sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 2/4

CARDSOFF ANNONCE UNE REVOLUTION DU E-COMMERCE PAR LE WEB SOCIAL

La 2ème partie de ce compte rendu de la matinée dédié aux moyens de paiement en ligne au salon ecommerce 2010 est dédié à la solution Cardsoff, une solution créée en 2005 et récente intitulée Social commerce et e-paiement.

Philippe Mendil,PDG de la société Cardsoff http://cardsoff.com

Cardsoff est un des 1ers établissements de paiement agréé par l’ACP (dépend de la Banque de France). 1ère solution de paiement en ligne sans carte. Sont positionnés sur la sécurisation de la transaction de bout en bout (y-compris la preuve de la livraison) afin de répondre aux besoins des consommateurs.

C’est ni plus ni moins que le futur du e-commerce que nous a annoncé Philippe Mandil, patron de la société Cardsoff. Inutile de dire que les paiements en ligne sont impactés par ces changements. Et encore une fois, c’est le Web Social qui change la donne, à la faveur de la reprise aux Etats-Unis et des investissements dans les start-ups de la Silicon Valley (voir nos reportages sur ce sujet en Juin 2010).

On observe 3 temps dans la relation ambiguë entre e-commerce et web social :

  • 1. le web social permet aux consommateurs de contourner les publicités et d’échanger directement sur les marques
  • 2. les marques contournent aussi le problème en investissant dans les faux commentaires et les manipulations en ligne en tout genre (fortement combattues par Media Aces)
  • 3. les consommateurs reprennent le pouvoir et investissent les plate-formes qui mêlent Web Social et e-commerce et les solutions de paiement s’adaptent – malgré les contraintes réglementaire – à ces nouvelles exigences
  • ces termes ne sont pas antinomiques, une tendance de fond est née aux US, il va falloir s’adapter. Très peu d’exemples probants en Europe et en Asie, les exemples

Voici le détail de cette transcription de la présentation de M. Mendil :

  • 1. définiton du Social Commerce:
    • déjà le paiement en ligne ce n’est pas simple, quand on y ajoute le Web Social, cela est encore plus complexe
    • Ifop 2008 : 70% des internautes ne croient plus les marques
    • => les marques essaient de reprendre langue avec les consommateurs via les médias sociaux. Mais le bouche à oreille est beaucoup plus cru que les marques et c’est pour cela que les marques ont commencé à payer des gens pour biaiser le bouche à oreille. Les consommateurs en sont conscients et cherchent à se protéger
    • Le social commerce/shopping : combinaison du social media et du ecommerce => partager avec des amis des avis pour améliorer la façon de faire son shopping. Le but est que les consommateurs soient plus satisfaits
    • 1. les sites de e-commerce comprennent l’importance du social commerce et intègrent le social media dans leurs plate-formes
    • 2. les sites de réseaux sociaux évoluent vers le e-commerce
    • la fusion de ces 2 environnements crée les conditions pour un nouvel e-commerce
    • exemples de nouveaux sites créés aux US sur ces concepts :
      • Ex1: kaboodle.com plateforme d’achat 2.0 sur le modèle Facebook. Déclencher des achats en fonction des avis recueillis autour de vous. si on veut partager des coups de coeur et les amis vont pouvoir déclencher les achats
      • Ex2: Woot : la bonne affaire du jour. la promotion du jour, le Woot off. Vente du stock en quelques heures en fonction des avis des consommateurs
      • Ex3 : Thisnext.com : meilleures recommandations de produits
      • Ex4 : Shopstyle : effet “blog” où les consommateurs recommandent les achats
      • Ex5 : myITthings : pur réseau de blogueurs qui partage des avis qui permet de déclencher des achats – focus information, pas produits
      • Ex6 : Iliketotallyloveit : partage de coups de coeur et shopping
      • Ex7 : Macy’s sur Facebook : 380.000 fans) : proposent un kit sur Facebook avec des promotions, un concours où les consommatrices donnent leurs avis et en fonction de ces avis et des ventes qu’ils déclenchent, jusque 500$ viennent récompenser la consommatrice
      • Ex8 : Productwiki : initiative où les consommateurs échangent de l’information et identifient les blogueurs pollués par les marques et se donnent des tuyaux pour éviter les pièges des marques qui viennent polluer les médias sociaux
    • En synthèse : utiliser le partage de l’information pour déclencher des achats et d’autre part, arrivée des médias sociaux (et notamment un facebook ou un Amazon) qui vont essayer de préempter cet espace alors que le consommateur essaie lui de se protéger.
    • Enseignements à tirer de cette tendance lourde (aux US et au UK, pas encore chez nous)
      • on repense la vision du e-commerce où la publicité des marques va perdre du pouvoir, et où les consommateurs reprennnent le pouvoir
      • Déjà en France il y a une volonté des clients de remettre de l’humain dans le e-commerce, de se réapproprier le Net et d’engager directement le dialogue avec les e-commerçants et de retrouver de l’humain. On trouve cette tendance dans tous les pays
      • le cyber consommateur devient un cyber acteur
    • au final, il n’y a plus d’évidences. les modèles deviennent vite obsolètes et il faut s’adapter en permanence, ce qui pose un défi en termes de e-payments
      • Or, les infrastructures de paiement doivent devenir plus agiles alors que les réglementations – notamment sur le blanchiment d’argent – sont de plus en plus strictes
      • Entrée dans l’ère du “darwinisme digital”
    • 2. impacts sur le e-payment ?
      • mise en place de la marque shopperunion.com par Cardsoff
        • proposant aux consommateurs de partager avec ses “amis” ses expériences d’achat
        • galerie marchande proposée aux marchands
        • service de guide proposé aux consommateurs, qui vont pouvoir partager avec les consommateurs leurs propres expériences d’achat
        • le paiement viendra comme une étape ultérieure
      • L’objectif pour Cardsoff est d’intervenir le plus en amont possible
        • “laboratoire” / communauté d’achateurs proposés aux marchands pour tester les produits
        • les consommateurs partcipant seront récompensés
        • dispositif testé pendant la coupe du monde de football. Avec Pierre Ménès – célèbre journaliste de foot en France – création d’une première base de 5000 abonnés. Dans un second temps, coaching des guides utilisateurs par l’ambassadeur de la marque Cardsoff (Laurent Blanc, sous contrat pour plusieurs années)

