RH et digital: entre mirage technologique et transformation humaine

S’il est une fonction accusée de tous les maux, et notamment de traîner les pieds face au tourbillon digital qui entraîne aujourd’hui l’ensemble des services de l’entreprise, c’est bien la fonction RH. Pourtant, la plupart des processus et des rôles concernant les ressources humaines, depuis la paye jusqu’à la gestion des compétences, sont depuis longtemps déjà informatisés. Mais l’enjeu majeur de la transformation digitale, on ne le répétera jamais assez, concerne l’adoption des nouvelles technologies pour faciliter de nouvelles formes d’interactions, tant internes qu’externes. En ce sens, pour les RH, tout – ou presque – reste à faire.

Si la transformation digitale revêt pour chaque entreprise, et chaque métier, un sens différent, il n’en n’est pas moins vrai que, en résonance avec la fameuse déclaration de Peter Drucker dans « The Practice of Management »: « Il n’y a qu’une seule définition valide de la raison d’être de l’entreprise: créer un client », cette transformation vise à utiliser les nouvelles technologies pour rapprocher la proposition de valeur de l’entreprise avec les besoins et attentes de ses clients, partenaires et collaborateurs, comme le décrit la figure ci-dessous.

Mise en oeuvre et champs d'action de la transformation digitale
Mise en oeuvre et champs d’action de la transformation digitale

Le HR Tech World Congress, qui se tenait fin octobre pour la première fois, à Paris, a été l’occasion de faire le point sur la relation paradoxale que les ressources humaines entretiennent avec le digital. Si implication des collaborateurs, valorisation de l’humain et importance de la marque employeur étaient à l’honneur dans la majorité des interventions et des sessions thématiques, dans les allées et les stands des éditeurs, la réalité qui se reflétait était quelque peu différente.

En effet, si les sessions consacrées à des cas concrets attiraient un public important, preuve que les responsables RH cherchent leur voie dans les bouleversements provoqués par les nouvelles technologies, celles consacrées à une organisation du travail différente, telle que celle consacrée à la wirearchie, n’ont suscité qu’un intérêt très modéré. Plus significative encore sans doute était l’affluence record provoquée par les sessions organisées autour des analytiques – sessions auxquelles je n’ai pu assister, faute de place disponible.

File d'attente devant les sessions dédiées aux analytiques à HR Tech Paris.
File d’attente devant les sessions dédiées aux analytiques à HR Tech Paris.

Cet intérêt pour les données et le big data semble pourtant hélas, ne rencontrer que peu d’écho parmi les éditeurs, qui, comme le soulignait Brian Sommer, ne font guère preuve de réelle innovation en ce domaine. De la même manière, lorsqu’il s’agit d’amplifier l’implication et la satisfaction des employés, la plupart des solutions proposées ne mettent en jeu que des mécanismes de gamification et d’incentivisation. De là à penser que le manque d’innovation technologique est une des causes du retard des ressources humaines en termes de transformation digitale, il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir. Si une large majorité des grands éditeurs se contente aujourd’hui d’optimiser des technologies datant de l’ère industrielle, certaines des startups présentant leurs produits durant la conférence ouvrent en tout état de cause une voie différente.

i-Cube, entreprise basée en Inde, utilise l’analyse de réseaux et l’apprentissage automatique pour visualiser les flux d’information et mapper la manière dont le travail s’effectue réellement dans l’entreprise. Praditus utilise l’analyse psychométrique pour identifier les intérêts et aspirations des employés (je n’ai par contre pas réussi à savoir si leur analyse est plus pertinente que ne l’est la fumeuse fameuse évaluation Myer Briggs). Une autre startup, Organizationview, utilise également l’analyse automatique pour donner aux enquêtes d’opinion une véritable dimension contextuelle, et s’adapter en temps quasi-réel au vécu de l’entreprise.

Ces startups, ainsi que d’autres non présentes à HR Tech, telles que l’innovante plateforme Wuzzin, préfigurent la véritable et nécessaire évolution des ressources humaines. Encore faut-il que les responsables RH prennent conscience de la nécessité urgente de sortir des modèles d’hier. A l’heure des réseaux, où la technologie donne à l’humain des leviers inédits de créativité et de connaissance, il serait tragique que le seul service de l’entreprise comportant le mot « humain » dans sa dénomination s’arrête à la seule dimension technologique de la transformation digitale.

RH et digital: entre mirage technologique et transformation humaine was last modified: janvier 16th, 2016 by Thierry de Baillon

le livre blanc sur les médias sociaux au 5 à 7 d’EfficaciTIC

Vous connaissiez déjà les 5 à 7 d’Ashley Madison, à partir d’aujourd’hui les 5 à 7 du conseil de notre confrère Jean-Philippe Déranlot n’auront plus de secret pour vous. Le mercredi 9 septembre de 15:00 à medias-sociaux-livre-blanc-hootsuite17:00 aura lieu en effet une réunion de rentrée exceptionnelle au Zango bar, rue du Cygne, dans le quartier des Halles, M° Etienne Marcel ou les Halles. Jean-Philippe est une nouvelle preuve de la supériorité incontestable des digital natives. Membre de la « Slash Generation », il a fait à peu près tous les boulots, et cumule encore aujourd’hui les fonctions de consultant en Conception des sites, gestion commerciale, Inbound marketing, Communication numérique et Stratégie réseaux sociaux professionnels. Ajoutez à cela qu’il est aussi animateur d’un blog (EfficaciTIC), et community manager à ses heures, vous saurez presque tout … sans oublier un passage de 4 ans comme ingénieur du son GO au club Méd. Jean-Philippe fait partie de ces habitants du Web qui partagent, donnent et s’agitent sans cesse, au service de leur passion et de la diffusion du savoir. Nous n’avons donc pas résisté à sa proposition de lancer en avant première notre livre blanc du baromètre des médias sociaux en entreprises, réalisé avec Hootsuite et Adetem en 2015. Et qui dit baromètre, dit qu’on va probablement remettre le couvert en 2016 (surprise !) et donc nous annoncerons également quelques nouveautés lors de l’événement. Comme les meilleures choses ont un prix et que, selon Michelin, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur, Jean-Philippe demande aux participants une contribution modeste de 20€ pour assister aux débats, qui seront ensuite filmés. Le Zango bar possède une grande salle, mais les places sont néanmoins limitées, nous vous conseillons donc de vous inscrire au plus vite car il n’y en aura pas pour tout le monde. A vos souris !

s'inscrire gratuitement

Les médias sociaux sont encensés : il n’y a pas un journaliste, une radio, un journal TV qui n’y fasse pas référence quotidiennement. Les addicts des réseaux sociaux, constatent que l’information la plus fraiche est celle que l’on reçoit via Twitter : Le 20 heures de TF1 ou France2 ne sont plus que des outils de curation !

Mais dans les entreprises, les réseaux sociaux restent encore une énigme pour une majorité de patrons et de marketeurs.

Pour ce 24e « 5 à 7 du conseil », Yann Gourvennec & Yann Dirheimer, experts des réseaux sociaux, nous expliqueront à partir du 1er baromètre des Médias Sociaux, pourquoi les Français accusent un net retard sur les USA et le Canada en marketing social… par défaut de conscience stratégique et de culture de l’amélioration…

s'inscrire gratuitement

mercredi 9 septembre 2015, de 17H00 à 19H00
café-restaurant du voyage le Zango, Paris 1er
« Les médias sociaux : adulés et pourtant sous-exploités »

Yann Gourvennec a une riche expérience internationale en marketing, maîtrise d’ouvrage et systèmes d’information. Il est spécialiste de stratégie Web avec près de 10 ans exercés en tant que directeur digital et médias sociaux. Il est membre co-fondateur et Président de Media Aces, l’association française pour le développement des médias sociaux en entreprise. Il est aussi Program Director « Advanced Master in Digital Business Strategy » à l’Ecole de Management de Grenoble.

Yann Dirheimer, Marketing Manager Europe du Sud Hootsuite Media Inc. Après un cursus à l’ESC de Montpelier et un MBA University of Memphis, il a construit son expérience dans différentes fonctions marketing, notamment  chargé d’études TSN Sofres, Web Manager British Red Cross, Directeur Général IDC Global France, Responsable Stratégie Marketing Locarchives, Sr Marketing Manager SunPower Corporation France.
s'inscrire gratuitement

La convivialité est la qualité essentielle des « 5 à 7 du conseil ». Ces débats-apéritifs informels permettent aux auteurs-intervenants de partager leurs réflexions, points de vue et convictions avec un public complice. Je prends en charge la captation vidéo de l’intervention de l’auteur-intervenant pour en faire des articles avec vidéo sur mon blog efficaciTIC (et diffusion de ces vidéos via les réseaux sociaux et blogs pour ceux  qui le souhaitent) afin de les aider à faire connaître leur livre, leurs qualités et leur talent, autrement que par la 4e de couverture.

Nous accueillons 20 à 30 personnes – ni trop, ni trop peu – pour nous permettre de faire connaissance dans les meilleures conditions de convivialité, dans un cadre agréable, pour favoriser des échanges mutuellement profitables.

Au plaisir de vous retrouver mercredi 9 septembre 2015, au Zango les Halles, à 17H00.

revue-de-tweets-les-pays-%C3%A9quip%C3%A9s-de-DAB-WikipediaNewImage
si vous ne l’avez pas encore fait, téléchargez l’infographie des médias sociaux en entreprise par Hootsuite, Adetem et Visionarymarketing
le livre blanc sur les médias sociaux au 5 à 7 d’EfficaciTIC was last modified: septembre 1st, 2015 by Yann Gourvennec

Financement des start-ups … Comment devenir un leader mondial [ #G9plus ]

L’hexagone génère plus de start-ups que ses voisins européens (300 000 par an en France contre 200 000 en Angleterre selon The Cantillon [NDLR 09/04/15 à 7:00 : suite à l’intervention de Pedro Abrantes sur Twitter que nous remercions pour sa vigilance, il se pourrait que ce chiffre soit surestimé, la création de (vraies) entreprises ne dépassant pas 163.000 en France en 2014. Ceci étant, les créations d’auto entreprises et d’entreprises individuelles pourraient pour partie entrer en ligne de compte. Nous continuons de croiser les chiffres] et pourtant les start-ups butent presque toujours sur un plafond de verre : financement au-delà de 10 M€, stratégie de sortie, capacité à recruter rapidement, accès aux commandes publiques et confiance des grands comptes… Certes, il y a déjà quelques exemples de réussites comme Business Objects, Criteo ou BlaBlaCar, mais il en faudrait beaucoup d’autres pour que le monde nous regarde différemment.

Conférence G9+ Lundi 13 avril à 18h30

Quelles sont les bonnes pratiques pour dynamiter ce plafond de verre ? Comment les entreprises innovantes peuvent-elles se transformer en leaders mondiaux ?

financement des start-ups : s'inscrire

start-ups
malgré les succès de Blablacar ou Criteo, peu de nos start-ups percent le plafond de verre. Le G9+ organise une conférence pour expliquer comment devenir un leader mondial

 

Pour y répondre, l’Institut  G9+ et ses partenaires l’Afdel , Cinov-IT, et Syntec Numérique réunissent une dizaine de personnalités :

Philippe Berna, Médiateur de l’innovation à Bercy
Jean-David Chamboredon, Président de ISAI Gestion, Vice-President France Digitale
• Philippe Coup-Jambet, DG de PayTop
• Alexandre Crazover, CEO de Datawords
• Maïlys Ferrère, Directrice Pôle Investissement Large Venture, BPIfrance
• Eric Forest, PDG de EnterNext
• Christine Halliot, Directrice de l’Innovation de Total
• Frédéric Mazzella, Fondateur et CEO de BlaBlaCar

Ces acteurs de l’innovation, issus du monde financier, des grandes entreprises et des startups, vont apporter leurs éclairage et expériences des trois principaux freins que sont : l’investissement, la relation client (notamment avec les grands groupes) et le développement rapide – qui nécessite d’adapter le modèle économique, l’organisation…

financement des start-ups : s'inscrire

Jean-David Chamboredon, du fonds ISAI, Maïlys Ferrère de BPIfrance et Eric Forest, PDG de la filiale du groupe Euronext dédiée à la capitalisation des PME-ETI, EnterNext, partageront leur regard d’expert de la finance. Les startups, seront représentées par des acteurs à différents stades de développement : Frédéric Mazzella, Fondateur de BlaBlaCar, acteur pan-européen leader dans le co-voiturage, DataWords, qui est en train de monter en puissance pour atteindre le seuil critique et PayTop qui est en train de le franchir.

