EBG: panorama de la pub Internet en temps de crise

EBG 500 - réunion sur le marché de la pub sur Internet
EBG 500 - réunion sur le marché de la pub sur Internet à St Augustin (Photo antimusée)

Le 25 mars à 2009, a eu lieu au cercle des officiers de St Augustin à Paris, la réunion de l’EBG 500 (http://www.ebg.net/ebg500) qui regroupe régulièrement les principaux acteurs de l’Internet : annonceurs, agences, prestataires de divers secteurs. La première partie de la réunion était dédiée à l’analyse du marché en trois volets : d’abord la perception des annonceurs, ensuite des agences, et enfin lu des médias et régies. Les chiffres détaillés de cette présentation, issus d’une étude de l’EBG (sur un échantillon d’une vingtaine d’agences, d’annonceurs et de régies) seront bientôt disponibles en ligne sur le site de l’EBG à l’adresse http://www.ebg.net/comptes-rendus.php. Inutile donc de rappeler ces chiffres dans le détail, je vais par contre me livrer à un exercice de résumé synthétique de la réunion, ce qui est une gageure car la salle était immense et les intervenants tout petits au fond de la salle, sans oublier de mentionner que l’auditoire très fourni d’environ 300 personnes était bruyant. Ceci étant, c’est une preuve de belle réussite pour l’EBG.

Ainsi en ces temps de crise et de broyage de noir à l’envi, le marché est-il perçu par les annonceurs de façon assez mitigée mais pas totalement dénuée d’optimisme. On observe bien un certain scepticisme par rapport à la publicité sur Internet par affichage simple (« display » dans le jargon idoine) et une tendance de refuge vers les publicités au rendement, sans qu’on soit bien certain que l’ensemble des annonceurs se dirige vers cela cependant. Car la mise en oeuvre de la publicité au rendement est plus compliquée qu’il paraît. Une tendance de fond cependant, c’est l’affiliation qui représente 17 % du marketing interne total et qui est en forte croissance car elle répond justement à cet objectif de rendement/ROI. Le marketing mobile quant à lui semble être et rester marginal et peu d’annonceurs semblent croire en la progression de ce médium. Et pourtant, on ne compte plus les présentations sur le ciblage via la géolocalisation, notamment. Sans doute s’agit-il d’un effet d’optique. Les offres sont peu convaincantes, aussi les annonceurs sont ils peu tentés par des essais. Un cas classique d’oeuf et de poule en marketing des TIC, qui se résorbera via la maturation du marché, encore qu’il faille attendre plusieurs années.

En fin de compte, et malgré la crise, il semblerait que l’Internet progresse irrésistiblement. Voyages SNCF a ne voit pas baisser ses budgets (le veinard !), des arbitrages sont peut-être possibles en deuxième partie de l’année, mais rien n’est sûr. Les promotions vont bon train et les clients à répondre de façon très positive aux sollicitations de l’annonceur. Le représentant de Voyages SNCF fit remarquer que les profils des répondants à l’enquêre étant très variés ce panel correspond également à une moyennisation. Et notamment il trouve que le marketing sur moteurs de recherche (« search ») est sous-évalué dans cette étude. La représentante de Yahoo! est elle aussi optimiste, mais elle reste prudente car « tous les budgets ne seront peut-être pas maintenus ». Et Yahoo! reste donc en croissance mais prudent. Elle insiste également sur le fait que le média Internet reste le média innovant qui propose un ROI plus important qu’un autre modèle publicitaire. Il permet de « rassurer, assurer une proximité, expliquer les offres, entamer un dialogue ». Le C.A. de Yahoo! France se porte bien (dans l’attente d’une décision sur le rachat ou non par Microsoft, nous sommes toujours dans l’expectative ! »). Le Figaro quant à lui voit également un marché en croissance avec une nette pression sur les dispositifs de publicité au rendement. Mais ce n’est pas tout, car la demande des annonceurs se porte également sur des contenus éditoriaux riches qui tendent à remplacer des achats de PAF par millions (bannières affichées). Les annonceurs recherchent donc des dispositifs « malins ». Dans un sens, ils ont raison car c’est plus en ligne avec le médium Internet que la publicité par bannière qui tend à aliéner les utilisateurs, et on se demande même s’ils les voient ou non. Le Chiffre d’affaires de la régie du grand quotidien croit également, et on finit par se demander vraiment où est passée la crise, pas de quoi faire plonger les participants de l’EBG dans leur assiette, la vie est belle.

 

EBG 500 - début de la présentation
EBG 500 - début de la présentation

Lire la suite

EBG: panorama de la pub Internet en temps de crise was last modified: mai 11th, 2015 by Yann Gourvennec

Think Global, Act Local

world2.jpgUn des plus importants challenges auxquels sont confrontés les Sociétés qui souhaitent opérer à l´international reste l´adéquation entre leur proposition et les spécificités du marché où elles souhaitent s´implanter. Certaines grosses désillusions sont relatives aux erreurs d´évaluation de ce que cela nécessite de vendre un nouveau produit, de construire une marque, de développer des partenariats locaux.

 

Ces multinationales ont des stratégies globales qui doivent s´appuyer sur les spécificités locales, ce qui rend l´exercice extrêmement compliqué. Elles doivent penser « Glocal » !

Alors, quelles sont les démarches que les Sociétés qui réussissent utilisent ? Comment coller aux besoins de ces nouveaux clients dont les histoires et les cultures sont différentes ?

 

Lire la suite …

Think Global, Act Local was last modified: mars 23rd, 2009 by fredericquaranta

Twitter, un outil à manier avec précautions… Cas pratique !

bad buzz twitter

Nous avions présenté les principales utilisations de Twitter dans notre article « Quel usage professionnel pour Twitter« .

En effet il est intéressant d’utiliser Twitter pour communiquer directement avec ses clients afin de gérer immédiatement les problèmes ou les questions, et ainsi gagner en réactivité.

C’est aussi un outil qui permet de contacter directement les « early adopters » et les influenceurs dans le domaine du High-Tech lors d’opérations de Buzz Marketing.

Cependant, l’utilisation de cet outil reste sensible chez certaines personnes, qui le considèrent comme très intrusif, un peu comme son téléphone portable sur lequel on n’apprécie guère de recevoir des SMS ou des appels promotionnels.

Par exemple certains accros de Twitter n’apprécient guère l’envoi automatique par flux RSS d’informations et s’attendent à des informations personnalisées.

C’est un reproche qui a déjà été effectué deux fois au compte twitter de ConseilsMarketing, qui relai principalement les informations du Blog et la sélection de liens en home page d’Entreprise-Marketing.fr… avec peu de messages personnels (principalement faute de temps, mais aussi car je doute de la pertinence pour des suiveurs de savoir que « je viens d’aller faire mes courses », « je suis en retard à mon rendez-vous de 11h »…).

Il faut donc distinguer 2 profils d’utilisateurs de Twitter pour éviter d’être considéré comme un spammeur :
– Les acharnés de Twitter, qui l’utilisent comme un outil de communication personnalisé, qui suivent moins de 40 à 60 personnes, et qui lisent tous les messages de leur « tribu ». Pour eux twitter un outil stratégique, et permet ainsi d’avoir accès à des informations ciblées.
– Les dilettantes de Twitter, qui l’utilisent comme un simple outil de communication alternatif et accessoire aux emails et autres réseaux sociaux tel que Facebook. Soit ils suivent quasiment aucune personne (c’est un compte pour tester) ou au contraire des centaines (Twitter est alors un outil de buzz).

Cette subtilité doit être prise en compte lorsque l’on souhaite utiliser Twitter comme un outil Marketing, pour preuve le buzz effectué par Publicis Modem dans le cadre de la promotion des nouveaux PC à écran tactile d’HP.

Le Principe de l’opération de Buzz Lafindessouris.com

hp touchscreen

1 – Faire du teasing auprès de quelques bloggers influents via Twitter et Facebook.