Q/R 3 niveaux de consommateurs et de rapports avec les paiements en ligne

  • 1. les insouciants qui paient quoi qu’il arrive (marqués néanmoins par les mauvaises expériences)
  • 2. ceux qui pensent qu’il y a un problème de fiabilité sur les paiements et qui sont prudents (SSL + gros sites)
  • 3. (en augmentation) les consommateurs qui sont parfaitement conscients des failles du système et qui adoptent des comportement qui s’approchent de la ligne rouge (déclaration frauduleuse de non réception du colis par exemple). Il y a des blogs qui partagent les “meilleures” pratiques
  • Les systèmes comme 3D Secure ont un effet pervers avec un effet de drop out qui font que certains marchands débranchent le système 3D Secure afin de clore les ventes
  • Q (BDF) : quelles sont les raisons de ce drop out 3D Secure
  • R: nous trouvons que le 3D Secure n’est pas assez sécurisé et engendre des drop outs. il y a une aversion à l’utilisation de la solution 3D Secure par les cyber commerçants. La 1ère explication est qu’un code statique comme la “date de naissance” est un mauvais sytème (facile à trouver sur les médias sociaux par exemple). Si on met un code dynamique, “madame Michu” va faire des abandons, donc c’est trop dur. Aux US on voit une réduction des achats des gens qui achetaient beaucoup avant. Cela est dû à la pléthore de sites web qui se créent et trop petits qui ne rassurent pas les utilisateurs.
sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 2/4 was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 1/4

Après un an d’absence, me voici à nouveau à e-commerce 2010 pour ce 3ème jour de la manifestation, au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris (et après un trek de plusieurs km qui nous a emmené au delà du périphérique). Cette matinée est dédiée aux paiements en ligne, un sujet que nous traitons souvent et sur lequel je fais régulièrement des mises à jour.  Salle un peu vide aujourd’hui hélas, grève oblige …

Voici le compte-rendu de cette 3ème matinée (j’ai hélas raté les 2 premiers volets sur les paiements en ligne), qui comprend :

  1. une présentation de la société moneybookers, fournisseurs d’une solution sécurisée de paiements en ligne ;
  2. une présentation de Cardsoff, solution de social commerce et e-payment ;
  3. un état de la fraude sur Internet avec Verisign ;
  4. une présentation sur la stratégie de distribution avec paybox et l’excellent Frédéric Loos, qui anime le groupe dédié aux paiements en ligne sur Viadeo.

dans ce post, la 1ère présentation de Moneybookers, un excellent panorama des différents moyens de paiement pays par pays, et donc une mise à jour de mon mba ebusiness ESG sur ce point avec les derniers chiffres qui montrent de ce fait une totale stabilité du paysage. Chaque pays a ses solutions, ses particularités et ses préférences nationales et la nécessité de s’adapter à chaque cas particulier est donc impérieuse, comme par le passé, si l’on désire se développer à l’international.

