Innover ou disparaître, telle est la question

Innover ou disparaître (« innovate or die »), voilà une devise que n’aurait pas renié Champi ou Drucker. Pour des innovateurs nés comme Olivier Laborde ou mon ami Hervé Kabla la question ne se pose pas. Si dans bien des cas, en tout cas par le passé, ce sont souvent les intrapreneurs qui ont eu tendance à souffrir (Berkun écrivait même que « les gens détestent l’innovation ») car ils remettaient les ordres établis en question et de ce fait en dérangeaient ses détenteurs, il semblerait que la tendance s’inverse à mesure que le mur se rapproche. C’est pourquoi, j’ai interviewé Olivier Laborde, auteur de l’ouvrage “Innover ou disparaître” publiée aux éditions Dunod.

De la transformation digitale à l’innovation dans la peau

Les années de la « transformation digitale », sont sans doute sur le départ. Les modes passent, les CDO trépassent, mais ces buzzwords n’ont aucune importance.

Le Web et ses innovations ont profondément changé le monde et nos vies. Les entreprises sont bousculées de fond en comble aussi bien sur le plan des RH, des méthodes, des marchés, des business models, de la conception des produits, de la distribution et de la logistique.

Innover ou disparaître, telle est la question : interview d’Olivier Laborde

Ne cherchez pas, nul ne peut échapper à l’évolution du monde. Pas même le petit commerçant du coin ni le docteur de quartier qui, s’il n’est pas sur Google my Business ou Doctolib, n’aura bientôt plus de clients / patients.

Lire la suite

Innover ou disparaître, telle est la question was last modified: octobre 10th, 2017 by Yann Gourvennec

La France peut-elle s’imposer sur l’échiquier digital américain ?

Silicon ValleyLa Silicon Valley, véritable terre de fascination pour tout entrepreneur, se caractérise par son pôle d’industries de pointe spécialisées dans l’innovation, le digital et les nouvelles technologies. Mais comment la Silicon Valley est-elle devenue le symbole d’inventivité américain ? Est-ce que la France peut devenir la Silicon Valley de l’Europe ? Pour répondre à ces questions, j’ai interviewé David Fayon, consultant en transformation digital et auteur de l’ouvrage Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique.

 

  1. En quelques mots, comment l’Amérique est-elle devenue leader sur le marché du numérique ?

“Plusieurs raisons ont conduit à ce leadership américain. Tout d’abord le rôle de l’armée et du gouvernement qui fut moteur, en particulier lors de la Seconde Guerre mondiale même si avant IBM avait commencé la mécanisation du recensement de la population. Et les années qui suivirent furent décisives avec le projet Arpanet par exemple.

Ensuite il existe d’autres facteurs comme le marché gigantesque de 325 millions d’habitants, fortement consommateur et avec une uniformité linguistique, le rapport à l’argent, au risque, etc. Ils sont très pragmatiques et orientés résultat et n’hésitent pas à mettre les moyens pour devenir leader sur un marché naissant et stratégique sur le long terme. C’est ce qu’ont mis en œuvre par exemple Amazon ou Facebook et plus récemment Snapchat, avoir une audience et la fidéliser avant de la monétiser.

Les Etats-Unis sont les leaders sur l’ensemble de la chaîne de valeur (matériel, logiciel, données) même s’ils se focalisent à présent plus sur les données où la valeur ajoutée est supérieure. Par ailleurs, les acteurs montants sont plus asiatiques qu’européens… Et l’Europe pourrait être spectractrice d’un match Etats-Unis vs Chine…”

Lire la suite

La France peut-elle s’imposer sur l’échiquier digital américain ? was last modified: septembre 25th, 2017 by Claire Sorel

L’ IA c’est merveilleux, mais qu’est-ce que l’intelligence ?

L’ IA est tellement à la mode que l’on ne pouvait échapper à la tendance. Mais avec notre malice habituelle nous avons voulu la regarder différemment. Apporter un autre angle que celui communément rencontré. Comme toujours avec les nouvelles tendances technologiques les points de vue diamétralement opposés s’affrontent. D’une part les déclinologues parmi lesquels on compte, une fois n’est pas coutume parmi les plus grands scientifiques de notre époque (signe de la véritable fin du mythe du progrès). Et d’autre part les enthousiastes les plus débridés qui soient et qui nous prédisent un avenir radieux dont on espère qu’il n’aura pas été pensé par Alexandre Zinoviev ni Aldous Huxley. La réalité est sans doute entre ces deux extrêmes, du moins on peut l’espérer. Au travers d’un nouvel article écrit pour le compte de notre client Sparklane, j’ai mené l’enquête afin de tenter de mieux comprendre ce qu’est, ou n’est pas, l’intelligence, et me reposer la question : ces craintes et ces espoirs autour de l’ IA sont-ils fondés et à quoi pouvons-nous nous attendre ?

En IA comme ailleurs, toute question mérite d’être remise en question

Mais en bon élève de philosophie, je me suis rappelé les cours d’antan. Première leçon de mes maîtres jamais oubliée : quand vous entendez une question, questionnez-la ! Et la chose qui me frappe dans ce débat de l’intelligence artificielle, c’est que peu semblent se poser la véritable question, à savoir “qu’est-ce que l’intelligence ?”