La manœuvre était simple :
– Créer plusieurs une dizaine de profils bidons le 5 mars avec le mot souris « Mouss-akka », « souris-sept »… sut Twitter et Facebook (voir ce Compte Twitter Fictif et Le Groupe Facebook).
– Devenir suiveurs/ami des bloggers influents, et attendre qu’ils les suivent à leur tour pour Twitter (ce que font plus de la moitié des utilisateurs de Twitter afin de se rendre la politesse).
– Envoyer quelques messages sur Twitter et Facebook pour faire parler ces mystérieuses souris qui annonçaient « la fin des souris »…

Lire la suite

Twitter, un outil à manier avec précautions… Cas pratique ! was last modified: mars 20th, 2009 by conseilsmarketing

réseaux sociaux, menace ou opportunité ? le sondage

 A la suite de l’article du 19 mars 2009 sur les réseaux sociaux, opportunité ou menace, nous lançons ce sondage complémentaire qui vous permet de vous exprimer sur ce sujet épineux. Donnez nous votre avis, et voyez en direct les réponses des autres internautes. A vos souris !

réseaux sociaux, menace ou opportunité ? le sondage was last modified: mars 19th, 2009 by Yann Gourvennec

réseaux sociaux : menace ou opportunité ?

les réseaux sociaux
les réseaux sociaux

Alban Ondrejeck est consultant en sécurité. Il a produit 2 vidéos sur le sujet de la protection de l’individu dans les réseaux sociaux que je trouve absolument renversantes.  Il s’agit de la première partie de son étude en format vidéo, commentée avec démonstration à l’appui.  Son angle d’analyse est la sécurité et la protection des identités et a fortiori des informations des entreprises. En effet, la menace principale en matière de sécurité n’est pas forcément là où on croit. 80% des attaques de sécurité (mon chiffre date un peu, mes sources hypothétiques, je l’admets. Je me souviens juste d’un article de USA today qui citait ce chiffre il y a 5-6 ans mais on peut certainement trouver des chiffes similaires ailleurs) sont le fait de ce que l’on appelle en Anglais Social Engineering c’est à dire le travail sur l’humain à l’opposé de la recherche d’une faille de sécurité via des dispositifs techniques. Et cela se comprend aisément. Mettre 15 ordinateurs en parallèle pour craquer un mot de passe à la volée, c’est compliqué. Séduire un utilisateur pour qu’il installe un mouchard sur son PC aussi, lui payer un verre et emprunter son mot de passe car il vous fait « confiance » plus facile. Cela ne requiert pas de technique, juste de l’humain et de la psychologie. Et c’est surtout facile si la personne cible est basée dans la même entreprise : qui va se méfier d’un collègue ou d’un stagiaire ? La méthode décrite par Alban est exactement la même, mais appliquée aux réseaux sociaux.

Attention cependant ! n’allez pas croire qu’Alban essaie de vous dégoûter d’aller sur les réseaux sociaux et de maintenir votre identité numérique. Au contraire. C’est exactement l’inverse qu’il faut faire. Il faut investir les réseaux sociaux pour éviter les usurpations d’identité, maîtriser son profil, gérer ses informations… et présenter un profil avantageux et positif de soi-même. Cela est plus aisé si c’est vous qui maîtrisez l’information. Regardez donc bien ces 2 films, remarquables de virtuosité. Alban est un Mozart de l’informatique 🙂

Souvenez-vous de notre article du 24 novembre 2008 (http://blogs.orange-business.com/securite/2008/11/vive-les-rseaux.html)… Nous abordions les dangers liés aux multiples informations privées et professionnelles mises en ligne particulièrement par le biais des réseaux sociaux.

Le problème c’est que l’on a beau dire de ne pas mettre les doigts dans la prise car ça va faire mal, ou encore exposer de belles théories, mais temps que l’on n’a pas reçu notre premier choc électrique ou vu la démonstration des théories, nous restons sceptiques.

Nous vous proposons une démonstration vidéo en deux épisodes de deux parties chacun qui va vous mettre les doigts dans la prise. Rassurez-vous le courant est de faible intensité, le choc sera bien réel mais pas létal !

poursuivre votre lecture sur le blog de la sécurité

réseaux sociaux : menace ou opportunité ? was last modified: mars 19th, 2009 by Yann Gourvennec