Et comme d’habitude, c’est une société britannique qui réalise l’intégration européenne ! un comble, même si la possession d’une monnaie à part permet de comprendre la sensibilisation à la différence.

Moneybookers:  solutions de paiement locales par Maria Clara Perez (en charge des partenariats, Fr/UK/Sp) moneybookers.com

Comment gérer les paiements sécurisés à l’international ?

  • le marché français est un des 5 plus importants en Europe, mais si vous voulez vous développer en ligne, il faut se tourner vers l’international
  • quels sont les facteurs clé?
    • être conscient des spécificités locales des moyens de paiement
    • avoir une approche locale en matière de risques
    • => chercher des alliés qui aient l’expertise int’l
  • 1. Moneybookers
    • entreprise UK fondée en 2001, contrôlée par la FSA (UK)
    • supporte plus de 100 moyens de paiements dans 200 payas
    • plus de 60.000 marchands utilisent cette solution
  • 2. état des lieux, France par rapport à l’Europe
    • ~8M€ sur 170M€ en Europe, +30%, bonne progression
    • FEVAD: la France est parmi les plus mûres mais il y a encore du potentiel chez ses voisins. La France est dans la moyenne, mais il serait dommage de ne pas aller à l’international vu cette maturité
    • 78% des internautes français, donc parmi les plus importants en Europe
    • La France est proche de la moyenne Européenne
  • 3. Comment se préparer à l’International?
    • connaître les spécificités locales
      • US/UK : surtout des cartes de crédit (Visa, Mastercard etc.)
      • mais les marchés n’utilisent pas les mêmes options de paiement
      • France : + de 50% par CB, mais en Allemagne, ça ne suffit pas (ce qui prédomine c’est le débit direct)
      • Idem en Espagne (4B, Euro 6000), Ideal en Scandinavie etc.
    • avoir l’expertise, donc comment aller à l’int’l en trouvant un partenaire qui ait cette expertise ?
  • 4. Comment se prémunir du risque ?
    • en France, il y a peu de complexité dans les vérifications (toutes les IP sont françaises etc.)
    • KYC: know your customer : savoir où il se trouve, quelles sont les options de paiement qu’il utilise etc.
    • connaître la traçabilité des paiements : 200 vérifications pour chaque paiement chez Moneybookers: ex: si un site Allemand reçoit un paiement d’un client français. on vérifiera que sa CB n’est pas une CB candienne par exemple. si c’est le cas, on vérifie les infos avant de valider la transation
    • protection contre les chargebacks
    • conformité à PCI-DSS et autres standards internationaux : les marchands qui reçoivent des paiements par Visa et Mastercard doivent être certifiés PCI-DSS. Ceux qui ne le sont pas auront des problèmes juridiques. Passer par un prestataire comme Moneybookers permet de se dispenser de cette formalité
    • (circuit de validation Moneybookers)
    • Q&R :
      • Q: FIANET : on ne peut pas refuser un paiement en fonction uniquement d’un scoring en France, c’est un refus de vente et c’est illégal
      • R: Si le scoring est négatif mais que toutes les vérifications sont OK, le paiement sera accepté
      • Q: vérifications offline ?
      • R: oui mais les principales sont faites en ligne
      • Q: enregistrement obligatoire ?
      • R: il y a 2 genres de paiement offerts par Moneybookers: 1. le paiement direct sans enregistrement 2. le porte-monnaie électronique avec enregistrement
      • Q: 3D Secure
      • R: Moneybookers est très supporter de 3D Secure, malgré les critiques contre 3D Secure et le temps de transformation. Si le client s’est déjà enregistré directement via sa banque on va lui demander. Sinon, on ne lui impose pas. C’est une initiative de la Banque.