Philippe Berna, Médiateur de l’innovation à Bercy, et Christine Halliot, Directrice de l’Innovation chez Total, témoigneront des initiatives favorisant la collaboration, voire l’innovation ouverte (open-innovation) entre les grands groupes et les start-up. Une grande partie des efforts devant se concentrer sur la levée des réticences des grandes entreprises à travailler avec des petits acteurs pour mieux créer de la valeur ensemble.

« Les start-up françaises doivent pouvoir passer le seuil critique et compter sur la scène mondiale. Tous les intervenants apporteront un témoignage opérationnel et des solutions pour dynamiter ce plafond de verre », explique Jean-François Perret, du Cycle Prospective au G9+.

Rendez-vous le Lundi 13 avril 2015 à 18:30 à la Maison des Arts et Métiers – 9 Avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Inscription à l’événement

 

Financement des start-ups … Comment devenir un leader mondial [ #G9plus ] was last modified: avril 15th, 2015 by Natacha Heurtault

Du Big Data au Smart Data avec la DMP (conférence du 24/03/15)

En ce début de cette année 2015, CCM Benchmark s’intéresse à un outil incontournable de la gestion du marketing digital : la Data Management Platform (DMP). Le 24 mars 2015 aura lieu, à La Maison Champs-Elysées (au 8 rue Jean Goujon, 75008 Paris) à partir de 9h00, une journée entièrement consacrée à ce sujet : au programme, conférences, tables rondes, déjeuner et networking. Une nouvelle fois, Visionary Marketing s’associe avec CCM Benchmark pour vous offrir une remise immédiate de 200€ sur présentation du code suivant : dmpvisionary. Entrez ce code dans le formulaire d’inscription accessible en cliquant sur ce lien, pour enfin tout savoir sur ce sujet capital dans la stratégie digitale de toute entreprise.

boutonccm

Comment exploiter la multitude des données générées ? Quels enjeux pour les entreprises ? Dans quel type de DMP investir ? Quels sont les impacts de l’intégration d’une DMP dans l’organisation de l’entreprise ? Quels sont les nouveaux métiers et les nouvelles compétences liées à cette intégration ? Quels types de données personnelles utiliser ? Qui sont mes consommateurs ? Quels produits sont-ils les plus susceptibles d’acheter ? A quel canal et à quel type de message seront-t-ils le plus réceptif ? Mes campagnes publicitaires sont-elles pertinentes ? Comment récolter des informations sur ses clients via les objets connectés ?

dmpvisionary
pour bénéficier de 200€ de réduction pour cette conférence, entrez le code « dmpvisionary » au moment de l’inscription.

Pour répondre à ces questions, CCM Benchmark réunit de grands acteurs du secteur de la data et des experts lors de ce petit déjeuner sur la « Data Management Platform ». Ils partageront leur vision, leurs conseils et leurs retours d’expérience en matière de stratégies digitales. Cet événement vous donnera des outils pour optimiser vos stratégies de communication, d’acquisition et de fidélisation de clients.

boutonccm

Programme de la conférence DMP

Première partie : mise en place réussie d’une DMP

9H00 – PANORAMA DE LA DATA MANAGEMENT PLATFORM

Qu’est-ce qu’une DMP ? Pourquoi investir dans une DMP ? Quels sont les principaux éditeurs de solution ?
Par Yann Gabay, Directeur Europe du Sud, NetBooster