Après tout, si on veut pouvoir – ou encore plus si on prétend être déjà arrivé à – reproduire artificiellement l’intelligence, c’est que l’on doit bien savoir ce qu’est l’intelligence. Qu’on est capable de la circonscrire. De la définir dans son intégralité. Or c’est justement là que cela devient intéressant. Si on est capable de la mesurer depuis le début du 20ème siècle au travers des tests de QI, on ne sait toujours pas exactement où elle commence, ni où elle finit, et encore moins la définir de façon binaire.

l'IA qu'est-ce que c'est ? Lire la suite

L’ IA c’est merveilleux, mais qu’est-ce que l’intelligence ? was last modified: juin 13th, 2017 by Yann Gourvennec

Sommes-nous tombés en panne d’innovation ?

Nous sommes en ce moment dans une période d’effervescence technologique : le cloud et le Big Data viennent révolutionner nos usages informatiques, le smartphone et la tablette sont omniprésents et apportent l’internet en mobilité, l’imprimante 3D va bientôt nous permettre de créer nos propres objets du quotidien, et le travail est en train de se réinventer, à cause de l’ubérisation et la robotisation. C’est en tout cas ce qu’on lit et entend.

Pour Kasparov, les intelligences artificielles comme Watson resteraient finalement assez élémentaires. (Source )

J’ai donc été surpris de lire dans cet article un commentaire de Kasparov, grand champion d’échecs Russe, très critique sur l’innovation :

« Les éditeurs informatiques se sont contenté d’améliorer des algorithmes mathématiques. Ils n’ont pas persévéré vers la création d’une véritable intelligence artificielle (…) Chaque année, on nous sort un nouveau programme d’échecs, une nouvelle version. En fait, ce sont des programmes anciens des années 60 et 70 qui se contentent de choisir [des combinaisons] au milieu de millions de possibilités. [Ils ne créent rien] »  

Après quelques recherches, j’ai trouvé une citation du même homme, encore plus catégorique : 

« Nous vivons aujourd’hui dans le progrès technologique le plus lent depuis plusieurs centaines d’années »

C’est peut-être un peu surprenant à lire, mais observons d’un regard un peu moins ébahi les « dernières » inventions : les premières imprimantes 3D, smartphones et tablettes sont nés dans les années 80, les innovations issues du cloud (VDI (virtual desktop insfrastructure), mail et stockage à distance, dématérialisation du logiciel, etc.) apportent finalement plus de légèreté à des outils que l’on utilise depuis les débuts de l’informatique. Les programmes informatiques quant à eux, à part une refonte graphique et l’ajout de nouvelles fonctionnalités, n’ont pas vraiment évolué de façon fondamentale (il n’y a qu’à voir cette démonstration de la première version d’Illustrator pour voir que les changements apportés sont mineurs).

Alors sommes-nous dans une période d’innovation incrémentale où rien de majeur n’apparaitra avant longtemps ? Avons-nous déjà découvert et inventé ce qui pouvait l’être, ne nous laissant aujourd’hui que des miettes ? Voici quelques pistes de réflexion.

Lire la suite

Sommes-nous tombés en panne d’innovation ? was last modified: avril 11th, 2017 by Cédric Jeanblanc

Vrai / Faux de l’innovation : tordons le cou aux idées reçues !

L’innovation est un sujet qui nous intéresse particulièrement, et vous l’avez certainement deviné, notre blog s’appelant Marketing & Innovation. Pourtant le mot « innovation » est souvent mal compris : on l’utilise à toutes les sauces, dans tous les domaines, pour dire tout et n’importe quoi. Il était urgent de tordre le cou aux idées reçues et redonner son vrai sens à l’innovation. Et pour cela, qui de mieux que Raphaël Labbé, ancien directeur de l’innovation du groupe Express, et fondateur de Wiztopic ?

#1 : L’innovation c’est inventer quelque chose à laquelle personne n’a jamais pensé

« FAUX. Je connais une citation liée à l’innovation que j’aime beaucoup : ” innover, ce n’est pas avoir de nouvelles idées, c’est arrêter d’en avoir de vieilles”. L’innovation n’est pas forcément toujours l’innovation de rupture, qui consiste à avoir une idée à laquelle personne n’a jamais pensé. Il s’agit également de casser les choses existantes pour les faire évoluer, les faire changer. Il y a beaucoup plus d’innovations d’évolution que d’innovations de rupture : elles sont plus nombreuses et touchent beaucoup plus de secteurs d’activité. On n’a donc pas besoin d’avoir une idée que personne n’a jamais eu pour innover. »

ligne de métro de l'innovation
La ligne de métro de l’innovation : retards, pannes, stations non desservies voire changements d’itinéraires… Finalement à côté de cela, le métro parisien n’est pas si mal.

#2 : L’innovation ce n’est possible qu’avec le digital.

« La réponse est FAUX. Surtout avec ce que je viens de dire, l’innovation est possible dans tous les secteurs d’activité. On va cependant trouver dans certains secteurs des typologies d’innovation plus importantes que d’autres. Plus le secteur va être technologique, plus on va avoir des innovations de rupture, plus les secteurs vont être de consommation grand public plus on va avoir d’innovations évolutives. On peut par exemple parler du secteur de l’alimentation qui me passionne. On peut changer la manière d’acheter, par exemple avec la création de kits ou de box alimentaires. C’est une véritable innovation pour le consommateur, cela change complètement son mode de fonctionnement. Fondamentalement, il s’agit des mêmes produits, mais ce qui a changé c’est le mode d’approvisionnement. » Lire la suite

Vrai / Faux de l’innovation : tordons le cou aux idées reçues ! was last modified: janvier 23rd, 2017 by Cédric Jeanblanc