à suivre dans la 2ème partie …

sécurisation des paiements en ligne : salon e-commerce 2010 1/4 was last modified: septembre 20th, 2014 by Yann Gourvennec

déjà 45 inscrits à Media Aces du 6 Octobre 2010 à Paris

La conférence média-aces approche. Je reviens brièvement dans cette vidéo sur le programme et l’angle de présentation de la conférence, qui promet d’être un succès, avec déjà 45 inscrits à ce matin, sur http://bit.ly/mediaaces0610.

déjà 45 inscrits à Media Aces du 6 Octobre 2010 à Paris was last modified: septembre 15th, 2010 by Yann Gourvennec

conférence Media-Aces du 06 Octobre 2010 : C’est parti !

venez à la prochaine conférence Media Aces du 06 Octobre 2010

ATTENTION : CHANGEMENT DE LIEU, TOUJOURS A PARIS

Mercredi 6 OCTOBRE 2010 de 14h-18h à MINES ParisTech – école des Mines de Paris 60, Bd Saint-Michel

75 272 Paris RER B – station Luxembourg (télécharger un plan d’accès)

accès direct au formulaire d’inscription

venez à la prochaine conférence Media Aces du mercredi 06 Octobre 2010 à la FIAP Jean Monnet

Chers amis des médias sociaux,

La prochaine conférence Conférence Media Aces se tiendra aux Mines Paris TECH

le mercredi 06 Octobre 2010 de 14h à 18h.

Vous y découvrirez, comme d’habitude, des intervenants extraordinaires : les acteurs des médias sociaux en entreprise. Des cas réels, illustrés par ceux qui les vivent au jour le jour, chez Kapa Santé, à la Lyonnaise des Eaux/Suez ou encore au Wall Street Institute.

Le prix des places est seulement de 30€ .


Wall Street Institute à Media Aces
Suez Environnement Lyonnaise des Eaux à Media Aces
Philippe IncagnoliDirecteur marketing de Wall Street Institute France
parlera
de la gestion de la réputation en ligne pour un organisme de formation
Frédéric CharlesStratégie et gouvernance IT de Suez Environnement,
Lyonnaise des eaux présentera
ses premiers retours suite à la mise en place de communautés en interne
Groupe Kapa Sante a Media Aces
Synthesio à Media Aces
Deborah DraïResponsable Communication, Groupe Kapa Santé

parlera de la santé 2.0 et de l’impact des médias sociaux sur le discours autour de la santé

Loic MoisandCEO, Synthesio invité d’honneur & sponsor GOLD

présentera en introduction les 4 types de marques sur les médias sociaux
conférence Media-Aces du 06 Octobre 2010 : C’est parti ! was last modified: septembre 9th, 2010 by Yann Gourvennec

un label pro pour l’Internet b2b

Dans le cadre de mes activités professionnelles chez Orange Business Services, j’ai lancé le label b2b (http://tinyurl.com/b2blabel) qui permet le regroupement des sites des passionnés du b2b et de tous ceux qui offrent des informations, des services et des conseils utiles aux professionnels. Alors, pourquoi un label sur le b2b ?

Je me souviens avoir participé à une réunion de Marketing à Istamboul en 2002 qui regroupait près d’un millier de participants. J’y eu le malheur de poser la question : « qui est impliqué dans/intéressé par le marketing b2b ? » la réponse fut terrible. Quleques doigts se sont levés et … un silence de mort. Cette réaction vis à vis du marketing en b2b est à mon avis injustifiée. La vulgate qui voudrait que Nespresso est intéressant, mais pas le b2b me paraît inadaptée à la réalité. Le marketing en b2b est plus varié, plus complexe, demande plus de travail, nous force souvent à travailler dans l’inconnu et à faire des hypothèses, est moins prévisible, ne peut recourir à des budgets somptuaires et demande donc plus de créativité … donc de marketing.

C’est cela que j’ai voulu promouvoir, et tous les professionnels qui comme nous sont passionnés par cette discipline du b2b, pas seulement en marketing, mais aussi dans les autres domaines.  Voici ci-après le texte explicatif de ce label qui désormais regroupe plus de 150 sites web et blogs de la sphère francophone. Si vous désirez vous inscrire, ouvrez ce lien qui vous expliquera comment obtenir le label pour votre site.

star

pourquoi créer un espace dédié aux sites web professionnels ?

Beaucoup de classement de sites et de blogs existent, et notamment le fameux classement de Wikio, qui fait référence, et dont nos blogs font déjà partie (voir le blog d’experts dédié à la sécurité des réseaux et des systèmes d’information et celui dédié aux impacts des TIC sur les métiers). Toutefois, nous avons estimé qu’il y avait de la place pour un nouveau classement qui inclue non seulement les blogs mais aussi les sites web et qui permette de se focaliser uniquement sur les ressources dédiées aux professionnels, et pas seulement les sites de high-tech. Ce label, nous l’avons voulu axé sur la qualité et non la quantité des visites ou des contenus, ni autre critère quantitatif de classement.

Ce label volontairement subjectif, est basé sur la qualité des sites sélectionnés et de la pertinence des contenus qu’ils proposent (voir la liste des critères ci-dessous). Notre propos n’est pas de donner une bonne note à quiconque, mais d’orienter le professionnel en quête d’informations pertinentes sur Internet vers les bonnes sources qui lui permettront d’améliorer ses connaissances, voire de perfectionner sa pratique professionnelle. La vocation du label Orange b2b (b2b pour business to business, c’est-à-dire les entreprises qui vendent aux entreprises) est également de poser les bases d’une communauté de membres partageant leurs expériences et leurs points de vue au sein d’un réseau professionnel étendu.

Maintenant que nous avons expliqué la création du label Orange b2b, détaillons le fonctionnement de ce label.

comment obtenir le label Orange b2b

Les sites dont nous avons repéré l’intérêt pour notre label seront contactés directement par un représentant d’Orange Business Services. Cependant, n’attendez pas d’être appelé pour faire partie de notre club. En effet, si vous animez un site, un blog, un forum ou une communauté professionnelle et que vous désirez obtenir un de nos 2 labels (voir ci-dessous),  cliquez ici pour savoir comment obtenir le label pour votre site.

notepad

les critères pour faire partie de notre label sont simples

  • le sujet principal du blog/site doit se situer dans le domaine professionnel ;
  • le sujet du blog/site professionnel peut être soit un site dédié à la high-tech ou un site dédié à la communauté des professionnels. Tous les sujets pertinents des entreprises et des professionnels sont susceptibles d’être retenus par notre label (dans des catégories distinctes et qui seront détaillés dans notre annuaire) ;
  • le contenu se doit d’être original et de qualité, et exprimer des avis ou fournir des informations/actualités utiles aux professionnels ;
  • le critère de choix n’est pas basé sur la quantité de visites mais sur la qualité du contenu et sur le fait qu’il soit jugé par nous comme étant utile aux professionnels (voir ci-dessus) ;
  • les liens réciproques vers Orange Business Services ne sont pas obligatoires (les sites voulant lier ou reprendre des informations en provenance d’Orange Business Services sont considérés comme des sites partenaires et tombent ainsi dans la catégorie n°2 – voir ci-dessous).

par contre, il est utile de noter les cas suivants qui disqualifient certains sites/blogs

  • les copier/coller de sites de vidéos – ou autres – sans commentaires et n’apportant pas de valeur ajoutée ne seront pas retenus ;
  • les blogs de marque et de produits n’apportant pas de valeur ajoutée aux professionnels sont rigoureusement exclus de notre sélection ;
  • les flogs (faux blogs) ou toute autre tentative de détournement des médias sociaux ne peuvent faire lobjet d’un label Orange b2b ;
  • Orange Business Services se réserve à tout moment le droit de retirer le label à un site ou blog dont la ligne éditoriale dévierait par rapport aux règles édictées dans cette page.

Si vous souhaitez nous accompagner dans notre démarche nous vous proposerons d’y participer de 2 façons :

1. le label Orange b2b des sites web recommandés

Label Orange b2b site web recommandé

Il s’agit des sites qu’Orange Business Services désire remarquer du fait de la qualité de leur contenu, de leurs sujets, et en raison de leur pertinence vis à vis du monde de l’entreprise. Il peut s’agir d’un site dédié à la technologie, mais aussi aux autres disciplines concernant l’entreprise (marketing, finance, gestion, management, RH etc.)

Ces sites et blogs de qualité seront contactés afin de leurs communiquer notre intention de les labéliser. Du côté des Web acteurs concernés, l’acceptation de ce label se fera par l’insertion d’une des bannières label Orange b2b site web recommandé sur au moins 1 de leurs pages (voir un exmple à gauche). Une fois le logo en place, le site/blog labélisé figurera dans l’annuaire des sites b2b recommandés par Orange Business Services.

Label Orange b2b site web partenaire :

Label Orange b2b site web partenaire

Les sites recommandés par Orange Business Services qui souhaitent davantage s’impliquer dans cette initiative de partage et d’échange autour du Web pourront opter pour le label Orange b2b site web partenaire. Ils se verront offrir, outre celles du label Orange b2b site web recommandé, les possibilités suivantes :

  • Intervenir sur Orange-Business.tv sous forme d’interview et de tribunes libres. Participer en tant qu’intervenant lors des évènements Orange Business Services. Inscription dans l’annuaire de sites partenaires avec une page dédiée à leur site et accompagnée d’une description, le logo et flux RSS du site.

pour toute information complémentaire, voir le lien http://tinyurl.com/b2blabel

Gib mir endlich mein Froyo!!
un label pro pour l’Internet b2b was last modified: septembre 8th, 2010 by Yann Gourvennec