9H30 – INTÉGRER UNE DMP DANS L’ORGANISATION DE L’ENTREPRISE

DMP externalisée, DMP internalisée ou solution hybride ? Pour quels budgets ? Quels sont les impacts de l’intégration d’une DMP dans l’organisation de l’entreprise ? Quels sont les nouveaux métiers et les nouvelles compétences liés à cette intégration ? Faut-il mettre en place des organisations spécifiques ? Quel est le rôle du data scientist dans cette nouvelle organisation ?
Avec :
– Thierry Vallaud, Directeur, BVA Data Sciences
– Hervé Mignot, Directeur des data technologies, Equancy
– Frédéric Lefebvre, CEO, Zebestof
Table ronde animée par Nicolas Jaimes, Journaliste, Journal du Net

10H30 – PAUSE ET NETWORKING

11H – CAS CLIENT

Par Olivier Binisti, Digital Marketing Specialist, Adobe Marketing Cloud

11H30 – ORGANISER LES DONNÉES EXISTANTES

D’où viennent les données ? Dans quel ordre commencer ? Quels sont les types de données à identifier ? Quels algorithmes pour qui et pour quoi ? Où consolider les données ? Comment coupler les outils DMP et CRM ? Quelles sont les règles à respecter ? Quels critères pour le choix entre first-party et third-party ? Quel rôle ont les entrepôts de données et les Datamarts ?
Avec :
– Daniel Breton, Directeur Général, Cabestan
– Pierre Coquard, Directeur Associé, Data & Marketing
– Karine Moral Dupuy-Dauby, Responsable marketing stratégique et communication, Parc Astérix
Table ronde animée par Laurence Evrard, Directrice associée, Stratello

12H30 – DÉJEUNER ASSIS

Seconde partie : récolter et analyser les données

14H00 – DU PREDICTIVE DATA AU PRESCRIPTIVE DATA

Comment analyser les données récoltées ? Comment coupler les données pour améliorer le ROI des budgets de publicité ou de campagnes ciblées ? Comment exploiter les bases de données massives sur les clients et visiteurs ? Quelles sont les règles de confidentialité à respecter ?
Avec :
– Alexandre Azzopardi, Regional Sales Manager Advertising & Social, Adobe
– Augustin Decré, Directeur Europe du Sud, Nugg.ad
– Christophe Benavent, Professeur à l’Université Paris Ouest
– Renaud Ferran, Head of Digital Marketing, LaSer Group – Cofinoga
Table ronde animée par Yann Gourvennec, CEO & founder, Visionary Marketing

15H00 – QUELS ENJEUX POUR LES AGENCES MÉDIAS ?

A quelles attentes des annonceurs doivent-elles répondre ? Comment faire évoluer la relation entre l’annonceur et l’agence média ? Comment les agences médias doivent-elle se diversifier ?

15H30 – PAUSE ET NETWORKING

16H – OBJETS CONNECTÉS, UNE SOURCE DE COLLECTE DE DONNÉES GRANDISSANTE

Comment récolter et interpréter les données des objets connectés ? Quels sont les usages concrets des données collectées ? Comment rendre intelligente la collecte des données via ces objets ? Quel intérêt pour le client ? Comment préserver les données personnelles du client ? Peut-on vendre ces données ?
Avec :
– Me Gérard Haas, Avocat à la Cour, Cabinet Haas Avocats
– Romain Duron, Marketing service manager, Groupe Seb 
Table ronde animée par Catherine Zunic, Directrice, Médias Uniques Conseil

boutonccm

Du Big Data au Smart Data avec la DMP (conférence du 24/03/15) was last modified: mai 20th, 2015 by Cédric Jeanblanc

Pas de transformation digitale sans clients

La semaine dernière s’est tenu à Paris l’Enterprise 2.0 Summit, la plus grande conférence consacrée à l’évolution des organisations et aux technologies collaboratives en Europe. Cette année, le thème déclaré de l’événement était « Designing the Digital Business Transformation »- dessiner la transformation digitale de l’entreprise. Traditionnellement tournée vers l’interne, l’évolution des processus, du management et des modes de travail, il flottait cette année à travers la conférence comme un air de nouveauté: le client était -enfin- invité à la table de l’entreprise, et ce par des orateurs comptant parmi les plus influents dans le domaine.

Paraphrasant la phrase célèbre de Peter Drucker: « la seule raison être valable de l’entreprise est de créer et de conserver un client », Dion Hinchcliffe, au milieu de sa présentation, expliquait que « les clients sont après tout les personnes les plus importantes », tandis que Lee Bryant mettait en avant le potentiel de création de valeur porté par la co-création avec les clients et l’innovation ouverte. La transformation de l’entreprise au moyen des technologies digitale est donc en marche…

© Lee Bryant - Certains droits réservés
© Lee Bryant – Certains droits réservés

… sur le papier. Car la réalité, en France du moins, est bien éloignée de la vision prônée par les consultants. Dans la présentation d’introduction de la conférence, Jane McConnell présentait les premiers résultats de l’édition 2015 de son enquête sur la « Digital Workplace », et certains donnent matière à réflexion. Parmi les entreprises qui se déclarent ouvertes et réactives aux influence du monde extérieur, seules 35% considèrent les informations recueillies auprès de leurs clients comme de haute importance. Pour les autres, qui considèrent l’entreprise comme un environnement clos, ce chiffre tombe à 11%.

© Jane McConnell - Tous droits réservés
© Jane McConnell – Tous droits réservés

Il y a donc loin de la coupe aux lèvres… Pour compléter ce tableau, citons encore une récente (juin 2014) étude de la société Pierre Audouin Conseil intitulée « La transformation numérique au sein des entreprises françaises », concluant entre autres que se concentrer davantage sur ses clients est un enjeu majeur pour 3/4 des entreprises interrogées. Comment interpréter des résultats si divergents ? On peut, bien entendu, évoquer des différences méthodologiques, ou dans la nature du panel consulté. De manière plus fine, cet écart est à rechercher dans la formulation des résultats eux-mêmes: Jane McConnell nous parle des informations « recueillies auprès de leurs clients » et non d’une simple « orientation client ». En bon français, cela signifie que, malgré les avantages concurrentiels mis en avant par de nombreux consultants parmi les plus influents, la grandes majorité des entreprises ne considèrent leur transformation numérique que dans le cadre d’une mise en œuvre « classique » de fourniture d’outils digitaux pour améliorer la performance de stratégies et de tactiques traditionnelles.

Cette approche n’a en fait rien de surprenant. Le marketing s’empare du digital pour optimiser une stratégie guerrière, à base de conquête et d’encerclement, sans considérer le fait que les consommateurs auxquels il s’adresse n’ont pas uniquement modifié leurs habitudes d’information et d’interaction, mais ont aujourd’hui des attentes et des comportements entièrement différents, de par les possibilités que leur offre le digital. La relation client parle multi- voire omnicanal, tandis que les clients attendent une transformation en profondeur du business modèle des entreprises. Très peu nombreuses sont les entreprises à envisager et mettre à profit les opportunités de transformation (et non d’optimisation) offertes par le digital. Vous en doutez ? Prenons l’email, dont personne ne doute aujourd’hui qu’il a radicalement transformé la manière dont nous travaillons. Pourtant, il est encore fréquent de lire à la fin d’un message une phrase telle que « pensez à l’environnement avant d’imprimer ce message ». Bien plus qu’un souci de responsabilité sociale, cette phrase en dit long sur nos comportements: imprimer, puis classer dans des dossiers, ou répondre par quelques lignes manuscrites sur une copie imprimée par une assistante. Les habitudes ont la vie bien dure…

Mais la transformation digitale dont tant de gens parlent n’est pas une question d’outils. L’entreprise n’est plus une île, et sa performance est de plus en plus liée à ses capacités d’innovation, de compréhension et d’adaptation au monde de plus en plus mouvant qui l’entoure. Et cette transformation passe par l’écoute des l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise et de l’écosystème dont elle fait partie, en premier lieu les clients. Pour réussir, voire pour simplement survivre à moyen terme, il ne s’agit plus de sa poser la question « comment puis-je augmenter mes ventes », mais de LEUR poser la question: « que puis-je faire pour vous ? ».

Pas de transformation digitale sans clients was last modified: février 17th, 2015 by Thierry de Baillon