer – les ego, afin de les encourager à produire plus. Elle joue aussi des instincts les plus bas : la jalousie et l’envie.

[…]

Klout et influence : tout est dans le lissage exponentiel ! was last modified: septembre 2nd, 2011 by Yann Gourvennec

Laurence Parisot : « avec ces rencontres naissent des idées nouvelles » #uemedef11

DSC_3754

Laurence Parisot nous a fait un cadeau ce soir en venant nous faire une petite visite dans la salle des blogueurs des universités du Medef 2011, une première pour moi qui avait été frustré de son annulation des années précédentes.

un événement très complexe au budget modeste

Et j’ai bien fait de rester car elle est intervenue directement et de façon fort sympathique. Dans son discours rapide mais très direct, elle est venue expliquer l’organisation très complexe d’un événement comme celui-ci (que nous avons déjà décrite dans notre livre et en vidéo) alors que le budget en est très modeste. Juste environ 1 million d’euros, pas plus, ce qui est “très modeste” selon la Présidente du Medef (c’est en effet un budget très compressé pour un événement d’une telle envergure, où les intervenants sont si prestigieux et nombreux).

Et ce n’est pas que pour amuser la galerie. Dans une confidence faite au panel de blogueurs présents dans la salle, Laurence Parisot nous a avoué avoir eu une discussion fort constructive avec Pascal Lamy qui va amener le Medef à mettre des ressources “pour l’aider à faire avancer le cycle de Goa”. “Mais il est difficile de rendre tout public” a ajouté la patronne du MEDEF (d’où le côté un peu frustrant que j’évoquais dans un précédent rapport).

Il est vrai que c’est une belle manifestation et l’organisation et l’accueil des blogueurs est hors-pair. Un modèle du genre dont les entreprises membres du Medef feraient bien de s’inspirer si elles le peuvent, pour adapter ce modèle à leurs besoins.

Photo Yann Gourvennec, 1er Septembre 2011

Laurence Parisot : « avec ces rencontres naissent des idées nouvelles » #uemedef11 was last modified: septembre 1st, 2011 by Yann Gourvennec

livre blanc – Up 2 Social : les blogs d’entreprise ne sont pas morts !

« les blogs d’entreprise ne sont pas morts, ils viennent juste de naître ! » tel est le titre de ma contribution au livre blanc de up2social auquel 7 praticiens des médias sociaux ont participé (voir ci-dessous). Je vous livre ici le début de mon article, n’hésitez pas à télécharger le livre blanc sur les bénéfices des blogs de Up 2 Social, qui est très complet:

les blogs d’entreprise ne sont pas morts, ils viennent juste de naître ! 

Il y a à peine trois ans, ce qui paraît en temps Internet une éternité, je discutai avec un ami professionnel du Web et nous débattions de notre initiative de blogs d’entreprise chez Orange Business Services : « pourquoi se lancer sur les blogs, c’est fini !» me disait cet ami. Il est vrai que la mode – largement inspirée de la dernière élection présidentielle et amplifiée par la ‘république des blogs’ de notre confrère Versac – était derrière nous. Mais c’est juste pour cette raison aussi que cette initiative devenait intéressante, car c’est hors de la mode que l’on peut bâtir un véritable discours ; contrairement à une croyance répandue, c’est dans le long terme que se construisent les initiatives du Web, pas dans l’éphémère et illusoire gloire des projecteurs.

Trois ans plus tard, voyons comment et pourquoi les blogs – désormais relayés et élargis au reste des médias sociaux – peuvent soutenir, développer et magnifier la communication entreprise.

1. Le contenu, créateur de liens forts, remède au cyber babillage

Il a été prétendu que les relations entre individus prenaient le pas – avec l’avènement des médias sociaux – sur les échanges de contenus. Je ne peux cependant imaginer un monde où les discussions entre les hommes font disparaître les débats de fond, les constructions intellectuelles et les échanges d’idées. Il en est de même des marques et de la communication entreprise. Je vois une tendance se généraliser au cyber babillage, où le lien le plus fort avec son écosystème tient au fait de gagner ou non un iPad. Les marques ont de belles histoires à raconter, non seulement sur elles, mais surtout sur les autres, car c’est en montrant leur altruisme qu’elles peuvent créer des liens forts. C’est là que les médias sociaux et notamment les blogs remplissent leur rôle. Ce travail est cependant plus ardu. Il demande de l’implication, de la co-construction et de l’implication au quotidien au sein même des services pour investir ces espaces. C’est un défi certain, car il ne suffit pas de payer un tiers, aussi bon soit-il, pour créer un contenu engageant.

… lecture à poursuivre avec le livre blanc sur les bénéfices des blogs – Up 2 Social.

Quels sont les bénéfices des blogs dans votre communication sur les médias sociaux ?

Partie I : Livre blanc

Les entreprises bloguent; Leurs premiers pas; Choix d’une plateforme; Stratégie d’entreprise; Avant de se lancer; L’écriture sur un blog; Blogs et médias sociaux

Partie II : Témoignages

Développer son business avec un blog; Lancer une alternative au blog; Se positionner en référence avec un blog; Animer une communauté sur un blog; Gérer une relation Blogueur/Marque; Réaliser une veille sur les blogs; Imaginer l’avenir de la communication

7 experts nous ont fait l’honneur de témoigner dans ce livre blanc : Yann Gourvennec (Orange), Christophe Ramel (Kriisiis), Frédéric Canevet (ConseilsMarketing), Ismael Kheir (Lokeo), Gwenola Toulemonde (La Redoute), Manuel Dorne (Korben) et Severine Faurax (Alerti).

Téléchargez le livre blanc – Up 2 Social.

livre blanc – Up 2 Social : les blogs d’entreprise ne sont pas morts ! was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec