les chartes des médias sociaux mode d’emploi

En avant première de la conférence Media Aces du 25 octobre, Fadhila Brahimi m’a interviewé au Hubforum qui s’est tenu la semaine dernière, afin de présenter la future conférence sur les chartes des médias sociaux :

inscrivez-vous à la prochaine conférence Media Aces

1er dilemme. A quoi ça sert ? – A sécuriser ou à sensibiliser ?

La période semble mûre pour dépasser le débat sur l’intérêt des médias sociaux. Les marques forment leurs collaborateurs en community management et s’expriment à présent des besoins en faveur de la création de chartes. Pour illustration, les récentes publication: le guide des bonnes pratiques de France Télévisions, les Social Media Guidelines d’Orange-France Telecom (cf une liste exhaustive) ainsi que le rdv Media Aces du 25 octobre. Selon Yann Gourvennec, interviewé au Hub Forum, les chartes servent à « Conseiller, éduquer et inciter ». Faisons le point ensemble et en vidéo

via Social Media Guidelines: comment faire une charte des médias sociaux » Le Blog du Personal Branding.

les chartes des médias sociaux mode d’emploi was last modified: octobre 12th, 2011 by Yann Gourvennec

Fadhila Brahimi : « tout le monde peut s’essayer au personal branding ! »

comment devenir une star
comment devenir une star - photo YAG

Aujourd’hui est un jour important. J’annonce sur ce blog la sortie du livre de Fadhila Brahimi, Moi 2.0, adaptation qu’elle a réalisée du best-seller de Dan Schawbel: Me 2.0. Cette annonce coïncide d’ailleurs exactement avec la sortie du livre par les éditions LEDUC. Je connais Fadhila depuis près de trois ans et j’ai eu maintes fois l’occasion de me rendre compte de sa compétence, mais aussi de sa gentillesse et de son engagement personnel. Moi 2.0 représente l’aboutissement de cet engagement, un ouvrage où sont consignées les astuces les plus efficaces pour mettre le Personal branding à la portée de tous. Arrêt sur image et interview vidéo :

mon expérience personnelle …

le Personal branding, je connais un peu, j’en fais-comme M. Jourdain depuis 1995 ; le jour où j’ai compris que j’étais devenu un « produit » sur un marché de l’emploi, qu’il fallait que je fasse moi-même mon marketing et que je devais pour cela créer un site web (Visionarymarketing.com). Le but au départ était de “sauver ma peau”, car dans une société qui passait de 120.000 personnes à 30.000 en à peine 7 ans, il fallait faire montre d’une certaine résilience ! En fin de compte, non seulement je ne fis pas partie des nombreuses victimes de la crise de l’informatique de 1990-1996, mais je réussis à me positionner durablement sur les métiers de l’Internet et même à passer chez Cap Gemini ensuite pour aller y exercer mes talents. Ça c’est pour la Préhistoire…

trop peu de gens s’y mettent …

Mais en 2011 – soit 16 ans plus tard ! – encore trop peu de gens sont conscients de l’importance du réseautage et du développement d’une marque personnelle dans une carrière. Fadhila s’explique : lorsqu’elle était chez Airlib, elle enchaînait les plans sociaux en tant que responsable RH (certains se souviendront des problèmes de l’ex compagnie aérienne sauvée puis coulée par les mêmes personnes dans des circonstances troubles). Et elle a découvert beaucoup « d’employés démunis car il ne savait pas faire autre chose (ndlr: que le métier qu’ils venaient de perdre) ». Les bénéficiaires potentiels sont ceux-là ; M. tout le monde, mais surtout les jeunes en recherche d’emploi, et aussi les seniors qu’on va bientôt mettre dehors, tout en leur ayant expliqué qu’ils doivent encore travailler pendant 15 ou 20 ans avant la retraite … L’heure est grave, l’employé doit entrer en guerrilla ! Il faut donc savoir se vendre, mais comment y arriver quand on n’est pas un « expert de la communication ? »

l’interview de Fadhila au Hub Forum dans des conditions … extrêmes !

le personal branding est pour tout le monde

Ceci n’est pas un problème nous dit Fadhila : « tout le monde peut s’essayer au Personal branding », avec ses moyens propres, pour peu qu’on y passe du temps et qu’on adopte une démarche proactive. Il n’est pas en effet envisageable selon elle, de « créer un compte Twitter, LinkedIn ou Viadeo et de s’arrêter là ! ».

A ceux qui auront écouté l’interview vidéo de Fadhila (ci-dessus), je recommande ensuite de lire le livre de Dan Schawbel qu’elle a adapté en français ; je salue au passage les efforts de traduction et d’adaptation : enfin un livre écrit en Français et non en sabir mâtiné de globish (*) ! Dans ce livre, Schawbel explique, au travers de son expérience personnelle, comment créer et promouvoir sa propre image. Il y décrit, sur la base de ses réalisations extérieures, comment il a décroché le job de ses rêves chez EMC en 2007, devenant ainsi un des premiers responsables médias sociaux dans un groupe américain. Et il est désormais reconnu comme « gourou » incontesté du Personal branding selon le New York Times ! Le livre très simple à lire et bourré de conseils pratiques : comment et où créer son blog, comment dépasser le CV traditionnel, comment remplir un profil Google+ efficacement (le livre est mis à jour avec les dernières nouveautés), comment catégoriser son réseau, établir un « dossier de presse » personnel etc.

(*) je fais une exception pour le titre, qui ne se traduit pas très bien en Français, il est des cas où le nom original est plus adapté.

pas seulement un hobby pour chômeurs de longue durée

Un dernier mot : entretenir sa réputation sur Internet n’est pas réservé aux chômeurs de longue durée. Je passe personnellement un temps non négligeable à réseauter, malgré un emploi du temps très chargé et bien qu’étant très heureux là où je me trouve ; car le réseautage me sert de façon quotidienne à inventer, créer, lancer de nouvelles idées et faire avancer mes projets. Sans le réseautage, je ne pourrais pas réussir ces projets.

Allez donc acheter Moi 2.0, c’est une lecture indispensable, que vous soyez chercheur d’emploi, senior en pleine crise de 40 ans, ou tout simplement professionnel en quête d’excellence, il ne vous en coûtera que €20 !

Fadhila Brahimi : « tout le monde peut s’essayer au personal branding ! » was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

Netvibes : de l’agrégation de contenu à l’analyse intelligente #hubforum

100_0040

Freddy Mini de Netvibes (à gauche sur la photo) a conclu la table ronde dédiée aux paiements et au Web analytics au Hubforum. “Tout le monde est devenu éditeur de contenu sur Internet” a indiqué Freddy Mini et donc le besoin de comprendre ce qui se passe sur Internet touche tout le monde : “tout le monde devient un analyste” et ce besoin n’est plus l’affaire des seuls spécialistes a indiqué M. Mini.

Le problème : l’absence de contexte

Le problème du web analy!tics est qu’on voit le nombre de fois où un mot-clef a été tapé par exemple, mais cela ne qualifie pas l’influence, et cela ne donne pas l’intelligence – même via les outils de Google qui sont bons a-t-il ajouté – qui est réclamée par les utilisateurs. Il faut donc “faire ses courses pour trouver cette intelligence”.

Le futur

Le “futur de l’écoute et de l’analyse est le même” a affirmé Freddy Mini. L’internaute est au centre du content qu’il agrège. Une fois agrégé, comment l’internaute va-t-il obtenir l’intelligence de cette agrégation ? Netvibes va rester gratuit, mais dans une version payante qui vient d’être releasée, Netvibes va indiquer par des moteurs algorithmiques, la mesure de l’influence des contenus ainsi agrégés.

Netvibes a changé de métier …

netvibesLe but de Netvibes n’est plus d’agréger tout ce qui concerne l’internaute ni de faire des graphes qui sont jolis a dit M. Mini mais d’aider l’internaute  prendre des décisions et – si vous faites confiance à Netvibes – de laisser le moteur prendre la décision à votre place !

Freddy Mini a indiqué que nous n’en étions qu’au début du Web social. “L’informatique est un outil qui permet à l’homme de mieux vivre et mieux travailler” a ajouté M. Mini. Au bout du compte, “demander si les sources d’information sont importantes, c’est comme demander à un cuistot si les ingrédients de sa cuisine ont une importance”  a-t-il conclu.

Netvibes : de l’agrégation de contenu à l’analyse intelligente #hubforum was last modified: octobre 7th, 2011 by Yann Gourvennec

highco data : il n’y a pas de règles pour les médias sociaux !

Véritable électron libre de la communication, son profil ne correspond pas aux standards du marketing. Christelle ALEXANDRE (que les lecteurs de Visionary Marketing connaissent bien car elle écrit sur ce blog depuis de nombreuses années) – est Chargée de communication chez HighCo Data depuis 2007 -a traversé des univers variés tout au long de son parcours professionnel: de la téléphonie mobile à l’heure de l’éclatement de la bulle internet au début des années 2000, à l’agro-alimentaire et à présent la gestion promo-relationnelle et le traitement des données au sein de HighCo Data.

Les réseaux sociaux lui ont permis de s’exprimer et de créer les liens qui l’amènent à prendre la parole le 25 octobre prochain à l’ESG – Ecole de Management.

Le thème de son intervention: La règle : No rules !

  • Si HighCo Data avait respecté les ‘règles’, rien ne disposait un centre de gestion à créer un blog … Mais il s’agit en quelque sorte d’une exception qui confirme la règle car nos fonctions nous situent au cœur des marques / distributeurs et consommateurs
  • HighCo Data utilise les médias sociaux pour des besoins BtoB et BtoC autour de 3 questions clés
    1. Pourquoi faire ?
      • Monologue ou discussion
      • Informer ou vendre
    2. Auprès de qui ?
      • BtoB & BtoC
    3. Où et comment ?
      • Créer le momentum

Aucun doute, vous allez flasher sur elle!

highco data : il n’y a pas de règles pour les médias sociaux ! was last modified: octobre 5th, 2011 by Yann Gourvennec